AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 11 Nov - 11:26

Sindbad


Sindbad s'empara du parchemin et le lut.

Au fil de sa lecture, l'émotion le submergeait.

Il ne connaissait que trop l'auteur de cette prose, et sentir qu'il avait déçu celui qui représentait son modèle et qui lui avait tant apporté le blessait au plus profond de son être.

Il avait pourtant eu sa chance, et avait été quelqu'un de bien. Mais désormais, l'héritier spirituel était une héritière, celle à qui a missive était adressée. Lui n'était plus qu'un criminel en fuite. Et c'était elle qui recueillait ses dernières volontés.

Il reconnaissait pourtant bien l'auteur de la missive dans la basse estime en laquelle il tenait les vénitiens. Et cette devise qui était sienne désormais restait le seul héritage auquel il s'accrochait.

Il aurait aimé le revoir face à face. Juste pour lui dire qu'il n'était pas l'auteur du crime et du vol dont tous les éléments l'accusaient. Qu'il n'avait pas dévié de l'éducation qui lui avait été donné. Qu'il s'était attaché à être à la hauteur des exigences et des espoirs qui avaient été placé en lui.

Sortant de sa poche un morceau de tissu en guise de mouchoir, il sécha ses yeux et se moucha.

Oui, il se devait de rester le digne fils de son père adoptif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 11 Nov - 11:28

Theobald




L'intelligence de Theobald tournait, en ce moment. Et comme toujours en pareil cas, il réfléchissait à voix haute :

Voilà qui est intéressant : comme Messire Sindbad, vous venez de Venise. D'ailleurs, si je me souviens bien du récit qu'il nous fit à Blois, il est la personne désignée sous le prénom de Theodoros dans la missive. Et voilà que tout comme lui, vous vous retrouvez au Royaume de France, et tous deux êtes amnésique...Encore que, dans votre cas, l'amnésie soit partielle.

Par Aristote, les analogies entre vous sont troublantes...


Mais il s'interrompit, confronté à la vive émotion du constantinopolitain à la lecture de la missive. L'homme savait quelque chose...

Et puis, il est des moments où l'investigateur se doit de laisser place à l'humain, sous peine de devenir inquisiteur.


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Ven 12 Nov - 9:36

Aiguemarine


Aiguemarine observait à la dérobée Sindbad.
Comme cela devait être difficile pour lui de lire cette missive.
La dernière missive écrite par son père adoptif. Et de surcroît qui ne lui était pas destinée.
Un peu peinée pour lui, là, la Dame de Sarliève.
Ne sachant que faire pour le réconforter.
Elle le savait fier et digne, et le voyait tenter de masquer sa peine aux yeux de tous.
Mais Aiguemarine n'était pas duppe non plus.

Elle se contenta juste de poser une main sur l'épaule du Constantinopolitain et de lui murmurer...


Je suis là, si vous avez besoin.

Et Theobald qui continuait ses réflexions à haute voix.
Sûr que pour le Ménestrel, cette nouvelle histoire était du pain béni.


Voilà qui est intéressant : comme Messire Sindbad, vous venez de Venise. D'ailleurs, si je me souviens bien du récit qu'il nous fit à Blois, il est la personne désignée sous le prénom de Theodoros dans la missive. Et voilà que tout comme lui, vous vous retrouvez au Royaume de France, et tous deux êtes amnésique...Encore que, dans votre cas, l'amnésie soit partielle.

Par Aristote, les analogies entre vous sont troublantes...


Aiguemarine ne savait que répondre.
Le silence se faisait pesant dans la pièce, et peu à peu tous les regards se braquèrent vers Sindbad.
En l'état actuel des choses, il était le seul à pouvoir l'aider.
Mis à part la vieille bonne femme de Mâcon.
Encore fallait'il la ramener ici afin qu'elle livre ses secrets à Aiguemarine.


Dernière édition par Aiguemarine le Ven 12 Nov - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Ven 12 Nov - 10:03

Sindbad


Sindbad sentit qu'il devait se ressaisir : tout le monde détournait le regard, mais leur air embarassé ne le trompèrent pas.

Seule Aiguemarine lui murmura une parole encourageante. Toujours là pour lui...La regardant, il lui adressa un sourire. Un peu forcé, certes, mais compte tenu des circonstances, c'était toujours cela de pris.

Puis, il s'adressa à Theobald, lui montrant la missive :


Puisque vous aimez les analogies, en voici une autre : l'expéditeur de cette lettre à Dame Aiguemarine n'est autre que mon père adoptif. Qui était parti en voyage le jour même ou la jeune Azzura disparut. Tout le monde a alors cru à une fugue de la petite.

Il est donc curieux de constater que mon père ait su où lui écrire, alors que nous l'avons cherché une semaine durant. Donc soit il savait où elle avait fugué, soit il a lui même organisé sa fuite. Et curieusement, cette fuite intervient au moment précis où Romeo voulait forcer la petite Azurra à reprendre son entraînement au maniement des armes et aux techniques de combat et de survie avec Silvio. Or, je sais qu'il y avait un profond désaccord entre mon père et Romeo au sujet de l'éducation d'Azurra. Je reconnais bien là mon renard de père...


Il dévisagea alors Aiguemarine :

En lisant ce courrier, son projet m'apparaît clairement : vous donner l'éducation nécessaire pour permettre à l'Ordre de se développer hors de la cité vénitienne. Il vous le dit lui même, il n'aimait pas les vénitiens, et je partage ses vues à leur sujet. En plus, il est possible qu'il ait cherché à faire échapper l'Ordre à l'emprise de Romeo en le situant ailleurs.

Il marqua un temps de silence, puis lâcha :

Par contre, c'est vrai que cela commence à faire beaucoup d'amnésiques...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Ven 12 Nov - 10:15

Nictail


Nic était rassuré de savoir que Théobald ne s'arrêterait pas là.
D'ailleurs, c'était une mine d'or pour un conteur comme lui.
Du moment qu'il prenait garde de ne jamais révéler leur vraie identité.

Il écoutait les trois autres discuter doucement.
Il était très attentif pour ne pas rater de bouts trop importants de l'histoire.
Petit à petit les pièces du puzzle se mettaient en place.
Sindbad avait établi une théorie des plus logiques, ce devait être cela.


Oui, cela me semblerait fort logique, en effet.
Profiter d'un voyage pour l'emmener avec lui et la soustraire à ... Roméo et Silvio.
Avec les relations qu'il devait avoir, je suppose, il avait des contacts un peu partout et a pu confier Aigue à une famille aimante.

Non, elle s'appelait Aiguemarine, pas Azurra.
Toutefois, l'amnésie de mon épouse a contrarié ses plans.
En effet, elle n'a jamais servi l'Ordre, ce qui a fait qu'elle a été perdue pour ... la cause.
Vous qui vous y connaissez mieux que moi, vous croyez qu'il existe un produit qui fasse perdre la mémoire ?!


Nic se demandait ce qui pouvait passer par la tête de Sindbad.
Rien ne paraissait vraiment sur son visage, mais il devait être affecté.
Alors qu'il n'avait jamais trahi, son Père adoptif était mort en le croyant. Cela ne devait pas être facile à digérer. Toutefois, là-haut, il connaissait maintenant la Vérité ...

Nic essayait de les aider au mieux, mais il se sentait un peu perdu parfois.
Et cela avait de quoi être encore plus perturbant pour Sindbad et Aigue ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 16 Nov - 12:31

Sindbad


Sindbad réfléchit un moment :

Un produit qui altère le contenu de la mémoire ? Il en existe quelques uns, mais avec des effets secondaires, comme l'alcool ou certaines plantes cultivées dans des Royaumes lointains...

Par contre, il y a longtemps se pratiquait au sanctuaire d'Epidaure une médecine par les songes qui soulageait les maux en endormant le malade. Dans cet état, le praticien peut ensuite formuler des suggestions que le malade exécutera à son réveil sans même se souvenir qu'elles lui ont été suggérées. C'est notamment de cette manière que mes souvenirs ont été bloqués.

Concernant Aiguemarine, je ne crois pas qu'elle était amnésique lorsque mon père lui envoya cette missive. Autrement, il ne lui aurait pas écrit, et surtout pas sommé de se méfier d'un Ordre dont elle aurait tout oublié.


Sindbad se tut, tâchant de voir si d'autres éléments ne lui venaient pas à l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 16 Nov - 12:33

Theobald




Theobald écoutait sans mot dire les réflexions des intelocuteurs présents.

Ainsi donc, l'auteur de la missive était le père du constantinopolitain...Décidément, tout semblait lié dans cette histoire. Pourtant, une brume régnait aussi épaisse que la nuit. Dans l'ombre, quelqu'un avait tout fait pour brouiller les pistes.

Il posa la main sur l'épaule de Sindbad :


Si ce que vous dites est exact, alors cet conversation doit rester entre nous.

Souvenez vous de ce que nous a raconté Dame Zinca lors de notre passage mouvementé dans le Maine. Messire Romeo semble désireux de purger l'Ordre de certains éléments, dont vous êtes. S'il venait à découvrir que Dame Aiguemarine est, en réalité, Azurra, il pourrait l'ajouter à sa liste. Et je ne suis guère pressé de faire connaissance avec d'autres nettoyeurs de l'Ordre.

Je vais donc me restaurer à Gien aujourd'hui, le temps de refaire mes provisions, et je repartirais pour Mâcon dès demain.

Qu'en pensez vous ?


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 18 Nov - 3:35

Aiguemarine


Et Aiguemarine, dans tout ça, me direz vous ?!
Que faisait'elle ?!
Et bien, pas grand chose.

Tandis que Sindbad exposait ses théories, que Nic cherchait une cause à son amnésie, et que Theobald écoutait tout ce petit monde, et bien...Aiguemarine restait silencieuse.
Pestant, rageant intérieurement contre elle-même de ne pas arriver à se souvenir.
Plusieurs questions toutefois revenaient sans cesse dans son esprit...

Quelle place avait'elle tenue dans cet Ordre ?!
Son attitude avait'elle été irréprochable ?!
En se mettant à la recherche de ce passé, ne risque t'elle pas de mettre la vie des siens en danger ?!
A t'elle
changée durant toutes ces années ?!

Azurs perdus qui s'arrêtent quelques instants sur Nic puis le Ménestrel.


Je vais donc me restaurer à Gien aujourd'hui, le temps de refaire mes provisions, et je repartirais pour Mâcon dès demain.

Qu'en pensez vous ?


Le mieux, finalement, n'est'il pas qu'elle l'accompagne jusque là-bas, seule ?!
Au risque d'écarter et de "blesser" son époux ?!
Ce qu'elle refusait de faire quelques minutes avant, Aiguemarine l'accepte maintenant.
Parce qu'elle refuse de mettre la vie des siens en danger ; Parce que sa décision est sans appel.

Longue inspiration, longue expiration...


J'en pense que je viens avec vous, Theobald !

Elle reste là, debout, sans rien dire de plus...fixant son époux. Ses lèvres bougent sans qu'aucun son ne sorte.
Mais il peut y lire :
« pardonnes moi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 18 Nov - 3:36

Sindbad


Un silence suit l'explication de Sindbad sur les moyens d'altérer la mémoire d'un individu.

Puis, Theobald rappelle le séjour à Laval, l'attaque des M&M et la sortie mouvementée de la taverne...Pas forcément le souvenir le plus agréable de son périple, même si le plus déplaisant reste à Lourdes...

Le constantinopolitain jette un coup d'oeil à Aiguemarine. De prime abord, tout cela ne semble guère l'enchanter. Un passé qui débarque dans son présent, et dont elle ignore tout, l'Ordre de la Pierre-Dieu qui fait irruption dans une vie de famille bien réglée : compte tenu de ce qu'il a vécu, il ne peut que la comprendre.

Lorsque le ménestrel évoque son voyage sur Mâcon, la cause est entendue : il va repartir mener ses recherches pour lui permettre d'en apprendre un peu plus sur elle même, et elle va rester auprès de sa famille, son bien le plus sacré en ce monde.

La surprise est donc totale lorsqu'Aiguemarine annonce qu'elle accompagnera Theobald dans sa quête de la vérité. Il ne lui reste plus qu'une seule option, et elle risque de ne pas plaire à Nictail. Tant pis,
"Le vrai courage est de savoir faire ce qui est juste" aimait à lui rappeler feu son père. Alors, pour honorer sa mémoire...

...Servir et protéger...Si vous partez à Mâcon, je vous suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 18 Nov - 12:49

Aparajita




Décidément, c'était à n'y rien comprendre...

Daamara était venu chercher Ganapati, lui promettant une surprise chez Bodhisattva. En fait de surprise, ils s'étaient retrouvé face à face avec Baul. Ganapati avait fondu en larme après avoir lu une missive. Bodhisattva et Adhīśa ne semblaient guère au mieux de leur forme. Baul aurait-il apporté de mauvaises nouvelles ?

Et maintenant, voilà que
Ganapati parlait de partir ? Voulait-il déjà fuir la maison, celle ci à peine consacrée ? Mais elle devait se comporter conformément aux préceptes du Manava Dharmaśāstra que son père lui avait enseigné. Elle s'avança alors entre Ganapati et Bodhisattva.

Si Ganapati partir, Aparajita partir avec lui...

Voilà qui était dit...

Aparajita
Mi-femme, mi-bête
Protégée de
Ganapati
Entraînée au combat par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Jeu 18 Nov - 12:50

Nictail


Nic avait écouté les explications de Sindbad avec un certain intérêt.
Des détails l'interpelaient, mais, ça ne voulait pas dire qu'il avait trouvé la solution.
Combien de missives entre "Azzura" et le père adoptif de Sindbad ?!
Si la vieille femme les possédait toutes, peut-être que ...
Oui, surement que sa famille adoptive lui avait "effacé" la mémoire sans le dire au père de Sindbad. C'était une solution tout à fait envisageable. Pour cela qu'Aigue ne se souvenait que de son enfance heureuse.
Ou alors, elle avait voulu refouler le reste, et privée de correspondance, elle avait pu le faire sans trop de soucis.

Mais, il fut tiré de ses réflexions par la tirade de Théobald.
Mais surtout par la réponse d'Aigue.


Je vais donc me restaurer à Gien aujourd'hui, le temps de refaire mes provisions, et je repartirais pour Mâcon dès demain.

Qu'en pensez vous ?


J'en pense que je viens avec vous, Theobald !


Nic planta son regard dans celui de son épouse.
Elle lui soufflait un doux "
Pardonne-moi", et il lisait beaucoup de choses dans ses yeux : sa détermination, sa détresse, ses difficultés dans ce choix ...
Il avait tout de suite compris qu'elle ne désirait pas qu'il l'accompagne. Ils en avaient déjà parlé, parfois, elle ne voulait pas que les gens qu'elle chérit plus que tout soit mis en danger par sa faute.
Il acquiesça de la tête. Il n'était pas ravi, il avait peur pour elle, mais il acceptait son choix. Il la comprenait, il aurait fait pareil.
Il n'y avait rien à pardonner, il le lui dirait avant son départ. Une chose qu'il ne lui pardonnerait pas en revanche : de ne pas revenir !


...Servir et protéger...Si vous partez à Mâcon, je vous suis...

Nic entendit soudain Sindbad. Puis Aparajita, évidemment.
Il tourna la tête, puis son regard croisa celui de son aimée de nouveau.
Elle semblait très perturbée à cette annonce, il savait pourquoi.


Sindbad. Vous vous souvenez ne pas avoir voulu que l'on vienne avec vous lors de votre périple ?! Pour nous protéger ...
Je crois que c'est au tour d'Aigue de vous rendre la pareille. Croyez-moi, ce n'est pas facile pour moi non plus... Mais laissez-la partir seule avec Théobald. C'est de son passé dont il est question ...
Thomas a besoin de vous. Et je crois que mon aimée approuvera mes paroles.


Nic ne voulait pas le moins du monde écarter Sindbad de cette histoire.
Juste qu'il connaissait son épouse mieux que quiconque et tentait de l'aider de son mieux dans cette épreuve difficile.
Ils en discuteraient surement un peu, quand ils seraient seuls. Mais, sa décision était irrévocable, il le savait ...
Il espérait que ses propos ne seraient pas mal pris par le constantinopolitain.

Il regarda son épouse, se leva, et l'enlaça doucement pour l'assurer de son soutien.
Puis il se mit à son côté pour la laisser s'exprimer si besoin était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Ven 19 Nov - 7:08

Aparajita




Au ton des voix, Aparajita sentait que les interlocuteurs se croyaient en désaccord.En fait, chacun d'eux voyait la situation selon son propre point de vue.

Elle n'était que la protégée de
Ganapati, certes. Mais Bodhisattva et Adhīśa lui avaient sauvé la vie. Elle avait donc une dette envers chacun...

Son regard croisa celui de
Bodhisattva, à qui elle s'adressa :

Bodhisattva vouloir affronter danger seule. Elle femme kṣatriya. Aparajita respecter. Mais Bodhisattva tête chaude, pas écouter, faire trop confiance. Danger partout, tout le temps, avec tout le monde. Alors Bodhisattva promettre devant tous elle prudente. Tous aiment Bodhisattva, et tous peur Yama prendre elle avec lui. Aparajita laisser partir, mais prier pour Bodhisattva.

Elle se tourna ensuite vers Adhīśa :

Adhīśa raison et tort. Ganapati tenir éloigné Adhīśa et Bodhisattva car eux pas comprendre danger. Adhīśa raison respecter courage épouse, bon époux, mais tort, toujours pas comprendre danger. Aparajita morte aujourd'hui, sans Adhīśa pour soigner. Et Ganapati mort aussi, sans remède Aparajita. Vrai danger, attention...Adhīśa prêt à tout.

Elle devait aussi parler à Ganapati, afin qu'il comprenne :

Ganapati bonnes intentions. Savoir danger. Vouloir aider. Mais devoir respecter Bodhisattva. Elle plus enfant. Et pas toute seule, Baul avec elle...

Justement, la Dravidienne avait gardé le meilleur pour la fin :

Baul connaître danger. Lui responsable vie Bodhisattva. Adhīśa faire confiance à Baul. Confier épouse, bien plus précieux qu'argent.Baul ramener Bodhisattva en vie. Si elle morte ou blessée, Adhīśa prendre vie Baul. Et si Adhīśa trop clément, Aparajita...

L'ongle de son pouce passa lentement le long de la gorge du ménestrel, comme l'aurait fait la lame d'un poignard, tandis que le regard lui envoyait des éclairs. Ainsi, il était averti...

Aparajita
Mi-femme, mi-bête,
Protégée de
Ganapati
Entraînée au combat par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Ven 19 Nov - 11:44

Aiguemarine


Si vous partez à Mâcon, je vous suis...

Qui y a t'il de plus têtu après Aiguemarine ?!
Un Constantinopolitain peut-être ?! A n'en point doûter, oui.
Elle leva ses azurs vers Sindbad, en lâchant un "Non" qu'elle tentait ferme et sans appel.
Serait'elle comprise ?! ça, c'était moins sûr connaissant la ténacité et les valeurs de son ami.
D'ailleurs, il l'avait
"prévenue" déjà à Cahors qu'il serait là pour elle.
Mais aujourd'hui, Aiguemarine ne l'entendait pas ou plus de cette oreille.


"Dois je vous rappeler que vous avez frôlé la faucheuse de près, justement à cause de l'Ordre de la Pierre Dieu !"
Alors, non, non, non et non, il est hors de question que vous veniez avec moi et Théobald en Bourgogne. Et Thomas ?! Vous disiez vouloir rattraper le temps avec lui ! Il a besoin de vous, d'apprendre à vous connaître...plus que moi"
Manquant de rajouter "de toute façon, d'une manière ou d'une autre, je vous sèmerai. Mais ce serait dévoiler ses plans là, et valait mieux rester prudente.
Et oui, Aiguemarine avait l'avantage de connaître les Terres Bourguignonnes, ce qui n'était pas, à sa connaissance le cas de Sindbad.

Puis, ce fût au tour de son époux de s'exprimer.
Il semblait avoir compris sa détresse mais aussi sa détermination et...il acceptait de la laisser partir seule.
Aiguemarine le remercia du regard. Nul besoin de paroles entre eux.

La tension restait toutefois palpable, et Aparajita tentait de désamorcer tout ça en s'adressant à eux à tour de rôle....en commençant par elle.
Bon, bien évidemment, Aiguemarine était un peu perdue avec les noms de toutes ces divinités, mais elle avait perçue l'essentiel.


Bodhisattva vouloir affronter danger seule. Elle femme kṣatriya. Aparajita respecter. Mais Bodhisattva tête chaude, pas écouter, faire trop confiance. Danger partout, tout le temps, avec tout le monde. Alors Bodhisattva promettre devant tous elle prudente. Tous aiment Bodhisattva, et tous peur Yama prendre elle avec lui. Aparajita laisser partir, mais prier pour Bodhisattva.

La Dravidienne y allait un peu fort là.
Certes, Aiguemarine fonctionnait à l'impulsivité, mais tout de même.
Elle avait fait de nombreux efforts, et savait réfléchir quand les situations se compliquaient.
Bon, bon, bon. Et en plus, il lui fallait promettre d'être prudente ?!
Bien sûr qu'elle le serait, car Aiguemarine comptait bien revenir une fois qu'elle aurait soutirée toutes les informations et les correspondances que détenait la vieille femme de Mâcon.

Puisque cela semblait la "seule condition", elle s'exécuta...
Se tournant vers tous...levant la main, comme si elle était dans un tribunal.


Je le jure ! Je, enfin, Théobald et moi seront prudents.

Elle écouta la Dravidienne s'adresser ensuite à Nic, puis Sindbad et enfin Theobald.
Le pauvre, c'était lui le plus mal loti dans l'histoire.
La Dravidienne faisait peser une forte menace, allant jusqu'à la mort sur le Ménestrel.
Aiguemarine se serra contre son époux, attendant que les autres prennent la parole.
Elle était un peu lasse, mais il fallait crever l'abcès et se mettre d'accord maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Sam 20 Nov - 0:58

Sindbad


Quelle était donc cette obsession de la lombardo-bourguignone de vouloir refuser la main tendue, surtout face à un tel danger ? D'autres souvenirs seraient-ils remontés à la surface de sa mémoire qu'elle souhaiterait cacher ? En plus, son argumentaire comportait des contradictions flagrantes. Sa réponse fut sèche :

Merci de me rappeler que la découverte de mon passé a failli me coûter l'existence. Ce devrait être une raison supplémentaire pour vous d'accepter mon aide. En effet, si l'un de nous deux devait disparaître, je préférerais que le sort s'acharne sur moi. Je n'ai pas, contrairement à vous, une famille à charge.

Et voilà que Nictail en rajoutait une couche avec Thomas. Comme si cet enfant avait besoin d'un parrain plus que d'un père ou une mère...

C'est alors qu'intervint Aparajita. Sa vision de la situation était pertinente. En effet, si Aiguemarine tombait entre les mains de l'Ordre, ils ne seraient pas trop de trois, avec Nictail et Aparajita, pour défendre la famille. Et Theobald aux côtés d'Aiguemarine était moins pire qu'une Aiguemarine seule avec elle même. Surtout, la Dravidienne le surprenait par sa ruse : le ménestrel endosserait la responsabilité des conséquences dommageables de l'impulsivité d'Aiguemarine. Chacun des deux se trouvait désormais otage de l'autre. Et Aiguemarine, qui avait bon fond, ne ferait rien qui mette Theobald en position délicate, pour le moins.

Comme pour tenter de rassurer tout le monde, la Dame aux yeux d'azur prêta serment devant ceux qui lui étaient chers. De guerre lasse, il soupira :


Je crois qu'Aparajita a tout dit. Si tel est votre voeu, partez donc vers Mâcon en compagnie de Theobald. Tenez nous régulièrement informé par missive du résultat de vos recherches, ainsi que de toute personne que vous seriez amené à nouer des contacts : voyageur, mendiant, lingère... Puisque vous êtes désormais ambassadrice orléanaise, n'hésitez pas à vous prévaloir de votre fonction. L'Ordre déteste attirer l'attention sur lui, ce qui serait le cas s'il vous faisait disparaître. Quoi qu'il arrive, en cas d'absence de votre part sous quinzaine, Nictail, Aparajita et moi même effectuerons une virée en Bourgogne pour vous ramener morte ou vive. Et je crois que chacun, ici, va prier pour vous la divinité de son choix.

Il marqua un temps de silence, puis conclut :

Dépêchez vous de partir avant que Nictail et moi changions d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Sam 20 Nov - 0:59

Theobald




Le ménestrel n'en menait pas large.

Cette diablesse venue de loin maîtrisait mal leur langue, mais son regard était des plus éloquent : tout incident de parcours lui serait imputable.

Jugeant inutile toute discussion, Theobald se contenta de hocher la tête tout en déglutissant avec peine, se demandant si sa gestuelle serait comprise de celle qui lui faisait face.

Comme pour détendre l'atmosphère, la Dame de Sarliève promettait solennellement d'être prudente tandis que l'époux et le constantinopolitain se rendaient à l'évidence : rien de ce qu'ils diraient n'infléchirait la détermination de la Dame.


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient" et "La Dame de Venise"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Sam 20 Nov - 12:36

Aiguemarine


Merci de me rappeler que la découverte de mon passé a failli me coûter l'existence. Ce devrait être une raison supplémentaire pour vous d'accepter mon aide. En effet, si l'un de nous deux devait disparaître, je préférerais que le sort s'acharne sur moi. Je n'ai pas, contrairement à vous, une famille à charge.

Complémentaires, mais si différents dans leurs réactions.
Là où elle ne cherchait qu'à le protéger, lui ne voyait cela que comme une éviction.
Aiguemarine l'indépendante, longtemps surnommée "la rebelle" fût un peu blessée par la réponse sêche de Sindbad.
Elle l'écouta toutefois sans lui couper la parole.
Aparajita avait fait mouche, et le Constantinopolitain se rangeait à son avis.


Je crois qu'Aparajita a tout dit. Si tel est votre voeu, partez donc vers Mâcon en compagnie de Theobald. Tenez nous régulièrement informé par missive du résultat de vos recherches, ainsi que de toute personne que vous seriez amené à nouer des contacts : voyageur, mendiant, lingère... Puisque vous êtes désormais ambassadrice orléanaise, n'hésitez pas à vous prévaloir de votre fonction. L'Ordre déteste attirer l'attention sur lui, ce qui serait le cas s'il vous faisait disparaître. Quoi qu'il arrive, en cas d'absence de votre part sous quinzaine, Nictail, Aparajita et moi même effectuerons une virée en Bourgogne pour vous ramener morte ou vive. Et je crois que chacun, ici, va prier pour vous la divinité de son choix.

Non, Aiguemarine n'userait pas de sa fonction au sein de l'Ambassade pour quelque chose de personnel.
Mais ça, non plus, elle n'en dirait rien.
Oui, elle préviendrait son époux si ça n'allait pas.
Eventuellement, si sur place, les choses se corsaient, elle ferait appel à son ami de toujours : Althiof... ou Beths... tiens...
Le tandem Royal...
Aussi étonnant que détonnant ce dernier. Une double candidature qu'ils avaient osés à l'époque.
Elle esquissa un sourire en se remémorant tous ces souvenirs.


Nous donnerons des nouvelles régulièrement.


Dépêchez vous de partir avant que Nictail et moi changions d'avis.

Pour Nic, Aiguemarine savait qu'il ne changerait pas d'avis même s'il en mourrait d'envie.
En revanche, oui, maintenant que c'était décidé, il ne fallait plus traîner.
Se tournant vers Theobald qui, visiblement, et il y avait de quoi, ne semblait plus très à l'aise dans ses chausses...


Départ demain. Bien évidemment, vous êtes notre invité ici jusqu'au départ.

Puis, s'adressant à tous...

Maintenant, veuillez m'excuser. Je vais préparer quelques affaires pour la route.

Et, de nouveau, branle-bas de combat. La voilà qui s'affaire dans sa chambre sous le regard interrogatif de ses enfants, notamment des 2 plus grands.
Jamais facile d'expliquer avec des mots simples, alors Aiguemarine ment éhontément à sa progéniture prétextant un voyage d'affaires.
Enfourner quelques vêtements dans une petite malle de voyage, son écritoire, sa petite trousse médicale (sait'on jamais...), quelques provisions et la voilà presque prête pour le départ.

« Presque », oui car elle ne veut ni ne peut partir sans tenter de rassurer son époux, son âme-soeur.
Même si Aiguemarine n'a aucune idée de ce qui l'attend là-bas.
A part une vieille femme qui n'a plus toute sa raison !
Mais c'est plus fort qu'elle, et il faut qu'elle sache de quoi il retourne.
Une longue discussion entre eux s'ensuivit qui ne s'acheva qu'au petit matin...

[ Le lendemain – Quand l'heure du départ est proche ]

Petit déjeuner avalé en vitesse, et même si elle n'a pas faim, Aiguemarine se force, s'efforçant de donner le change.
Regarder la carte une dernière fois, voir les villages où ils feront halte avant d'aller seller les montures.
Espérons que le Ménestrel sache monter.
Une dernière étreinte, un dernier câlin à tous ses enfants, quelques consignes glissées à Ma afin qu'elle prenne soin de son époux, et les voilà à l'écurie.
Aiguemarine attache son paquetage à la selle de son destrier, et le prenant par la bride de son enclos, l'amène devant la demeure, tandis que Nic s'occupe de la seconde monture, celle « réservée » à Théobald.


En route Theobald ?!
Longue route nous attend avant le prochain village.


Devant la mine dubitative de ce dernier, elle se doûte qu'il y a un problème.
La question est montera ou montera pas ?!
Parce que là, Aiguemarine n'a pas vraiment le temps de lui donner quelques cours d'équitation.
Au pire, elle le prendra avec lui sur Altaïr même si ce serait mieux qu'ils voyagent sur 2 montures différentes.
En attendant que ce dernier ouvre la bouche, Aiguemarine s'approche de son époux.
Le moment de la séparation est arrivé.
Long silence, décidément elle n'est pas douée pour les Aurevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Dim 21 Nov - 0:15

Theobald




Un cheval...

La dernière fois que le Ménestrel était monté à cheval, c'était lorsqu'il s'était mis en tête de devenir écuyer...Mais le temps n'était pas encore venu pour lui de raconter ses souvenirs. Tant d'autres histoires extraordinaires restaient à raconter, et notamment celle de la Dame avec laquelle il s'apprêtait à voyager.

Il n'était pas question non plus de rêvasser. Voilà que Dame Aiguemarine manifestait son impatience de débuter le voyage qui la mènerait jusqu'en Bourgogne. Peut-être aussi souhaite t-elle éviter les adieux déchirants, tant pour elle que pour ceux qu'elle laisse derrière.

En guise de réponse, Theobald enfourche l'animal mis à sa disposition, et attend le signal du départ. Il évite soigneusement le regard de cette diablesse venue du fond des Indes. Pourquoi diantre a t-il fallu que la Dame de Sarliève entame seule ce périple ?

Pourvu que tout se passe sans accroc...


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient" et "La Dame de Venise"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Dim 21 Nov - 0:17

Aparajita




Tandis que tous entouraient Bodhisattva afin de lui souhaiter bonne route, Aparajita récitait en silence un mantra adressé à Pushan.

Du regard, elle tentait d'attirer l'attention de
Baul, mais celui ci semblait la fuir.

Parfait, il prenait au moins sa mission au sérieux...


Aparajita
Mi-femme, mi-bête,
Protégée de
Ganapati
Entraînée au combat par l'Ordre de la Pierre-Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Dim 21 Nov - 0:17

Nictail


Nic avait gardé son épouse bien dans ses bras en écoutant les autre intervenir. C'était si dur pour lui, mais apparemment, tout le monde se mettait d'accord.
Sindbad n'était pas plus ravi que lui, mais finalement il cédait, entre autre grâce à Aparajita. Nic avait été surpris par le discours de la dravidienne, empli d'une réelle sagesse à son goût.
Cela n'avait pas été facile mais un compromis avait été trouvé.


Maintenant, veuillez m'excuser. Je vais préparer quelques affaires pour la route.

Nic laissa son épouse s'éclipser et s'occupa de leurs invités.
Remercier Sindbad et Aparajita pour leur venue et les raccompagner un bout de chemin.
Puis s'occuper de Théobald. L'installer et demander à *Ma* de veiller à ce qu'il ait ce dont il aura besoin.

Et enfin, il rejoint son épouse, la regardant faire ses bagages. Les enfants ont du mal à comprendre et surtout à accepter le départ de leur mère. Il faudra que Nic lui demande ce qu'il devra leur dire à ce propos.
Et, après avoir couché les enfants, ils entamèrent une longue, très longue discussion. Elle tentait de le rassurer. Il essayait d'être fort pour elle. Ils étaient complémentaires, toujours unis : deux âmes soeurs.
Et après une courte et désagréable nuit de sommeil, il se levèrent.


[Le lendemain matin - L'heure du départ.]

Nic n'avait pas très faim, mais voyant son épouse se forcer un peu, il en fit de même. Comme dirait son épouse : donner le change.
Il prit les devants vers l'écurie et choisit un bon cheval pour le Ménestrel. Rapide, mais surtout calme et pas difficile. Il s'en occupa donc avec attention et précaution. Vérifier que tout était bien en ordre.
Sindbad et Aparajita étaient aussi venus assister au départ.
Et alors qu'Aigue proposait au Ménestrel de prendre la route, Nic songea à quelque chose d'important. Son épouse s'approcha de lui, ils n'étaient pas doués pour les au-revoir.


Fais monter Théobald sur Talisman.
C'est notre cheval le plus calme et doux, il n'y a pas mieux. Je ne sais pas s'il monte souvent.
Pendant ce temps, je vais chercher quelque chose pour toi !


Nic s'éclipse au petit trot, cherchant et trouvant enfin ce qu'il veut.
Elle en aura peut-être besoin, on n'est jamais trop prudent.
Nic rejoint enfin son épouse et lui tend donc ... ses armes.


J'espère que tu n'en auras pas besoin.
Mais, tu avais oublié de prendre tes armes Mieux vaut être prudent, non ?!


Et il lui sourit faiblement et l'embrasse doucement.
Théobald est prêt et Nic aide son épouse à monter à cheval.
Il baise une dernière fois sa main et la regarde tendrement.


Soit prudente et fais bonne route.
Nous t'attendrons sagement ici, reviens vite !
Je t'aimeeeeeee !


Ne pouvant être fort plus longtemps, il s'assure qu'Aigue est parée et envoie une bonne claque sur la croupe d'Altair. La voilà donc partie ...
Il lui fait signe de la main et reste là, à regarder jusqu'à ce qu'il ne la voit plus ... et même après. Il va devoir se ressaisir, pour les enfants, qui croient que ce n'est qu'un voyage d'affaires. Oui, être fort pour sa famille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 23 Nov - 7:14

Theobald




Aux abords de Mâcon

Cinq jours se sont écoulés depuis leur départ de Gien. Cinq jours que ressent douloureusement Theobald au niveau de son postérieur, peu habitué qu'il est aux longues chevauchées.

En outre, les pauses ont été fort courtes. La Dame de Sarliève, pour agréable que soit sa compagnie, se révèle d'un tempérament bien trempée. Pas question, pour elle, de passer de longues soirées en taverne, seul la motive l'objet de son voyage. Difficile, dans ces conditions, de préparer de nouvelles chansonnettes qui régaleront le petit peuple des villes et permettront au ménestrel de subvenir à ses besoins. La vie d'artiste a pourtant ses à-côtés, parfois contraignants.

Theobald a bien tenté de sensibiliser son interlocutrice à sa difficile mais ô combien gratifiante condition, en entamant le récit de la vie de Gwenaëlle la Gouronnaise. Mais la Dame semblait connaître une partie de l'histoire. Par le constantinopolitain, sans doute, qui n'a pas su la raconter. C'est que n'est pas ménestrel qui veut...

C'est donc avec soulagement, mais aussi appréhension, que Theobald voit apparaître les toits de la riante cité de Mâcon au soleil levant.

Ah, que ne donnerait-il pas pour un quignon de pain en taverne, accompagné d'un verre de ce vin récolté dans les monts voisin du Beaujolais. Mais la Dame de Sarliève partagera t-elle son engouement pour la production viticole de cette région ? Rien ne semble moins sûr, à cette heure...Elle poursuit sa chevauchée sans ralentir l'allure, imperturbable, comme si le monde autour d'elle avait disparu...

...sauf qu'à compter de maintenant, lui seul sait où réside la Vieille femme. Voilà qui va lui permettre d'obtenir quelques concessions. Après tout, si elle retrouve son passé, ce sera grâce à lui.

Et voilà que Theobald retrouve un sourire qui l'avait quitté depuis son départ de Gien.


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient" et "La Dame de Venise"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 23 Nov - 7:16

Aiguemarine


[Mâcon - Une Dame décidée VS un Ménestrel épuisé ]

5 jours déjà qu'ils sont partis.
5 jours qui lui ont semblé les plus longs de sa vie.
De brèves haltes, histoire de faire souffler un peu les chevaux...
Pas plus, mais pas moins.
Pourtant Seul 'Stote et Aiguemarine savent que Theobald aurait bien aimé les prolonger un peu...ces haltes.
Mais elle est restée inflexible à ses demandes, impassible aussi face au récit d'une certaine Gwen.
Merci Sindbad. Pas qu'Aiguemarine ne soit pas insensible à tout ça mais elle a un passé à éclaircir et une vieille dame à interroger.
Alors, ce sera pour plus tard...

Les remparts de la cité de Mâcon se dessinent peu à peu, sous un fin brouillard.
Aiguemarine ralentit - enfin- l'allure d'Altaïr, et jete discrêtement un oeil à son compagnon de voyage qui arbore un léger sourire.
Soulagé d'être arrivé ?! Sûrement...
De poser son séant sur autre chose qu'une selle ?! Sûrement aussi...
Mais pas que ça.
Qu'est ce que cela "cache" de plus ?! Parce qu'elle sait, elle ressent autre chose ! un bon repas, une couche digne de ce nom ?!

Il va falloir qu'Aiguemarine soit diplomate sur ce coup là. Theobald est le seul à connaître l'endroit où vit la Dame - qui a perdue sa raison, ou pas -
Espérons juste qu'il n'abuse pas de sa patience en faisant traîner les choses.
Le "tourisme", ce sera pour plus tard.

Après avoir décliné leurs identités au maréchaux, ce "couple" - particulièrement atypique - pénétra dans Mâcon la Grande.
Rien ne semble avoir changé, depuis son départ, il y a de nombreuses années.
Fermant quelques instants les yeux, Aiguemarine se remémora quelques doux et impérissables souvenirs. Vuy De Rochebaron... Un homme à jamais dans son coeur.
Paix à cet homme qui avait beaucoup donné non seulement à ce village, mais aussi au Dûché de Bourgogne.
Un léger soupir s'échappe de ses lèvres, tandis qu'ils remontent les ruelles de la cité encore endormie.

Direction une auberge.
Il est encore trop tôt pour déranger la vieille femme.
Ils en profiteront pour se dépoussiérer un peu et prendre une collation.
Aiguemarine mit pied à terre, et attacha sa monture non loin.
Se tournant vers Théobald, elle ouvrit enfin la bouche...


Il est encore tôt pour une visite.
Profitons d'un moment pour nous rafraichir.
Ensuite, vous me conduirez chez la vieille Dame.


Ses propos n'étaient pas sujet à discussion.
En effet, la "rebelle" avait décidée, et comptait bien qu'il en soit ainsi.
Aiguemarine attrapa ses fontes et entra d'un pas décidé dans l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 23 Nov - 22:34

Theobald




Enfin...

Voilà qu'elle lui proposait ce coup à boire, attendu de si longtemps.


Ah, mais ce ne sera pas de refus pour le rafraîchissement, Dame Aiguemarine...Au moins, nous n'aurons pas fait le voyage pour rien.

Il suivit donc la Dame dans la taverne.

Le lieu, à cette heure, était peuplé, outre des fêtards de la veille, de travailleurs des mines ou de paysans. Seule une forme humaine encapuchonnée se tenait assis sur une table à l'écart, devant une chope qui avait été pleine.

Le coeur de Theobald battit un peu plus vite. Etait-ce Marcello, le sinistre nettoyeur ? Un examen plus soutenu l'incita à éliminer cette hypothèse. La carrure de cet individu semblait différer. En outre, Marcello l'aurait reconnu...Celui là, ou celle là, ne semblait pas prêter attention à eux.

Theobald s'efforça de se calmer.A peine eut-il trinqué avec Aiguemarine qu'une voix se fit entendre :


AU FEU ! AU FEU ! LA MAISON DE SOEUR RADEGONDE BRÛLE !


Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient" et "La Dame de Venise"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 23 Nov - 22:35

Sous_la_Capuche




Le visage soigneusement dissimulé à l'abri des regards indiscrets, l'individu venait de vider sa chope, et s'apprêtait à quitter la taverne lorsqu'un homme et une femme firent leur entrée.

En ce froid matin de novembre, alors que l'hiver s'installait, rien d'étonnant à ce que les gens recherchent la chaleur si réconfortante d'un bon feu de bois dans quelque taverne. Pourtant, ces deux là n'avaient rien d'ordinaire...

L'homme lui était connu : un ménestrel du nom de Theobald. Il parcourait le Royaume et gagnait sa pitance par quelques refrains et épopées dont il régalait le peuple.

Mais la Dame...

De lointains souvenirs remontèrent en surface de la mémoire de l'individu. Machinalement, ses mains rajustèrent sa capuche. Il était crucial que personne ne voit son visage.

La Dame avait une belle prestance, un port de tête et une démarche assurés, des habits taillés dans un tissu plutôt luxueux...Et ses yeux, bleus comme les flots...Ce pouvait-il qu'elle soit...

Mais un cri d'alarme signalant un incendie interrompit les pensées de l'individu. La taverne se vida d'un coup des volontaires qui s'en allèrent prêter main forte...Le moment opportun de s'éclipser.

L'individu sortit avec les volontaires.



"It's the wanting that keeps us alive" (Vouloir nous garde vivant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mar 23 Nov - 22:37

Aiguemarine


[ Mâcon - Quand rien n'va...]

Aiguemarine avait pris place à une tablée, suivie de près par Théobald.
Ah, l'on ne peut pas dire de ce dernier qu'il n'était pas amateur des petits plaisirs de la vie.
Lorsque le tavernier amena leur commande, elle huma le verre mais n'y goûta point des lèvres.
Voilà déjà plusieurs jours que la Dame de Sarliève était prise de nausées.
Le stress, peut-être ou peut-être pas...allez savoir !

Et tandis que le Ménestrel étanche sa soif, elle, elle observe, comme on le lui a appris.
Jusqu'aux moindres détails.
A cette heure, Aiguemarine qui s'attendait à peu de monde est surprise.
A croire qu'elle ne doit pas assez fréquenter ces lieux.
Paysans, mineurs affalés au comptoir pour se donner du courage avant les rudes travaux des champs ou des mines.

Et sur sa gauche, attablé, un encapuchonné...
"Didious" comme dirait Nic qu'Aiguemarine ne les apprécie pas.
Là aussi, allez savoir pourquoi !
Qu'ont 'ils donc à cacher ?!
Et la voilà à échaufauder les suppositions les plus folles dans son esprit.
Un lépreux, un pestiféré, un brigand ?!
L'espace d'un instant, il l'a même dévisagée d'une drôle de façon. Hmmm...

Mais pas le temps de s'apesantir sur tout ça qu'une voix s'élève dans la salle.


AU FEU ! AU FEU ! LA MAISON DE SOEUR RADEGONDE BRÛLE !

Ah bah, voilà autre chose. Une maison, un incendie, une bonne soeur.
Il lui était difficile de ne pas entendre cet appel.
Et quelque chose lui disait que l'encapuchonné n'était pas étranger à ces évènements.
Mais ce dernier avait déjà suivi le mouvement de foule qui se précipitait à l'extérieur pour admirer le spectacle...ou aider.
Regard qui coule vers le Ménestrel qui semble ailleurs et...pétrifié.


Hey oh Theobald !!!
Venez... On va aider à maitriser le feu.
Et qui sait, ils auront peut-être besoin d'un médicastre.
Allez, du nerf, on s'bouge !!


Ne surtout pas lui confier son pressentiment sur l'encapuchonné, car dans 99 cas sur 100, Aiguemarine voit juste.
De se lever prestement, d'enfiler sa longue cape noire en 2 temps 3 mouvements, d'attraper sa trousse de soins dans ses fontes et de rejoindre les badauds au dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   Mer 24 Nov - 7:42

Theobald




Tandis que Theobald savourait son verre de vin, tout en dégustant une belle pièce de viande charolaise, il observait la Dame de Sarliève du coin de l'oeil. Elle semblait ne pas apprécier le vin qui se tenait devant elle. Curieux, pour une bourguignonne...La froidure hivernale aurait-elle entamé sa santé ? Un médecin malade : voilà qui était paradoxal. De quoi en faire une chanson, sûrement...

Mais l'annonce de l'incendie dans la maison de la Soeur avait redonné un coup de fouet à la Dame de Sarliève. A peine la viande terminée, la voilà qui veut se rendre sur place, soigner les blessés, aider à éteindre le feu. Mais dans le souvenir du Ménestrel resurgit le regard sans ambiguïté de l'indienne. Il doit intervenir :


Hop, hop hop...Pas question que je vous laisse mettre votre existence en danger. Je vous rappelle que nous avons voyagé jusqu'ici pour interroger une vieille femme et récupérer une correspondance. S'il était présent, votre époux soutiendrait ma position, d'autant plus que je me suis engagé envers lui et Aparajita à vous ramener saine et sauve. Cette Soeur dispose déjà de toute l'aide dont elle a besoin. Donc rien ne presse...

Theobald se rappelait du voyage entrepris avec Sindbad, Aparajita et Katalin Lupescu. La Dravidienne avait d'ailleurs fort bien décrit, avec ses mots, l'ambiance qui régnait : une vigilance permanente à l'environnement et aux gens croisés. Le moindre mot, le moindre geste pouvait éveiller les soupçons, attirer l'attention de gens d'apparence anodine obéissant à l'Ordre. Et pas question de se faire remarquer par un coup d'éclat ou un acte d'héroïsme. C'est à dire exactement ce que voulait faire la Dame.

Theobald
Ménestrel et découvreur de passés perdus
Narrateur de
"La Geste d'Orient" et "La Dame de Venise"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aventurier des passés perdus (07/11/1458)
Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Passé sombre.
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» Le père Noël existe, il est passé nous voir !
» 8077 ? J'aimerais effacer les douleurs du passé comme on efface la craie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Sarliève :: Château de Sarliève :: Le rez de chaussée. :: La bibliothèque. :: Les archives de Gien-
Sauter vers: