AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Rick
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 04/05/2008
Age : 40

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 15 Déc - 1:01

Rick sourit en voyant sa plus jeune cousine faire quelques pas pour ramasser la canne du curé. Quoi qu'elle dise et quoi qu'elle fasse, elle ne pourrait s'empêcher d'être comme tous les de la Serna, un coeur rempli de générosité. Il retourna à sa cérémonie et resta attentif aux réactions de son autre cousine. Elle avait même réussi à ne pas prendre peur face à sa fille. Elle qui ne se sentait pas à l'aise avec les enfants, lui avait murmuré quelque chose qui avait semblé ravir la petite fille. C'est à peine si le diacre entend le soupir lancé par la future mariée lorsqu'il est question d'enfants. Réélle ignorance de la part du religieux ou feinte pour ne pas trop déranger sa cousine ? Lui qui a perturbé la cérémonie, essuyant les foudres des uns et des autres à son plus grand regret, préfèra se taire pour le moment. C'est d'une voix posée et claire qu'elle donna son accord.

Rick se tourna alors vers son presque cousin et lui dit


Eragon, toi qui a levé les doutes que j'avais sur l'engagement que tu devais prendre en ce jour, te voilà désormais au moment crucial. Celui où tu vas devoir dire devant tes amis et ta famille, ton désir d'unir ta destinée à la sienne. Tu dois te douter que cet engagement est lourd de conséquences, surtout pour vous deux, courageux homme et femme d'armes, avec tout ce qui peut risquer d'arriver. Vous qui connaîtrez la séparation de par votre ordre de chevalerie, es-tu prêt à t'engager pour la vie, devant le Très-Haut, avec ma cousine Alethea ? Es-tu prêt à honorer sa couche et uniquement la sienne, sans éprouver de désir pour le corps d'une autre femme ?

En disant cela, Rick eut une pensée pour le premier mariage qu'il avait célébré et qui aujourd'hui battait de l'aile, pour cette raison. Il chassa bien vite ses pensées et après un court silence, reprit le cours de sa cérémonie.

Acceptes-tu en ce jour d'élèver dans les préceptes aristotéliciens, les enfants que le Très-Haut acceptera de faire porter à Thea et de les aimer et leur enseigner la vie vertueuse qui devra être vôtre ? Acceptes-tu de prendre Alethea ici présente pour femme et l'aimer dans la joie comme dans la tristesse, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme la maladie, en faisant fi des autres femmes et cela jusqu'à ce que la mort vous sépare ? Si tu es d'accord avec cela, dis, je le veux !

Rick tendit alors les deux alliances bénies par ses soins et les tendit aux époux.

Il ne vous reste plus qu'à passer la bague au doigt de l'autre et de répéter après moi, "par cette alliance et devant nos amis ici présents, je te prends pour époux..."

Le jeune homme leur sourit et leur donna la parole, espérant les voir être un peu plus bavards et qui sait peut-être dévoiler plus avant leurs sentiments.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honoré.Saint_cyr
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/12/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 15 Déc - 1:48

Honoré regardait intensément l'adolescente comme s'il allait communiquer par la pensée, il n'arrêtait pas de se répéter, faut qu'elle vienne, faut qu'elle vienne!...Et son voeu fut exaucé. Carmen s'approcha du curé...Honoré était si heureux, qu'il en aurait bien levé les bras vers le ciel pour remercier le Tout haut, miséricordieux soit-il, il était prêt à psalmodier des "Alleluiaaaa alleluiaaaa alleluiiaaa"...mais il s'asbtînt, les scènes et autres pantalonnades, tout le monde se les réserverait au moment de quitter la pièce côté jardin ou côté cour, c'était selon...Elle demanda donc à Honoré si la canne lui appartenait?

Le prêtre lui sourit et puis il la détailla de la tête au pied. Elle était vêtue à la garçonne avec des cheveux coupés au carré mais elle avait les traits fins et féminins, elle était également svelte et élancée, ses cuissardes accentuaient ce côté. Honoré imagina qu'elle devait avoir un caractère très affirmé, on ne lui compterait pas fleurette sans goûter le tranchant de son épée, le prêtre en mettait sa main à couper.

Elle lui rappela une femme qu'il avait rencontrée durant ses prérégrinations, du temps ou il n'était pas encore prêtre, comme tout le monde il avait été un enfant, il était plutôt bien élevé mais dés la maturité, il avait été catalogué de "coureur de jupons notoire", sa vocation était arrivée plus tard et à présent il était cinquantenaire. Honoré chassa ce passé peu glorieux de ses pensées, il préféra plutôt se concentrer sur sa charmante interlocutrice. Le prêtre, dont les cent nonante-cinq centimètres, le défavorisaient plus qu'ils ne l'avantageaient, surtout dans l'état où il se trouvait, tenta de rapprocher sa bouche de l'oreille de la jeune fille pour lui murmurer quelques mots:


- Oui elle est à moi, je suis désolé de vous importuner mais je ne savais pas à qui m'adresser, vous me paraissez compréhensive, c'est ce qui m'a décidé..

Honoré poursuivit en baissant encore le ton d'une octave:

- Je souffre atrocement du dos, c'est une blessure de guerre, j'ai eu à faire à un adversaire plutôt coriace et pourtant il ne payait pas de mine, enfin, je ne vais pas vous ennuyer avec mes histoires, si je me baisse, je risque de ne plus pouvoir me relever, ou encore je serai coincé, si vous ramassez ma canne, nous nous épargnerons bien des déboires et des exhibitions qui seraient superflues, ma foy!

Honoré fit un clin d'oeil à la jeune fille, il espéra qu'elle ne lui demanderait pas de lui expliquer l'origine de ses douleurs, quoi que, à ce moment-là Honoré ne riait pas mais en y repensant, la situation avait été cocasse, c'était en pleine messe de bénédiction au Mans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen_Esmée.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 15 Déc - 2:46

Carmen devait se dévisser le cou pour regarder l'homme dans les yeux, il était très grand même pour elle qui mesurait déjà presque cent soixante dix centimètre... Il lui chuchota quelques mots à l'oreille, la jeune fille hocha la tête poliment et lui tendit sa canne, Carmen se mit ensuite à côté de lui afin de le soutenir par le bras, elle chuchota à son tour de façon à ce que seul son interlocuteur l'entende, elle ne voulait pas perturber la cérémonie.

Voulez vous prendre ma place au premier rang, vous ne serez pas chahuter par les invités lorsqu'ils se lèveront ? Et vous pourrez me raconter cet mésaventure qui vous cause tant de maux.

Attendant une réponse, elle restait droite près de lui, les yeux rivés sur les futurs époux et son cousin Rick.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eragon.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 15 Déc - 8:30

Les enfants avaient apporté fièrement les alliances, sûrement ravis de l'honneur qui leur était fait et Rick en implorant le ciel les avaient bénies.
Belle métaphore, celle de l'anneau représentant leur amour et l'anneau était signe de continuité, d'infinité, ils s'aimeraient donc jusqu'à ce que la mort les séparent. Si avec ça ils étaient pas comblés..

Bon et la nous allons un peu parler de moi, oui de moi. Pasque moi j'trouve que c'est chiant d'écrire pour les mariages, j'croyais que ça allait être plus drôle en étant acteur mais en fait on arrive toujours au même problème. Ben ouais au bout d'un moment t'as parlé du fait que ben l'épouse tu l'aimes, sinon tu s'rais pas venu la, à part si elle est riche sauf que Théa l'est pas riche donc Era il l'aime pour ce qu'elle est, c'est de la déduction. Ensuite tu as parlé de l'église joliment décorée, du temps qu'il fait, des invités présents, des témoins (d'ailleurs je les remercie parce que sinon j'aurais été obligé de faire un poste que celui-ci il y a déjà un moment, ils m'ont permis d'avoir quelque chose à dire.. Mais c'est pas un raison pour recommencer hein) et même du fait que la futur mariée est pied nu. La je crois qu'on a fait le tour de tout ce qu'il y a à dire dans un mariage, et c'est vraiment la que ça devient chiant.
Alors la première réfléxion c'est de se dire, "Bon ben je vais faire court", sauf que faire 3 lignes pour dire


Un peu mon n'veu que j'le veux!

Ouais vous voyez un texte sans accompagnement ça fait quand même un peu léger léger, mais au moins je vous avais averti dès le début, les mariages c'est chiant et j'aime pas ça.
Bon et même sur le fait d'écrire que c'est chiant d'écrire un mariage je sèche, alors bon on va repartir dans mon réel, enfin non les RR's quoi. Comment ça s'est pas pareil?

Après avoir prononcé les quelques mots fatidiques qui liaient a présent la vie de Théa et d'Eragon, ils le devenaient a présent plus qu'un : Le Théragon, un mélange subtil d’honnêteté et de joyeuseté, le tout lié par les liens sacrés du mariage.
Venait a présent le moment ou il ne fallait pas se gourer de doigt, pasqu'on y pense pas comme ça mais quand Eragon saisit l'anneau des mains du diacre, il mît quand même quelques secondes avant de le faire passer (l'anneau pas le diacre hein) a l'annulaire de la quasiment Alethea Lisaran de Saint Yriex, ou Alethea de Saint Yriex - Lisaran.. au choix.
Son regard plongea dans celui du chevalier, affichant un grand sourire.. enfin ils se retrouvaient.

Allô la régie? Humm on peut pas finir comme ça la, faut parler en mettant l'anneau..
-Arf oui, mer..credi

Par cette alliance et devant nos amis ici présents, je te prends pour épouse...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alethea de Saint Yriex
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 12/04/2009
Localisation : La Tremouille ... maudit poitou ... fallait qu'elle tombe amoureuse là bas ...

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 15 Déc - 11:52

Peut-elle dire que ce mariage, elle l'attendait depuis longtemps? Qu'elle l'espérait, dans les moments où Eragon occupait ses pensées, chassant la solitude des longues nuits de mission ou l'accompagnant sur les routes ? Pas vraiment... Elle ne se posait pas cette question, se laissant vivre au gré de leurs retrouvailles, avec ce goût d'inachevé à chaque fois qu'elle devait repartir, avec aussi cette idée inconsciente jamais clairement exprimée, que ce qu’elle acceptait était contraire à ses principes. Mais jamais elle n'avait laissé son imagination lui proposer une réalité autre...

Et progressivement, peu importe comment, au final, les choses avaient pris forme, passant de la résignation à sacrifier son amour sur l'autel du devoir, à la joie, parfois intraduisible en mots, de voir sa vie prendre un tournant qui la comblait... Il y a quelques minutes à peine, elle avait fait un pas vers la sortie, prête à elle-même mettre fin à ce bonheur, incapable d'accepter que cet événement qu'elle désirait unique se transforme presque en mascarade. Mais, touchée par le désarroi qu'elle avait senti en son cousin, c'est vers lui que ses pas l'avaient portée. Elle s'était fait violence, pour ne pas laisser son intransigeance prendre le dessus, et elle avait tourné le dos à la sortie, pour s'avancer de nouveau vers sa destinée, et prononcer calmement les premiers mots qui allaient changer sa vie.

Quand ces mêmes mots avaient franchi les lèvres d'Eragon, elle avait spontanément souri. Le Chevalier intraitable avait simplement commencé à laisser place à la femme amoureuse, la colère enfin remisée au fond de son esprit. Comme à chaque fois qu'il était là, elle avait juste envie d'être heureuse, de s'autoriser cette sécurité que lui seul lui donnait. Alors, son regard plongé dans le sien, elle avait accroché doucement le bout de ses doigts au moment où l'anneau avait trouvé sa place, un sentiment de sérénité, soudain et infini à la fois, l'étreignant tout aussi sûrement.

Ses obsidiennes toujours suspendues à ces noisettes qui la transpercent, elle lutte pour chasser le seul regret qu'elle ressent en cet instant, celui de l'absence de celle sans qui elle ne serait sans doute pas la femme qu'elle est aujourd'hui... Un "merci", murmuré en pensée, avant que le monde des vivants comme des morts ne disparaisse pour qu'enfin il n'y ait plus qu'eux, elle, et surtout Lui...Doucement, elle se saisit de la bague destinée au Poitevin, et laisse son esprit vagabonder tandis qu'elle la tourne lentement entre ses doigts. Lorsqu'elle relève la tête, son regard brille de cet éclat qu'elle sait éternel.


Era... Je suis à toi… Je suis Celle qui a besoin de Toi… De tes bras, de ton regard sur moi… De tes mains, de ton soutien… Tu as su te poser à mes côtés. Je ne saurai jamais si c’est volontairement ou pas mais tu m’es doucement devenu indispensable. Je t’ai accepté avant même de comprendre que je le voulais, avant même d’oser espérer que tu en aurais aussi envie...

Est-ce bien elle, en train de se mettre à nu, ici et maintenant? Est-ce bien elle, qui n'en ressent aucune gêne, aucune honte, et qui plus est, n'a pas envie de s'arrêter là?...

Et maintenant je passe mon temps à vouloir te retrouver parce qu’il y a en toi tout ce que je reconnais et qui m’apaise. Il y a aussi tout ce qui me bouleverse, me déstabilise et dont j’ai besoin. Avec toi je peux poser mes armes. Toutes mes armes. Celles de la Licorneuse et celles de la femme. De toute façon, si je ne le faisais pas, tu t’emploierais à les briser comme tu l’as toujours fait, avec ce sourire qui ne se laisse jamais impressionner...

Et elle lui offre le sien, de sourire, révélant à ceux qui savent les lire la réelle complicité qui la lie à cet homme. Lui accordant ce qu'elle n'avait jamais accordé à personne avant lui, l'emprise définitive sur son cœur et ses sens.

Mais c’est ce que tu es qui m’a rassurée, cette droiture dans tout ce que tu fais, cette constance avec laquelle tu t’appliques à me protéger. J’avais pour habitude, pour règle de vie, de n’avoir jamais besoin de personne… jusqu’à toi...

L'aveu est total. Les mots dits, les mots mis sur ce qu'elle vit depuis qu'elle le connaît, la libèrent définitivement de tout ce qu'elle a pu ressentir de désagréable durant cette cérémonie. La main est saisie, pudique tendresse qui contraste avec la mise à nu orale, et l'anneau lentement placé là où il doit être.

Era, Par cette alliance et devant nos amis ici présents, je te prends pour époux...

_________________


Dernière édition par Alethea de Saint Yriex le Jeu 16 Déc - 1:44, édité 2 fois (Raison : changement de la chanson)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honoré.Saint_cyr
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/12/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Jeu 16 Déc - 0:11

Tandis que la jeune Carmen ramassait la canne pour la tendre au prêtre, il poussa un "Ouf" de soulagement. Honoré espérait que ce ne serait pas son bâton de vieillesse mais dans l'immédiat elle avait son utilité, sans sa canne le curé était démembré...Ce fut alors que la toute jeune fille lui attrapa le bras tout en lui faisant une proposition et notamment celle de prendre sa place au premier rang afin de ne pas se faire chahuter. Honoré crut comprendre que Carmen lui offrait sa protection face aux invités qui n'auraient pas apprécié sa sévère intervention, à moins que les bonnes intentions de Carmen ne résidaient que dans le fait de satisfaire sa curiosité en ce qui concernait les mésaventures d'Honoré, il l'avait craint...Le curé la fixa quelques instants, certes, elle paraissait espiègle mais elle semblait également sincère, un équilibre presque parfait dont la plupart des enfants étaient dotés, c'était dû à leur pureté.

Lorsqu'ils devenaient adultes, soit ça se confirmait, soit ça penchait plus d'un côté que de l'autre, tout dépendait des épreuves auxquelles ils avaient dû faire face et s'ils avaient été épaulés inteligemment, les parents, la famille proche et les amis étaient très déterminants dans l'avenir des enfants et la foy également. Honoré savait qu'être Chef de famille n'avait rien d'une sinécure mais dans la vie, tout était question d'équilibre. Il était indispensable de faire preuve de discernement si on souhaitait tendre vers la perfection, chaque chose à sa place et une place pour chaque chose. Honoré se souvînt de ce que Feue mère Monicaa avait dit, un extrait du moins:

Citation :
Nous ne sommes jamais totalement libres, puisque nous sommes tributaires de nos propres choix, et des conséquences qui en découlent! Le "libre arbitre" ne vaut que pour permettre à chacun d'exprimer tous ses talents, dans la limite de son aire de responsabilités, n'oublions jamais de ne pas empiéter dans le domaine d'autrui, là ce serait la dictature, la domination, pas le libre arbitre, car vous bâillonnez l'expression d'autrui...
Nous sommes comme une mouche dans un bocal, dans notre enveloppe charnelle, et donc limités dans l'espace...et dans le temps de notre vie ! Ce n'est pas parce que j'agrandirai la taille du bocal que je serai proportionnellement grandie ! Hélas l'homme est petit, et il faut se limiter à nos capacités propres.

Une fois de plus, le prêtre s'était quelque peu perdu dans les méandres de sa réflexion, il se secoua la tête et avisa où en était le diacre, ça allait être le moment des échanges de voeux et des anneaux entre les futurs époux, il était indispensable que cet espace temps leur appartînt, rien ne devait venir troubler leur communion, Honoré choisit donc de répondre à l'oreille de sa jeune aide-soignante tout en lui tapotant la main:


- Merci pour votre sollicitude mais avec ma patte folle je risque de me faire remarquer, l'instant est mal choisi pour que je déplace ma vieille carcasse parmi les convives, il faut sortir du bois à bon escient mais l'excès nuit en tout, ce serait de l'intrusion!

Après une nouvelle toute petite pause de réflexion...

- Pour ce qui est de mon récit en rapport avec ma blessure de guerre, je vous promets qu'après la cérémonie je vous le conte, ça devra rester entre nous, d'autant plus qu'il n'y a aucun mainois icelieu pour venir me titiller avec cette affaire, j'aime autant que vous gardiez ce secret dont je ne suis pas fier.

Honoré regarda la jeune fille avec un air conspirateur...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofio
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: re   Jeu 16 Déc - 3:20

A genoux le visage tourné vers le haut, rien ne vient, le ciel tombe pas....



Alors que le cours du mariage reprend, dans la sérénité, elle entend les échanges de vœux, des mariés , ainsi donc ils sont a présent unis, personne n'est entré en la chapelle troubler ce moment, pas une ombre de mauvaise augure, claire, limpide cérémonie, aux paroles de théa elle se relève enfin, le très haut a présent doit être heureux, deux amants réunis en toute légalité, plus rien a craindre de foudres et tout le bataclan....

Une oreille attentive aux dires de la mariée
..Era... Je suis à toi… Je suis Celle qui a besoin de Toi… De tes bras, de ton regard sur moi… De tes mains, de ton soutien… Tu as su te poser à mes côtés. Je ne saurai jamais si c’est volontairement ou pas mais tu m’es doucement devenu indispensable. Je t’ai accepté avant même de comprendre que je le voulais, avant même d’oser espérer que tu en aurais aussi envie...


A toi, a toi , fin faut qu'elle fasse gaffe la quand même, pas bon non plus de faire croire a un homme que tout est acquis, toujours dire des peut être que... des mais heu si..., ca va pas la, va falloir qu'elle cause a théa après.Puis les anneaux, c'est du vrai au moins? elle fait un pas vers le couple, pour voir de plus prêt, tout ce qui brille dit le dicton n'est pas forcément de l'or, pour ce faire faudrait s'en emparer, et y mettre une dent, mais le prêtre a plus l'air de vouloir trop rigoler, il serait capable de mordre avant tout.


Et maintenant je passe mon temps à vouloir te retrouver parce qu’il y a en toi tout ce que je reconnais et qui m’apaise. Il y a aussi tout ce qui me bouleverse, me déstabilise et dont j’ai besoin. Avec toi je peux poser mes armes. Toutes mes armes. Celles de la Licorneuse et celles de la femme. De toute façon, si je ne le faisais pas, tu t’emploierais à les briser comme tu l’as toujours fait, avec ce sourire qui ne se laisse jamais impressionner...


La tirade est longue et émouvante, elle imagine très bien la scène des armes au sol a la fin d'un combat, des morts partout et l'armure de théa qui tombe, vulnérable!!! une femme, tendresse, petites fleurs des champs, un crépuscule, l'émotion rivalise avec l'étonnement, elle sent ses sentiments monter en elle se battant pour la sortie, une grande bouffée d'air prise, mais il est déjà trop tard, quelques larmes prêtes a exploser, rien ne vas plus, il va falloir qu'elle consulte un médicastre, ces derniers temps elle a trop tendance a aimer les gens et a les écouter, les comprendre aussi parfois....

Elle renifle bruyamment, trop tard elle a déjà un air con et ébahie, de petits yeux fermés, ressemblerait a une bigote d'église, manquerait plus que le sourire bienveillant de Ricks et c'est tout un monde qui s'écroule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rick
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 353
Date d'inscription : 04/05/2008
Age : 40

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Jeu 16 Déc - 8:23

Rick n'en revenait toujours pas. Ce mariage réservait bien des surprises. Carmen qui aidait le témoin, alors qu'elle avait une petite dent contre les religieuses qui l'avait élevée. Peut-être que ce n'était qu'après elles qu'elle en avait. Sofio qui se mettait à prier, elle qui prenait l'autel des églises pour des faire des choses pas très aristotéliciennes comme avec le maréchal de Montpensier qui était venu se confier à lui, peu après. Et maintenant, elle se mettait presqu'à pleurer alors qu'elle avait un coeur en pierre, lorsque sur les chemins, elle rencontrait des pauvres hères avec quelques écus en poche. La grâce divine l'aurait-elle touchée ? Rick la regarda avec un sourire bienveillant pour la féliciter de cette action. Avec un peu de chance, si elle y mettait du sien, peut-être que lors d'une prochaine cérémonie, elle accepterait d'être son enfant de choeur pour l'aider. Il faudrait qu'il envisage de lui en parler. Mais déjà un autre fait surprenant se déroulait sous ses yeux ébahis. Théa la douce mais timide mariée venait de prendre la parole. Et là, devant ses amis et sa famille, elle faisait une déclaration d'amour à son presque futur mari.

Era... Je suis à toi… Je suis Celle qui a besoin de Toi… De tes bras, de ton regard sur moi… De tes mains, de ton soutien… Tu as su te poser à mes côtés. Je ne saurai jamais si c’est volontairement ou pas mais tu m’es doucement devenu indispensable. Je t’ai accepté avant même de comprendre que je le voulais, avant même d’oser espérer que tu en aurais aussi envie...

Et maintenant je passe mon temps à vouloir te retrouver parce qu’il y a en toi tout ce que je reconnais et qui m’apaise. Il y a aussi tout ce qui me bouleverse, me déstabilise et dont j’ai besoin. Avec toi je peux poser mes armes. Toutes mes armes. Celles de la Licorneuse et celles de la femme. De toute façon, si je ne le faisais pas, tu t’emploierais à les briser comme tu l’as toujours fait, avec ce sourire qui ne se laisse jamais impressionner...

Mais c’est ce que tu es qui m’a rassurée, cette droiture dans tout ce que tu fais, cette constance avec laquelle tu t’appliques à me protéger. J’avais pour habitude, pour règle de vie, de n’avoir jamais besoin de personne… jusqu’à toi...


Le regard de la Licorne pour son Hérault de mari était totalement amoureux et cet échange de sourire, tellement complices déjà. Rick ne regrettait pas finalement de les avoir incité à se marier pour être en règle avec le Très-Haut. Il faisait un beau couple et les enfants qu'ils auront, seront sans conteste très beau. Lui seul savait la déstabiliser et la bouleverser, cela n'était pas étonnant lorsqu'on regardait cet échange de regard. Il était temps de les libérer et de les unir définitivement. Rick eut alors une pensée pour Aellfall et Ambris son cousin, qu’il mariait à la même époque, il y a tout juste deux ans. Alexandre, le fruit de leur amour, orphelin était désormais élevé par Al et Kory. Après un court moment de silence, le jeune homme prit la parole

Thea et Eragon, aujourd’hui, après avoir réussi à rester calme face à ma détresse et face aux actions de vos témoins et amis, vous n’avez pas baisser les bras devant une cérémonie des plus inattendues. Votre amour aura connu ainsi sa première embûche et à deux vous avez réussi à la surmonter. Le Très-Haut est désormais à vos côtés dans votre couple puisque vous avez accepté de vous unir sous son regard et de vous aimer selon les préceptes qu’il a édictés à Aristote et Christos. Bref, aujourd’hui, en son Saint Nom et par les pouvoirs terrestres qu’il m’a confié, je vous déclare mari et femme.

Rick déposa ses mains sur celles du couple et les enlaça puis avec un sourire au marié, il lui dit

Eragon, tu peux embrasser ta jeune épousée.

Puis le regard tourné vers le Soleil, il prononça la dernière phrase officielle pour bénir l’union

Seigneur notre Dieu, bénis, protège et fortifie l’amour de ces nouveaux époux. Que leur amour soutienne leur fidélité, qu’il les rende heureux et leur fasse découvrir la joie du don total à celui qu’on aime. Que leur amour semblable à ton amour, Seigneur, devienne une source de vie. Qu’il les garde attentifs aux appels de leurs frères et que leur foyer soit ouvert aux autres. En s’appuyant sur leur amour, qu’ils prennent une part active à la construction d’un monde plus juste et plus fraternel et soient ainsi fidèles à leurs vocations d’hommes ! Par Aristote, Christos et notre Seigneur !

Pendant que le couple s’embrassait, Rick appela les témoins

Ninon, Sofio, Davor et mon Père voudriez vous venir signer le registre du mariage s’il vous plaît ?

Les laissant à la démarche administrative, le diacre s’approcha du couple pour être le premier à les féliciter. Il prit d’abord sa cousine dans les bras

Ma cousine, je suis fier de toi et je t’adresse mes félicitations pour tes beaux mots et pour ton mariage ! Me pardonneras-tu d’avoir perdu pied au dernier moment ?

Puis après un bisou sur le front féminin, fraternellement, il serra Eragon dans ses bras, d’une étreinte plus sportive, comme à la soule

Mon cousin, sois le bienvenu dans la famille de la Serna ! Félicitations pour ce mariage !

Puis, plus doucement il lui dit sérieusement mais le sourire aux lèvres

Tu as intérêt à rendre heureuse ma cousine, sinon je viendrais te botter le fondement même si tu es plus apte aux combats que moi !

Et afin de rendre le moment plus solennel, il conduisit ses petits enfants de choeur jusqu’au clocher pour faire retentir, à tour de rôle, les cloches de la chapelle, pour prévenir partout que le mariage était enfin célébré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honoré.Saint_cyr
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/12/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Ven 17 Déc - 1:21

De là où il se trouvait, somme toute pas très loin de la scène principale, Honoré pu assister aux côtés de la jeune Carmen à l'échange des anneaux et à la promesse des engagements respectifs prononcès par les futurs mariés. Eragon, fidèle à lui-même et de par sa façon d'être atypique, laissa planer des excentricités par delà le reste de l'assemblée, tandis que sa future épouse enclenchait une procédure de décoinçage en bonne et due forme laissant ainsi parler son coeur en toute sincérité...Pour sûr, quelques-uns des invités n'allaient pas pouvoir retenir leurs larmes, ce fut le cas d'un des deux témoins extravagants de La dame...Quant aux autres, ils frimeraient certainement en disant par exemple: "Et tout le monde braillait dans la chapelle"...En ce qui concernait le prêtre, il savait apprécier ces petits moments que d'aucuns auraient qualifiés de roman à l'eau de rose...un peu de douceur dans ce monde de brutes, ça ne mangeait pas de pain...

Ensuite, le diacre clotura son office sacré en gratifiant les invités mais surtout le couple d'un concentré de phrases rituelles et personnalisées, pour leur plus grand plaisir...le baiser, le baiser, le baiser....non il l'a juste pensé...motus et bouche cousue pour le curé...Mais ce n'était pas encore fini, Honoré allait devoir apposer sa signature sur le registre, encore une spécialité à laquelle le prêtre n'avait jamais goûté...et Tout ça pendant que les mariés, cette fois, se faisaient des papouilles de circonstance....

Honoré tourna la tête vers la jeune Carmen, il lui présenta son bras avant de lui demander:


- Puis-je profiter de vous? En tout bien tout Honneur..Foy d'Honoré, votre aide précieuse tombe à pic, allons donc ensemble vers l'Autel afin que je griffe le registre des témoins de ma plus belle plume! Et c'était une souris...dit-il d'un trait à Carmen en lui faisant un clin d'oeil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen_Esmée.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Dim 19 Déc - 23:51

Carmen, débout près d'Honoré admirait les jeunes mariés s'échanger les anneaux, symbole de leur union, de l'amour qu'il se porte identique en tout point... La jeune fille fut émue d'entendre sa cousine prononcer ces voeux en une magnifique déclaration d'amour. Et amusée par son futur cousin qui sembla hésiter au moment d'enfiler l'anneau au doigts de sa fiancée...
La jeune fille songea un instant à son mariage... est ce qu'elle se mariera finalement ? Rick désirait il toujours la donner en épousailles a un homme qui saura dompter le caractère de l'arrogante hispanique qu'elle était ou bien pourra t-elle choisir un époux quand elle se sentira prête a cela ?
Son regard se porta sur Rick, a cet instant la tristesse due au décès de sa femme sembla s’atténuer... il regardait avec tendresse les deux êtres qu'il venait d'unir. Carmen lui souriait, une petite larme à l'oeil, émue par cet instant magique que leur offrait Era et Théa.

Soudain une voix la fit sortir de ses rêves...


- Puis-je profiter de vous? En tout bien tout Honneur..Foy d'Honoré, votre aide précieuse tombe à pic, allons donc ensemble vers l'Autel afin que je griffe le registre des témoins de ma plus belle plume! Et c'était une souris...

Carmen hocha la tête donnant son bras aussitôt à Honoré, tout en lui souriant. Puis il ajouta quelque chose très rapidement, Elle mit du temps a comprendre ce qu'il voulait dire, son clin d'oeil la mit sur la piste, réalisant qu'il parlait de la cause de ses maux de dos, son adversaire était donc une souris !
Carmen souriait de plus belle, très amusée, elle ne se contenterai bien sur pas de cette phrase, il lui faudra bien plus de détails !

En attendant, elle conduisit Honoré à l'Autel.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beths
Dame
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Lun 20 Déc - 10:22

Une invitation qui l'avait fait sourire, une invitation qui l'avait étonnée et comblée de joie. Alethea se mariait, à qui elle n'en avait nulle idée, mais elle se mariait à Cournon, sur les terres de ses suzerains, et elle aurait ainsi la joie de la revoir et de partager son bonheur.
Sauf que sa tête en avait décidé autrement. Sa tête, ou son fils dont elle partageait chacun des instants, rechignant à le quitter de peur de ne plus le retrouver le soir, de peur de le voir disparaitre à jamais. Sa famille avait été brisée, elle avait connu l'allégresse de retrouver un frère, puis cette douleur immense, cette souffrance lorsqu'elle l'avait perdu. Elle couvait son fils, elle le savait, Marty lui répétant bien suffisamment et la mettant en garde de ne point se rendre malade, mais elle n'y pouvait rien, dès qu'elle le quittait quelques heures, elle imaginait le pire.
Mais à vivre ainsi ce n'était point une solution. Elle avait tout délaissé, ses amis, sa "famille" de la prévôté ... elle ne pouvait continuer ainsi, et même pour Killian, il était mauvais de le surprotéger.

Ce fut donc avec retard qu'elle se décida de se rendre à la Chapelle de sainte boulasse sur les terres des Cournon d'Auvergne afin de ne point rater l'union de son amie. Évidemment lorsqu'elle arriva la cérémonie battait son plein puisque lorsqu'elle pénétra discrètement le lieu saint, elle put entendre la voix claire de Thea raisonner sous la voute. Des mots limpides, emplis de sincérité et ... d'amour. Des paroles qui volaient vers les cieux, fermes et douces, ne laissant nul doute sur les sentiments de la Licorne.

D'un mouvement de tête sur la droite, afin d'écarter de son champ de vision la tête trop grande qui lui masquait la scène, Beths put enfin apercevoir Rick qui célébrait l'union, et surtout, surtout ... les mariés, Alethea et ... diantre ! Cet homme ! C'était lui qui avait anoblit Leg, enfin non, qui avait été hérault, témoin héraldique, de l'anoblissement de sa marraine par son époux. Mince qui était il déjà .... Touraine ? Non ... Artois ? Euh non mais cela n'allait pas dans sa tête, comme si Aléthea allait s'unir à un artésien ... Hum ... il lui fallait réfléchir ... hum ... Poitou! Voila elle était presque certaine qu'il s'agissait de cela.
Et un sourire amusée, Beths secoua la tête devant son idiotie. Quelle importance de savoir qui était-il ? La preuve de l'amour de son amie devait lui suffire : puisqu'il rendait la Licorneuse heureuse, c'était là la seule chose importante.

Ce fut sur cette conviction, sourire aux lèvres qu'elle écouta les cloches retentir annonçant la fin de la cérémonie. Il ne lui restait plus qu'à retrouver son époux qui était surement présent pour le mariage d'un confrère d'armes d'hérauderie, et ensuite à féliciter les mariés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honoré.Saint_cyr
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/12/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mar 21 Déc - 4:15

La jeune fille n'émit aucune réserve, d'emblée elle prit le bras d'Honoré et l'aida à se diriger vers l'autel. Voilà qu'une complicité était née entre une adolescente et le vieux clerc moralisateur. Honoré l'observa du coin de l'oeil, elle avait le sourire ravageur et le regard pétillant, il était certain qu'elle ne se contenterait pas de ce peu de détails par rapport à la mésaventure du curé mais elle ne demanda rien, elle faisait preuve d'une patience exemplaire en prenant sa tâche très à coeur.

Honoré attrapa la plume mise à sa disposition pour signer le registre, puis, il se tourna vers carmen et lui dit:


- Merci charmante jeune fille mais nous n'en avons pas fini n'est-ce pas? Une promesse et une promesse...

Laissant la place aux autres témoins Honoré reprit le bras de sa jeune amie et entama la remontée vers la porte de la chapelle pour sortir attendre le couple uni, les cloches venaient de se mettre à retentir...le curé en profita pour reprendre le récit de son étonnante aventure...sur un ton assez bas...

- Je vous ai donc dis que mon adversaire était une souris, ça s'est déroulé en la cathédrale du Mans, au début de mon épiscopat, j'ai été évêque du Mans pendant pratiquement une année...

Honoré se rappela cette époque-là avant de poursuivre...


- Ca s'est passé en présence des nouveaux conseillers comtaux et de leur comtesse lors d'une bénédiction du conseil…La cérémonie tirait à sa fin quand l’une des conseillères m'a demandé de bénir une souris, soi disant un conseiller comtal, vous imaginez ma surprise, je suis resté interloqué l’espace d’un bon moment, je pensais qu'on se moquait de moi mais après mûre réflexion, j’ai décidé de relever le défi à mes conditions...Je bénirais la souris hors de la cathédrale, sur le parvis, par exemple, et la conseillère a accepté, nous sommes donc sortis…

- Malheureusement, pour la souris, en la saisissant, je l’ai malencontreusement lâchée et elle est tombée sur le sol et elle a rapidement pris la poudre d'escampette…je ne vous cacherai pas que j’étais quelque peu soulagé…mais ce n’est pas tout…


Honoré se prit au jeu de faire languir sa jeune auditrice, il la regarda d’un air malicieux tâchant de percevoir une once d’impatience dans son regard ou dans son comportement…


Dernière édition par Honoré.Saint_cyr le Mar 21 Déc - 4:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eragon.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mar 21 Déc - 4:23

[Délivrance..]

Des doigts, entre les doigts une bague, bague qui tournoie légèrement alors que les deux paires d'yeux se fixent. Et la, la jeune femme s’exprime devant toute l'assemblée, elle exprime son amour pour le Poitevin, ce pourquoi elle l'aime au quotidien, ce pourquoi ils en sont venus à se marier aujourd'hui. Mais l'essentiel est qu'elle s’exprime devant tous de son amour, chose que malheureusement le jeune homme ne sait pas faire. Exprimer en geste et en actes ça oui, savoir qu'il l'aime aussi, mais arriver à mettre des mots qui soient à la hauteur de ce qu'il éprouve pour la licorneuse, il en doute très fortement.

Alors il se contente de penser, alors qu'elle glisse a présent la bague à son doigt, qu'il l'aime pour sa rigueur dans les choses qu'elle entreprend car on pourrait même presque parler de zèle. La voir passer de longues heures à étudier l'héraldique à ses côtés à Landeronde au coin du feu, passer sa tête au dessus de ses épaules pour voir son magnifique travail sur les blasons, il pouvait dire sans honte que l'élève avait dépassé le maître..
Il l'aimait aussi pour son intransigeance, sa morale qui faisait que chaque serment qu'elle faisait, elle s'appliquait à les respecter du mieux qu'elle pouvait. Intransigeance pour elle même, même ainsi envers les autres.. ce qui faisait que beaucoup ne l'appréciaient guère car elle était froide, mais que ceux qui l'aimaient et qui d'ailleurs étaient présents ici savaient apprécier cette grande qualité.
Et enfin, cette naïveté presque enfantine qu'elle laissait entrevoir parfois et qu'Eragon se plaisait à entretenir.

Et il ne sortit des ses rêveries qu'au son de la voix de Rick qui venait ainsi sonner la libération pour les deux êtres, le moment des retrouvailles physiques, non non pas encore la nuit de noce, mais un baiser.. comme un avant goût.


Eragon, tu peux embrasser ta jeune épousée.

Et le Eragon il s'empressa de le faire, avalant le petit pas qui les séparait l'un de l'autre, croisant ses bras autour de la taille de la Saint Yriex carrément Lisaran et la soulevant de terre avant de l'embrasser langoureusement comme pour rattraper les longs moi ou leurs lèvres n'avaient pas pu se croiser. Plus rien n'atteignait Eragon, envolées les paroles du Diacre, envolée la présence des invités et envolée cette trop longue séparation.. plus jamais, désormais le "je" serait "nous"..

Mais tout n'étais pas fini, il n'avait pas pu faire comme il le souhaitait pour introduire le cadeau qu'il allait lui offrir, normalement ce cadeau aurait du être dévoilé au moment d'apporter les alliances, mais les circonstances avaient fait que le Poitevin avait reporté son idée..
Il reposa donc la jeune mariée et l'attira en courant vers le parvis de l'église, espérant qu'elle n'ait pas trop froid, ses pieds étant encore nus. Il fît abstraction de cette charrette un peu bizarre postée devant la chapelle, et siffla un bon coup bien fort, c'était le signal pour que son contact lâche la bête a poil. Et une petite minute de frayeur plus tard, c'est un beau Poitevin qui arriva en trombe, oui mais un chien Poitevin, Théa aurait surement assez d'un seul Poitevin homme dans le foyer..
La bête au pelage brun noir et blanc s'arrêta net en face de sa nouvelle maîtresse. Eragon quant à lui se tourna vers Théa qui semblait un peu surprise.. il faut dire que ce n'était pas commun.


Humm, oui je pensais souvent à toi lorsque tu étais loin en mission.. Et mis à part toi il n'y avait rien pour te protéger, ou te tenir compagnie. Alors voila, c'est un Poitevin un chien infatigable et très rapide, il te suivra aisément à cheval, je n'ai l'ai pas pris à la naissance car je pense qu'il te sera plus utile à l'âge adulte.

Il laissa un peu la mariée atterrir et enchaîna sur le nom.

Pour son petit nom j'avais pensé à Vitéric, un chien poitevin au nom hispanique.. c'est charmant..



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen_Esmée.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mar 21 Déc - 9:19

Tandis que les témoins s’apprêtaient à signer les registres à tour de rôle, les jeunes mariés partagèrent un moment des plus doux, Carmen contempla l'amour que l'heureux couple dégageait dans un baiser des plus langoureux.
Honoré signa le registre et se tourna vers Carmen,


- Merci charmante jeune fille mais nous n'en avons pas fini n'est-ce pas? Une promesse et une promesse...

Honoré et elle, remontèrent la nef, rejoignant le parvis de l'église, afin d'y attendre les époux, il échangèrent quelques mots concernant la mésaventure du Clerc.


- Je vous ai donc dis que mon adversaire était une souris, ça s'est déroulé en la cathédrale du Mans, au début de mon épiscopat, j'ai été évêque du Mans pendant pratiquement une année...

Il marqua une petite pause... ce qui attisa bien sur la curiosité de la damoiselle...

- Ca s'est passé en présence des nouveaux conseillers comtaux et de leur comtesse lors d'une bénédiction du conseil…La cérémonie tirait à sa fin quand l’une des conseillères m'a demandé de bénir une souris, soi disant un conseiller comtal, vous imaginez ma surprise, je suis resté interloqué l’espace d’un bon moment, je pensais qu'on se moquait de moi mais après mûre réflexion, j’ai décidé de relever le défi à mes conditions...Je bénirais la souris hors de la cathédrale, sur le parvis, par exemple, et la conseillère a accepté, nous sommes donc sortis… Malheureusement, pour la souris, en la saisissant, je l’ai malencontreusement lâchée et elle est tombée sur le sol et elle a rapidement pris la poudre d'escampette…je ne vous cacherai pas que j’étais quelque peu soulagé…mais ce n’est pas tout…

- Quoi une souris, mais enfin quelle idée ? Mais attendez, vous n'avez pas fini ?! Qu'est il arrivé à la souris et pourquoi est elle la cause de vos maux de dos ?!

La jeune fille restait en haleine, Dites moi !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honoré.Saint_cyr
Convive un peu moins timide
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 04/12/2010

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 22 Déc - 3:56

Comme Honoré l’avait imaginé, on pouvait même dire qu’il avait tout fait pour aiguiser la curiosité de la jeune Carmen, elle se montra très intéressée par la suite de l’histoire, elle resta suspendue aux lèvres du curé.

Le prêtre était si absorbé par son récit qu’il n’avait même pas vu le couple sortir de la chapelle et pourtant ils étaient dehors en pamoison devant un très beau chien, sans doute était-ce le cadeau d’Eragon à son épouse, on pouvait le supposer, du moins…


Honoré se dit qu’il irait les féliciter un peu plus tard mais avant, il reprit la suite de ses péripéties…

- Telle est la question chère enfant, comment en suis-je arrivé à me casser le dos ?

- Cette bénédiction là était terminée depuis belle lurette quand après la période requise , un nouveau conseil fut élu. L’ambiance était morose, les mainois n’étaient pas satisfaits du scrutin, néanmoins, fidèle à ma mission, j’ai convoqué le conseil élu afin de le bénir selon la tradition qui avait été instaurée.

Cette fois Honoré allait entrer dans le vif...du sujet...il poursuivit en chuchotant...

- L’ambiance qui régnait en la cathédrale était loin d’être réjouissante, quand tout à coup, mister souris fit irruption, il nous gratifia de sa compagnie, belle diversion. Il me passa entre les jambes sous ma robe et lorsqu’il ressortit de cette endroit incongru, n’écoutant que mon cœur…enfin ma mauvaise conscience…surtout, je me suis mis à quatre pattes pour l’attirer vers moi… mimi...petite souris…et là crac !

Honoré se souvînt du craquement et il fit une grimace de douleur...


- Pendant que les conseillers essayaient à leur tour de l’attraper et je vous passe les détails des endroits où la bestiole s’est retrouvée…la braie d’un des convives, qui s’est déculotté …entre autre…votre serviteur était dans une position des plus humiliantes, d’aucuns diraient cocasses… c’était d’un grotesque…Bref, je suis resté prostré durant un bon moment, le temps de trouver une solution. Il a fallu qu’il s’y mettent à trois pour me redresser, il était indispensable de coordonner les mouvements, me glisser le siège sous le séant et me relever en même temps puisque j’étais plié en deux…vous voyez un peu le tableau ?

Honoré détourna la tête, il était un peu gêné de raconter cette mésaventure à une si jeune personne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carmen_Esmée.
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Dim 26 Déc - 0:44

Honoré expliqua les détails de sa mésaventure avec la souris, ce qui amusa la jeune fille, jusqu'à ce qu'il décrive comment il s'est fait mal au dos, la jeune fille ne pût s’empêcher de réfléchir à une solution pour soulager ses maux.

Il détourna la tête, la jeune fille ne comprit pas vraiment pourquoi, elle tira doucement sur son bras, pour qu'il lui témoigne de l'attention.


Avez vous consulter un médicastre ? Car si ce n'est pas le cas et que nous pouvons nous faire confiance mutuellement, je pourrais peut-être jeté un oeil ? chuchota t-elle..
Carmen ne pouvait en dire plus, cela faisait partie des nombreux secrets qu'elle cachait à son cousin...

La jeune fille posa son regard sur l'heureux couple qui avait passer les portes de l'église, elle aurait voulu leur faire un signe pour qu'il la voit, afin qu'elle les félicite, mais les deux tourtereaux était occupé à regarder un chien... Sans doute un cadeau ? Mais qui l'offrait ?
Elle resta donc passive, au bras d'Honoré.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alethea de Saint Yriex
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 12/04/2009
Localisation : La Tremouille ... maudit poitou ... fallait qu'elle tombe amoureuse là bas ...

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Mer 29 Déc - 6:40

Bref, aujourd’hui… je vous déclare mari et femme.

Les paupières se ferment un instant sur le sourire d'une nouvelle Lisaran lorsque Rick prononce enfin la rituelle sanction de leur union. Elle sent, sans les rouvrir, les bras de celui qu'elle n'ose encore qualifier d'époux qui se croisent autour d'elle, les soustrayant au reste du monde. Le sol se dérobe sous ses pieds alors Thea se suspend au cou d'Era. Si leurs mots avaient effacé les affres de la cérémonie ce sont toutes les douleurs de la séparation que leurs lèvres qui s'effleurent anéantissent. Doucement, la fragile caresse devient un baiser, leur baiser, le premier d'une certaine façon parce qu'ils ont cru ne jamais se retrouver. Il a la force de la victoire et la douceur des promesses.

A peine le sol retrouvé, sa main vient se glisser dans celle qu'elle ne veut plus quitter mais avant qu'elle ait le temps de comprendre le sourire rieur qu'il affiche elle est déjà en train de courir vers la porte de la chapelle qu'il fait ouvrir. Focalisée sur la cage qui attend dans la charrette la brune ne fait pas attention au sifflement et encore moins au chien qui déboule, en tout cas pas avant qu'il ne vienne se trémousser juste devant elle. Au regard satisfait qu'affiche le Lisaran elle comprend alors qu'il est à eux et commence à le caresser doucement pendant qu'Era lui donne quelques explications sur son cadeau.


Humm, oui je pensais souvent à toi lorsque tu étais loin en mission.. Et mis à part toi il n'y avait rien pour te protéger, ou te tenir compagnie … Pour son petit nom j'avais pensé à Vitéric, un chien poitevin au nom hispanique..

Elle sait qu'il n'a pas choisi un nom espagnol pour rien. Vitéric sera un clin d'œil aux origines espagnoles des 'de la Serna'. L'animal est adulte mais tout jeune encore. Thea, sourire jusqu'aux oreilles, joue quelques instants avec lui avant de revenir vers Era déposer un baiser rapide.

Merci… de penser à me protéger, d'abord et de l'avoir choisi capable de me suivre dans ma vie sur les routes aussi. Lui et moi on essaiera qu'elles nous mènent le plus souvent possible vers toi. Vitéric, ça me va. Et… j'ai aussi quelque chose pour toi.

Elle fait alors un signe à celui qu'elle a chargé d'amener la cage pour qu'il lui donne un gant de cuir qu'elle passe sur la main droite du poitevin et découvre un jeune faucon pèlerin dont la tête est entièrement couverte d'un casque de cuir qui lui bouche la vue.

Je ne pense pas qu'il te protègera mais je sais que tu aimes la chasse et je me suis dit que peut-être tu voudrais en découvrir un autre aspect.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake de Valombre
Voyageur(euse) feutré(e)
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 43
Localisation : Thouars (Poitou)

MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   Ven 7 Jan - 23:54

Jake s’était assoupi en pleine cérémonie. Ah ça c’était vraiment pas une bonne idée. Ouvrant les yeux, il se redressa aussitôt regardant où en étant le mariage. Il en était au baiser. Pfiouu, heureusement qu’il était au fond de l’église, ça avait tout de même ses avantages pour être discret.

La pouasse, ils avaient fait rentrer un chien dans la chapelle. Le visage de Jake passa par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel la peur au ventre. Il glissa sur le banc pour se faire petit. C’était bien sa veine, lui qui avait la frousse des chiens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage d'Alethea et d'Eragon - 3 décembre 1458
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» [RP] Mariage d'Espoire d'Amilly et Jean Zwyrowsky
» Mariage de Gian5 et Lionix
» Mariage de Hérisson53 et Sakurahime à Montluçon - 05/09/1457
» Mariage Caro Oli
» mariage de Mattdu69 et Chrie6768

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Baronnie de Cournon d'Auvergne :: Les exterieurs :: La chapelle Sainte Boulasse-
Sauter vers: