AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grind
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 10:16

Assez ! C’était les premiers mots que Grind avait prononcé depuis le début de l’entretien qu’il avait avec un des représentants du peuple de Mirefleurs. Il entendait bien ce qu’il avait à dire et les états généraux avait été plutôt une bonne chose, mais Grind n’était en aucun cas responsable de la météo. Il se tenait droit dans la salle d’audience, les trônes de la dame et de son seigneur étaient vides, il occupait pour sa part le trône d’Intendant, sur le côté, enfin il était debout devant. Elise et Théodon le couple de serviteurs n’était pas bien loin, Grind était heureux de les avoir, toujours là à travailler pour la dame et son seigneur, la dame était une cuisinière hors paire. Tâche qu’elle avait reprit suite au décès brutal de la dame Gertrude, allez savoir de quoi cette dernière était morte, de vieillesse ? Ou alors était-ce les deux jeunes seigneurs qui lui en avaient fait voir de toutes les couleurs. Les mauvaises langues disaient qu’elle avait explosé d’un trop plein de nourriture.

Des gardes se tenaient de part et d’autre de la salle tandis que le représentant du peuple tentait de faire entendre ses revendications à genoux les mains serrées l’une contre l’autre. Le reste du peuple était derrière lui, se tenant les mains, faisant sans doute une dernière prière. Grind reprit la parole.

Que veux-tu que je fasse ? Je ne suis pas responsable de la météo et encore moins du retard des vendanges par rapport à l’année dernière ! Je sais bien que les quelques écus gagnés en travaillant dans les vignes vous aide, mais je ne peux pas avancer les vendanges !!
Si c’est la dame que vous attendez ! Alors effectivement vous ne pouvez pas les avancer ! Elle ne vient ici que pour les vendanges et pour son vin ! Ou pour larguer ses mioches !
Le porte parole se mit à tourner sa tête et lâcha un cracha sur la pierre de la salle.
L’intendant s’approcha brusquement et laissa filer une gifle sur la joue de l’homme. Tais-toi ! Sais-tu de qui tu parles ainsi ? De la dame !! De la maîtresse des lieux ! Maraud ! Tu mériterais le cachot ! L’homme n’avait pas bougé d’un pouce, il se frottait juste la joue, l’intendant n’y avait pas été de main morte. Mais il refusait d’entendre qu’un gueux puisse insulter de la sorte la dame. Il fit signe à deux gardes de s’arrêter alors que ses derniers commençaient à s’approcher du gueux. L’intendant reprit la parole.

Relèves-toi et rentre chez toi ! Les vendanges seront pour fin septembre ! Vous aurez à attendre quelques jours encore tes compagnons et toi ! Mangez des grenouilles ! Pêchez des poissons ! Il n’y a que la chasse en la forêt de l’Albaret non loin des Sablières ! Vos greniers sont pleins ! Quand aux impôts ! Autant nous pouvons moduler ceux qui concernent la seigneurie ! Autant ceux que le duché nous demande ! Nous nous devons de les respecter et de les payer dans leur intégralité !

A moooooooort la duchesse ! A mort le duc qu’on sort ! Lança une femme
Qu’il sorte par l’porte l’consort ! Hurla un autre.
Ce conseil ducal n’en a rien à faire de nous ! Il n’en a rien à foutre du petit peuple ! Le petit peuple crève sous les impôts ! Renchérit un troisième.
Tout le monde sait où vont nos écus ! Lança une quatrième.
L’Héloïse a raison ! Nos écus vont dans les robes de la dame ! Répondit l’ancien.
Pas un jour elle ne sort avec une nouvelle !
Qu’elle crève étouffée dans ses rubans !
Que le conseil ducal tire des écus de sa noblesse ! Au lieu de tirer sur le petit peuple qui crève ! Que les nobles travaillent dans un champ ! Depuis le pillage c’est la ruine !

Grind attrapa son bâton et frappa le sol avec.

Asseeeeeeeeeeeeez ! Taisez-vous ! Grind sentait que l’audience tournait au vinaigre, il était temps qu’elle se termine, aussi lança-t-il.

Vos situations seront rapportées à la dame ! Sortez ! Tous ! Grind attendit que le petit peuple comme ils se qualifiaient eux-même sortent avant de se laisser choir dans son fauteuil, il regarda alors Elise et Thédon d’un air désespéré.

Nous allons devoir faire entendre raison à la dame une nouvelle fois ! Elle est responsable de son peuple ! Ses robes et autres attendront. Nous ne pourrons faire face à une révolte ! Imaginez les tous avec torches et fourches dans les mains, ce n’est pas les quelques gardes que le seigneur a fait mettre en plus qui les repousseront ! Même son époux n’y arrive pas ! Quelle tête de pioche !! Un peuple qui a le creux au ventre n’est pas un peuple que l’on peut docilement dompter. Qu’elle lâche une bride sans pour autant plus tirer sur la seconde.

_________________
Intendant de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise & Théodon
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 10:37

Elise et Théodon installés sur le côté de la salle d’audience avait suivi et écouté les doléances du peuple, les conditions de travail, la nourriture qui était souvent la même alors que des cuisines du château sortaient de la viande pour seulement quatre enfants, que les gardes mangeaient de la viande pour garder une certaine force. Pour eux la viande c’était bien trop rare et pourtant ils devaient travailler dur. Elise se tourna vers Théodon et en un seul regard ils se comprirent ces deux-là. Ils comprirent surtout la chance qu’ils avaient, ils étaient logés et nourris au château, ils mangeaient bien et avaient quelques écus de côté pour leurs enfants qui travaillaient aussi pour les seigneurs. Le porte parole semblait savoir ce qu’il voulait, il était surtout bien soutenu par tout ce peuple qui s’était rassemblé dans la salle, la porte était restée grande ouverte. Elise eut un léger moment de doute et glissa à l’oreille de son époux.

- Les enfants sont-ils en sécurité ? Il ne manquerait plus qu’un de ces enfants soit enlevé par un serf en colère.
- Ne t’inquiète pas mon Elise, ils sont avec Mathilde dans le donjon le temps de la réunion, ils pourront rejoindre leur quartier ensuite. Un détachement de garde fera le tour dans le château histoire de vérifier qu’aucun intrus ne soit à l’intérieur.
- Tu me rassures ! Il ne manquerait plus que ça ! Je n’ose imaginer la colère de la maitresse et du maître. Nous serions sans doute tous au bout d’une corde.
Oui.


Le couple se concentra à nouveau sur l’audience, Grind comme à son habitude se tenait droit et faisait face aux demandes, ce genre de petite réunion avait lieu tous les mois à Mirefleurs et autant dire que depuis le mois de mai, elles devenaient de plus en plus tendus. Ce que le peuple supportait avant avait du mal à passer maintenant. Ils avaient toujours connu la dame dépensière, mais avant cela ne gênait pas outre mesure, les impôts n’étaient pas si haut, maintenant…
Les noms d’oiseaux volaient dans la pièce chacun en prenait pour son grade, la duchesse, le duc consort, le conseil et la dame, le porte parole du peuple giflé par l’intendant. La nuit risquait d’être longue. Finalement, le peuple fut chassé brusquement de la salle et une fois les portes fermés Grind se tourna vers eux.


Nous allons devoir faire entendre raison à la dame une nouvelle fois ! Elle est responsable de son peuple ! Ses robes et autres attendront. Nous ne pourrons faire face à une révolte ! Imaginez les tous avec torches et fourches dans les mains, ce n’est pas les quelques gardes que le seigneur a fait mettre en plus qui les repousseront ! Même son époux n’y arrive pas ! Quelle tête de pioche !! Un peuple qui a le creux au ventre n’est pas un peuple que l’on peut docilement dompter. Qu’elle lâche une bride sans pour autant plus tirer sur la seconde.

- Allons mon bon ami ! Calmez-vous ! Vous allez nous faire un ulcère ! Un trou dans votre estomac ! Depuis que Wilhelm nous a quitté la gestion est difficile ! A croire que la prise du château de Clermont lui fut fatale ! Nous n’étions pas loin de la catastrophe ! Tous ces brigands !
- Quand à la maitresse mon cher Grind, je pense que mon épouse pourra lui faire entendre raison. La maitresse et Elise s’entendent à merveille. Pas vrai mon Elise ?
- Pour sur mon bon Théodon ! Nous nous entendons et même nous rions ensemble ! Derrière cette carapace se cache une drôle de personne ! Je crois que la politique n’est pas faite pour elle et encore moins la gestion d’une trésorerie ! Bien que des efforts soient fait !
- Mon Elise a raison Grind ! Ne vous en faites pas ! Elle doit revenir en ses terres prochainement ! Son peuple a besoin de la voir ! Il a besoin de se sentir aimé !! Sans doute, attendent-ils un petit geste ! Ma bonne Elise ! Combien peut coûter une de ses robes ?
- Ola pour sur bien 1000 écus ! Le tissu ne vient pas de n’importe où !!
Avec 1000 écus, combien peut-on espérer avoir de viande ?
- Ca je n’en sais rien mon Théodon ! Grind vous savez ?


Alors qu’ils étaient en pleine discussion, la porte s’ouvrit dans un grand bruit sur…

_________________
Couple de serviteurs de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaus
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 10:57

Klaus… Le fils de Wilhelm fit son entrée, il était devenu le percepteur, celui qui comptait les sous récupérés, celui qui allait les chercher, celui qui rencontrait le peuple un peu plus que Grind. Le duo avait mis en place ce processus de réunion mensuelle de façon à entendre le peuple, à entendre ce qu’il avait à dire. Ce jour-là Klaus avait eu une idée concernant le manque de viande dont le peuple lui parlait bien souvent quand il allait chercher les divers impôts. Il entra et salua brièvement les trois personnes présentes.

Permettez que je vous expose une idée ? Quelque chose que nous pourrions proposer à la dame.

Klaus attendit que Grind l’autorise à parler, il savait que des deux, il était le plus apprécié du peuple, le peuple avait aimé feu son père Wilhelm, Wilhelm était toujours proche du peuple, toujours là pour plaider sa cause, mais Wilhelm avait servi Mirefleurs avant le pillage, Grind pendant et après le pillage.

Voilà ! A chaque fois que je vais prélever l’impôt, je les entende se plaindre du manque de viande ! Ce plat que les nobles se mettent dans le ventre contrairement à eux ! Pouvons-nous favoriser les élevages de porcs ? Un troupeau de plus ! Cela fera des têtes en plus et à la place d’un demi-cochon par mois et par famille, pourquoi pas… Un cochon entier ! Tout es bon dans le cochon et tout se mange ! Surtout que nous ne taxons pas les élevages de poules que certains ont ! Ils ont des œufs, des poules, un coq, des poussins ! Un cochon entier en plus ça devrait leur suffire ! Quand aux récoltes ! Nous leur en laissons bien assez ! Ca suffit puisqu’il en reste bien souvent ! Et puis cela ne concernerait que les serfs, les paysans libres du côté de la carrière du puy Saint André se débrouillent convenablement ! Jamais une plainte ! C’était encore avec la Sablière que vous vous entreteniez ?
Quand à nos riches bourgeois, eux n’ont rien à craindre, comme nos marchands ! Et puis si ils ne gagnent pas assez, qu’ils envoient leurs enfants à la carrière ! Il y a toujours du travail à la carrière ! La pierre ainsi extraite nous servirait à notre entretien et puis nous pourrions revendre le surplus au duché ! Ou bien en échange de pierre demandez une diminution des impôts !


Klaus sentait le regard de ces trois comparses sur lui, il se demandait bien si c’était une bonne ou une mauvaise chose, il hésitait. Qui parlerait en premier ?


_________________
Fils de feu Wilhelm.
Percepteur de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthis
Fils de noble
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 05/05/2008
Age : 19
Localisation : Maintenant ? Sur les routes avec Papa !

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 11:11

Pressé dans la grande tour, dans le donjon qu’il avait été avec son petit frère, Alexandre et puis sa grande sœur, il commençait à avoir l’habitude la demi portion d’homme, à chaque fois que Grind réunissait les gueux de la sablière c’était comme ça. Les moins dociles et les plus demandeurs, des serfs qu’ils étaient, la vie était rude pour eux et la tentation d’un des héritiers dans la place serait bien trop grande. Il vaudrait sans doute une belle rançon, ainsi il devait attendre avec Mathilde et deux ou trois gardes devant la pièce où ils étaient installés. Grind lui avait expliqué à son retour des joutes que les vendanges commenceraient plus tard cette année en raison du temps. Le raisin n’était pas encore assez bon pour être ramassé. Matthis avait haussé les épaules, il savait aussi qu’au début du mois d’octobre Athalia devrait partir avec sa famille, il ne s’en était pas encore entièrement remis, c’était bien trop difficile pour lui d’y penser, il s’était occupé autrement, mais voilà, il espérait que les vendanges ne seraient pas trop repoussées au risque de ne pouvoir dire au revoir à son amoureuse. Après un doux moment à jouer avec son frère et Alexandre et à embêter sa sœur cela allait de soi, il entendit frapper à la porte, les gardes les autorisaient à reprendre leur quartier, Matthis poussa un hurlement de joie. Alors que Timothée et Alexandre rejoignait le dortoir des garçons, Matthis lui se précipita vers la fenêtre qui donnait juste au dessus de l’entrée du château, assez étroite, juste de quoi laissé passer une flèche, il observait d’un œil, il entendait au loin des bruits.

La nuit commençait à tomber le soleil commençait à disparaitre, cependant la lumière restait intense et les bruits se rapprochaient. Jamais il n’avait vécu pareil situation, le fait que le château soit en hauteur par rapport au village laissait une vue beaucoup plus intense et le spectacle que découvrit Matthis lui arracha un long soufflement. Impressionné, il se demandait bien ce qu’il se passait. Il se recula et partit en courant vers la salle d’audience dans laquelle s’entretenait encore Grind et quelques autres personnes, il poussa sur les portes et les ouvra en grand.

On se fait attaquuuuuuuuuuuer ! Y a du feu partout ! Vous entendez pas le bruit !! C’est des révoltes !

Matthis les fixait, espérant qu’ils ne penseraient pas à une mauvaise blague, il était vrai que d’ici les bruits ne se faisaient pas trop entendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grind
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 11:17

Ses deux acolytes, Elise et Théodon, deux braves gueux avec qui il appréciait travailler, dès les premiers jours un lien s’était tissé et tous les trois avec l’aide de Klaus tenaient la seigneurie du mieux qu’ils pouvaient en l’absence de la dame, ils rendaient parfois la justice, enfin surtout Grind qui n’avait pas hésité à deux reprises en quelques mois à prononcer la pendaison envers un des serfs, le respect pour la maitresse des lieux était de mise, le premier qui ne s’y conformait pas finissait aux geôles, si cela se renouvelait les peines allaient en augmentant et la finale était la peine capitale, pendu au bout d’une corde à la vue de tous durant quelques jours, que cela serve d’exemple.

Les deux compères tentaient de l’aider au mieux à résoudre son problème.


Allons mon bon ami ! Calmez-vous ! Vous allez nous faire un ulcère ! Un trou dans votre estomac ! Depuis que Wilhelm nous a quitté la gestion est difficile ! A croire que la prise du château de Clermont lui fut fatale ! Nous n’étions pas loin de la catastrophe ! Tous ces brigands !
Quand à la maitresse mon cher Grind, je pense que mon épouse pourra lui faire entendre raison. La maitresse et Elise s’entendent à merveille. Pas vrai mon Elise ?
Pour sur mon bon Théodon ! Nous nous entendons et même nous rions ensemble ! Derrière cette carapace se cache une drôle de personne ! Je crois que la politique n’est pas faite pour elle et encore moins la gestion d’une trésorerie ! Bien que des efforts soient faits !
Mon Elisa a raison Grind ! Ne vous en faites pas ! Elle doit revenir en ses terres prochainement ! Son peuple a besoin de la voir ! Il a besoin de se sentir aimé !! Sans doute, attendent-ils un petit geste ! Ma bonne Elise ! Combien peut coûter une de ses robes ?
Ola pour sur bien 1000 écus ! Le tissu ne vient pas de n’importe où !!
Avec 1000 écus, combien peut-on espérer avoir de viande ?
Ca je n’en sais rien mon Théodon ! Grind vous savez ?

Je ne sais ce qui fut fatal au bon vieux Wilhelm, mais il manque beaucoup à la seigneurie ! Sa mort brutal nous a tous ébranlé et le peuple énormément. Je crois qu’il voulait voir Klaus à ma place ! Mais il est bien mieux à aller chercher les écus ! Au moins lui ne risque pas de revenir les pieds devant !
Elise ! Ma chère amie ! C’est entendu ! Dès son retour je compte sur toi !

Et voilà que le bon Théodon se lançait dans une idée lumineuse qu’il avait bien souvent, une aide précieuse pour le jeune intendant.

Crois-tu qu’elle accepterait d’acheter une robe de moins par mois ? Cela relèverait du miracle ! Qu’Aristote et Christos t’entendent mon bon ami ! Qu’ils t’entendent…
Avec 1000 écus ? Le cour de la viande est d’environ 17 écus ou 17.50… Admettons 17… 1000 que divisent 17… Grosso modo 58 ou 59 bouts de viande… Combien avons-nous de famille dans le coin de la Sablière ?

Grind parlait plus pour lui-même que pour les autres au final, il savait exactement combien de famille vivait dans la Sablière, cette rivière et ce sable, un coin à grenouilles et autres batraciens, plein de verdure, les plantations poussaient bien là-bas.

10 familles… Pratiquement 6 morceaux de viande par famille… Mais est-ce que cela les calmerait…

Alors qu’il réfléchissait, Théodon et Elise avait tourné leurs regards vers la porte qui venait de s’ouvrir sur Klaus qui tombait plus que bien. Il ne perdit pas une minute pour expliquer le but de sa visite.

Permettez que je vous expose une idée ? Quelque chose que nous pourrions proposer à la dame.

Vas-y ! Au contraire ! La réunion fut plus difficile cette fois que les autres. Le peuple a faim !

Grind ouvrit grand ses oreilles, l’idée de Klaus n’était pas mauvaise, bien au contraire, il était le digne fils de Wilhelm toujours plein de sagesse et d’idée.

Ainsi tu proposes que l’on passe d’une moitié de cochon à un cochon entier, en augmentant le nombre de porcs. Il est vrai qu’il reste souvent des grains au grenier. Dans ce cas, utilisons les 1000 écus pour augmenter le nombre de porcs ! Sachant qu’un porc vaut 25 écus… Cela nous ferait 40 porcs supplémentaires ! Prenons plus de femelles que de mâles, les mâles servent juste à engrosser ! Ainsi nous aurions un bel élevage et de quoi fournir assez régulièrement de la viande au peuple. Il faudra juste un peu de temps pour mettre l’idée au point. Encore gagné Klaus ! La Sablière encore et toujours ! Qu’ils apprennent à pêcher !! Un bâton, un fil et un bout de métal avec un vers au bout c’est pas le plus compliqué ! Klaus je te laisse rédiger ton idée sur un parchemin nous la soumettrons à la dame à son retour !

Grind n’avait pas vu passer le temps, la journée était déjà tombante, il allait permettre à Elise et Théodon de se retirer et de reprendre leurs activités lorsque la porte s’ouvrit en trombe sur le jeune seigneur. Grind l’observa le front froncé, le nez plissé, attendant une excuse, le blagueur de la tribu venait-il de faire une nouvelle blague ? Sauf que ce dernier semblait paniquer. Grind le laissa parler avant de s’approcher.

On se fait attaquuuuuuuuuuuer ! Y a du feu partout ! Vous entendez pas le bruit !! C’est des révoltes !

Il se baissa et posa sa main sur son épaule tout en tendant l’oreille, c’est vrai que le bruit se faisait de plus en plus fort et surtout perceptible, il fixa le jeune garçon.

Sors ! Va vite prévenir Mathilde, récupère ton frère et Alexandre, ta sœur et allez vers les souterrains ! Tu sais lesquels ? Tu te souviens bien ? Tu descends vers les cachots et tu prends la porte de droite ! Un groupe de garde vous accompagnera ! Et surtout ne désobéis pas !

Grind tenait maintenant le bras du garçon et le lâcha avant de se tourner vers les trois autres.

Par les saintes bourses d’Aristote ! Nous sommes dans la merde !

Entre temps le jeune seigneur était parti. La nuit serait longue pour la garde qui devrait surveiller le château et les issus pendant que les paysans hurleraient à la mort leur haine envers la dame de Mirefleurs. Klaus s’approcha d’une ouverture dans le mur et observait la scène de loin, ce n’était pas la première fois qu’il voyait ça et cela ne semblait pas être la dernière.

Elise, Théodon, Klaus ! Allez vous reposer, les gardes veillent et moi aussi. Je crois que demain nous devrons écrire à la dame, la prévenir de tout ce cirque. De toute cette mascarade.

Il se leva brusquement et regarda ses comparses.

En attendant, il me faut aller à leur recontre. GAAaaaaaaaaaaaaaaaarde !

_________________
Intendant de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise & Théodon
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Dim 5 Sep - 23:34

Le duo avait réussi à redonner une certaine prestance à l’intendant, Grind travaillait beaucoup pour Mirefleurs, Thédon et Elise savaient très bien que les soucis économiques de Mirefleurs ne dataient pas de la veille, déjà l’année dernière Wilhelm s’était entretenu avec la dame pour la trésorerie, elle avait beaucoup moins dépensé, mais les impôts étaient de plus en plus lourd, pas loin de 12 écus par champ et par quizaine, ça c’était pour le duché, pour la seigneurie c’était encore plus. Mais ainsi était traité le petit peuple.

Je ne sais ce qui fut fatal au bon vieux Wilhelm, mais il manque beaucoup à la seigneurie ! Sa mort brutal nous a tous ébranlé et le peuple énormément. Je crois qu’il voulait voir Klaus à ma place ! Mais il est bien mieux à aller chercher les écus ! Au moins lui ne risque pas de revenir les pieds devant !
Elise ! Ma chère amie ! C’est entendu ! Dès son retour je compte sur toi !


- Allons ! Ne dites pas ça Grind ! Le peuple finira par vous appréciez ! Il vous teste tout simplement !
- Il risque trop à subir les foudres de la maitresse pour vous assassiner !
- Mais oui ! Je m’entretiendrai avec la dame quand elle reviendra ! Au mieux ! Je vais lui écrire ! Elle aura le temps d’y réfléchir durant son retour !

D’ailleurs l’ami Klaus venait d’arriver, le jeune homme reprenait goût à la vie et Elise était bien contente pour lui, elle avait passé beaucoup de temps avec le jeune homme. Lui aussi avait une idée et quelle idée ! Et bien entendu Grind acceptait avec une grande joie ! Il ne manquait plus qu’à ce que la dame accepte, sans aucun doute la plus lourde partie du travail, après la mise en place serait fort simple. Théodon se réjouissait à l’idée d’agrandir la ferme seigneuriale. Il aurait encore plus de travail, mais cela ne lui faisait pas peur du tout, bien au contraire. Et puis, il pourrait sans doute prendre deux ou trois enfants de serfs qu’il payerait quelques écus pour l’aider, il faudra établir un budget avec Klaus avant de le présenter à Grind. Elise et Théodon se contentaient d’incliner la tête de bas en haut en signe d’acceptation. Puis la porte s’ouvrit à nouveau dans un grand bruit, cette fois c’était le jeune seigneur qui entrait en hurlant, que se passait-il encore ? Elise tendit l’oreille avant de partir rapidement vers une ouverture en tenant ses jupons pour ne pas se prendre les pieds dedans. Matthis avait bien raison, elle poussa un hurlement de surprise.

- Mon dieu ! Par Aristote ! Ils sont bien nombreux ! L’on dirait que toute la Sablière est descendue !!

Elle retourna auprès de son époux, Grind avait la situation en main, décidément en ce moment ce genre de scène avait l’art et la manière de se répéter, ce n’était pas la première fois qu’ils manifestaient leur mécontentement. Généralement ils restaient devant le château en hurlant quelques heures et repartaient par chez eux.

- Allons mon Elise, calme-toi. Nous savons bien qu’ils ne font ça que pour manifester ! De toute façon la dame n’est pas là et visiblement c’est sa tête qu’ils désirent.
- La tête de la dame ! Mais tu es fou !!


Grind envoya le petit chercher le reste de sa famille et Mathilde pour se diriger vers les souterrains dans le cas où il ne réussirait pas à calmer les gueux.

Elise, Théodon, Klaus ! Allez vous reposer, les gardes veillent et moi aussi. Je crois que demain nous devrons écrire à la dame, la prévenir de tout ce cirque. De toute cette mascarade.

- Il serait bien de lui joindre la note de Klaus sur le projet d’une robe égale un élevage.
- Et aussi ta lettre mon Elise !
- Oui tu as bien raison !
- Grind ! Bon courage mon ami.


Théodon mit sa main sur l’épaule de Grind pour l’encourager, il prit ensuite la main de son Elise et tous deux rejoignirent les appartements des serviteurs.

- La dame est bonne mon Théodon.
- Oui avec ses serviteurs elle est très bonne.
- Nous n’avons jamais manqué de rien ! Elle m’a même offert une robe un jour pour me remercier de mes services !
- Oui et nous mangeons bien !
- Le peuple est aveuglé par son manque d’écus !
- Les impôts ! Il est vrai que nous n’en payons pas tant que cela nous !
- Oui ! Mais ils ont des terres que les maitres leur prêtent ! Et puis ils sont protégés par un nombre impressionnant de gardes !
- Et ils ont le droit de pêcher, d’avoir un petit élevage de poule à eux !
- Elle offre même du grain !
- Ils en veulent toujours plus !
- Il faut étouffer cette révolte et faire comprendre à ces révoltés…
- Oui ! Il n’y a que la Sablière ! Regarde du côté de la carrière cela marche bien ! Et puis du côté des vignes aussi !
- Peut-être la dame devrait-elle se lancer dans l’export de poissons.


C’est sur cette discussion qu’Elise et Théodon allèrent se coucher dans le brouhaha des gueux…

_________________
Couple de serviteurs de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klaus
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Lun 6 Sep - 0:11

Klaus avait vu l’intérêt qu’avait porté Grind a son projet, il était bien heureux, il avait su garder la fougue de feu son père, pourtant durant une période il avait douté de lui, c’est bien pour cette raison qu’il était allé trouvé le percepteur de l’époque Grind qui était déjà très investi dans la seigneurie pour qu’il prenne le poste d’intendant qui revenait à Klaus, il ne se sentait pas de tenir cette tâche et encore aujourd’hui, lorsqu’il observait l’aplomb de Grind devant la situation.

Ainsi tu proposes que l’on passe d’une moitié de cochon à un cochon entier, en augmentant le nombre de porcs. Il est vrai qu’il reste souvent des grains au grenier. Dans ce cas, utilisons les 1000 écus pour augmenter le nombre de porcs ! Sachant qu’un porc vaut 25 écus… Cela nous ferait 40 porcs supplémentaires ! Prenons plus de femelles que de mâles, les mâles servent juste à engrosser ! Ainsi nous aurions un bel élevage et de quoi fournir assez régulièrement de la viande au peuple. Il faudra juste un peu de temps pour mettre l’idée au point. Encore gagné Klaus ! La Sablière encore et toujours ! Qu’ils apprennent à pêcher !! Un bâton, un fil et un bout de métal avec un vers au bout c’est pas le plus compliqué ! Klaus je te laisse rédiger ton idée sur un parchemin nous la soumettrons à la dame à son retour !

Klaus se contentait d’opiner du chef en écoutant l’intendant, il rédigerait cette note ce soir avant de rejoindre son doux lit.

Je vais rédiger cette note, mon cher Grind.

Il attendait et regardait ses deux amis qui eux aussi semblaient ravis de l’idée qu’il avait proposé. Mais pas le temps d’en discuter plus longuement qu’un bruit de foule commençait à s’élever et qu’une porte s’ouvrit sur le petit Matthis qui semblait savoir ce qu’il se passait, mais pas le temps de faire grand-chose que Grind jurait et Elise s’agitait dans la pièce, après avoir renvoyé le petit garçon en direction des siens, qu’Elise et Théodon partirent rejoindre leur doux foyer de serviteur, en effet Grind les congédiait, il était bien courageux, il savait ce qu’il faisait, il avait appelé quelques gardes. Klaus salua Grind et lui souhaita bonne chance, il remonta dans sa chambre et alla rédiger sa note.

Citation :
A l’intention de la dame de Mirefleurs.
De Klaus percepteur de Mirefleurs.
Le 5 septembre 1458.

Salut !

Les évènements de Mirefleurs s’enchainant, se déchainant et surtout se ressemblant, nous en sommes venus à vous proposer une idée. Il s’agit d’une opération forte simple. « Une robe = un élevage ».
Nous sommes partis du principe qu’une de vos robes vous coûtait dans les 1000 écus, si vous acceptiez de lâcher du lest de ce côté durant le mois de septembre en achetant une robe de moins, nous aurions ainsi de quoi augmenter nos troupeaux de porcs de 40 têtes.
Mirefleurs est en ébullition, la situation est tendue depuis l’année dernière. Les impôts du duché n’ont fait qu’augmenter cette tension.
Grind organise pourtant des audiences avec les différents hameaux de la Seigneurie, le hameau de la Sablière nous pose beaucoup de problème. Ils sont ce soir encore devant le château de Mirefleurs avec torche et fourche. Ils réclament votre tête en plus de celle de la Duchesse et du Duc consort… Les impôts.

Réfléchissez à cette idée.
Vive Mirefleurs !
Klaus, percepteur de Mirefleurs.

Il posa sa note sur le côté et se glissa dans son lit tout en essayant de s’endormir, songeant à ce que son père aurait face à cette situation…

_________________
Fils de feu Wilhelm.
Percepteur de Mirefleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthis
Fils de noble
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 05/05/2008
Age : 19
Localisation : Maintenant ? Sur les routes avec Papa !

MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   Lun 6 Sep - 6:17

Matthis frémissait et se tenait devant Grind l'intendant, il essayait de rester droit mais c'était assez difficile, il y avait la pression de la révolte, c'était la première fois qu'il voyait cela Matthis, il était très impressionné et avait surtout un peu peur. La situation lui échappait complètement, enfin, il était écuyer, il pouvait bien se défendre, mais Grind serait sans doute contre cela, il fallait trouver une autre solution pour l'aider et vaincre ce peuple qui serait peut-être un jour son peuple, il fallait visiblement le dompter, d'ailleurs Matthis ne comprenait pas pourquoi ce peuple en voulait tant à sa mère. Mais plus le temps de penser, l'intendant posa sa main sur son épaule et posa son regard sur lui. D'un air qui ne laissait pas d'autre choix que d'obéir, Matthis l'écouta.

Sors ! Va vite prévenir Mathilde, récupère ton frère et Alexandre, ta sœur et allez vers les souterrains ! Tu sais lesquels ? Tu te souviens bien ? Tu descends vers les cachots et tu prends la porte de droite ! Un groupe de garde vous accompagnera ! Et surtout ne désobéis pas !

Matthis se figea sur place, les mots de l'intendant claquait dans ses tympans.

Oui, d'accord. Oui je me souviens. Oui la porte de droite. Promis pas de bêtise.

Matthis partit en courant et éclata de rire en entendant le juron de Grind, il partit rapidement rejoindre Mathilde. Il poussa doucement la porte, elle était occupée à coiffer Eléa, Timothée se tenait à côté d'elle et Alexandre était en larmes non loin de Timothée qui lui tenait la main, Matthis s'approcha d'Alexandre et lui fit un câlin, ce n'était pas vraiment une affaire de garçon. Il se recula et raconta à Mathilde ce qu'il fallait faire, pour l'heure il pouvait rester dans le dortoir avec les autres, les gardes avaient prit place devant la porte, Matthis l'avait entre ouverte et le garde l'avait de suite refermé, il poussa un long soupire, il se jeta sur un des lits et croisa les bras, plutôt vexé de ne pas pouvoir défendre le château de ses parents, c'est pas comme si il manquait des armes, il n'y avait presque ça et il voulait remonter le pont levis et tout un tas de chose, mais on lui refusa...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vent de révolte souffle sur Mirefleurs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau vent souffle...
» Le vent souffle dans les voiles de mon drakkar, le tolier doit vous quitter...
» Au Coeur du Désert, le Vent du [RENOUVEAU] Souffle.
» Salamandres et souffle au cac
» Malhou, se réchauffe auprès vent Lvl.146 MAJ [20/11/10]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Mirefleurs :: Château de Mirefleurs-
Sauter vers: