AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche de Sindbad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: A la recherche de Sindbad   Mar 23 Fév - 13:05

Le couple accompagné de Bertrand s'était mis en route pour le Sud, Lourdes plus précisément.
Le coche faisait des arrêts fréquemment afin de changer les montures, histoire d'arriver au plus vite en Béarn.
Il en allait de la survie de leur ami.

Le lendemain matin, aux aurores, le carrosse passa enfin les portes de Lourdes.
Les soubressauts réveillèrent doucement Aiguemarine qui s'était assoupie contre Nic.

Le cocher ouvrit la porte, et leur annonça leur lieu d'arrivée...

Se tournant vers Bertrand, Aiguemarine ne le ménagea point ; il fallait faire vite.
Par où commencer ?! C'était bien là le noeud du problème.
Rechercher les fioles d'Aparajita, c'était peine perdue.
Seule solution : se rendre à l'echoppe de la dénommée Graziella.


Connaîtriez vous une echoppe portant le nom "La très brillante" ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/02/2010
Localisation : Lussagnet-Lusson, Comté du Béarn

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Mer 24 Fév - 3:08

Le voyage s'était déroulé à tombeau ouvert.

La Dame de Sarliève et son époux avaient manifestement sur la manière de gérer la situation une idée très arrêtée.

Mais Bertrand leur avait promis aide, un commerçant qui promet ne se dédie pas, sous peine de perdre sa clientèle. Il avait donc suivi.

Et dès leur arrivée, la Dame lui demanda des informations sur une certaine échoppe lourdaise :


Ma foi, Dame, je connais vaguement cette échoppe. La propriétaire, une jeune femme, vend de l'eau consacrée, je crois. Pas la même clientèle que la mienne...

Bertrand s'apprêtait à emmener le couple sur les lieux lorsqu'un pigeon se posa sur son épaule. Intrigué,Bertrand défit le vélin accroché à la patte de l'animal et lui donna quelques graines, qu'il avait toujours dans sa poche.

Il déplia ensuite la missive, la parcourut rapidement du regard et la tendit à Aiguemarine.


Ceci me semble directement lié à l'objet de votre déplacement.

Theobald a écrit:

Albi, fin du voyage...

Je n'avais cependant pas de quoi pavoiser. Malgré les quelques soins que je lui avait prodigué, la santé de Sindbad déclinait. Le constantinopolitain était la proie de nausées, de vomissements accompagnés de violentes douleurs au ventre. A cela s'ajoutaient, depuis leur arrivée dans le Comté de Toulouse, des troubles de la vision et des maux de tête persistants.

Tout cela était arrivé à Lourdes, quand Sindbad, en arrêtant un coup de poignard de l'infâme Graziella, avait été blessé. Or, la lame du poignard avait été enduite d'un poison conçu au Royaume de Vijayanagara, en Inde, et dérobé par la succube rousse à Aparajita, qui veillait jalousement sur la sécurité du constantinopolitain. A cette heure, la dravidienne devait apprendre à nager dans le Gave avec un poids conséquent aux pieds. Elle ne serait donc d'aucune utilité.

Malgré les tisanes que je lui avais fait boire pour ralentir ses fonctions vitales et, partant, la diffusion du poison dans son organisme, l'homme de Constantinople s'accrochait à la vie, aidé en cela par un homme et une femme que je ne connaissais pas, mais qui semblaient suffisamment connaître et apprécier le constantinopolitain pour l'accompagner de Castelnaudary à Albi.

Lors d'un de ses moments de lucidité, il avait prononcé trois mots :
"Toulouse...peste blonde". Pas simple de deviner de qui il s'agissait.

C'est en reprenant les notes prises pour la biographie que la réponse me vint : la rousse avait traité de
"peste blonde" une certaine Saradhinatra. J'eus confirmation qu'il s'agissait de la bonne personne en lisant les annonces royales, la Peste répondant également depuis peu à l'appellation de Tolosa. Elle ne communiquait d'ailleurs que par l'intermédiaire d'un vénitien, Mestre_arturo_rhuy, que j'avais très fugacement croisé. Dans ces conditions, la débusquer risquait d'être fort difficile.

Déjà, je pensais trouver Tolosa à Toulouse, quoi de plus logique. Mais seule une taverne des Têtes de Bourriques, vestige du caractère bien trempé de la Dame, témoignait de sa présence en cette ville.

Mais je ne désarmais pas : Sindbad m'avait conté, au cours de l'une de nos soirées, que celle qui l'appelait
"Parrain" sans qu'il en ait conservé le moindre souvenir résidait un temps à Albi. Là bas, des gens la connaissait sûrement, qui l'aiderait à la localiser.

Prenant courtoisement congé des deux amis de Sindbad qui avaient voyagé à nos côtés, j'entrepris de visiter la ville, à la recherche d'une demeure appartenant ou ayant appartenu à cette
"Peste blonde". Las, mes recherches furent vaines. Et mon malade s'affaiblissait.

C'est donc en désespoir de cause que j'avisais un établissement :
"l'Auberge de l'Albigeoise". Soutenant l'homme de Constantinople du mieux que je le pouvais, j'y fis mon entrée, saluant à la cantonnade les clients présents.

Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule


P.S.: Dame Aiguemarine, Messire Nictail, je vous prie d'accepter mes humbles excuses pour ce silence. Je souhaitais simplement éviter que Graziella n'achève le travail de destruction qu'elle avait entrepris. Soyez néanmoins assuré que nous reviendrons ensemble sur Sarliève, je m'y emploie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/02/2010
Localisation : Lussagnet-Lusson, Comté du Béarn

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Mer 24 Fév - 11:47

Le courrier du ménestrel se poursuivait ainsi :

Nane94140 a écrit:

Quelques jours ont passés depuis la naissance des jumeaux sans évènements notable dans la vie de l'auberge. Les Albigeois seuls, ou presque, venaient déguster la cuisine pourtant réputée.

Cependant depuis son accouchement mouvementé, la patronne des lieux n'avait pu quitté sa chambre, trop éprouvé par cette naissance difficile. Elle faisait ce jour la sa première visite dans la grande salle de l'Albigeoise.

Confortablement installée sur un fauteuil de bois, recouvert d'une tapisserie confortable, calée par des coussins moelleux, Elle somnolait quelque peut lorsque la porte de l'auberge s'ouvre sur un duo des plus étonnants.

Un homme en soutenant un autre qui semble à demi moribond. Mais cet autre n'est pas n'importe qui, elle le connait, elle en est sure. Elle fouille dans sa mémoire pour tenter de se rappeler en quelles circonstances.


Je sais que je l'ai vu, mais ou ? Réfléchit ma fille, réfléchit ! Je voyageais j'en suis sure mais quand j'ai fais tant de route.... En suisse ? Non, ca n'est pas si ancien ! A Carcassonne ? Il me semble que c'est plus récent encore ! Le voyage de noce ? Non ce n'est pas ça !

Elle sursaute quand la mémoire lui revient.

Je sais ou c'est !


Elle rougit un peu quand elle se rend compte qu'elle a parlé à haute voix mais n'en continue pas moins sur sa lancée.

C'est quand j'ai fais le voyage à Lyon avec Marcj Nolanna et Drumgray, je ne sais plus dans quelle ville mais Sara m'avait demandé de saluer son parrain et le hasard a fait que je l'ai rencontré. Je veux bien être pendue si ce n'est pas lui ! Ce Sindbad dont elle me parlait si souvent.

Elle tente de se lever mais la cicatrice de son ventre lui interdit hélas ce genre d'exercice. Le parrain de sa sœur lui semble bien mal en point.

Installez donc votre compagnon sur le siège un peu à l'écart jeune homme.

Il pèse son poids et vous n'avez pas l'air des plus costaud, votre dévouement n'en est que plus louable. Et si vous le pouvez dites moi ce que je peux pour vous !



Sindbad a écrit:

Chaque pas est un calvaire. Sa vie devient un martyr quotidien. Pour un peu, il supplierait quiconque d'abréger ses souffrances d'un coup d'épée judicieusement placé.

Mais le ménestrel est à ses côtés, qui le soutient et l'aide. Tous deux entrent dans une auberge.

Quelques personnes sont attablées devant un pichet de bière. Dans un coin, une Dame sommeille dans un fauteuil. Elle se réveille d'un coup à leur entrée, et murmure des propos indistincts. Et la voilà qui se met à crier.

Sa voix lui vrille la tête. Qu'est-ce qui lui prend donc ?

Mais voilà qu'elle mentionne le nom de sa filleule, puis le sien. Le constantinopolitain la dévisage. Se pourrait-il qu'il l'ait croisé au cours de ses pérégrinations à travers les provinces de France ? En six mois sur les routes, il en a croisé, du monde...Et sa tête qui ne le laisse pas réfléchir...

Elle aussi semble blessée. Mais elle les accueille tous deux aimablement, et s'enquiert du motif de leur passage en ce lieu. Sindbad ne peut que murmurer :


Sara...besoin d'elle...empoisonné.

Il ne peut en dire davantage, et s'écroule sur le sol, inanimé.

Ambassadeur Royal de France en Angleterre

Ex-Chambellan de Guyenne (avril/septembre 1456)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/02/2010
Localisation : Lussagnet-Lusson, Comté du Béarn

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Jeu 25 Fév - 11:49

La correspondance se poursuivait ainsi :

Nane94140 a écrit:


Sindbad a à peine le temps de prononcer trois mots qu'il s'effondre au sol.

Elle a cru saisir [/i]
Sara...besoin d'elle...empoisonné.

Mais la voix était si faible que c'est sans certitude qu'ils ont pénétrés son cerveau.

Elle réagit plus au fait que l'homme est à terre son coté médicastre prend le dessus et elle tente de se lever.


OUAAAAOUCHHHHHHH !!
non d'un balais sans poil je peux même pas me bouger c'est vrai !
Sa cicatrice encore très fraiche s'est rappelée a elle de la plus douloureuse des manières.

PRUDENNNNNNCCCEEEEEEEEE !!! Dépêche ma fille arrive ici !

La servante qui se trouvait a l'étage entrain de nettoyer les chambres descend quatre à quatre.

Ben quoi qu'y s'passion donc ici ? Ca va pas ben m'dame Nane d'brailler comme un goret qu'on dégorge ?


L'aubergiste lui montre la scène.

Prépare de quoi coucher cet homme comme s'il faisait partie de la famille ! Il est au plus mal et c'est le parrain de ma sœur !

Par la mordieu il faut que ca arrive juste maintenant ou je ne peux même pas soulever ma cuillère seule ! Il va falloir que tu sois mes bras Prudence... et mes jambes aussi.


La servante lève les yeux au ciel depuis que sa maitresse est alité elle devient imbuvable avec ses exigences incessantes.

Ah !! et apporte moi une plume et un parchemin ! Léger.... c'est pour un pigeon ! Tu l'enverras par le pigeonnier municipal ! Sara a la fâcheuse manie de croquer mes pigeons ! Et je tiens à Fendlabise.


Prudence s'active sans un mot mais ne peut tenir sa curiosité et sa langue bien longtemps.


Dites m'dame Nane ... l'est plutot beau gosse c'gars ? L'aurait bien plu à Barbe l'est arrivé comment ? y va rester longtemps ici ?


Tout en parlant elle pose une planche ainsi qu'un parchemin et une plume devant sa maitresse qui rédige sa missive d'une plume alerte.

Porte ceci au pigeonnier En fait partir cette missive rapidement Sara doit l'avoir de toute urgence ! Au retour, si tu vois Eric parle lui de cet homme et demande lui s'il saurait lutter contre le poison !


La servante prend le pli pose sa coiffe sur sa tête et file en ronchonnant exécuter les ordres.

Et voila c't'encore moi qui m'tapes les corvées
y a un beau gars et on m'expédie faire des corvées ! pff ! c't'encore ma pomme qui vas crapahuter dans la fiente de piafs ! faut t'y que j'la respecte piu que j'laime comme ma soeur la patronne pour m'tapper ses corvées !


Pendant que la servante part porter la missive Nane regarde à droite et à gauche de la salle ou a bien pu passer l'homme qui accompagnait Sindbad. Elle a besoin de lui pour transporter l'homme à terre vu que son époux n'est pas rentré de son atelier et qu'elle même est totalement hors service. A moins qu'une bonne âme ne passe par hasard et ne se dévoue...


Theobald a écrit:


Et voilà...Ce qui devait arriver arriva...

Sindbad n'a que le temps de murmurer quelques mots avant de s'effondrer sur le sol de l'auberge.

Il était temps que nous arrivions à destination.

La Dame tente de se lever, mais pousse un cri. Manifestement, sa condition physique n'est pas optimale. Elle semble, selon l'expression consacrée dans les milieux soulesques, relever de blessure. En soule, tout joueur indisposé relève de blessure, même si sa méforme résulte de sa Boulasse de la veille. Je n'aurais toutefois pas l'indiscrétion d'éclaircir ce point auprès de mon hôtesse. Après avoir donné quelques instructions à une soubrette, elle cherche quelque chose du regard. Je dois intervenir :


Rassurez vous, Dame, je suis ici et y resterais aussi longtemps qu'il sera là. Du menton, je désigne l'homme de Constantinople couché sur le sol. Je suis redevable de son existence auprès du Seigneur de Sarliève et de son épouse.

Mais dans l'immédiat, il convient de l'allonger sur un lit. Ne bougez pas, je le porterais. Par contre, dans quelle chambre puis-je le déposer ?


Theobald
Ménestrel,
Narrateur de « La Geste d’Orient »
Commentateur de matches de soule


Petite mise au point :

1/ Ce RP est ouvert à tous.

2/ Par souci de cohérence et de réalisme RP, et dans la mesure où l'état de Sindbad a fait l'objet de recherches médicales de la part du joueur, le remède administré devra suivre la même logique.

Par conséquent, les participants, préalablement à tout acte de soin, devront envoyer par mp à Sindbad un diagnostic argumenté, ainsi que le traitement préconisé et ses effets. Theobald répondra à toute question relative aux symptômes de Sindbad et au fait générateur de son état.

Le gagnant soignera le patient sur le RP.

Bon jeu à tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Ven 26 Fév - 23:54

[ Lourdes ]

Aiguemarine & Nic étaient sur le point de partir vers "La Très Brillante" lorsqu'un pigeon se posa sur l'épaule du Béarnais.
L'homme en retira un velin qu'il survola rapidement avant de lui tendre.
Elle le lut à haute voix : autant que Nic et Bertrand en profitent.

Des nouvelles de Théobald, le ménestrel...
Il avait réussi à éloigner Sindbad du Béarn, et de la menace éventuelle qui pesait sur lui en la personne de Graziella. Bonne chose, même si Aiguemarine ne pût réprimer un soupir. Pourquoi ?! elle-même ne le savait pas.
Ils étaient donc désormais dans le Comté de Toulouse...à la recherche de Sara.
Légère moue. Que faire ?!
Ils n'avaient tout de même pas fait tout ce chemin pour...rien.
Rebrousser chemin, ou tenter de retrouver ladite rousse ?!

Se tournant, de nouveau, vers Bertrand...froissant le velin d'une main, et serrant fortement le bras de son époux de l'autre...


Pourriez vous nous mener dans bonne auberge Messire Bertrand ?!
Quelques heures de repos ne seront pas de trop. Et je pourrais répondre à l'expéditeur de cette missive. Ensuite...nous aviserons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/02/2010
Localisation : Lussagnet-Lusson, Comté du Béarn

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Sam 27 Fév - 9:56

Bertrand accéda à la demande des époux.

Il les conduisit auprès de son ami Françoys. Justement, le drôle lui devait encore quelque argent, suite à sa dernière livraison.

La recherche de l'homme de Constantinople n'en n'était plus une, puisque le lieu de sa retraite était désormais connu.

Nul doute que sa mission arriverait bientôt à son terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nictail
Seigneur
avatar

Messages : 277
Date d'inscription : 09/05/2008
Localisation : Bien blotti au creux de ses bras.

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Sam 27 Fév - 10:58

La petite troupe était arrivée sans encombres à Lourdes.
Mais le voyage avait été fait au pas de charge. Ils n'avaient guère le temps d'attendre, loin de là, la vie de Sindbad pouvait en dépendre.
Mais une fois arrivés dans le village Béarnais, une missive leur parvint de la part de Theobald, le troubadour. des nouvelles de Sindbad.
Il était donc parti du côté d'Albi pour trouver Sara avec l'espoir qu'elle puisse l'aider.

Les époux devaient parler pour décider de la suite des événements.
A la demande de son épouse, Bertrand les conduisit à une auberge de sa connaissance. Avant de gagner leur chambre, Nic s'adressa au marchand.


Messire Bertrand, nous vous remercions sincèrement d'être venu nous raconter l'histoire malgré la distance, ainsi que de nous avoir aidé à revenir ici.
Mais, nous ne voudrions pas prendre plus de votre temps. Vous avez surement des occupations qui vous appellent et vous avez déjà beaucoup donné.
Si jamais vos affaires vous amènent par chez nous, n'hésitez pas à venir.


Ils saluèrent le commerçant et le laissèrent donc rentrer chez lui.
De leur côté, les époux gagnèrent leur chambre pour discuter.


Bon, que fait-on mon ange ?! J'aimerais retrouver cette Graziella pour qu'elle paye tous ses méfaits.
Dans ton état, ce n'est pas raisonnable, elle est dangereuse ! Tu es déjà fatiguée, et nous n'avons aucune idée de la direction à suivre.
Mouais, mais elle reviendra un jour sinon, on doit aider Sindbad. Mais, on ne servirait à rien à Albi, il y a déjà du monde. Que veux-tu qu'on fasse si on ne la poursuit pas ?!
Theobald a dit qu'il allait nous ramener Sindbad à Sarliève. Nous ne savons pas de quand ça date. Nous devrions rentrer chez nous pour les accueillir, de là, nous pourrons écrire à nos connaissances pour retrouver les trace de la rousse.
Qu'en penses-tu ?!


Nic savait que son épouse serait difficile à convaincre.
C'était la première étape, il réfléchissait à ce qu'il pourrait ajouter si jamais ça ne suffisait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Dim 28 Fév - 0:23

[ Dans une auberge à Lourdes ]

Ils avaient pris congé de Bertrand, l'invitant à Sarliève si l'occasion se présentait au marchand Béarnais.
Tranquillement, le couple regagna la chambre qu'ils avaient loués pour quelques heures.
Aiguemarine se sentait si lasse.
Néanmoins, elle avait encore un "combat" à mener, et celui-çi était de taille, plutôt grand, plutôt blond, et s'il s'appelait Nictail.
Elle savait qu'il tenterait de la raisonner...

La jeune s'asseya sur le bord du lit, ses yeux suivant son époux dans la pièce.
Il avançait ses arguments.
Avait'elle le droit de mettre sa vie en danger, voire celle de l'être qui était en son sein ?! non... Nic avait raison.
Et aller dans le Comté de Toulouse, étais ce la solution ?! non plus...
Puis, cette bourrique de Sara pourrait, peut-être, soigner son Parrain.

Quand il eût terminé d'avancer tous ses arguments, Aiguemarine prit la parole...

J'ai... Tu as raison mon Ange.
Rentrons chez nous !
Mais avant cela...


Elle ne termina pas sa phrase, se disant que Nic saurait ce qu'elle s'apprêtait à faire...
Tirant un parchemin et une plume de sa besace, Aiguemarine se mis à rédiger missive pour Theobald, le Ménestrel...


Citation :
A Théobald, le Ménestrel...
D'Aiguemarine & Nictail
Dame et Seigneur de Sarliève,


Merci pour les nouvelles.
Pour notre part, aidés par votre ami Bertrand, nous nous trouvons actuellement à Lourdes.
Il est vrai qu'il n'était pas fort judicieux de l'emmener jusqu'en Toulouse, mais ce qui est fait est fait.
Savez vous que les efforts physiques accélèrent la diffusion du poison dans ses veines ?!
D'un autre côté, si vous réussissez à localiser sa filleule, peut-être celle çi sera t'elle en mesure de le soigner... Je ne sais, mais le souhaite de toutes mes forces.

Il est vrai que je souhaitais me mettre à la recherche de la dénommée Graziella, mais mon époux vient de m'en dissaduer.
Mon état de santé ne me le permettant pas.
Nous allons donc rentrer en Auvergne, et prier pour le salut de notre ami, ainsi que votre retour prochain.

Bien à vous. Prenez soin de Sindbad.

Rédigé en une auberge de Lourdes le 27ème jour de février de l'an de grasce 1458.


Aiguemarine & Nictail


Elle tendit le pli à son époux afin qu'il le relise et qu'il aille dépêcher un coursier pour le porter en Toulouse.
Aiguemarine s'allongea sur la couche, pensive...
Avait'elle fait le bon choix ?! Et si le Ménestrel faillissait à sa parole ?!
C'est tourmentée qu'elle se laissa aller et s'endormit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nictail
Seigneur
avatar

Messages : 277
Date d'inscription : 09/05/2008
Localisation : Bien blotti au creux de ses bras.

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Lun 1 Mar - 9:50

Nic avait réussi à convaincre son épouse. Et tout le monde sait que ce n'est pas évident quand Aigue a quelque chose en tête ! Surtout quand il s'agit d'aider un ami. Mais la voix de la raison avait été la plus forte.

J'ai... Tu as raison mon Ange.
Rentrons chez nous !
Mais avant cela...

... Oui, écris à Theobald pour le tenir au courant.

Nic la laissa faire puis relut la missive, approuvant du chef.
Enfin, il se mit en quête d'un coursier pour envoyer le pli à leurs amis.
Une fois fait, Nic vagabonda un peu à la recherche d'un petit cadeau.
Il regagna donc l'auberge tranquillement et trouva son épouse endormie, d'un sommeil agité. Il se posa près d'elle, passant une main sur son front. Toute cette histoire la tourmentait beaucoup, et cumulé à sa grossesse et sa fatigue, ça n'était pas évident pour son épouse adorée.
Il veillait sur elle toujours !

A son réveil, il lui sourit et lui offrit un doux baiser.

Tu fais bien de te reposer ! La missive est partie pour rejoindre nos amis en Toulousain, tout va bien se passer.
Un sourire qui se veut rassurant, même si les deux époux savent le péril qui pèse sur le vie de Sindbad.
D'ailleurs, j'en ai profité pour te trouver un petit cadeau.
Tu m'as confié ton pendentif adoré pour qu'il me porte chance, j'ai décidé de te confier un délicat pendentif qui porte tout mon amour, tout ce que je ressens pour toi.


Doucement, il lui présenta le dit petit cadeau en souriant.
Rien n'était assez beau quand il s'agissait de son épouse.




J'espère que ça te plait.
Repose-toi, nous repartirons quand tu te sentiras prête, et nous irons à ton rythme cette fois-ci, rien ne presse.

Il lui passa le pendentif autour du cou et l'enlaça fort.
Il ne craignait qu'une chose en ce monde : la perdre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Lun 1 Mar - 12:18

[ Lourdes - d'un doux réveil ]

Aiguemarine s'était bien reposée.
Lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux, son époux était revenu et veillait sur elle.
Elle se redressa sur la couche et découvrit avec plaisir son présent.

Emue, les larmes aux yeux, Aiguemarine contempla le bijou avant qu'il ne le lui accroche autour du cou.
Magnifique, il était tout simplement...magnifique.
Elle effleura le pendentif du bout des doigts.

J'ai...je...il est magnifique mon Ange.
Une partie de toi sera toujours à mes côtés.


Aiguemarine esquissa un léger sourire avant de s'approcher de Nic et de lui glisser un tendre baiser dans le cou et de lui murmurer un doux "je t'aime".

Ils commandèrent un repas qu'ils firent monter dans leur chambre.
Après tout, autant en profiter et déguster les spécialités locales. Peut-être reviendraient'ils un jour ?! du moins, dans d'autres circonstances plus...réjouissantes.

Une fois rassasiés et bien reposés...ils reprirent le chemin du Bourbonnais-Auvergne.
Demain serait un autre jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Mer 10 Mar - 10:37

[ Bourbonnais-Auvergne - Domaine de Sarliève, quelques jours plus tard...]


Le couple était rentré chez eux.
Retour à leur Domaine, même s'ils étaient inquiet pour leur ami.
D'autant plus que le Ménestrel semblait avare de missives.
Leur dernière lettre n'avait point eue de réponse...
Le coursier, grassement payé par Nic, n'avait peut-être point trouvé trace d'eux à Albi ?!

Les jours avaient passé, et un matin, *Ma* avait fait une stupéfiante découverte dans les jardins.
Celle que tout le monde croyait morte était arrivée, blessée, affaiblie mais ...vivante.
Aiguemarine savait qu'Aparajita était la seule à pouvoir sauver leur ami.
Aussi, pendant que son époux s'affairait à soigner la Dravidienne, prit'elle sa plume pour en informer Theobald.



Citation :
A Theobald, le Ménestrel
De Nictail & Aiguemarine,


Aparajita est vivante, et ne flotte pas dans le Gave comme vous sembliez le croire.
Elle est gravement blessée, mais en sécurité à notre Domaine.
Mon époux et moi-même nous occupons d'elle afin de la sauver.
Comment va Sindbad ?! Est'il transportable ?! Si oui... je vous conjure de l'amener ici.
La Dravidienne me semble être la seule à pouvoir aider notre ami commun.
Mais pas avant quelques jours seulement...

Nous attendons rapidement de vos nouvelles.

Qu'Aristote veille sur vous 2.




Rédigé ce 6ème jour de Mars de l'An de grasce 1458
Nictail & Aiguemarine
Seigneur et Dame de Sarliève
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sindbad
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 49
Localisation : Blois/Orléans

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Mer 10 Mar - 21:34

(HRP : Désolé - Voilà ce que c'est que de slalomer entre les identités...)

Après un long vol depuis Albi, le pigeon se posa sur l'appui de la fenêtre de Sarliève, tout en roucoulant afin d'être déchargé de la missive qu'il portait :

Sindbad a écrit:
De Sindbad à Aiguemarine et Nictail,

Loués soyez vous, pour avoir recueilli Aparajita. Je gage que, grâce à vos soins, elle sera rapidement sur pied.

En ce qui me concerne, les choses vont en s'empirant à chaque jour qui passe. Aux nausées et vomissements d'une matière jaunâtre peu ragoûtante sur laquelle je ne m'étendrais pas s'ajoutent une respiration bruyante et difficile, des maux de tête, une vision de plus en plus floue, avec la présente d'un cercle lumineux et des zones de vision qui deviennent aveugles par intervalles.

A moins qu'un médecin compétent ne trouve l'origine de ce mal et le moyen de m'en débarrasser, je crains qu'il ne vous faille préparer la Chapelle Sainte Boulasse pour un enterrement.

Tant qu'à mourir en terre étrangère, j'aime autant reposer aux côtés de ma famille d'adoption. Prenez soin également d'Aparajita, je sais qu'elle vous sera aussi dévouée que j'aurais pu l'être si vous l'intégrez à votre service.

Fait en Albi, le onzième jour de mars 1458

Votre fidèle et dévoué Sindbad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rrsindbad.site.voila.fr
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Sam 13 Mar - 10:41

*Ma* lui avait apportée la missive jusqu'au dispensaire.
Après l'avoir lue à haute voix, Aiguemarine avait notée sur un bout de parchemin les réflexions d'Aparajita.
Elle ne parlait pas son dialecte, aussi préféra t'elle retranscrire mots à mots les paroles de la Dravidienne.



Citation :
De Nictail & Aiguemarine,
A Sindbad


Bienheureuse d'avoir quelques nouvelles, même si celles-ci ne sont pas celles que nous escomptions.
Avant qu'Aparajita ne sombre dans les bras de Morphée, elle nous a livrée, peut-être, un antidote.

Etant donné que je ne parle pas son dialecte, je vous retranscris ses paroles.
Peut-être vous parleront'elles davantage à vous, qui la cotoyez depuis de nombreuses années.

Agir sur Shirodhara, arrêter Hroudbasti.
Faire Raktamoksha, sortir Upas...

De mon côté, je pencherai pour qu'un médicastre, sur place, vous fasse une saignée, afin de vider votre sang de ce poison. Je ne vois pas autre chose. Mais peut-être fais je fausse route ?! Oui, je doûte, je ne suis sûre de rien, et encore moins de mes compétences de Médicastre. Peut-être est ce lié au fait que cette affaire me touche plus qu'il n'y paraît...je ne sais.

Du fond du coeur, j'espère que cette missive vous parviendra avant l'irréparable.

Qu'Aristote vous aie en sa sainte garde.

Rédigée à Sarliève, le 13ème jour du mois de Mars de l'an de grasce 1458.



Nictail & Aiguemarine
Seigneur et Dame de Sarliève
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sindbad
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 49
Localisation : Blois/Orléans

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Sam 20 Mar - 10:03

Sindbad se sentait suffisamment en forme pour écrire. Il avait du courrier en retard, et Aiguemarine devait être morte d'inquiétude.

Sindbad a écrit:
De Sindbad à Nictail et Aiguemarine,

Quelques informations sur mon état de santé.

Alors que les choses allaient de mal en pis est arrivée une certaine Atirenna, femme-médecin originaire de Gascogne, qui semble savoir ce qu'elle fait.

Le fait est que je me sens un peu mieux, sans pour autant être tiré d'affaire. Je vais donc séjourner encore quelques temps à Albi.

J'espère que, de son côté, Aparajita se remet également des blessures qui lui ont été infligées. Je me soucie de sa santé autant que de la mienne.

Qu'Aristote vous protège ainsi que votre famille.

Sindbad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rrsindbad.site.voila.fr
Aparajita
Convive qui ose pousser les portes
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 52
Localisation : Aux cotés de Ganapati

MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   Jeu 25 Mar - 20:45

Grâce aux soins prodigués par Atirenna, la santé de Sindbad revenait peu à peu. Il écrivit donc à Sarliève afin de l'annoncer :

Citation :
De Sindbad à Nictail et Aiguemarine,

Quelques mots pour vous informer de mon état de santé.

Grâce aux indications d'Aparajita, et à la consultation d'un homme venu de terres fort lointaines jusqu'à Port Valent, Atirenna a pu extraire le poison de mon corps. Il lui reste à me rendre vigueur et santé, ce à quoi elle s'emploie par des bains de sa composition et des massages d'huiles venues de fort loin.

Si je lui suis infiniment reconnaissant de me remettre sur pied, il me tarde également de retrouver Aparajita en pleine santé, sans laquelle j'aurais peut-être déjà trépassé.

Qu'Aristote vous garde,

Sindbad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de Sindbad   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de Sindbad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Recherche] Technic 8292: l'élévateur à nacelle
» [Recherches] Recherche Bionicle 8942 Jetrax T6.
» Recherche de joueurs pour Axis & Allies Miniatures
» [Recherche] Borne arcade type Arcades 25 / N'STYL 25
» [RECHERCHE] Big Jim collection SPY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Sarliève :: Château de Sarliève :: Le rez de chaussée. :: La bibliothèque. :: Des archives diverses et variées.-
Sauter vers: