AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Acta est fabula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: [RP] Acta est fabula   Dim 3 Jan - 11:44


Baul a écrit:
Arrivé dans cette ville que je ne connaissais point, je m'installai sur la place public et haranguai les badauds :

Moi, Theobald, ménestrel par vocation, conteur par passion et commentateur de matches de soule à l'occasion, entreprends ce jour de vous narrer la geste de l'un des hommes les plus singuliers qu'il m'ait jamais été donné de rencontrer.

Tout commence au couvent Sainte Marguerite de Cahors, nouvellement libéré par le Bon Roy Levan.Un voyageur ouvre les yeux. Au dessus de lui, une soeur lui applique sur le front des compresses humides. Qui est-il ? Elle l'ignore. Tout au plus a t-elle repéré que, dans son délire, l'homme s'exprime en une langue étrange et inconnue. Comme s'il venait de loin. Elle a lu, il y a peu, les aventures de ce marin d'Orient répondant au nom de Sindbad. L'homme portera désormais ce nom, jusqu'à ce que sa mémoire lui revienne.

En haillon, l'homme poursuit sa vie à Cahors. Vagabond d'abord, paysan ensuite. Très vite, il s'oriente vers la voie diplomatique. D'ambassadeur, il devient rapidement vice-Chambellan, puis Chambellan. Les portes du Conseil de Guyenne s'ouvrent à lui. Les mandats s'enchaînent. Et tout semble lui sourire.

Jusqu'à ce jour de septembre 1456...Un homme envoyé par le mystérieux Ordre de la Pierre-Dieu vient de Venise pour le ramener, afin d'être jugé pour le vol d'une relique et le meurtre de son gardien. Refusant d'être jugé pour un meurtre dont il n'a aucun souvenir, le constantinopolitain fuit vers le Bourbonnais-Auvergne en compagnie de la Dame de Sarliève et de son époux.

Là bas, il retrouve Aparajita, une mystérieuse femme-loup venue du plus profond des Indes, dont le charme exotique dissimule des méthodes de combat apprises auprès de l'Ordre qu'il fuit. Mais il doit aussi échapper à Katalin Lupescu, mentor d'Aparajita désireux d'obtenir les preuves de la culpabilité de Sindbad pour les ramener tous deux à la Cité des Doges.
Pour savoir une fois pour toute s'il est le meurtrier que tous accusent, Sindbad se fait hypnotiser par Juliette1357, une montbrissonaise. Il découvre alors que la clé de son passé se trouve en Orléans. Et c'est à Blois qu'il retrouve tous ses souvenirs.

Tous ? Non. Le vol de la relique et le meurtre de son gardien, Darjus Stankevicius, restent irrésolus. Une lettre de son ancienne élève, Antonetta, invite Sindbad à se rendre là où "les anges volent avec légèreté". Mais il n'est plus seul désormais : Michele et Marcello, les M&M, deux impitoyables nettoyeurs italiens à la solde de l'Ordre de la Pierre-Dieu semblent le suivre comme son ombre.

C'est à Laval qu'il apprend de la bouche même de la soeur de Katalin Lupescu que la relique volée permettrait à une poignée d'élus initiés à son utilisation de changer en or le métal le plus vil, le plomb. Le Grand Maître de l'Ordre de la Pierre-Dieu, un certain Romeo, aurait néanmoins entrepris une purge de ces initiés pour rester seul détenteur du secret de cette transmutation. Mais l'un des derniers initiés ne serait autre que notre valeureux constantinopolitain.

Et le voilà face à face avec les deux nettoyeurs les plus redoutables de tous les royaumes. Il faut la détermination de son garde du corps et de son mentor venu des contreforts des Carpathes pour lui permettre de s'échapper en sautant par une fenêtre et en prenant temporairement retraite en un monastère angevin.

Mais le traqueur de Transylvanie et sa soeur sont à la merci des sinistres M&M. Et Katalin paiera la mort d'un des deux nettoyeurs d'une nuit de tortures et de souffrances indéfinissables qui le laisseront défiguré. C'est dans cet état que le constantinopolitain et ses compagnons de voyage le retrouvent à La Teste.

Gentes dames et beaux messires, pour en savoir davantage, attardez vous icelieu. Moi, Theobald, je vous promets un final à la hauteur de vos espérances... Des frissons, de l'angoisse, et la vérité qui se dévoile enfin...


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule


Dernière édition par Aparajita le Lun 4 Jan - 9:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Lun 4 Jan - 9:02

Ganapati a écrit:

C'est par un petit matin glacial, et avant que l'astre solaire n'éclaire de ses rayons la cité lourdaise que l'homme de Constantinople et ses compagnons en franchirent les portes.

C'est que les membres de cet étrange cortège qui le suivaient n'avaient rien de conventionnel. A sa droite, la dravidienne à la peau noire, à sa gauche, le transylvanien défiguré. Voilà qui ressemblait fort à une cohorte venue tout droit du Royaume du Sans-Nom. D'où la discrétion dont le groupe entourait son arrivée dans la cité au pied des Pyrénées.

Le petit groupe, après s'être présenté au planton de garde, entra dans la ville des Tailleurs de Pierre à la recherche d'une chambre. Passant devant le château, résidence du Comte de Bigorre, le petit groupe franchit l'enceinte et entra dans la ville.

Le soleil, maintenant levé, dardait de ses rayons les maisons aux volets de bois bleu azur. La foule des paysans et des artisans allaient et venaient dans les ruelles. De temps à autre, une troupe de gens en armes montés à cheval ou circulant à pied fendait cette foule composite de flâneurs ou de marchans ambulants.

Que les Réformés de Genève, omniprésents à Pau, semblaient loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mar 5 Jan - 11:22

Prison a écrit:

Le visage soigneusement masqué par le capuchon de son mantel, la tête baissée, ainsi le transylvanien franchit-il les murs de la cité lourdaise.
Il lui tardait que le groupe trouve une auberge et plusieurs chambres pour se reposer, afin de se cacher de la vue publique. Il ne pouvait désormais plus apparaître en plein jour, sans que les femmes enceintes n'évitent son regard et que les mères ne rappellent à elles leurs enfants.

Sa vie lui avait été volé cette nuit à Laval. Mais sa colère restait intacte. Tôt ou tard, lui et son tortionnaire se retrouveraient face à face. Et il se vengerait, ou mourrait en s'y essayant.


Katalin Lupescu
Le traqueur de Transylvanie, mentor d’Aparajita
Custos de l'Ordre de la Pierre-Dieu
mutilé par les M&M, il aura sa vengeance dans cette vie ou dans l’autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mer 6 Jan - 11:36

Aparajita a écrit:


Décidément, Aparajita ne s'habituerait jamais à l'hiver en ces contrées...

La vie en son pays natal l'avait habitué à des températures autrement plus supportables que celles ci. Bien sûr, il y avait la pluie. Notamment entre
Asadha et Asvina, et cette chaleur...

Mais c'était un climat infiniment plus supportable qu'ici.

Grelottante, malgré l'épais manteau que
Ganapati lui avait ordonné de porter, la dravidienne espérait rejoindre rapidement un endroit au chaud. En plus, le froid abaissait son niveau de vigilance. En cas d'attaque, ils seraient tous vulnérables.

Et puis toutes ces cités grouillantes de
Marchent-Debout, elle ne s'y ferait jamais non plus. Finalement, elle ne se sentait au calme que chez Ganapati ou, à la rigueur, chez Bodhisattva. Au moins, les gens ne la regardaient pas étrangement.

Aparajita suivit donc le reste du groupe, espérant que la foule et ses mouvements imprévisibles ne la séparerait pas de ses compagnons de voyage.


Aparajita,
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Recherchée par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Jeu 7 Jan - 12:11

Baul a écrit:


Le ménestrel observa une minute de silence, afin de se désaltérer de l'eau de la gourde qui ne le quittait jamais. Puis, il reprit le fil de son récit :

Alors que ses compagnons de voyage manifestaient de plus en plus ostensiblement leur besoin de trouver gite, pitance et repos en quelque taverne, l'esprit de Sindbad vagabondait ailleurs. Une phrase de Zinca trottait en son esprit : "...souvenez vous en lorsque vous serez en présence de la Bellissamae".

Qu'était-elle donc ? Une une personne ? Ou autre chose ? Comment allait-il la trouver ? Etait-elle connue dans tout Lourdes, ou seulement auprès de quelque érudit ?

C'est alors qu'il était plongé dans cet abîme d'interrogation que l'homme de Constantinople trébucha sur un pavé saillant. Perdant l'équilibre, il s'étala de tout son long.

Il nota alors un claquement mat. Le cri d'une femme retentit aussitôt, à lui en vriller les oreilles. D'autres clameurs lui firent écho. Que se passait-il donc ?

Relevé par ses compagnons de voyage, il se retrouva soudain entouré de plusieurs étrangers : paysans, artisans, et même un homme de Dieu. Tous se pressaient autour de lui, s'inquiétaient pour son intégrité physique. Que lui était-il donc arrivé ?

Levant le regard, Sindbad comprit alors l'objet de leur effroi : dans un tonneau à côté duquel il se tenait debout quelques instants plus tôt s'était fiché une flèche.

Encore abasourdi, l'homme ne réalisa pas immédiatement que le destin venait de lui épargner une mort certaine.

Mais qui donc en voulait à son existence ?


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Ven 8 Jan - 11:49

Aparajita a écrit:


Tout en suivant le groupe, la dravidienne tremblante de froid regardait la buée s'échapper de sa bouche par volutes et monter vers le ciel. Elle trouvait cela curieux autant qu'étrange, cette fumée qui disparaissait das le frimas du petit matin.

Le bruit de pigeons prenant leur envol retint son atention. Dans son enfance, elle avait appris à se méfier de ce bruit d'ailes, qui annonçaient fréquemment l'irruption d'un prédateur. Mais en cette étrange contrée, les prédateurs les plus dangereux de ces oiseaux stupides étaient les chats. Et encore...Rien à voir avec les félins gris tachetés de rouille qui évoluaient dans les forêts et les prairies de son pays natal.

Mais il y avait des prédateurs plus dangereux : ceux qui se dressaient sur leurs deux pieds.

Par réflexe, la dravidienne leva les yeux. Elle vit alors la silhouette immobile, tenant son arc bandé, dont la flèche pointait vers
Ganapati.

La réaction d'Aparajita fut instantanée : d'un croche-pied, elle fit chuter
Ganapati. Il serait sûrement très en colère, mais au moins serait-il vivant.

Dans le même temps, elle entendit le bruit sec de la flèche qui se plantait dans le tonneau. Mais lorsqu'elle releva la tête, l'inconnu avait disparu. Elle vit
Prison se mettre à courir, mais sans comprendre pourquoi. Avait-il vu quelque chose ?

Il ne restait, autour d'elle,
Baul et Ganapati, qu'une foule affolée par l'incident, qui se précipitait vers eux afin d'aider Ganapati à se relever, voir s'il n'était pas blessé ou simplement par curiosité.

Elle devait écarter ces importuns.


Aparajita,
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Recherchée par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Sam 9 Jan - 12:30

Prison a écrit:

Le froid était vif et cinglant, en cette matinée ensoleillée. Et la nuit avait été courte, puisque passée à voyager. Pourtant, jamais logis ne sembla au transylvanien si long à trouver.

Depuis qu'il vivait défiguré, il lui semblait mieux comprendre pourquoi son élève fuyait la compagnie des hommes. Ce n'était pont tant par un quelconque instinct sauvage, que par le refus de se voir traiter comme moins qu'un être humain. Et il lui avait fallu perdre son apparene humaine pour comprendre ce qu'était l"humanité.

jetant un coup d'oeil rapide à la dravidienne, il la surpris le nez en l'air. Dirigeant son regard dans la même direction qu'elle, une silhouette plus que familière, l'arc à la main, prêt à tirer, se révéla à lui.

Marcelo...

L'homme qui était à l'origine de sa mutilation, qui avait pris plaisir à l'entendre hurler se trouvait donc en ville.

L'autre l'avait également vu. De surprise, il en avait lâché sa flèche. Tandis qu'Aparajita faisait le nécessaire pour protéger le reste du groupe, il se lança à la poursuite du vénitien.

Les rues populeuses et étroites semblaient avoir comploté pour ralentir sa course. Il serra dans son poing la dague qui pendait à son côté. Lorsqu'il l'aurait rattrapé, au centuple, il lui ferait payer sa dette.

L'homme s'engouffra dans une ruelle sur sa gauche. Sans réfléchir, Katalin s'engagea à sa suite.

Mais sa proie semblait avoir disparu. Impossible, où avait-il bien pu se cacher ?

Katalin fit demi-tour. Peut-être quelqu'un l'avait-il vu ? En interrogeant quelques personnes, il aurait alors la clé de son énigme. Un moment, il hésita : devait-il montrer son visage ? N'était-il pas plus sage de tenter de retrouver ses compagnons de voyage ?

Mais le souvenir de cette nuit passée en compagnie de cet homme raviva sa colère. Son visage était peut-être hideux, mais au moins délierait-il quelques langues.

Il avisa une échoppe au nom de circonstance :
"Chez la Très Brillante". Une clochette tinta lorsqu'il en poussa la porte, et se trouva au milieu de fioles remplies d'un liquide incolore.

Mais quel produit vendait-on donc ici ?

Il resta en arrêt tandis qu'une jeune femme, la chevelure couleur de feu, venait à lui, non sans une expression de dégoût sur son visage qu'elle tentait de dissimuler :


"Günaydin efendi. Puis-je vous aider ?"

Katalin Lupescu
Le traqueur de Transylvanie, mentor d’Aparajita
Custos de l'Ordre de la Pierre-Dieu
mutilé par les M&M, il aura sa vengeance dans cette vie ou dans l’autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Dim 10 Jan - 11:21

Aparajita a écrit:


Un grondement sourd, qui part du fond de la gorge, et qui se termine en un feulement. Puis, un ordre bref que la dravidienne aboie plus qu'elle ne prononce :

Allez...lui besoin air. Vous étouffer...

En espérant qu'ils comprennent, sinon, elle devra passer à l'offensive.

Apparemment, son intervention a l'effet escompté. Tous reculent. Tous, sauf un homme, avec une croix autour du cou. Un
brahmane de ce Royaume, sans doute. Heureusement, Baul est là pour lui parler. Il parle beaucoup, utilise des mots qu'elle ne comprend pas toujours, mais il semble capable de convaincre ces gens.

Ganapati veut se lever, mais Aparajita l'en empêche.

Ganapati non stare troppo in fretta ordonne t-elle en italien. Au moins, ces béotiens ne comprendront-ils pas ce qu'elle lui dit.

D'un signe, il fait comprendre à tous qu'il va bien. Peu convaincue, la dravidienne l'aide néanmoins à se relever.

Il semble ne pas lui tenir rigueur du croc-en-jambe qu'elle a dû lui faire pour sauver sa vie. C'est déjà cela...


Aparajita,
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Recherchée par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Lun 11 Jan - 12:08

Ganapati a écrit:


Toujours à terre, Sindbad ne comprenait pas exactement ce qui lui était arrivé. Avait-il trébuché ? Avait-il été poussé ?

Et que faisait toute cette foule autour de lui ?

Devant lui, Theobald et Aparajita tentaient de contenir la foule. Lui par la persuasion, elle par la dissuasion. Deux méthode, un résultat.

Par contre, où était Katalin ? Avait-il pris la fuite pour éviter les questions embarassantes sur son visage défiguré ?

Tournant la tête, la flèche plantée dans le tonneau apparut alors dans son champ de vision, à l'endroit où il se tenait debout quelques secondes plus tôt. Sans cette chute providentielle, il serait actuellement allongé dans son sang, à l'agonie. D'une courte prière, il remercia l'Unique de l'avoir épargné.

Au prêtre qui lui demandait s'il était blessé, il secoua la tête en signe de dénégation.

A la vérité, et hormis ses compagnons de voyage, lui seul inspirait quelque confiance. Tentant de se lever, la voix rauque d'Aparajita l'en dissuada :


Aparajita a écrit:
Ganapati non stare troppo in fretta

De l'italien...Cette langue qu'il avait en horreur. Il comprenait pourquoi sa protégée utilisait cette langue, mais il ne l'appréciait pas pour autant.

Avec son aide, il se releva néanmoins. Et remercia le prêtre pour son soutien, tout en excusant la conduite de sa protectrice.


Il remercia sobrement l'homme de Dieu. Puis, une idée lui traversa l'esprit. S'adressant au prêtre, sur le point de partir, il demanda :

Vous qui êtes de Lourdes, et qui devez connaître pas mal de monde, le nom de Bellissamae vous dirait-il quelque chose ?

C'est alors qu'un corps dur étranger entra en contact violent avec ses côtes. Se tournant, son regard rencontra les sourcils froncés et le visage du ménestrel qui exprimait la désapprobation.

Décidément, depuis son arrivée à Lourdes, le constantinopolitain allait de surprise en surprise.



Ambassadeur Royal de France en Angleterre

Ex-Chambellan de Guyenne (avril/septembre 1456)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mar 12 Jan - 12:13

Prison a écrit:


De l'ottoman ? Ici ?

Katalin resta un moment sans mot dire. Il connaissait la sonorité de cette langue pour l'avoir entendu en Moldavie ou en Valachie. Mais la Transylvanie échapppait au giron des sujets de la dynastie d'Othman. Et la dame allait l'apprendre.


Buna ziua dor de. Je viens du Royaume au delà de la forêt, et je ne paie pas le haraç. En plus, nous sommes tous deux loin de notre Royaume respectif, et je suis pressé. Nous allons donc faire court : auriez vous aperçu un homme encapuchonné courir dans cette ruelle ?

D'un coup d'oeil, il détailla à nouveau les fioles, soigneusement rangées sur les rayons.

Et, pour satisfaire ma curiosité, que vendez vous ici, et pourquoi avez-vous appelé votre échoppe "La Très Brillante"?

Le transylvanien attendit la réponse de la jeune personne.

Katalin Lupescu
Le traqueur de Transylvanie, mentor d’Aparajita
Custos de l'Ordre de la Pierre-Dieu
mutilé par les M&M, il aura sa vengeance dans cette vie ou dans l’autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mer 13 Jan - 12:15

Baul a écrit:


Décidément, je me demande bien ce qui vous a pris...

Nous avions enfin fini par trouver gîte au coeur de la cité lourdaise, en une charmante petite auberge qui servait une garbure, sorte de soupe aux choux, à en rêver la nuit, accompagnée d'une production viticole locale des plus estimables.

Pour autant, la question posée par le constantinopolitain à l'homme de Dieu était le genre d'impair auquel cet homme aussi fin que cultivé ne m'avait guère habitué. Il finit d'ailleurs par m'avouer son incompréhension quant à ma réaction. Sa culture me faisait parfois oublier qu'il avait vécu loin de ce Royaume.


Je pensais que vous aviez compris cela depuis Laval ? Néanmoins, je m'en vais donc arfaire votre culture du Royaume de France :

Il y a fort longtemps, en ce Royaume, vivait un peuple, les Galli. En fait, je devrait dire une mosaïque de peuples, tant les bigerriones de la région avaient peu à voir avec les Pictones poitevins ou les Caleti artésiens.

Chaque peuple vénérait pourtant le même panthéon divin, regroupant une myriades de divinités aux noms étranges, tels Belenos, Taranis, Teutates, dont les bardes racontaient l'histoire, tandis que les druides servaient d'intermédiaires.

Ces divinités n'étaient point vénérées sous leur forme humaine, mais au travers de leur manifestation naturelle. Ainsi, la déesse Arduinna, divinité chasseresse, était vénérée au travers de la forêt qui occupait la plus grande partie de cette région, aujourd'hui intégrée au SRING.

Mais l'aristotélicisme, qui étendait peu à peu son influence en ces terres, voyait ces anciennes croyances d'un mauvais oeil. Par le Concile d'Arles, il fut alors décrété que "si quelqu'un allume des flambeaux, rend un culte à des arbres, à des fontaines ou à des pierres, ou bien néglige de les détruire, il soit réputé coupable de sacrilège". De nombreux arbres furent coupés, et de nombreuses sources enfouies afin de satisfaire aux exigences aristotéliciennes.

Or, vous avez évoqué devant cet homme de Dieu un culte désormais considéré comme hérétique. En effet, l'une des divinités, vénérées comme source, était appelée Bellissamae ou Belisama, c'est à dire...


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Jeu 14 Jan - 11:31

viSadhara a écrit:



..."La Très Brillante".

L'ottomane marqua une pause. L'homme lui faisait horreur, tant par son physique que ses manières autoritaires. Mais son existence lui avait appris à composer avec la nature humaine, voire à en exploiter les faiblesses.

C'était, il y a fort longtemps, le nom d'une source à laquelle les habitants de la région prêtaient des vertus miraculeuses. Elle était, à leur yeux, l'émanation bienveillante d'une déesse païenne gaélique.

Les aristotéliciens, soucieux d'effacer toute pratique de ce qu'ils considéraient comme une hérésie, firent enfouir cette source. Mais celle ci affleure encore en certains endroits, connus de quelques uns. J'en récolte donc l'eau que je vends à ceux qui se souviennent de ce mythe. Pour l'Eglise, je ne suis qu'une modeste vendeuse d'eau.

Quant à votre encapuchonnée...


La vendeuse d'eau s'avança vers Katalin tout en posant un doigt sur ses lèvres, afin de l'intimer à la discrétion. Puis, elle poursuivit, tout en désignant de l'index l'arrière du comptoir :

Désolé, mais je ne l'ai point vu. J'étais occupé en mon arrière-boutique.

Graziella
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Ven 15 Jan - 8:47

Ganapati a écrit:

Une source ? Voilà qui paraissait beaucoup plus clair.La pièce qui le mènerait à la vérité se trouvait près d'une source qui coulait autrefois à Lourdes.

Cela excluait d'entrée le Gave de Pau, qui passait à proximité de la ville au su et au vu de tous.

Sindbad se gratta la tête, tout en terminant son pichet de bière. Peu évident de retrouver une telle source, si elle ne coulait plus depuis si longtemps.


Ambassadeur Royal de France en Angleterre

Ex-Chambellan de Guyenne (avril/septembre 1456)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Sam 16 Jan - 12:24

Baul a écrit:


A ce point du récit, je me raclai la gorge, et pris de nouveau quelques gorgées d'eau. Alentours, un murmure s'élevait, Quelques impatients qui souhaitaient sans doute entendre la fin de ce récit. Mais ne disait-on pas que tout venait à point à celui capable d'attendre ? Cette courte pause terminée, je repris donc le fil de mon récit.

Tandis que le constantinopolitain se perdait en conjectures sur la localisation de la supposée source, allant jusqu'à envisager de consulter quelques documents en l'université du Béarn, mon esprit quelque peu embrumé par les bières successives que j'avais ingurgité vagabondait. Je passai en revue, de manière légère et distraite, les différentes énigmes qui s'étaient mises en travers de notre chemin, et la manière dont nous les avions résolu.

Mon attention fut alors attiré par un point : notre mystérieux interlocuteur aimait jouer avec les lettres, à en perturber l'ordre normal pour obscurcir le sens de son propos. Mais dans le cas présent, l'orthographe du nom de cette déesse n'était pas fixée. D'autant moins que son nom et son culte étaient bannis par l'Eglise.

Une hypothèse s'imposa à moi : et si, au lieu de jouer avec les lettres, notre guide avait bouleversé les sons. Cela méritait d'être creusé...

je me concentrais sur le nom de la divinité: Be-li-sa-ma. Que pouvait-on en tirer ?

En l'absence d'autre clé de compréhension, je décidai de partir du principe qu'il avait interverti le sens des syllabes.

Ma-sa-li-be ? Ma-sa-le-bi ? Non, cela ne collait pas...

Ma-sa-bi-le ? Tiens...pourquoi ne pas solliciter la connaissance qu'avait immanquablement ce tavernier des lieux alentours ?

M'excusant auprès de mes compagnons, je me levai et me dirigeai vers mon interlocuteur, fort occupé à nettoyer quelques chopes sales :

Dites moi, j'ai rendez-vous avec l'un de mes amis en un lieu qu'il m'a nommé mais que, par distraction, j'ai oublié. Quelque chose comme Masa...je ne sais plus.

Massabielle ?


Ce fut l'illumination. Mon esprit, aussi vite qu'il le pouvait, compara le nom toponymique avec celui de la déesse Bellissamae. Aucune lettre ne manquait.

Oui, c'est cela...Est-ce loin ?

Oh, guère plus de dix minutes à pieds vers l'est de la ville. C'est un gros rocher à deux pas du Gave de Pau...L'a des goûts curieux, votre ami...


Sans relever la dernière phrase, je revins à la table annoncer au constantinopolitain et à sa protégée le résultat de mon investigation. Nous étions sur le point de partir lorsqu'un gamin vint me remettre un message, que ses doigts crasseux avaient sali.

Après lui avoir remis quelques écus, j'en pris connaissance. C'était Katalin. Il me demandais de venir le rejoindre en une échoppe nommé "La Très Brillante", à proximité du Gave de Pau. Tous les éléments convergeaient.

D'un commun accord, nous convinmes donc de nous diriger, moi vers l'échoppe, Sindbad et Aparajita vers la grotte, et de tous nous retrouver là bas.

Nous touchions au but...


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Dim 17 Jan - 11:27

Aparajita a écrit:


Aparajita accueillit silencieusement la suite des événements. Quand Ganapati lui expliqua de quoi il retournait, elle récita, sous les yeux étonnés de Baul, un mantra pour supplier Laksmi de les accompagner, Elle entreprit ensuite d'affûter le Katar qui ne l'avait jamais quitté.

Chacun partit de son côté,
Baul Pour retrouver Prison et eux vers le rocher.

La dravidienne ne quittait pas
Ganapati du regard. A mesure qu'ils se rapprochaient de l'endroit, elle le sentait devenir tendu, nerveux. Lui, habituellement si calme, si posé, semblait envahi par le doute. Ses sourcils froncés, la mâchoire serrée, ses poings qu'il serrait convulsivement de temps à autre : tout indiquait une tension croissante. Elle prit alors la parole :

Aparajita rester à côté Ganapati. Aparajita pas peur Ganapati. Coeur Ganapati bon. Aparajita confiante. Pas tout savoir, mais pas croire Ganapati criminel.

Ganapati se rappeler Arjuna, chef armée Pândava ? Pândava que quatre, comme nous. Alors Aparajita confiante.


Puis, Aparajita sortit de son sac un mala et entreprit de psalmodier, tandis que tous deux faisaient route vers le rocher.

Aparajita,
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Recherchée par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Lun 18 Jan - 12:02

Kodja a écrit:


Soigneusement dissimulé de la vue publique, le nettoyeur vénitien surveillait les alentours. Son commanditaire le lui avait ordonné.

Il attendait donc que quelqu'un apparaisse.

Et tandis qu'il attendait, il se remémorait son périple en ce Royaume. Sa mission initiale était fort simple, et en foulant le sol françois, lui et son compagnon pensaient être rapidement entré à Venise.

En ce jour, et alors qu'il attendait, il décomptait les pertes : Michele, mort...et lui inconsolable.

Et en face: le vieux Nikos à Blois, rissolé. Le transylvanien : défiguré. Sa soeur : embrochée. Mais malgré cela, leur cible continuait à leur échapper et à les faire courir.

Travail pitoyable, en vérité, et peu digne du professionnel qu'il prétendait être.

Mais les choses allaient rentrer dans l'ordre, maintenant que les deux silhouettes qu'il attendait se trouvaient dans son champ de vision.

Discrètement, le nettoyeur quitta son poste de guet pour aller rendre compte de l'approche du duo. La phase finale allait pouvoir débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mer 20 Jan - 7:32

Ganapati a écrit:

A mesure qu'ils s'approchaient du lieu de rendez-vous, Sindbad se sentait devenir de plus en plus nerveux. Malgré les propos apaisants d'Aparajita, une appréhension montait en lui.

Et s'il était réellement un criminel ? S'il avait tué de sang froid cet homme pour lui voler la Pierre-Dieu ? Après tout, pourquoi pas ? Puisqu'il savait s'en servir, pourquoi n'aurait-il pas été tenté de l'utiliser à des fins personnelles ?

Dans ce cas, il devrait se rendre à Venise, répondre de ses actes, subir son châtiment...Et décevoir tous ceux qui, au Royaume de France comme ailleurs, lui avait accordé leur confiance.

D'un coup d'oeil latéral, il vit sa protégée égrener un chapelet en marmonnant des paroles incompréhensibles. Récitait-elle des prières de protection ? Partageait-elle son angoisse, malgré ses paroles réconfortante ? Ou jetait-elle un sort à d'éventuels ennemis ? Car, s'il était innocent, qui d'autre avait commis ces forfaits ?

De loin, deux formes sombres apparurent, comme allongées sur le sol. Au même moment, il sentit la main d'Aparajita saisir son bras. Qu'était-ce donc ?

Les deux formes se trouvaient à l'intérieur d'une excavation rocheuse, entourée de deux promontoire. L'endroit parfait pour tendre une embuscade.

Sindbad et Aparajita se regardèrent. Le risque était-il acceptable ? Comment allaient-ils gérer la situation ?

Sindbad regarda la dravidienne dans les yeux et ne prononça que trois mots :
Servir et protéger.

Tous deux s'avancèrent donc vers l'excavation, laissant dans leur dos les deux promontoires rocheux. A partir de là, ils avancèrent dos à dos, afin de prévenir toute attaque surprise.

En se rapprochant, Sindbad reconnut Katalin et Theobald. Ils gisaient là, immobiles, allongés, les yeux clos. Etaient-il morts ?

Tout alla alors très vite.

Sindbad entendit, dans son dos, Aparajita gronder. Quelque chose se passait. Il se retourna.

Deux personnes leur faisaient face. Marcello...le nettoyeur de Venise.

Mais l'autre...cette femme...Ses cheveux teints au henné, son regard, et ce
Nazar Bonçuk autour de son cou, comme des milliers d'yeux qui le dévisageaient. La femme qu'il voyait en rêve plusieurs nuits par semaines depuis son réveil au couvent Sainte Marguerite de Cahors.

Graziella...


Ambassadeur Royal de France en Angleterre

Ex-Chambellan de Guyenne (avril/septembre 1456)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Jeu 21 Jan - 11:13

Visadhara a écrit:



D'abord un grondement de la moricaude à leur apparition...Décidément, elle avait toujours aussi peu de conversation, celle là.

Mais peu importe, la rousse n'était pas là pour elle.

Seul le constantinopolitain attirait son regard.

Il semblait avoir pris une assurance qui le rendait encore plus charmant et fatal. Un sourire illumina alors son visage :


Theodoros, tendre objet de ma passion...Enfin, je te retrouve...

Les bras grands ouverts, elle accourut vers lui et se jeta à son cou, l'embrassant jusqu'à en perdre le souffle pendant ce qui lui sembla de longues minutes. Leurs étreintes vénitiennes lui revinrent en mémoire, et avec elles un bonheur enfin retrouvé.

Peu importait la présence du nettoyeur derrière elle, quand l'amour de sa vie se tenait devant elle.

Tout était oublié...Le bonheur, comme une vague, la submergea toute entière. Sous l'emprise de cette si forte émotion qui bousculait tout dans sa tête, lui nouait les entrailles et rendait ses jambes flasques et flageolantes, elle ferma les yeux et glissa gracieusement dans une bienheureuse inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Ven 22 Jan - 11:52

Aparajita a écrit:



Visadhara...Elle ici ?

Aparajita était partagée entre peur et colère.

Elle se souvenait parfaitement de ce qui s'était passé entre elle et la femme aux cheveux de feu. A cause d'elle, elle s'était retrouvé sous la coupe de
Prison, dont elle s'était soustraite avec difficulté. Et là voilà qui revenait...

La dravidienne était donc fermement déterminée à défendre
Ganapati de l'emprise de celle qui l'avait envoûté dans La-Cité-sous-les-Flots.

Et voilà qu'elle se précipitait dans les bras de
Ganapati, qui non seulement ne la repoussait pas, mais semblait prête à l'accueillir.

Avec un grondement de rage, Aparajita repoussa celle qui n'était pour elle qu'une prédatrice. Mais le regard courroucé de
Ganapati lui apprit que le charme de cette femme faisait de nouveau effet sur lui. D'un ton sec, il lui ordonna de s'occuper de l'état de Prison et de Baul. A contrecoeur, elle s'exécuta.

Les deux hommes, à part une grosse bosse sur le crâne, n'avaient subi aucun autre dommage. Aparajita les ranima, tout en gardant un oeil sur
Ganapati.

L'histoire allait-elle se répéter ?



Aparajita,
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Recherchée par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Sam 23 Jan - 11:06

Kodja a écrit:



Le nettoyeur vénitien était resté à bonne distance, regardant Graziella évoluer tel un papillon effectuant sa parade nuptiale.

Il sut alors que son rôle prenait fin. Il avait rabattu le gibier là où son commanditaire le lui avait demandé. Elle prenait désormais les choses en main.

Cependant, il restait à verser le solde de son dû. Pas question de retourner à
Venezia sans cela. Michele ne l'aurait pas accepté, s'il était resté en vie.

Il se retira donc subrepticement, avant que le transylvanien ne retrouve ses esprits. Celui ci ne faisait pas partie de sa mission, et rien ne lui était plus désagréable que de semer les morts sur sa route. Ce n'était pas professionnel.


Marcello
Dict
« Le Bourreau »
Parce qu’il le vaut bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Dim 24 Jan - 10:20

Ganapati a écrit:



Des sentiments mêlés agitaient l'esprit et le coeur de Sindbad.

Son coeur bondissait dans sa poitrine, en recevant dans ses bras le corps gracile de la femme, en respirant son parfum capiteux, en sentant la douceur et la chaleur de sa peau si délicate, le froissement de ses robes si raffinées...

Et simultanément, la tête lui tournait. La sensation qui l'avait saisi à Blois le reprenait de nouveau.

Tout se mettait en place. Des souvenirs qu'il croyait à jamais perdu dans les limbes de sa mémoire remontaient à la surface.

Une sourde colère déferlait en lui comme une vague que rien ne pouvait arrêter, qui emporterait tout sur son passage.

Il savait désormais ce qui s'était passé...Qui avait tué le gardien et volé la Pierre-Dieu.

Enfin, la vérité éclaterait au grand jour.



Ambassadeur Royal de France en Angleterre

Ex-Chambellan de Guyenne (avril/septembre 1456)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Lun 25 Jan - 5:41

Visadhara a écrit:



Doucement, comme on sort d'un rêve, Graziella ouvrit les yeux.

Un sourire naquit sur son visage lorsqu'elle vit que ce doux oreiller sur lequel reposait sa tête n'était autre que le torse de celui qu'elle avait désespéré de retrouver.

Elle se redressa, et rejeta ses bras en extension derrière son corps, afin de se maintenir en appui. Machinalement, sa langue vint lécher ses lèvres rouges et pulpeuses. Détournant la tête de trois-quart, elle lança un clin d'oeil à son amoureux.

Mais la mine sombre et hostile de son compagnon, ses sourcils froncés, ses yeux plissés et son regard fixe firent disparaître ce sourire et apparaître une lueur d'inquiétude dans son regard. S'accrochant à sa taille d'un bras, elle prit sa main de l'autre pour y déposer ses lèvres délicates, comme une ofrande. Puis, toujours accrochée à sa taille, elle caressa tendrement sa joue :


Mon tendre amour, quel sombre nuage traverse ton coeur et attriste ton esprit ? Allons, un écu pour tes pensées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mar 26 Jan - 9:39

Baul a écrit:



Décidément, il faisait soif ce jour, en dépit du froid qui régnait. De nouveau, le ménestrel but quelques gorgées d'eau fraîche, puis se râcla la gorge afin de s'éclaircir de nouveau la voix et de reprendre le fil de son récit.

La protégée indienne du constantinopolitain m'avait tiré, quelques instants auparavant, de l'inconscience dans laquelle un vilain coup sur le crâne m'avait plongé, grâce à sa pharmacopée venue d'ailleurs. A qui devais-je cette bosse sur mon crâne ? Je l'ignore aujourd'hui encore.

Mais j'étais suffisamment conscient pour entendre le récit que fit l'homme de Constantinople à la splendide rousse qui lui faisait face dans une posture des plus suggestives, et dont les sentiments à son égard étaient plus qu'évident, même pour un observateur non averti.

Comme le constantinopolitain l'avait raconté à Orléans, la rousse utilisait ses atours pour obtenir des informations auprès de la diplomatie vénitienne. C'est ainsi qu'elle apprit qu'un lituanien négociait auprès des ottomans la carte des égouts de Constantinople.

Le but de la démarche était évident : les ottomans rêvaient, depuis fort longtemps déjà, d'annexer militairement la capitale de l'Empire d'Orient.Cette carte leur donnait les moyens de le faire en douceur.

Le patriotisme de Sindbad n'avait fait qu'un tour en apprenant cette nouvelle. Et c'est effectivement l'arme à la main qu'il entama les négociations. Erreur de jeunesse...

Mais le calme semblait revenir. Cela ne faisait pas les affaires de Graziella. Empoignant le poignet de son amoureux, elle enfonça elle même l'épée qu'il tenait encore en main dans le coeur du lituanien qui s'écroula.

Laissant le jeune constantinopolitain hébété, en état d'un choc qui le hanterait encore de longues nuits, la charmante informatrice s'en alla chercher la relique sacrée, avant de déguerpir, non sans tirer par le bras son infortuné amoureux.

Alors qu'il songeait à se rendre auprès des autorités locales, elle lui fit miroiter le spectre abominable du jugement, de la mort qui s'ensuivrait fatalement, tant toutes les preuves l'accablaient, du désshonneur qui éclabousserait son père, et de l'opprobre qui retomberait sur ses épaules.

Désorienté, il suivit donc sa rousse, qui ne fuyait que pour le protéger, se faisant ainsi, par amour, sa complice.

Ils embarquèrent à bord d'un navire sous des noms d'emprunt : Flavia pour elle, Sindbad pour lui.

Les flots agités de la mer et leur fuite éperdue les menèrent jusqu'à Saint Jean d'Acre. Puis, une caravane les conduisit à Jérusalem. Sindbad réalisa alors que sa compagne n'était pas vénitienne, comme elle l'avait prétendu, mais ottomane. Et l'homme qui était mort n'était pas un traitre à la cause de Constantinople, mais une source d'information infiltré dans l'Empire ottoman.

Graziella, dont il ignorait toujours l'identité véritable, le confia aux bons soins d'un certain Hassan, un survivant de la sombre secte des Nizârites, aussi connue sous le nom d'Hashishin, afin qu'il apprit l'art du combat à mains nus et devienne un agent de l'Empire. Il refusa, tout d'abord. Mais elle lui fit comprendre que rien ne serait pire que la peine qu'il encourait s'il était pris pour meurtre et vol de la Pierre-Dieu. Et sous ses yeux horrifiés, elle dévoila le produit de son larcin.

L'entraînement était dur. Et, pour ne rien arranger, Hassan s'employait à humilier le constantinopolitain, qui, outre la défense, apprenait les bases de la langue ottomane.


Le ménestrel interrompit son récit, afin de reprendre son souffle.

Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Mer 27 Jan - 9:07

Baul a écrit:


Le ménestrel reprit, après un bref silence, le fil de son récit :

En six mois de présence en la cité de Jérusalem, Sindbad se sentait fatigué.

Ces séances d'entraînement physique intensif à toute heure du jour ou de la nuit pompaient son énergie. Il avait perdu goût à l'existence. D'ailleurs, en menait-il encore une ?

Il sortait peu, et toujours en compagnie de Graziella. Comme un prisonnier sous surveillance.

Le ciel était toujours d'un bleu limpide, et les rues animées d'un va-et-vient populaire, ponctué de passage de cavaliers, devant lesquels chacun s'écartait.

Voilà pourquoi le constantinopolitain ne prêta guère plus attention au bruit de sabot qui résonnait derrière lui ce jour là. jusqu'au moment où il se sentit coiffé d'un sac opaque, soulevé de terre et mis en travers d'une selle.

Il entendit, au lointain, les cris de Graziella. Le clapotis de l'eau. Les claquements de voiles. Il avait pris la mer.

Durant trois jours, il alterna sommeil profond et demi-sommeil. Entre deux, il avalait le contenu d'une modeste assiette, se demandant où il se trouvait.

Au matin du quatrième jour, une blonde à fossette entra dans sa cabine. Elle se présenta comme envoyé par son père pour l'hypnotiser afin de connaître la vérité. Son choix était simple : accepter et bénéficier d'une mesure de clémence en cas de culpabilité, ou refuser et comparaître avec une présomption de culpabilité.

Las de fuir, Sindbad accepta la séance d'hypnose.

A partir de là, il n'avait guère que des bribes de souvenirs. Mais l'un d'eux était particulièrement précis : il revoyait Graziella brandir une épée au dessus de sa tête. Puis, une douleur intense, un bruit comme un coup de tonnerre, le bateau qui semblait déchiqueté par une force invisible, le froid de l'eau et son sang visqueux qui coulait, coulait...

Et plus rien, jusqu'à son réveil au Couvent Sainte Marguerite de Cahors.


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   Jeu 28 Jan - 11:51

Prison a écrit:



Le transylvanien reprenait peu à peu conscience.

Il se souvenait de cette charmante vendeuse, qui semblait si impuissante et désemparée tandis qu'elle essayait de l'avertir par signes que l'homme qu'il cherchait lui imposait le silence sous la menace de son arme.
*
Puis, une violence douleur derrière la nuque, et plus rien...

La douleur était toujours présente, en dépit des soins prodigués par son élève. Mais il découvrit avec surprise sa vendeuse dans les bras de l'homme de Constantinople. Que s'était-il donc passé ?

La relation entre eux semblait d'ailleurs orageuse.

Sindbad accusait la femme de lui avoir assséné un coup d'épée sur le sommet du crâne, le laissant pratiquement pour mort.

Du coup, cette créature au visage d'ange avait éclaté en sanglots.

Jamais de sa vie elle n'aurait porté atteinte à l'intégrité physique d'un homme qui était devenu sa raison de vivre, pour lequel elle avait tant sacrifié, malgré son geste malheureux autant que maladroit qui avait coûté la vie au lituanien. Sa tentative pour retenir le bras armé de son bien-aimé n'avait pu empêcher le trépas de l'homme.

La vérité était d'ailleurs fort simple : son amoureux, enlevé par d'horribles pirates et drogué, tandis que les écumeurs des mers conmptaient le libérer moyennant une confortable rançon, n'avait dû sa vie sauve qu'à l'intervention d'un valeureux équipage, dont elle avait pris la tête. Elle n'avait pas hésité à monter à l'abordage avec eux, et était intervenu juste à temps pour éviter à celui pour qui elle aurait sacrifié sa vie la décapitation.

Dans une manoeuvre désespérée, les forbans avaient détruit leur navire. Seul l'amour qu'elle lui portait lui avait donné la force de nager avec lui inconscient et blessé jusqu'au rivage le plus proche, bravant ainsi l'eau glaciale, et de le confier aux bons soins d'une congrégation. Mais poursuivie par les pirates survivants et leur impitoyable capitaine en jupon, elle avait dû se réfugier en ce territoire obscur qui, plus tard, devint le Comté du Béarn.

Se sentant remis, Katalin s'approcha du couple et s'adressa d'abord à Sindbad :


Votre courroux pour cette femme, qui depuis si longtemps a couvert votre forfait, est tout à fait déplacé.

En outre, elle m'a prouvé sa probité tantôt en m'avertissant, au péril de sa vie, qu'un homme armé la menaçait.

Nous avions un accord : nous reprendrons donc ensemble la route pour Venise, afin que vous soyez jugé pour votre acte.


Puis, il se tourna vers Graziella qui séchait ses larmes, après avoir exprimé sa peine :

Je vous prie de m'excuser, Madame, mais je n'ai pu m'empêcher d'entendre ce que vous avez évoqué au sujet de la mort de notre frère Darjus.

Ma mission consiste, si cet homme a commis ce meurtre, à le ramener à Venise afin que soit jugé son acte, et sanctionné de la peine qui paraitra la plus appropriée. Vous m'avez, par vos paroles, confirmé que les soupçons portés à son encontre étaient fondés.

Par contre, vos propos révèlent également votre présence lors de la commission de cet acte. Je vais donc vous inviter à me suivre jusqu'à Venise, afin que toute la lumière soit faite.


Katalin Lupescu
Le traqueur de Transylvanie, mentor d’Aparajita
Custos de l'Ordre de la Pierre-Dieu
mutilé par les M&M, il aura sa vengeance dans cette vie ou dans l’autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Acta est fabula   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Acta est fabula
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Acta es fabula? (ou plutot, acta sera-t-il fini?)
» le projet ACTA
» Partie(s) de Fabula
» Le projet ACTA
» [Blog] ACTA...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Sarliève :: Château de Sarliève :: Le rez de chaussée. :: La bibliothèque. :: Des archives diverses et variées.-
Sauter vers: