AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)

Aller en bas 
AuteurMessage
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:54

Tridant


[Un matin pourtant comme les autres]

Cette semaine Tridant n’était pas de garde, le bon bourgmestre était de retour parmi la famille de la Prévôté. Le Procureur profita donc de cette semaine de semi-repos pour prendre un plus soin de sa chère et tendre épouse.

Celle-ci, n’avait le moral, depuis quelques jours le barbotin lui rendait une vie bien compliqué, elle ne pouvait plus faire grand-chose sans avoir de nausées, se qui mettais Tridant bien mal a l’aise de voir sa femme ainsi sans que pour autant Tridant puisse faire quelques chose pour affaiblir sa douleur.

Après avoir passé une nuit au prés de sa douce, pourtant une nuit bien normale, en se réveillant il aperçu sa douce en sueur, ne pouvant presque pas parler, sur le coup il n’eu pas vraiment le déclique. Tridant lui pris la main, mais celle-ci fut rendu en bouilli quelques seconde plus tard.

Oh non mon ange, qu’est ce qui a ? Tu...tu… tu a des contractions ?

Mon dieu le moment était venu, que faire, il la regarda, aucun mot ne sortait de sa bouche seul la douleur était visible sur les traits de son visage.

Tien bon mon ange, je… je vais chercher un médicastre, je vais voir de suite en face voir si Aiguemarine peut venir en vitesse.


Il lui déposa un baisé sur le front, ne savant pas vraiment si la laisser seul durant quelques minute était judicieux, seulement il n’y avait pas d’autre solution.

L’Aspirant enfila ses bottes et sa chemise aussi vite qu’il le put, sortant en vitesse courant du plus vite qu’il le pu en direction 55 rue des Lavandières, trois rue plus tard il arriva devant le seuil de leur porte, un peu hésitant il était tous de même tôt, mais c’était urgent, Tridant tapota a leur porte, pas trop fort pour ne pas réveiller les enfants,

Aiguemarine, Sieur Nictail, Il ya quelqu’un ? Je vous en supplie c’est urgent, ma femme va accoucher d’un moment a l’autre ! Je… je … je dois la rejoindre,


Tridant laissa un mot si jamais ils ne l’avaient pas entendu,

Citation :
Ma femme risque d’accoucher d’un moment a l’autre, je vous en supplie venez me rejoindre a l’école des Arts de Montpensier, 3 rue a gauche après l’église plus 20 mètre plus loin vous trouverez l’école.

Faites vite, jevous en supplie

Tridant

Puis Tridant reparti en direction de l’école ou avais dormit Jip, espérant qu’elle ne soit encore plus malade qu’a son départ, il prit tous juste le soin d’enlever ses bottes, puis alla dans la chambre. Son état n’était pas mieux, il faut l’avouer, il s’approcha lui pris la main, lui déposa un autre baisé sur le front puis lui dégageant les cheveux sur son front, essayant de la consoler du mieux qu’il le peu.

Sa va aller ma belle, ma médicastre Aiguemarine va arriver dans pas longtemps, tien bon


Sa main servait de torture, Jip la serait tellement fort que sa lui en coupait le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:55

Aiguemarine


[55, rue des lavandières - chez Nic et Aiguemarine]

Un jour comme un autre.
Aiguemarine et Nic dormaient profondément lorsque des coups retentirent contre la porte de leur demeure.
Ouvrant doucement un oeil, s'écartant de Nic, l'oreille tendue.
Quelle heure pouvait'il donc être ?!
Tôt, sûrement à en juger l'obscurité de la pièce.
Mais *Ma* était sûrement levée ; point de crainte à avoir.

Aiguemarine épia donc quelques instants les bruits de la maisonnée, sauf que... rien !
Elle se leva, enfila un peignoir et descendit les marches de l'escalier.

La porte était restée entrouverte. Elle grommela intérieurement quand elle remarqua un mot posé sur le guéridon de l'entrée.


Citation :
Ma femme risque d’accoucher d’un moment a l’autre, je vous en supplie venez me rejoindre a l’école des Arts de Montpensier, 3 rue a gauche après l’église plus 20 mètre plus loin vous trouverez l’école.

Faites vite, jevous en supplie

Tridant

Quand on connaît la propension des hommes à s'affoler, c'était sûrement une "fausse alerte".
Neanmoins, Aiguemarine se devait d'aller vérifier si tout allait bien pour la jeune épousée.
S'étirant doucement, elle fit demi-tour et remonta dans sa chambre.
Son époux dormait du sommeil du juste. Aussi, elle n'eût pas le coeur à le réveiller.
Aiguemarine enfila des vêtements propres, prit sa trousse médicale, et s'empressa de laisser un mot.
Qui le trouverait le premier ?! *Ma*, Nic, les enfants ?!
Mais ça, c'était une toute autre histoire...


Citation :
Mes amours,

Suis partie à l'école des arts de Montpensier.
La jeune épouse de Tridant semblant sur le point d'accoucher.
Je vais vérifier.
Soyez sages en attendant mon retour.
Je vous aime.

Aiguemarine

La jeune femme posa son mot bien en évidence, reprenant au passage le mot de Tridant et quitta sa demeure. L'école des arts, elle n'y avait jamais mis les pieds.
Heureusement, dans la précipitation, le futur père avait été assez clair dans ses explications.

Arrivée devant la porte de l'école, elle frappa quelques coups secs contre l'huis et poussa doucement la porte.

Y'a quelqu'un ?! Tridant ?!
C'est moi... Aiguemarine !


Elle attendit que quelqu'un se manifeste avant de pousser plus avant ses pas...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:56

Tridant


Plus les minutes passèrent plus le temps semblait long, plus Jipdoly gémissait, Tridant ne savait que faire, il ne trouvait pas les mots pour la réconforter, rien de plus atroce que de voir sa femme souffrir sans pourtant pouvoir atténuer ce mal. La sueur était au rendez-vous chez le Procureur, il avait pris soin de préparer de l’eau chaude espérant que cela pourrais avancé la médicastre a son arrivée. Avec un torchon humide il tapotait légèrement sur le front de sa bien aimé, espérant lui apporter que bien être dans cet étape si douloureuse.

Oui ?! Entrez, suivez le couloir troisième porte sur votre gauche, je m’y trouve avec ma femme

Il entendit les pas se rapprocher de la chambre, une fois dans la pièce Tridant pris la parole

Oh je vous remercie de tous cœur, en me réveillant je l’ai trouvé dans cette état, je suis tout de suite allez vous chercher, espérant ne pas avoir réveillé toute votre petite famille. Je crois que le travail a commencé, j’ai pris soin de vous préparé de l’eau chaude, et d’humidifier un beau de tissue pour le poser sur son front. Elle va bien ? Dites moi qu’elle va bien?


Cette fois-ci, le futur papa commençais à perdre la raison, et a avoir peur et pour sa femme et pour son futur enfant. Jip va-t-elle y arriver ? Le bébé se porte bien ? Ce fut bien tombé que Tridant ne soit pas de garde, il s’en serait voulu s’il l’avait trouvé dans cet état en rentrant de sa nuit de garde. Le bon Dieu a toujours bien fait les choses, espérons qu’il soit derrière Jipdoly.
Il regarda la Médicastre, prés à aider si besoin, enfin essayer car la raison n’était plus tellement en Tridant.


Je… je…je peux faire quelques choses pour vous aider ?

Tenant toujours la main de la futur maman, écoutant les ordre de la Médicastre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:57

Aiguemarine


[ Ecole des Arts ]

Ah, assurément... quelqu'un l'avait entendu.
Bon, c'était rassurant.
Elle ne s'était pas trompée d'endroit, déjà ça de bien vu l'heure matinale.


Oui ?! Entrez, suivez le couloir troisième porte sur votre gauche, je m’y trouve avec ma femme


Aiguemarine fit quelques pas dans le long couloir qui semblait n'en plus finir.
Comptant mentalement les portes.
1, puis 2 de passées.
Elle tenait le bon bout.
3ème porte enfin.
La médicastre entrebaîlla la porte, laissant le temps à ses yeux de s'habituer à la pénombre.

Elle aperçut Tridant au côtés de son épouse.
Celui-çi s'avança vers elle, et comme tout futur père inquiet, ne lui laissa pas placer un mot.


Oh je vous remercie de tous cœur, en me réveillant je l’ai trouvé dans cette état, je suis tout de suite allez vous chercher, espérant ne pas avoir réveillé toute votre petite famille. Je crois que le travail a commencé, j’ai pris soin de vous préparé de l’eau chaude, et d’humidifier un beau de tissue pour le poser sur son front. Elle va bien ? Dites moi qu’elle va bien?

Je… je…je peux faire quelques choses pour vous aider ?


Aiguemarine pencha la tête sur le côté.

Vous dire si elle va bien, je ne le peux pas encore.
Il me faut l'ausculter, d'abord.
Léger sourire, puis posant une main amicalement sur le bras de Tridant.

Oui, ouvrez les rideaux, éclairez la pièce dans un premier temps.
Et, dans le second... allez vous détendre, mais dans une autre pièce.
Avant cela, ramenez moi des linges propres ainsi que de l'eau bouillante.


Puis, ouvrant sa trousse médicale...et extirpant un scalpel qu'elle lui tendit.

Si vous pouviez aussi chauffer à blanc ce scalpel, mais pas tout de suite.
Ce sera pour couper le cordon.


Voyant Tridant rester pétrifié et fixer la lame, elle le secoua doucement mais fermement...

Allez Tridant. Ne vous en faites pas, je vais veiller sur elle.

Une fois qu'il fût (enfin) sorti de la pièce, Aiguemarine s'approcha de Jipdoly.
Elle la fit se redresser et se caler sur la couche, puis releva le drap afin de l'examiner.
La jeune femme grimaçait.
Aiguemarine en profita pour lui prendre le pouls, et appliqua ses mains sur le ventre rebondi de sa parturiente.
L'enfant semblait vouloir s'engager, mais la délivrance ne serait pas pour de suite.
Elle attrapa un lien en cuir et le mit devant la bouche de Jipdoly.


Tenez, placez le dans votre bouche, et quand une contraction se fait plus forte, mordez dedans, c'est fait pour.

Surtout, ça lui éviterait que la future mère ne lui broie la main.
Aiguemarine n'avait personne pour l'assister.
Elle prit une chaise et se plaça sur le côté, trempant le bout de linge dans l'eau et humectant le front de Jipdoly.
Il n'y avait plus qu'à patienter...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:58

Jipdoly


Jip était bien épuisée: elle était rentrée à l'Ecole plus tôt que d'habitude et avait rejoint son mari au troisième étage.
Pourtant à l'aube, elle avait senti des douleurs continuelles dans le bas du ventre. La nuit avait pourtant bien commencée...

Arf mon amour, je crois que notre marmot essaye de pousser la porte de sortie...

Son ange paniqué avait couru chercher Aiguemarine.
Puis celle ci était arrivé et avait sortit fermement mais calmement Tri de la pièce.
Puis, elle lui avait fait mordre un lien de cuir pour les douleurs.

GRRRRR mmmmmmmmmm

Arf, il arrivait le petit il le sentait.
Jip prit soudain conscience que ses loups s'étaient allongés près d son lit sans gêner Aigue pourtant.
Rassurée de leur présence, elle se reconcentra sur ses douleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 12:59

Tridant


Comment ?! Jip n’est pas bien ? Arf non elle ne peut pas le dire, ben pourtant c’est une médicastre non ?

Co…Co…Comment ? Les rideaux, euh oui oui.

Il ne perdit pas une seconde et alla les ouvrir

Me…me quoi ? Je sens comme de l’humour dans vos paroles Aiguemarine ! Me détendre alors que ma femme est dans un état critique ! Ah non non, je ne veux pas la laisser, s’il lui arrive quelque chose hein ? Comment je fais moi ?
De l’eau bouillante ? Mais elle va avoir mal la ! Vous…vous êtes sur de vous ? Bon bon je n’insiste pas.


Ah oui mais zut de zut ou sont rangé les sceaux ? Dans le salon ? Mouarf non, ben dans la cousine voui, un sceau, un sceau…il mit le bordel partout dans la cuisine pour enfin en trouver un. La folie commençait à venir en Tridant.

Oui bon le sceau et maintenant ? Ah de l’eau chaude… aller mon Tritri courage, de toute façon tout va bien se passer, la médicastre est la !

Bon l’eau était chaude, le linge propre sur son épaule gauche, l’eau bouillante dans le sceau il rentra dans la chambre,

Voila pour vous, mais euh…. Vous êtes sur de vous la ?

Puis la médicastre sortit un scalpel,

Si vous pouviez aussi chauffer à blanc ce scalpel, mais pas tout de suite.
Ce sera pour couper le cordon.



Euh sa aussi ? Oui oui je… j’y cours,

Tout de même on dirait des bourreaux ces médicastres, il revient quelques minute plus tard le scalpel rouge vif après avoir chauffé sur la flamme,

Allez Tridant. Ne vous en faites pas, je vais veiller sur elle.

Mais mais, vous êtes sur que je peux partir ? Non mais je peux rester, si si je vous assure, je….bon d’accord je sort, mais si vous avez besoin je suis juste devant la porte

Une fois sorti, Tridant ne put rester en place, dans le salon trop chaux, cuisine, une mauvaise odeur, après quelques minutes qui furent interminable, entrecoupé de gémissement et cris, puis de parole incompréhensible a l’oreille, le futur papa se laissa glisse contre le mur de la chambre ou se trouvait Jip et la médicastre.

L’heure était a la réflexion, après tous se temps, il se rappela tous le temps passé en présence de Jip, tous les bas aussi, car il y en a eu, puis aujourd’hui, il était marié a la femme de ses rêves, bientôt papa a son plus grand plaisir, mais l’angoisse l’eut pris il ne pouvait supporter les crient de sa femme, il releva ses genoux , puis posant ses coude sur ses genoux, laissant glisser sa tête entre ses mains, cachant tous signe de faiblesse, le futur papa patientait du mieux qu’il pouvait espérant que sa femme s’en sorte et son futur enfant aussi, les minute devenaient de plus en plus long et les crient de plus en plus insoutenables...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:00

Aiguemarine


[ Ecole des Arts ]

Bon, elle avait plus ou moins réussie à se débarrasser de Tridant.
Vi, presque.
C'est qu'il s'accrochait le bougre !
Doûterait'il en ses capacités à accoucher une femme ?!
Dommage ; Aiguemarine ne trimbalait pas son diplome de doctorat avec elle, sinon, cela ferait un bail qu'elle lui aurait collé sous le nez au procureur/maréchal. Nanméo...

Elle lâcha un :
"allez, ousteeee...dehorsssss ; vous aurez le droit de revenir quand l'enfant sera né, pas avant ! "

Ses paroles étaient sans appel.
Aiguemarine continuait d'humecter le visage de Jipdoly afin de la rafraichir.
Le travail ne faisait que commencer. Cela pouvait durer des heures.
De temps en temps, elle soulevait le drap afin de vérifier la dilatation du col de la jeune femme.
Elle tentait aussi de mesurer le degré de rapprochement des contractions, signe d'avancement, et appuyait fortement sur le ventre de sa parturiente quand une contraction plus forte que les autres s'annonçait.
L'encourageant du regard, mais aussi par les mots.
Rassurer, apaiser, c'est tout ce qu'elle pouvait faire. Pour le reste, c'était à Dame Nature, mais surtout à Jipdoly de le faire.


Allez y Jipdoly. C'est bien ça ! le bébé descend doucement mais...sûrement.
N'oubliez pas de prendre une longue inspiration, de bloquer puis de pousser, d'accord ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:01

Jipdoly


Jip avait lacher un sourire lorsqu'elle entendit Aigue mettre Tri à la porte.
Puis aux paroles d'Aiguemarine, elle avait fait de son mieux: respirer, bloquer et pousser.
Elle essayait de faire de son mieux, bien décidée à vivre et à faire vivre son marmot aussi pour la plus grande joie et fierté de sa vie de future mère et d'épouse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:02

Aiguemarine


[ Ecole des Arts ]

Le travail avançait doucement.
Le col était bien dilaté.
Jipdoly suivait ses conseils, l'enfant descendait doucement...
Aiguemarine replia le drap sur sa parturiente, de façon à découvrir la partie basse de la jeune femme.
Elle la repositionna en position presque assise, les genoux repliés, bien calée contre un gros oreiller. Cela faciliterait la descente du bebe.

Une main posée fermement sur le ventre de Jipdoly, appuyant fermement à chaque contraction, l'autre en attente...
Encourageant de son mieux la jeune femme.


Allez, encore un effort, vous y êtes presque.
Je commence à apercevoir sa tête !
A la prochaine contraction, vous poussez fort, d'accord ?!
Juste une dernière fois...


En effet, une masse sombre, sûrement les cheveux, se profilait.
Juste une dernière fois.
Une fois la tête sortie, Aiguemarine n'aurait aucun mal à faire sortir l'enfant, surtout si Jipdoly était fatiguée.
Aiguemarine vérifia une dernière fois que tout ce dont elle avait besoin était à proximité. Linge, scalpel, récipient pour recueillir la secondine...
Tout était prêt pour accueillir le don de la vie : un enfant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:02

Jipdoly


Jip pleurait: oui, elle pleurait.
Elle pleurait de joie à cause de ce que lui annonçait Aiguemarine: son enfant arrivait.
Alors rassemblant tout son courage, elle fit de nouveaux les gestes nécessaires à la vie: elle respira, bloqua puis poussa.
Puis encore une fois et Aigue si gentille allait enfin lui annoncer la meilleure nouvelle du monde, du moins l'espèrait'telle^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:03

Aiguemarine


[ Ecole des Arts - La délivrance ]

C'était assez inhabituel, mais les accouchements ne pouvaient se ressembler en tous points.
Chaque femme étant différente.
Et là, Aiguemarine fût légèrement surprise.
D'abord, les cris de douleur. Puis, ceux ci laissèrent la place à des larmes.
Jipdoly semblait tout de même bien surmonter la douleur. Tant mieux...

Une dernière et longue poussée permit la sortie de la tête de l'enfant.
Aiguemarine la prit délicatement dans ses mains, tout en la maintenant. Il était temps d'agir et de donner les dernières consignes à la jeune mère.


Ne poussez plus Jipdoly.

Déjà, le cou apparaissait. Elle fit légèrement pivoter la tête du nourrisson afin de dégager la première épaule.
Un moment délicat...Ne pas forcer les choses.
Aiguemarine souffla pour se décontracter, quelques gouttes de sueur perlaient sur son front.
Le liquide amniotique l'aida bien sur ce coup là. Dans le prolongement, un bras suivit. De nouveau, une légère rotation afin de sortir la seconde épaule.
Lentement...avec précaution.
Le reste du corps suivit naturellement. Un garçon, c'était un petit garçon.

La médicastre posa le nourrisson sur le drap qui recouvrait la partie haute de Jipdoly.
Elle attrapa un linge propre qu'elle trempa dans l'eau tiède, et s'appliqua à nettoyer et dégager de toutes les mucosités la bouche de l'enfant qui ne tarda pas à pousser un premier cri.

Avant de le recouvrir et de le présenter à Jipdoly, Aiguemarine sectionna d'un coup de scalpel le dernier lien qui le rattachait à sa mère, à savoir le cordon ombilical.
Un sourire sur les lèvres, elle remonta l'enfant plus haut sur la couche de façon à ce qu'il cherche le sein de sa mère...


Jipdoly, je vous présente votre... fils.
Félicitations.
Le temps que vous fassiez connaissance, je vais m'occuper de vous.


Aiguemarine s'essuya le front, heureuse et soulagée d'en avoir presque terminée.
Oui, presque. Il ne restait plus qu'à expulser la secondine.
Elle prit un grand linge, et appuya doucement sur le ventre de la parturiente afin de l'aider dans l'expulsion.
Une fois qu'elle fût assurée qu'il n'y en ai plus, elle lava à grande eau tiède Jipdoly sur ses parties intimes.
Puis noua le linge qui avait recueilli la secondine...
Il était temps pour elle d'aller chercher Tridant qui trépignait sûrement derrière la porte, et d'aller enterrer son encombrant paquet.

Laissant mère et enfant se découvrir...elle ouvrit doucement la porte.
Faisant un léger signe de tête à Tridant, elle l'invita à entrer...

Félicitations Tridant !

Aiguemarine laissera le soin à la jeune maman de lui annoncer le sexe de l'enfant. Elle sait combien c'est important et combien cela peut être frustant pour la mère de ne pouvoir l'annoncer elle-même.
Elle remonta le long couloir de l'école des arts, à la recherche du jardin.
Au détour d'une porte, la médicastre le trouva enfin.
Naturellement, ses pas la dirigèrent vers un arbre. Aiguemarine s'agenouilla doucement, et se mit à creuser la terre afin d'enterrer la secondine.
Une fois fait, elle se laissa aller quelques minutes, le regard dans le vide...Un mélange de bonheur et de fatigue s'emparant d'elle doucement mais sûrement...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:05

Jipdoly


Jipdoly arrêta de pousser dès que Aigue lui fit signe.
Mais le plus beau fut quand Aigue lui mit son enfant dans les bras.
Un garçon, c'était un garçon^^
Jip admira le petit ange qui allait surement commencé à téter rapidement.
Puis soudain, elle fut pris d'une grande envie: l'envie de voir son impatient et inquiet de mari qui devait bien avoir envi de voir son fils^^.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:06

Tridant


Les cris était finis, plus un bruit, enfin presque, quelques minute après un petit cri se fit entendre, Tridant sorti leva la tête, cette fois-ci ce n’était pas Jip, mais bien un cri d’enfant, il se leva rapidement n’osant pas rentrer dans la pièce avant d’en avoir l’autorisation.
Aiguemarine sortit lentement, un signe de la tête l’invitant à entrer, puis des Félicitation, il regarda la médicastre

Me….Moi ? Je… enfin mon enfant ? Il…il est la ? Ben…euh…je…J’y vais

Tridant regarda la médicastre, hésitant à entrer. Il poussa lentement la porte, de loin il ne voyait qu’un drap blanc et quelques formes du Bébé , il regarda sa femme, lui souriant, le nouveaux papa s’approcha doucement mais surement, s’assoie délicatement sur le bort du lit, de plus en plus hésitant.
Tridant regarda son enfant, puis Jip en souriant,

Oh mon ange, tu…tu viens de rendre un homme heureux comme jamais, c’est un garçon ?

Regardant son enfant,

Je…il est merveilleux

Il déposa un baiser sur le front du nouvel arrivant, puis embrassa Jip,

Tu es merveilleuse toi aussi, ce fut tellement long de l’autre coté de la porte…Si seulement j’aurais pu te soutenir…mais… Vous êtes tellement beau tous les deux

Puis il déposa sa tête contre celle de Jip, puis pris tous doucement la petite main de son enfant, le sourire aux lèvres, une petite pensé pour la médicastre qui l’a mis au monde, comment la remercier ? Quel métier merveilleux que faisait celle-ci !

Il fermât les yeux tout en gardant l’image de son nouvel enfant, ce n’est que le début qu’une belle et longue vie qui commençait.
Il murmura à quelques mots à Jip,

Je t’aime Jip, je t’aime…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   Ven 26 Fév - 13:07

Jipdoly


Jip était émue par les gestes de son ange.
Celui ci n'en revenait pas et il était aussi mignon que leur fils^^

Mon ange, toi et Alexandre êtes ce qu'il y a de plus important pour moi.
Dès que je pourrais me lever, nous irons montrer notre bonheur au monde d'accord?^^
Mais si tu veux, invites nos amis en notre demeure pour qu'ils puissent déjà en profiter^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand Jipdoly accouche (24/02/1458)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Napoleon_Louis - 10.X.1458 - R - TOP (Diffamation)
» [Produits] Comment et quand avez-vous connu Bionicle ?
» [RP] La vie est dure, quand on est maire et qu'on aime l'alcool ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Sarliève :: Château de Sarliève :: Le rez de chaussée. :: La bibliothèque. :: Les archives de Montpensier.-
Sauter vers: