AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:43

Anselme



"Une lieue à pied, ça use, ça useeeeeeeeeeee,
Une lieue à pied, ça use les souliers."*

… C'est durrrrrrrr de travailler !
Tous les matins, matins, matins, faut se lever !**




"2 lieues à pied, ça use, ça useeeeeeeeee,
2 lieues à pied, ça use les souliersssssssssss".


Voilà ce que chantonnait gaiement l'Intendant zélé de Sarliève en parcourant les ruelles de Bordeaux.
Chaque jour il faisait le tour des 2 hôtels toujours en construction, vérifiant qu'aucun indésirable ne s'y était établi, puis il filait, comme à son accoutumée en direction du Pigeonnier afin de relever les missives des Seigneurs.

Ah, un pli !

Anselme le glissa dans son pourpoint & fila cette fois vers la Rue des Vignes.
Il savait ses « patrons » occupés au Dispensaire – soit à s'entretuer – soit à se rabibocher.
L'était courageux mais pas téméraire le bougre !

La missive attendrait que ses Maîtres veuillent bien réapparaître.
Toutefois, si ce bougre d'âne avait pris la peine d'examiner de plus près le sceau, il aurait bravé les interdits et aurait été porter ladite missive jusqu'au Dispensaire.
Mais il n'en fit rien : cela lui vaudrait sûrement une réduction de ses gages...

Il déposa le précieux vélin sur le bureau de la Dame avant de rejoindre *Ma* encore & toujours occupée derrière les fourneaux.



Korydwen a écrit:
A Aiguemarine de Meyran.
De Korydwen de Toggenburg-Marigny.

Salut à qui de droit !

Que dire ? A part que le temps file à une vitesse... Vitesse que je ne maitrise plus.
Je ne suis plus en Anjou, ni même à Angers. Je suis à Orléans en Orléans. Althiof et moi avons pris les devant quelques jours après mon retour sur jambe. Bref. Maintenant j'attends que quelque chose se passe.

Un court séjour chez les soeurs, suivit à mon retour d'un court séjour chez les moines pour Althiof. Je l'attends donc... J'espère qu'il sortira vite. Sinon pour venir te voir à Bordeaux au dispensaire, je ne sais pas exactement trop quand je pourrai venir. J'ai encore un petit séjour à faire chez les soeurs... Je n'ai pas fini mon pillage de cave... Ou plutôt mon étude des diverses prières.

Sun souhaite donc nous voir... Je n'ai pas reçu de convocation. En même temps... Elle a convié mon époux à un anoblissement et pas moi. Je ne dois pas sentir très bon... Donc je ne sais pas, ou alors j'ai perdu toutes les missives lorsque j'ai quitté Angers... Ce qui n'est pas impossible

Bref.

Bien à toi.
Le plus grand K de l'univers.





[hrp]* Comptine pour enfants
** Chanson de Jean-françois Porry, Gérard Salesses.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:46

Aiguemarine


" - Anselmeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!"
" - Oui ? Madame souhaitait me voir ? Mais, arrêtez de crier, je ne suis point encore sourd, même si ça ne saurait tarder !"
"Bougre d'âne !!! & je crie si je veux, nanméo !" Les bras croisés, son pied droit battant la mesure sur le sol.
Puis, désignant du doigt la missive de la Reine-Suze posée négligemment sur un coin de son bureau.

" - La missive là ! elle est arrivée il y a combien de jours ?!"
Un léger toussotement se fait entendre de la part de l'Intendant-qui-gère-portnawak.

" - Hummm...Si j'dis "ça dépend", j'sens que ça va pas vous convenir. Me trompe-je ?"
" - & vous pouviez pas me l'amener jusqu'au dispensaire ?! z'aviez oublié l'adresse ?! Grumblllll..." Long soupir, quelques minutes d'un insoutenable suspense sur la punition à lui refiler. "Pour la peine, vous allez me dresser un inventaire COMPLET des produits de luxe que nous détenons ! Bien entendu, vous incluez ceux de Mr ! & pas un mot, sinon je vous renvoie en Auvergne, sans passer par la case départ & encore moins sans toucher vos gages des 6 prochains mois".
" - Vos produits de luxe ? Mais c'est pourquoi faire ? Vous, vous cachez encore des choses !"
Légèrement agacée, les yeux qui se plissent...
" - Mais, je vous en pose moi des questions ?! Allez, ouste...EXECUTION !! & que ça saute !"

Aiguemarine lui claqua la porte sous le nez, soupirant de plus belle en l'entendant grommeler de l'autre côté pendant quelques instants.
Elle s'installa derrière son bureau puis se mit à farfouiller un des tiroirs, extirpant la dernière missive de sa blonde Harpie.

Puis, elle se mit à rédiger réponse à sa Suzeraino-amie, échouée à Orléans.


Citation :
De Moi, Aiguemarine de Meyran,
Fidèle & dévouée vassale - bien moins pire que Beths en tous les cas,
A toi, O "grand(e)" K de tous les temps, Comtesse de Montfort l'Amaury,

Le bon jour te va bien,

Heureuse d'avoir enfin de tes/vos nouvelles, même si je pensais le ban Royal fermé du fait de l'apaisement des conflits.

Dis donc, ma Reine-Suze...ton sens de la localisation m'épatera toujours. Trop forte !
T'es sûre qu'Orléans se trouve en Orléanais ?! Non, vraiment là...ça m'en bouche un coin.

Bref, trève de plaisanterie : J'ai retrouvée la dernière missive de ma blonde harpie & je te cite ses mots...Bien entendu, je t'épargne ses gentillesses à mon sujet couchées sur son dernier vélin. Ahhhh...jalousie, quand tu nous tiens.


Citation :
Dès que je serais rétablie, il faudra que l'on discute du mécénat avec la Comtesse.

Je sens qu'elle est méfiante alors que nous ne faisons ça "que pour son bien" & accessoirement le nôtre. Mais ça, elle n'est pas censée le savoir.
Donc, je pense qu'il nous faut nous voir afin d'accorder notre discours avant d'avoir à subir ses questions de Blonde.

A la fin de la semaine, j'entreprends une petite escapade, direction le Périgord-Angoumois & après, je m'octroie une pause. L'on pourrait se voir disons...vers le 20 Avril.
L'on pourrait se retrouver à mi-chemin entre Bordeaux & Orléans ?! Qu'en dis tu ?!

Pour l'annoblissement, je n'étais pas au courant non plus, & encore moins invitée.
Une chose est sûre : Elle va m'entendre râler. A croire qu'elle aime ça ...

J'attends de tes nouvelles avec impatience & je t'embrasse.

Embrasses aussi Suzerainounet "chéri" pour moi, steuplé quand ces fichus moines l'auront relâché.

Amicalement,

Scellé & rédigé le 05ème Jour d'Avril Mil Quatre Cent Soixante & Un à Bordeaux






A.D.M.

& puisqu'elle se sentait en verve, il fallait en profiter...
Une seconde missive fût rédigée cette fois pour sa Blonde.


Citation :
De Moi, Aiguemarine De Meyran,
A toi, ma Blonde Harpie, plus communément appelée Sunny-pas-chou,

Le bon jour te va bien,

Comment ?!  Q'ouis-je ?! Qu'entends-je ?!
Tu annoblis & tu n'invites même pas ma Reine-Suze ! Tssss...Honte à toi !
Les Bourguignons t'ont ôté la cervelle ou ?!
Puis je savoir quel est le/la fol(le) qui a eu cette ...joie incommensurable de devoir te supporter jusqu'à la fin de ses jours ?! 'fin, si il/elle a dit "Ouiiiiiiii"...

Bref, à ta dernière missive tu souhaitais me voir afin de parler du Mécenat.
Je pars d'ici quelques jours pour le Périgord-Angoumois & je peux, éventuellement, me déplacer en Mai - puisqu'en Mai, je fais ce qu'il me plaît -  jusqu'en Bourbonnais-Auvergne si M'dame daigne me dire où la trouver.

Au plaisir de recevoir quelques nouvelles.

Je ne t'embrasse toujours pas. T'es toujours aussi piquante & ridée.

Bien à toi.

Rédigé & scellé à Bordeaux, le 05ème Jour d'Avril Mil Quatre Cent Soixante & Un





A.D.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:48

Anselme


[ Quelques jours plus tard - en plein travail ]


Elle avait dis quoi ? Ah, oui : inventaire de tous leurs produits de luxe.
Mouarf ! Il risquait sûrement d'y passer plusieurs jours là.
Grumbllll.
Laissant échapper plusieurs jurons, l'Intendant zélé armé de tout l'attirail du "parfait petit scribe" et accompagné d'un gamin pas plus haut que 3 pommes se dirigea d'abord rue du Muguet, là où étaient entreposés ceux de son Seigneur.

Quelques heures après, ayant sué sang & eau à compter & recompter vins & spiritueux mais aussi la bonne chaire, ils se rendirent à la cave de l'appartement rue des Vignes.
Tandis qu'ils allaient en franchir le seuil, un autre gamin des rues complètement essoufflé les intercepta, un volatile, à priori mort, à la main.


Hey M'sieur, Msieurrrrrrrrrrrrrrr, attendssssssssssssssss !!! C'est ben toa qui crèche dans c'te maison ?
Oui ? C'est pour quoi petit ?

Le gamin se tortilla dans tous les sens quelque peu géné, se grattant l'entrejambe, puis sortit une missive un peu froissée d'une poche de ses braies.
Perplexe, un sourcil relevé, Anselme regarda le gamin, hébété.


2 écus et j'te dis tout c'qui s'est passé M'sieurrrrrrr !

1 écu et un bol de soupe. C'est non négociable Petit. Un mouvement de tête pour l'enjoindre à continuer son histoire tandis qu'une main cherchait l'écu dans son pourpoint.

Eh ben, j'passions pas loin de vot' volière quand j'aperçu le gros Basile. C'lui là, c'est un costaud hein, un sans coeur de la pire espèce.
C'machin...
Désignant le pigeon...il picorait dans la cage.

Oui, et ?

J'la vu...comme je vous vois s'approcher de c'te pauvre bête, s'en saisir et essayer d'y torde le cou.
J'pouvions po laisser faire ça.
Alors, ni une, ni deux...J'sortis ma fronde & j'visa l'type !
Sauf que, c'est l'volatile qu'a tout pris. Mais j'voulions pas l'tuer, hein. Juste viser l'Basile pour po qu'il recommence.
Regard de chien battu...

Gratouillement pensif de la barbe qu'il n'a pas pour Anselme.


Je vois...Je vois. Allez, entre ! Je vais déposer la missive. Gus te mènera à *Ma*.
Mais pas un mot sur le pigeon, d'accord ? Sinon je récupère l'écu !


Sur ces derniers mots, l'Intendant lui tendit l'écu réclamé quelques minutes plus tôt. Quelques mots glissés à l'oreille de l'autre petit qui l'accompagnait afin que ce dernier le mène jusqu'aux cuisines & Anselme alla déposer, non sans l'avoir défroissée un maximum, la missive.
Devait'il l'envoyer vers Castillon ? Il l'ignorait. Aucune consigne n'avait été laissée par la Dame de Sarliève avant leur départ.
Il la déposa bien en évidence sur le bureau puis prit la direction de la cave.
Encore pas mal de travail l'attendait dans les sous-sols.


Sunburn a écrit:
Citation :
De la Sublissime et Inégalable Blondeur,
A l'Algue-Marine, Dame de la Salière humide,

Le bonjour !

Comme habituellement, ta lettre m'aura transporté dans une joie profonde. Si si ! Au cas ou tu en douterais.
Je m'aperçois que les nouvelles vont vite. Tu es pourtant à plusieurs lieues de là mais je devine que Althiof la Violette t'en aura fait part, à moins qu'il s'agisse d'un vulgaire espion mais tu n'oserais pas ? N'est-ce pas ? Car si c'était le cas, j'en serai terriblement affligée, que dis je ! Mortifiée même ! Oh, je sens des contractions tellement je suis proche de la dépression...
Navrée de ternir cette exquise nouvelle mais je vais parfaitement bien. Je resplendis, mon teint est frais, je suis comblée par le bonheur qui m'habite. Mais n'aies pas de regret. Il en est ainsi depuis de longs mois et cela ne risque pas de changer de sitôt. Inébranlable je suis !
Bon, revenons à la teneur de tes propos. Je vais être conciliante en t'apportant informations. Ma bonté me perdra...
J'ai effectivement une vassale depuis un mois et les Bourguignons ne sont pas responsables de la non invitation. Ne va pas leur mettre tous les maux sur le dos, sinon on pourrait faire une bonne flambée.
J'avais procédé aux invitations mais en prenant les souhaits de ma future vassale, vu qu'un refus n'était pas à exclure.
Mais la Reine-Suze était invitée ! J'avais notifié dans les invitations que la famille pouvait être présente !
Il s'agissait d'une blonde, ben oui, il faut bien que je milite pour mes consoeurs vu que toute blonde est souvent prise pour une sotte. Il y en a toutefois de ce genre là et cela n'aide point à notre réputation... Je ne suis évidemment pas sérieuse.
Folle, elle l'est sûrement. Mais vu comment se sera déroulé la cérémonie, je sais qu'elle aura pris sa décision en sachant exactement ou elle mettait les pieds. Sache que je l'ai en quelque sorte adoubée avec une rame confectionnée par mon Complément, ornée d'une gueule de Loup et de quelques pointes acérées... Prend garde qu'un jour je ne me décide pas à t'en faire sentir le moelleux...
Tu dois être impatiente de découvrir qui va me supporter... j'hésite d'ailleurs à t'en révéler le nom... Là encore, je vais être complaisante, ne souhaitant pas que tu cauchemardes pour les nuits à venir. Il s'agit de Pascale, une amie de longue date et qui est Prof à Belrupt. Une blonde qui en as dans les braies et une grande gueule.
Quant au Mécénat, nous en reparlerons. Je n'ai même pas informé Ysa que nous allions devoir débourser une forte somme. Puis je dois réfléchir aux conditions, celles-ci devront bien évidemment être avantageuses...
Si jamais tu viens en BA, je te dirais le moment venu ou je me trouve.

Je ne t'embrasse pas plus, je n'aime pas manger du parchemin

Tiens, voici l'invitation que j'avais transmise aux invités.


Citation :
De nous, sa Sublissime Blondeur
A Althiof la Violette,
Salut !

En ce 1er jour de Mars, vous êtes cordialement et expressément invité, pour ne pas dire absolument forcé, à vous rendre en la salle ou se déroulera un évènement de taille.
En effet, Pascale de la Louvière, si elle l'accepte, devrait devenir notre vassale.
Il va sans dire qu'en cas d'un désistement fortuit, les conséquences envers votre personne se révèleraient résolument atroces et innommables.
Nous vous évitons un descriptif des sanctions que vous subiriez, pour ne point heurter votre sensibilité mais tenez vous le pour dit !
A toute fin utile, la famille est autorisée à vous accompagner et si elle devait se montrer incontrôlable, les dites sanctions seraient bien évidemment valables.
En espérant que vous ne suiez pas déjà à grosses gouttes suite à la lecture de cette agréable missive, dites vous alors que vous avez franchi un pas important.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:50

Nictail


[De retour de voyage]

Nic et Aigue, accompagnés de Kaths et Aguiane avaient passé quelques jours du côté de Castillon, ville très lointaine s'il en est.
Ils avaient envie de changer un peu d'air, de sortir du duché pour se changer les idées. Bref, besoin d'un peu de changement !! Ils en avaient d'ailleurs profité pour découvrir les livres médicaux du Périgord pour essayer de trouver de nouvelles connaissances et pour progresser au mieux.
De son côté, Kaths s'entrainait à manier la hache. Et pour commencer, mieux valait qu'elle coupe du bois plutôt qu'autre chose. déjà comme ça, elle n'était pas très douée et avait réussi à abîmer la hache d'Aigue en quelques jours... Au moins ne s'était-elle pas blessée...
Mais vi, la "petite peste" pouvait s'avérer dangereuse...

Outre tous ces aspects plutôt
travail, la petite troupe avait (beaucoup) côtoyé les tavernes. Et force est de constater que l'ambiance y était généralement fort agréable. des gens très sympathiques, d'autres bizarres, certains alcooliques et encore d'autres discrets.
Bref, comme on dit, il faut de tout pour faire un monde. Mais les rencontres qu'ils avaient pu faire avaient été appréciables. A tel point que les Bordelais espéraient revoir un jour les Castillonais, et réciproquement vraisemblablement.
En tout cas, le changement avait eu du bon. Les époux s'étaient pleinement retrouvés, le soleil était revenu, malgré quelques désagréments avec des universitaires périgourdins. A croire qu'il y avait des tensions dans toutes les universités du royaume...

Et c'est donc le coeur plus léger, l'esprit plus alerte et le corps plus alcoolisé que la petite troupe était de retour à Bordeaux. Ils avaient perdu Aguiane qui avait pris le chemin le plus court pour rentrer chez elle.
Ils avaient retrouvé avec plaisir leurs habitudes, leur maison et leurs amis.
Peu de choses avaient changé en Guyenne, mais pourtant, il semblait que ce n'était pas dans le bon sens. En tout cas, les tensions demeuraient très vives autour du conseil ducal en place. Bref, rien de bien nouveau sous le soleil bordelais.
Bref, "bref" est mon mot aujourd'hui... Si ça vous pose un problème, en bref, vous n'y pouvez rien !

Pour faire bref, ce petit aparté avait fait du bien à tout le monde. frais et dispos, les époux avaient retrouvé leurs enfants et leurs chères études. Chères d'un point de vue financier, bien sûr...


Nous voilà chez nous mon ange !
Les enfants doivent nous attendre impatiemment, comme à chaque fois qu'on s'éclipse un peu. Tu crois qu'on devrait les initier à la médecine un peu plus ?!


Ben oui, pourquoi les époux seraient-ils les seuls à savoir pratiquer la médecine ?!
Cela pourrait toujours s'avérer utile si les enfants savaient se débrouiller un peu plus par eux-mêmes. Bref, les faire grandir un peu plus, plutôt que de les laisser trop longtemps dans une enfance innocente loin du monde réel...
Mais, Nic attendait la réaction de son épouse à cette proposition saugrenues. Surtout pourquoi avait-il fait cette proposition alors qu'ils rentraient à peine ?! Peut-être pour moins s'inquiéter à chaque fois qu'ils partaient en laissant les enfants avec *Ma* et Anselme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:55

Aiguemarine


[ Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus*]
*Livre de John Gray


Leur « petite escapade » en Périgord-Angoumois s'était - somme toute - bien passée.
Du moins, tant que l'on fait abstraction de certaines choses.
Aiguemarine avait laissée rentrer seule, à contrecoeur, Aguiane, dans ses pénates Montalbanaises.
Kaths avait profitée de son séjour pour bûcheronner, & émousser sa hâche ; ce qui avait plutôt fait rire l'Italienne.
Heureusement que le « presque homonyme » de Nic connaissait plein de monde à Castillon afin de la faire aiguiser rapidement.
Les jours s'allongeaient peu à peu & le printemps pointait enfin le bout de son nez.

Quant au couple, étais ce parce qu'ils n'étaient pas en Guyenne que les tensions s'étaient quelque peu apaisées ?!
Aiguemarine prenait sur elle, comme promis sans toutefois rien oublier.
Nic faisait aussi des efforts de son côté, & elle était heureuse d'avoir réussie à lui transmettre un peu de son savoir.
L'enseignement lui manquait, c'était un fait, mais l'Italienne était du genre bûtée & à rester droite dans ses chausses !
Aussi quand son époux lui parla d'enseigner aux enfants, elle accueillit cette suggestion avec un sourire.
Certes, les enfants grandissaient...mais de là à les initier d'emblée à la médecine...


« L'on pourrait...effectivement. Tout du moins, leur enseigner comment s'y prendre lors d'une épidémie. Ou bien leur apprendre à reconnaître les plantes, & savoir ce qu'elles soignent. Ce serait déjà un bon début. A voir avec Athalia & Thomas s'ils souhaitent apprendre...
Moi, je suis partante, en tout les cas.»


La discussion continua un long moment encore entre les époux, puis ils rejoignirent leurs enfants afin de passer le reste de la journée en leur compagnie.
Les jours s'égrenaient doucement partagés entre les études & sa famille.
Bientôt, Aiguemarine aurait terminée une nouvelle matière médicale. Plus que quelques pages à lire.
Après, elle envisageait une « pause » de quelques jours & quoi de mieux que la pêche ?!

Ayant croisée Lame en taverne, ce dernier lui avait confectionné une carte officielle de « pêcheur solidaire ».
Mais avant d'aller taquiner le goujon, il lui fallait régler les quelques affaires courantes.
Sa blonde Harpie lui avait répondue pendant son absence …
Anselme avait établi l'inventaire de leurs produits de luxe. Il ne resterait plus au brave Intendant qu'à aller le déposer au bureau du Comptoir Ducal.

Une plume, un pot d'encre, un parchemin tout beau tout neuf, & la Dame de Sarliève se mit au travail.



Citation :
De moi, Aiguemarine De Meyran,
A mon inégalable Harpie Blonde,

Le bon jour te va toujours aussi bien,

Désolée du temps de réponse, mais ta missive aura attendue notre retour du Périgord pour être lue.
Quoiiiii ?! T'es de nouveau en cloque (dernier mot rayé) enceinte ?!
En revanche, saches que tu me déçois profondément dans ton sens de la perspicacité.
& saches que ça me ferait mal de dépenser si sottement des écus à t'espionner.
Non, ce n'est pas Althiof aka la Violette qui m'a mise dans la confidence puisque LUI était invité mais bien ma Reine-Suze qui campe à Orléans...en Orléanais !
Je gage & j'espère qu'après lecture de ma missive, tu te fendras d'une lettre d'excuse à son attention.
Ma priorité du moment est d'investir ma maigre fortune dans la médecine & les nouvelles connaissances.
Hé oui... J'ai même délaissée l'avancement des travaux de mon hôtel particulier, c'est dire...

Transmets, s'il te plaît (& même s'il ne te plaît pas) mes bons voeux de courage à ta nouvelle vassale.
Te supporter sera loin d'être une sinécure.
Si néanmoins, elle souhaite quelques conseils pour devenir « ta pire des vassales », moyennant écus sonnants & trébuchants, je puis lui venir en aide.

Quant au Mécenat, pourquoi diable en reparler alors que tout est acté...?! ou presque.
Les hommes n'y connaissent rien en froufrous & fanfreluches. Est ce bien utile de mettre Ysaoth au courant pour cet investissement ?! Je ne le crois pas...

Il me semblait t'avoir dis dans ma précédente missive que je viendrai peut-être en Bourbonnais-Auvergne courant Mai.
Mais, à bien y réfléchir, je vais devoir décliner ma proposition. Trop de choses à faire ici.
& mon dernier passage dans le Dûché s'était soldé par un brigandage. Mais que fait donc la COBA ?!!!

En revanche, si tu souhaites ramener ta carcasse blonde ici, saches que tu seras la bienvenue.
La paillasse de notre Dispensaire est proprette & confortable.
D'ailleurs, j'ai trouvée un nom pour notre établissement : Saint Ptôme. N'est ce pas mignon ?!

Sur ce, & surtout à court d'encre, je te laisse.

Au plaisir de te lire prochainement,

Rédigé & scellé à Bordeaux, le 21ème Jour d'Avril Mil Quatre Cent Soixante & Un,





A.D.M.


Un sourire satisfait en la relisant. Pour sûr que sa Blondinette fulminerait à la lecture & Aiguemarine imaginait très bien les mimiques de Sunnychou.
A Anselme qui traînassait dans le coin, Aiguemarine confia la missive, un sourire satisfait sur le visage...


“Faites acheminer ce pli à Montpensier, au Domaine de Laroquebrou ou à défaut “A la douce Amazone. Merci”.

Puis elle courut rejoindre son époux qui devait déjà parlementer avec les enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:57

Anselme


Et c'est un Intendant les cheveux un poil en bataille qui entra dans le salon, 2 missives à la main.
Quel coup du sort leur réservait'il encore à les déranger en pleine "réunion familiale" ?


"- 2 nouvelles missives Madame ? Je les dépose sur votre bureau ?"
Aiguemarine le regarda quelques instants, roula les yeux vers le plafond & lui rétorqua :
"M'enfin Anselme ! Vous avez vraiment perdu le sens commun ou quoi ? Vous me dérangez là maintenant tout de suite & vous souhaitez les déposer sur le bureau ? Tsss...Donnez les moi, je vous prie !"

Puis, regardant son époux, elle lui murmura quelques mots...bien évidemment inaudibles pour ce pauvre Anselme.

"Ne serait'il pas un poil surmené ? Il faudrait peut-être l'envoyer quelques temps en Auvergne, non ? Hmmm".

Il s'exécuta en haussant les épaules et allait se retirer quand une dernière question fusa.

"- Anselme ? Avez vous porté les inventaires au Comptoir Ducal ?"
Léger moment de flottement.
Diantre ! les inventaires ! C'est qu'il n'était pas prêt de les oublier ceux là.


"- Bah nan ! ils sont sur votre bureau ! Fallait le dire et ce serait DEJA fait Madame !"
"- Hé bien, maintenant que vous le savez...exécution !!"

Toute cette scène, bien évidemment, se passa sous les yeux et regards amusés des 2 enfants aînés de la famille & du Seigneur de Sarliève.
Quelques gromellements suivis de quelques bruits de pas se firent entendre, et ce dernier fila sans demander son reste.



Sunburn a écrit:
Citation :
De nous, Sublissime Blondeur Inégalée et Inégalable,
A toi, ma Vieille Bouffonne Salée ou Désalée,

Salutations !

Eh bien, que de temps tu auras mis afin de me répondre ! J'ai cru que ton pigeon s'était fait bouffer en cours de route ou bien que tu m'en avais envoyé  un avec uniquement les plumes sur le dos ! D'où le délai bien évidemment.
Ne t'avais je pas déjà révélé que j'attendais un enfant ? Hum, la sénilité n'est guère loin car tu étais informée... Pauvre Nic...
Tu aurais très bien pu soudoyer un pauvre bougre pour faire la tâche d'espionnage sans que tu déverses un seul écu. Tu manques cruellement d'imagination car cela est facile à effectuer.
Althiof la Violette aurait dû emmener ma Suzerainette, je n'y peux rien s'il est tête en l'air mais je lui écrirais sous peu, afin de la rassurer. Je ne voudrais pas qu'elle se morfonde pour rien.
Que faire d'un hôtel alors que tu possèdes un château ? C'est vraiment faire du gaspillage alors je n'irais pas te plaindre.
Sois rassurée, ma vassale sait ce qu'il lui en coute d'être affiliée à moi par ce lien et elle n'aura pas besoin de conseils, surtout les tiens. Tu ne ferais que lui dire des âneries, comme à ton habitude.
Pour le Mécénat... absolument rien n'est acté. Oserais tu me prendre pour une vache à lait ?! Et ne ricane pas en lisant ces mots vu mon envergure épanouie en ce moment, de par ma grossesse.  Je doute fort que Nic ne soit pas au courant, n'est-ce pas ? A moins que tu aurais osé faire cela en douce ?
Pour ma part, j'en informerais mon exquis époux, d'autant que j'ai promis de me calmer sur les dépenses vestimentaires... et s'il se rendait compte de ce manque d'argent, j'aurai un mal fou à faire passer cela dans l'achat de quelques vêtures affriolantes... Comment le justifier sans lui montrer de quoi je compte parer mon splendide corps ?
Ben voila... Dois je te rappeler que lors de ton brigandage, tu avais fait route seule ? Alors que tu devais m'attendre sagement ? Ne mets donc pas ceci sur le dos de la COBA. Excuse fallacieuse !
Charmant nom en effet, qui a eut l'idée ?
J'espère que tu te fous de moi en me proposant une vulgaire paillasse ?! Même les auberges offrent le confort d'un lit. Déçue, atrocement affligée que tu me relègues à ce niveau ! Mais saches que ce n'est pas perdu et que je m'en souviendrais.
Je me vois donc dans l'obligation de décliner ton invitation hautement alléchante tant que tu ne feras pas montre d'une meilleure volonté à m'accueillir comme il est dû à mon rang.
Je commence à avoir les doigts raidis, j'en finis donc là !

Rédigé le 24 avril 1461 à Laroquebrou




Citation :
Expéditeur : Akane
Date d'envoi : 24/04/1461 - 19:22:52
Titre : Nouvelles et annonce
Aiguemarine,

Permettez que j'use de cette familiarité avec vous. J'espère que vous allez bien et votre époux également.

Ce pli pour vous signifier que je vais à peu près bien. Les blessures morales restent un peu, mais je reprends force après avoir abandonné ma charge de grand officier. Je suis de nouveau consul dans l'ordre royal des hospitaliers. Je suis également une formation de diplomate à Belrupt pour valider mes acquis. J'ai envie de perpétuer ainsi la mémoire de Sindbad et faire en sorte de là où il soit, il soit toujours fier de moi.

Oui je sais que je devrais un jour refaire ma vie aussi...J'essaye d'y resonger, parfois.

Je vous annonce aussi la naissance de Helena Elisabeth Apostolakis, née ce 1er avril dans la nuit. Elle a ses yeux, sa couleur de peau, et est autant brune que nous deux. Un trésor, une merveille. Je tiens à ce qu'elle sache qui était son père, qu'elle grandisse avec ses valeurs... Ainsi, j'ai une question importante à vous poser : Me feriez-vous l'honneur d'être sa marraine ?

Avec toute mon amitié,

Que le très haut vous garde,

Akane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 10:58

Nictail


L'on pourrait...effectivement. Tout du moins, leur enseigner comment s'y prendre lors d'une épidémie. Ou bien leur apprendre à reconnaître les plantes, & savoir ce qu'elles soignent. Ce serait déjà un bon début. A voir avec Athalia & Thomas s'ils souhaitent apprendre...
Moi, je suis partante, en tout les cas.


Son épouse avait accepté son idée farfelue d'enseigner un peu de médecine aux enfants.
Bien sûr ils avaient un peu négocié ce qu'ils allaient leur enseigner. Ils se devaient d'être raisonnables tout de même. Ce n'était encore que des enfants, même s'ils avaient bien grandi...

Quelques jours plus tard, Nic avait réuni Thomas et Athalia pour leur faire part de cette idée folle d'inventer l'école... ou plutôt d'enseigner les bases de la médecine.
Aigue finissait de rédiger quelques missives tandis que Nic commençait à parlementer.


Athalia, Thomas, vous devenez grands et votre mère et moi-même souhaitons vous confier plus de responsabilités quand nous sommes absents. Ne faites pas cette tête là... ce n'est rien de terrible ni de traumatisant !!
Nic leur passa la main dans les cheveux pour les rassurer un peu.
Nous souhaitons vous enseigner les bases de la médecine. Au cas où une épidémie surviendrait pendant notre absence, vous seriez alors capables de prendre soin de vous et d'Aurore et Nathan...
Aigue venait de les rejoindre, discrètement...
... et cela nous permettrait de moins vous inquiéter pour vous quand nous devons voyager. Comme vous serez en mesure de prodiguer les premiers soins, et avec l'aide de *Ma*, vous ne devriez plus risquer grand chose.
Mais alors, vous pourrez partir plus souvent loin de nous ?! Je ne suis pas d'accord Papa !! Si on refuse, vous serez obligés de rester près de nous.
Je suis d'accord avec Athalia. Même si ça a l'air intéressant d'apprendre la médecine, je préfère qu'on reste tous ensemble !

Nic leur sourit très tendrement et coula un doux regard à son épouse bien aimée.
Les enfants, vous savez très bien qu'on ne part pas toujours par plaisir et qu'on n'aime pas vous laisser derrière nous. Mais, quand on doit aller dans des endroits dangereux pour aider Kory et Al' ou d'autres amis, on ne peut pas vous emmener. Et c'est pour ce genre de situations qu'on aimerait que vous soyez prêts pour faire face quand nous sommes absents.
Je vous promets que ça ne nous fera pas partir plus souvent loin de vous.


Nic les câlina tendrement l'un après l'autre te les regarda avec tendresse.
Réfléchissez-y tranquillement, et on en reparlera quand vous aurez décidé. Mais, avec votre mère, on aimerait vraiment vous apprendre un peu la médecine et vous transmettre un peu notre savoir.


[Quelques jours plus tard.]


les enfants avaient, vraisemblablement, fini de réfléchir au sujet de la médecine.
Et alors, qu'ils entamaient une réunion familiale décisive pour l'avenir de l'humanité...
Oula, je m'enflamme un peu, non ?!... Bref, alors qu'ils entamaient une réunion importantissime, v'là Anselme qui débarque avec des missives. Et discrètement qui plus est...
Nic et les enfants laissèrent Aigue régler ça, à sa manière, observant en souriant.


A présent que nous sommes tranquilles, les enfants, quelle est votre décision ?!

Avec un large sourire, les enfants acceptèrent la proposition d'études de la médecine.
Après tout, ils avaient à y gagner et peu à y perdre. La famille discuta donc un peu du sujet avant que les enfants ne retournent jouer paisiblement.
De leur côté, les deux époux prirent connaissance ensemble des missives. La première était de Sun dicte la Folle, et la seconde d'Akane. Là où la première prêtait à rire, l'autre était beaucoup moins facile à lire.


Didious, la Harpie saute sans cesse du coq à l'âne.
Jamais su être stable celle-là, pour ça surement qu'elle passe d'un sujet à l'autre à longueur de temps. Mais bon, on commence à avoir l'habitude.
Et pis, qu'est-ce qu'elle peut débiter comme conneries !

Un léger sourire avant d'aborder un sujet plus que délicat...

Nic savait qu'Aigue détestait parler de Sindbad depuis sa disparition. Mais, il se doutait aussi qu'elle serait flattée, voire enjouée, par l'idée d'être marraine.
Il lui passe un bras autour des épaules, délicatement.

Mon ange, que comptes-tu faire en ce qui concerne la fille de Sindbad ?! Cela te permettrait de faire honneur à sa mémoire, non ?! Je sens que c'est une question compliquée, mais si tu veux en parler...
Nic ne savait pas trop comment aborder la question... C'était difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:01

Athalia



[ Après l'intrusion d'Anselme mais juste avant de laisser seuls les parents ]


A présent que nous sommes tranquilles, les enfants, quelle est votre décision ?!

Les parents semblaient bien décidés à leur apprendre quelques bases de la médecine.
C'était surtout leur Père qui avait mené la discussion.
Leur Mère semblait comme... absente depuis leur retour du Périgord.
Que leur cachait'elle ?
Bien entendu, Athalia savait que ses parents se disputaient plus forts que d'habitude ces derniers temps.
Bien évidemment, l'aînée de la fratrie avait aussi remarquée que sa Mère ne se rendait plus à l'Université pour enseigner mais que leur Père, oui.

Cette proposition tombait à point nommé.
S'ils acceptaient ces cours "particuliers", leurs parents seraient plus souvent ensemble ; cela ne pouvait qu'arranger la situation entre eux.

Filant un léger coup de coude à Thomas, Athalia prit la parole :


Moi, je veux bien apprendre ! Puis, j'suis l'aînée, c'est normal !

L'entrée d'Anselme la fit sourire.
Mais Athalia ne pipa mot et laissa sa Mère s'occuper de l'Intendant.
Seulement, les missives intriguaient la jeune fille.
Qui pouvait leur écrire ?
Allaient'ils de nouveau être séparés ?
Elle regarda tour à tour ses parents mais sentit vite qu'ils étaient de trop.
Tirant son frère par le bras, les 2 enfants sortirent peu après, prétextant une envie de jouer.

Athalia laissa remonter son frère seul puis se posta près de la porte et y colla son oreille.
Ahhhhh...Curiosité quand tu nous tiens !
Mais si elle pouvait en savoir plus, elle ne se priverait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:03

Aiguemarine


[ Le chagrin est comme un grand trésor: on ne s'en ouvre qu'à ses intimes.
Proverbe Malgache ]


Etant arrivée en retard, elle avait laissée son époux soumettre l'idée aux enfants.
& puis, il y avait eu l'arrivée fracassante d'Anselme.
Habituée aux frasques de leur Intendant, Aiguemarine avait gérée...à sa manière.
Comme il lui semblait loin le temps de la diplomatie.
Ces dernières semaines, beaucoup de choses avaient eues raison de sa patience...
Foutues guerres, foutues maladies !
L'idée aussi de devoir repartir en Bourbonnais-Auvergne ne l'emballait pas & encore moins pour une levée de ban.
& comme si ça ne suffisait pas, pas de nouvelles des Suzerains !

Bref, rien n'allait comme prévu...

Alors, la Brune Italienne encaissait les coups sans trop l'ouvrir.
Mais malheur à celui qui ouvrirait la boîte de Pandore !
Toutefois, devant sa famille, elle essayait un minimum de donner le change.
Elle sentait qu'Athalia n'était pas duppe. Sa fille aînée lui ressemblait ...tellement.
Quant à Thomas, si insondable comme pouvait l'être parfois Nic ou même Sindbad...

Aiguemarine embrassa tendrement ses 2 enfants avant qu'ils ne sortent.
Son époux avait décacheté les missives.
Elle prit connaissance de celle de Sun & partit dans un grand éclat de rire aux propos tenus par son époux.


« Rhaaaaaaaaa mais mon Ange, c'est ce qui fait presque tout le charme de notre vieille Baronne. Elle adore tourner les évènements à son avantage. Heureusement que nous ne sommes pas duppe. »

Sa main effleura celle de son époux quand Aiguemarine allait se saisir de la seconde missive. Mais elle n'en eût pas le loisir que déjà une question délicate lui était posée.
Ainsi donc...Akane avait accouchée d'une petite fille. Ses yeux fixèrent un point dans le vide. Ainsi, on y était...
Ne comprenant pas vraiment où Nic voulait en venir, d'une main tremblante, Aiguemarine se saisit de la missive & la parcourut d'une traite.
Elle ?! Devenir Marraine pour perpétuer la mémoire du Constantinopolitain ?!
A l'instant présent...cela lui semblait au-dessus de ses forces ! Surtout quand ladite personne est persuadée qu'il est vivant, quelque part.

La colère prenant le pas, elle haussa la voix sans réellement le vouloir, serrant les poings & frappant ceux çi contre le torse de son époux.
Etais ce un moyen de se libérer de son chagrin ?!


« Pourquoi devrai je entretenir le souvenir d'un homme qui n'est pas MORT ?!
Il n'est pas MORT, tu m'entends !!
Amènes moi son corps & enfin je reconnaîtrai mon erreur ! Mais d'ici là... »


Aiguemarine éclata en sanglots, répétant inlassablement...

« Je ne sais que faire...Aides moi, je t'en prie à faire au mieux.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:05

Nictail


La réaction qui arriva n'était pas forcément celle à laquelle Nic s'attendait.
Certes, il se doutait que ce serait difficile pour son épouse, qu'elle serait prise dans un dilemme important... Mais, il n'avait pas vraiment imaginé qu'elle puisse imploser ainsi.
Colère et chagrin font rarement bon ménage, mais Nic encaissa la douleur de son aimée, la laissant se défouler. Si ça pouvait l'apaiser un peu, c'était bien là l'essentiel...
Il l'écouta, paisiblement.


Pourquoi devrai je entretenir le souvenir d'un homme qui n'est pas MORT ?!
Il n'est pas MORT, tu m'entends !!
Amènes moi son corps & enfin je reconnaîtrai mon erreur ! Mais d'ici là...


Nic n'avait jamais dit ni même sous-entendu que Sindbad était mort à la lecture de missive. Et il était quasiment sûr qu'Akane espérait bien qu'il vive encore. Mais pour l'épouse du Constantinopolitain, il était peut-être moins dur de se dire qu'il était mort que d'imaginer dans quelles conditions il pouvait vivre...
Bref, pour Nic, la question d'être marraine ou non n'était pas liée spécialement à la mort ou à la vie de Sindbad. La pression était retombée, il allait pouvoir tranquillement exposer son point de vue à Aiguemarine.


Je ne sais que faire...Aides moi, je t'en prie à faire au mieux.
Chutttttt, ça va aller, je suis là.... Calme-toi, et laisse-toi aller.


La serrant contre lui, il l'entraina s'asseoir dans un fauteuil, doucement.
Elle semblait tellement anéantie, et ça lui faisait si mal de la voir ainsi...


Mon ange, je n'ai jamais dit que Sindbad était mort.
Toutefois, où qu'il soit, tu es bien d'accord qu'il n'est pas auprès de son épouse et de sa fille, pour des raisons que seul lui connait.

Légère pause pour laisser le temps à son épouse d'acquiescer. Puis il reprit avec un grand calme son argumentation. Il avait son avis sur la question, mais il laisserait son épouse juger de ce qu'elle devait faire.
Sa fille ne le connaitra peut-être jamais. S'il n'a jamais l'occasion de revenir auprès de sa famille, pour elle, ce sera comme s'il était mort... Elle pourrait ne jamais le connaitre, quand bien même il est vivant.
C'est en ça que tu peux faire vivre son souvenir, sa mémoire. Car, tout ce que tu pourras apporter à cette jeune fille, c'est ce que tu appris, ce que tu connais et ce dont tu te souviens de lui. Des choses que seule toi sais de lui par exemple.

Il fit à nouveau une pause et glissa un léger sourire à son épouse.
C'était une situation plus que difficile, et il en avait cerné la complexité un peu tard.

Commençant à faire quelques pas, il s'apprêta à finir son propos.

Je sais qu'il est très dur pour toi d'imaginer être la marraine de la petite Helena. Je suis sûr que tu serais ravie de l'être, mais que ça te rappellerait un peu plus la douleur de l'absence de ton ami.
Mais dis-toi que c'est une façon de conserver le lien que tu avais avec lui, de toujours être là pour lui et sa famille. Même si tu as peut-être le sentiment qu'il t'a abandonnée, est-ce une raison pour abandonner sa petite fille quand elle a besoin de toi ?! Parce que oui, c'est de toi dont elle a besoin pour connaitre son père en attendant son potentiel retour, besoin de toi qui le connais si bien...

Il espérait donner à son épouse les bonnes raisons et les bons éléments pour pouvoir choisir.
Et la dernière phrase qu'il allait lui dire serait peut-être la plus forte...

Si Sindbad n'était pas coincé quelque part loin de nous, que voudrait-il que tu fasses ?! Souhaiterait-il que tu sois la marraine de sa fille ?! Et toi qu'aurais-tu fait ?!
C'est à toi que revient ce choix, je ne peux, ni ne veux, le faire à ta place... Je serai toujours à tes côtés, prêt à t'épauler de mon mieux...


Il la regarda tendrement et lui caressa la joue doucement.
Il donnerait cher pour savoir où était Sindbad et le ramener aux yeux de tous, le rendre à sa famille et à Aigue... Mais il n'était pas en mesure de le faire...
Alors, il essayait au moins d'être présent pour son épouse et d'être un bon époux... Mais ça, seule son épouse pouvait le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:08

Aiguemarine


Là où elle était le feu...Nic était l'eau.
Son époux avait ce don de l'apaiser, de l'écouter, de la réconforter, de la conseiller.

Aiguemarine, entre 2 sanglots, l'avait écoutée sans broncher & surtout sans l'interrompre.
Mais par 'Stote, que la décision à prendre était...difficile.
Il lui fallut quelques heures néanmoins pour trouver les mots "justes" & rédiger une missive de réponse à Akane.


Citation :
Akane,

Sachez que je suis heureuse de ces quelques nouvelles & de votre demande.
Je ne vous cacherai pas que la décision n'a pas été simple à prendre.

Néanmoins...parce que Sindbad l'aurait souhaité, parce que j'ai un immense respect pour la femme que vous êtes, & parce que cette petite fille a, semble t'il, besoin de moi, j'accepte avec plaisir de devenir la Marraine de ce petit Ange.

Si vous avez besoin d'un endroit où trouver refuge, n'hésitez pas à venir jusqu'à nous.
Nic & moi nous ferons un plaisir de vous recevoir.
Si ce n'est pas le cas, quelques correspondances épistolaires feront très bien l'affaire, rassurez vous.

Qu'Aristote vous protège !

Avec toute mon amitié,


Aiguemarine

Ne sachant réellement vers où envoyer le pli, elle l'attacha au pigeon envoyé par sa destinataire.
Ces animaux ont le don de retrouver facilement leurs maîtres.
Quant à sa Harpie, elle devrait patienter quelques jours de plus. Ca lui ferait les pieds, tiens. Niark !

Mais Aiguemarine était loin de se doûter que leur conversation avait été entendue par leur fille aînée, de l'autre côté de la porte.
Se dirigeaient'ils vers de nouveaux ennuis ?!
Seul le temps passant saurait le dire...



[ Quelques jours plus tard - Dans la nuit d'un anniversaire...]


Après une semaine de pause "pêche", Aiguemarine avait repris ses recherches de nouvelles matières médicales.
Pour cela, la Brune s'était isolée au Dispensaire.
Les premiers jours étaient restés infructueux. & même si parfois le découragement était là & l'envie de tout envoyer promener la tenaillait au corps, l'Italienne poursuivait ses efforts.

Néanmoins, l'Italienne n'avait point oubliée que l'Anniversaire de son tendre approchait.
Elle avait songée à un cadeau mais n'était point parvenue à trouver une idée qui la satisfasse.
Aussi avait'elle décidée de faire "l'école buissonnière" & de se rendre en catimini dans la nuit du 01 au 02 Mai dans la couche de son époux...chez eux.

Vêtue d'une tenue ne laissant aucune ambiguité quant à ses intentions, Aiguemarine s'approcha du lit conjugal.
Nic dormait du sommeil du juste. Ses élèves à l'Université avaient dû l'exténuer à la vue des ronflements que son époux emettait.
Elle laissa glisser doucement son manteau sur le sol qui dévoila ses dessous , puis s'installa au bord de la couche.

Ses doigts fins effleurèrent la joue de Nic, tandis que sa bouche lui sussurrait quelques mots près de son oreille...


"Bon Anniversaire mon Ange !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:14

Nictail


[1er Mai - Pas encore la fête du travail...]

Nic était de retour aux affaires universitaires. Comprenez qu'il enseignait de nouveau la distillation à qui le voulait bien. Certes, il aurait aussi aimé que certains cherchent pour qu'il puisse aussi profiter de cours pour avancer plus vite... Mais bon, c'était une autre histoire...
En ce 1er mai , quelque peu pluvieux, il était donc enfermé en salle de cours avec quelques médecins... et d'autres curieux qui comprenaient un peu moins de quoi on parlait.
Bref, la matière était compliquée et Nic faisait de son mieux pour les aider à assimiler les notions principales. Mais force était de constater qu'en fin de journée, Nic était épuisé par ce cours et fut soulager de rentrer chez lui. Un bon petit plat de *Ma*, une paisible soirée avec les enfants et hop, au lit...

Malheureusement, la couche à côté de lui resterait encore vide cette nuit.
Il savait bien que son épouse étudiait intensément et qu'il était mieux pour elle de rester au calme du dispensaire... mais il préfèrerait qu'elle rentre le soir venu. Malgré tout, ce soir-là, Nic s'endormit bien vite, fatigué qu'il était, et se laissa aller dans de doux rêves...



[En pleine nuit - Rêve ou réalité ?!]

Nic marmonna dans son sommeil. Une main effleurait sa joue et on lui murmurait des mots à l'oreille. C'était quoi ce binz dis donc, on était au milieu de la nuit là, non ?!
Nic ouvrit donc doucement les yeux, il faisait relativement sombre, on était donc bien en pleine nuit. Mais quelqu'un était assis au bord de la couche. une silhouette féminine, délicate. C'est cette femme qui lui caresse la joue et lui souhaite un bon anniversaire...

Cela ne peut être qu'Aigue, mais elle est sensée être au dispensaire à dormir paisiblement ou à finir de chercher. Serait-il en train de rêver ?! Il est vrai que quand son épouse lui avait demandé ce qu'il souhaitait comme cadeau, il avait très vite pensé à un moment intime, rien qu'eux deux.
Mais finalement, il n'avait pas eu l'occasion de le lui dire. Aurait-elle deviné ?! Ou son inconscient lui ferait-il croire que son souhait se réalisait ?!
Il se frotta les yeux pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, mais aussi habituer ses yeux à l'obscurité. Conclusion ?! Il ne rêvait pas et son épouse avait revêtu une tenue des plus affriolantes. Il se redressa doucement et embrasse longuement sa bien-aimée.


Merci mon ange... Je t'aime, et c'était le cadeau dont je rêvais... Je ne sais comment tu fais, mais tu as trouvé...
Un rien t'habille mon coeur... Tu es magnifique, hummmm !


Et sans beaucoup plus de bavardages, les deux époux se retrouvèrent et ne formèrent plus qu'un, savourant ce moment d'intimité, de tendresse, de douceur, de communion et d'amour.Ils étaient si bien ensemble...
Mais, petits voyeurs que vous êtes, vous n'en saurez pas plus ! Non mais !!

Nic était comblé et cette journée d'anniversaire débutait pour le mieux... Et même le fait de dézinguer sa barque le soir-même ne pourrait pas gâcher cette belle journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:16

Aiguemarine


[ Quelques semaines plus tard ]

La vie avait repris son cours, Rue des Vignes.
Exit les malades, les blessés.
Après avoir été
"cobaye consentant" pour une visite chez son médecin & époux préféré, qui, malheureusement, avait échoué dans l'étude du Code Hildegarde...la vie donc, avait repris...tranquillement.

Aiguemarine partageait son temps entre sa taverne 'Au Saint-Ptôme", ses recherches de nouvelles connaissances médicales & les enfants.
Quant à son époux, à vrai dire...il était pas mal occupé & elle ne le voyait que peu...

Néanmoins, ils arrivaient à partager encore quelques activités ensemble.
& d'ici quelques minutes, ce serait le cas.
En effet, un coursier venait de se présenter chez eux, leur apportant un pli.
Après avoir donnée quelques écus & restauré le messager, Aiguemarine fit sauter le sceau de la missive, & pouffa de rire en la lisant.

Il fallait vraiment qu'elle partage ce moment de rire avec Nic.
C'est donc amusée que la Brune Italienne chercha son époux dans leur grand appartement.
Au bout de quelques minutes, elle trouva ce dernier qui préparait son prochain cours sur la Distillation.

Missive en main & toujours aussi hilare, elle s'avança vers lui :


"Ah mon ange ! je suis bien aise de te trouver. Tu veux rire un peu ?!
Nous avons reçus quelques nouvelles de notre Harpie toujours aussi ...blonde.
Y'avais aussi 2 bouteilles ! Crois tu qu'elle veuille nous empoisonner ?!
Louche quand même c'te histoire, nan ?!"


Ne se déparant pas de son sourire amusé, elle tendit la missive de sa Harpie à son époux, & attendit qu'il en prenne connaissance afin de guetter sa réaction.


Sunburn a écrit:
Citation :
De Nous, Sublissime Blondeur,
A notre Bien-Aimée Salière, Charlatan de choix,

Salut !

J'espère que tu te seras mordu la langue en découvrant comment je te nomme. J'imagine fort bien la tronche que tu arboreras. Si si.
M'inventer ? Que nenni ! Comment pourrait-on parvenir à créer ce que je suis ? Cela ne serait qu'une pâle et médiocre copie. Nul ne peut atteindre la perfection que je suis, quand bien même je possède moult défauts. Je suis un panaché de tellement de choses. Tu devineras aisément qu'un seul être me connait dans les moindres détails. Aucun besoin de te faire un dessin.
Ravie toutefois que je t'apporte un peu de joie par mes écrits farfelus parfois... quoique peut-être le sont-ils bien souvent.
Montpensier est effectivement dépeuplé et il faut bien que mon époux use de son savoir-faire afin d'aider à la croissance. Je suis une intermédiaire de choix, il va sans dire. Si je te révélais le nombre d'enfants que veut mon homme, tu aurais certainement un malaise. Je ne voudrais pas être cause de ceci.
Je n'ai point eut le temps de mettre Ysaoth au courant des éventuelles futures dépenses, ayant d'autres choses plus utiles et exaltantes à effectuer.
Aurais tu accepté identique invitation de ma part ? Quoique j'ai encore mieux qu'une paillasse pourrie et puante au fin fond d'un dispensaire... Un confort comme tu n'en n'as encore jamais connu... Ah, je suis certaine que j'attise ta curiosité par ces simples mots.
Je ne l'avais point oublié. Ta fillotte avait préféré prolonger son séjour à Moulins. En tant que marraine, tu es responsable de ses actes. N'espère donc pas que j'éprouve de la culpabilité à cela.
Je n'ai point suivi tes conseils. Je reviens tout juste d'un séjour en Bourgogne et en Champagne. Fatum avait encore foutu le bordel et je fus volontaire pour éradiquer cette potentielle menace. Malheureusement, ils auront détalés comme des lapins à notre approche, préférant la fuite en petits groupes. L'on voit les courageux. Je n'aurais même pas rapporté un souvenir, comme une oreille ou autre... Crois tu que ça aurait fait classe dans mon salon ?
Par contre, j'ai fait le plein en alcools et mon escapade n'aura point été vaine. Comme je suis d'une bonté à faire peur, j'ai pitié de toi. Tu trouveras avec cette missive une bouteille de vodka et une bouteille de champagne.
Mon bain parfumé m'attend. Y a des priorités auquel je ne peux résister !

Rédigé le 15 mai 1461


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:19

Nictail


La tournée des malades et des blessés était terminée.
Bien que fatigant, c'était un des exercices les plus motivants, intéressants et captivants qu'il était offert aux médecins de pratiquer. Et surtout, c'était pour ce genre de moments qu'ils avaient poursuivis sans relâche ces longues études... qui n'étaient toujours pas terminées.
D'autre part, son épouse avait accepté de jouer la cobaye pour lui. Il l'avait donc auscultée bien comme il faut, dans les règles de l'art, pour réussir à déterminer avec précision la maladie dont elle souffrait. Enfin, plutôt dont elle était porteuse, puisque aucune crise n'était à signaler.
Nic était fier de lui. Grâce à une consultation poussée et une fleur de Pavot, il avait trouver le code exact de cette maladie. Toutefois, il avait beau faire de gros efforts, avec ses connaissances actuelles, il n'avait pas pu déchiffrer le code d'Hildegarde.

Après ces différentes aventures, Nic avait décidé de reprendre avec intensité ses études. Il voulait, autant que possible, pouvoir déchiffrer ce fichu Code et transmettre ce savoir, au moins à son épouse.
D'autre part, il continuait d'enseigner la distillation, même si les étudiants commençaient à approcher de la fin de cette matière. Il restait néanmoins déçu que personne ne fasse beaucoup de recherches en médecine et se demandait toujours s'il ferait profiter les autres de ses découvertes.
Non pas qu'il aimait se la jouer solo, mais son épouse avait raison, il se faisait "exploiter" par les autres médecins du duché, à peu de choses près.
Bref, il partageait donc son temps entre les études, l'enseignement et sa famille. Toujours trop peu avec sa famille à son goût... hélas.

Ce jour-là, il préparait un nouveau cours sur la distillation.
Il maitrisait bien le sujet et c'était l'un des derniers cours où il aurait besoin d'une vraie préparation. Pour la suite, il n'aurait qu'à reprendre d'anciennes notes.
Son épouse vint le trouver alors qu'il se demandait quel point aborder pour conclure son cours...


Ah mon ange ! je suis bien aise de te trouver. Tu veux rire un peu ?!
Oh, coucou mon coeur ! Rire ?! Avec plaisir, préparer les cours n'est pas la chose la plus amusante qu'il me soit donné de faire.
Nous avons reçus quelques nouvelles de notre Harpie toujours aussi ...blonde.
La Harpie ?!! Tu m'étonnes que ce soit drôle... Elle ne raconte que des âneries, sans queue ni tête... Je me demande ce qu'elle a encore inventé !
Y'avais aussi 2 bouteilles ! Crois tu qu'elle veuille nous empoisonner ?!
Louche quand même c'te histoire, nan ?!

On va sentir ça avant de les boire... ou faire goûter par quelqu'un d'autre pour tester. Mais, c'est peut-être un cadeau sans piège pour une fois... On peut toujours espérer qu'elle soit, un peu, gentille.


Nic s'empara donc doucement de la missive et la parcourut tranquillement.
Au fil de sa lecture, son sourire s'élargissait et il ne put s'empêcher de faire quelques commentaires...

Hummmm... J'ignorais que la perfection avait des défauts... Ralala...
En tout cas, elle admet que ses écrits ne ressemblent qu'à un sacré foutoir, c'est déjà ça de pris. Mais bon, imagine si elle était Reyne, ses chevilles finiraient par exploser, tu ne crois pas ?!

Large sourire à l'intention de son épouse.
N'empêche, elle donne un drôle d'exemple comme mère. Toujours à chercher la bagarre, et souhaiter rencontrer des ennemis. Elle va nous monter une armée plutôt qu'une équipe de soules, t'en penses quoi ?!

Sinon, on goûte nous-mêmes on cherche un cobaye pour tester son alcool ?!
On propose à Anselme ou tu penses qu'il se méfiera ?!

Un franc rire en attendant la réaction de son aimée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:21

Aiguemarine


Un sourire fugace aux propos de son époux.
Un secouage de tête négatif quand il propose Anselme comme « testeur officiel » de leurs bouteilles.
Nanméoooooo...
Aiguemarine souhaitait partager ce moment seule, en tête à tête avec son époux.
Oui, la Brune faisait son égoïste. Avec leurs activités respectives, ils ne se voyaient quasiment plus depuis quelques temps.
Hors de question qu'ils soient dérangés en cet instant privilégié.

« Hé bien alors, je te propose d'ouvrir la bouteille que nous connaissons mon Ange » Désignant du doigt le Champagne...
Puis, de se diriger vers un meuble dont elle ouvrit l'un des battants afin d'extirper 2 coupes.

Pendant ce temps, elle laissa son époux ouvrir ladite bouteille.


« Quant à l'autre, gardons la bien au chaud & nous aviserons plus tard de son sort ».

Le couple discuta un long moment, bût longuement aussi – jusqu'à plus soif, dira t'on - le liquide pétillant & ambré.
A regret, Aiguemarine le laissa filer à l'Université & lui murmura dans un souffle :
« Tu me manques ...déjà ! »

S'installant derrière l'écritoire de Nic, elle rédigea missive à sa Blonde Harpie.
Mais plutôt que de la titiller, elle s'épancha sur ses problèmes personnels.
Sûre que Sun serait surprise des confidences de la Brune Italienne, mais vers qui d'autre pouvait'elle se tourner ?!
Une plume, un pot d'encre & un parchemin plus tard, quelques mots étaient couchés...


Citation :
De Moi, Aiguemarine De Meyran, femme & épouse désespérée,
A toi, mon inégalable Harpie aussi blonde à l'extérieur qu'à l'intérieur -dicte Sunnypaschou,

Le bon jour te va toujours aussi bien !

Bien reçue ta dernière missive truffée d'inepties auxquelles je ne prendrai pas le temps d'argumenter.
Chacun ses priorités & les miennes sont toutes autres en ce moment.
Je t'explique : Depuis mon retour d'Anjou, la disparition de Sindbad...rien ne va plus vraiment dans mon couple.
Avons nous, tous les 2, vraiment changés à ce point, qu'on ne se comprenne plus ?!

Est ce ainsi ce que l'on nomme la vie ?! Dois je continuer à me battre ou laisser les choses suivre leur cours ?!

J'ai bien tentée de faire des efforts mais j'ai l'impression que ça ne mène nulle part.
Nous avons chacun nos idées, nos convictions & aussi bizarre que cela puisse paraître, elles sont le plus souvent clairement opposées. Pas sur tout, non ! Mais une bonne partie...

Toi qui a bien connu Nic à Bourbon, aurais tu quelques conseils à me donner afin de sauver ce qu'il reste de mon couple ?!

Oui, l'heure est grave Sun. Par ces quelques mots, ma fierté d'Italienne est mise à mal de te demander quelques conseils, mais baste.
Ah...& si tu pouvais ne pas ébruiter la chose, je t'en saurai gré.
Sait'on jamais si l'envie me prenait de venir voir l'endroit de rêve dont tu me parlais...

Je ne t'embrasse toujours pas, mais le coeur y es, sois en sûre.

Prends soin de toi, & de la progéniture qui pousse en toi.

Rédigé à Bordeaux « la Belle », le 16ème Jour de Mai Mil Quatre Cent Soixante & Un,





A.D.M.

Elle souffla longuement sur l'encre.
Une dernière hésitation : faisait'elle bien de confier ses soucis à son amie ?! Seul l'avenir le lui dirait.
Un léger soupir, puis Aiguemarine se dirigea vers le pigeonnier & envoya l'oiseau porter le pli en Bourbonnais-Auvergne.





    ✠ ✠ ✠ ✠ ✠ ✠


    ✠ ✠ ✠ ✠ ✠ ✠


    ✠ ✠ ✠ ✠ ✠ ✠




[ De longs jours plus tard...]

Le départ tant annoncé semblait approcher.
Maintenant que les troubles s'étaient un peu calmés, Kaths and Co – comprendre Milan, Eredan, Nobunaga & Velindra – étaient sur le départ.
Son amie était venue la trouver « Au Saint Ptôme » afin que de lui demander de les accompagner.
Aiguemarine n'avait pas dis oui, mais non ...non plus.
& puis, ce voyage serait peut-être sa planche de salut ?! Allez savoir...
Sauf que le petit groupe semblait plus désorganisé qu'autre chose !

& tandis que la Brune tentait d'y voir plus clair dans tout ça, Anselme fit irruption dans la pièce comme un fou.


Un pli du Bourbonnais-Auvergne Madame !

Aiguemarine pensa tout de suite à une réponse de sa Blonde.
Levant un sourcil : « Déjà ?! ...Non, ce n'est guère possible ! L'on parle de Sun, là ! »
Posant ses azurs sur le sceau, elle s'aperçut que cela émanait de la Duchesse...
La Brune avait pris connaissance de l'Annonce du Roy de France quelques jours plus tôt.
Se pourrait'il que …?!
Se pinçant la lèvre, elle fit sauter le sceau & parcourut l'Annonce.


« Occorreva bene che ciò arriva....* »


Citation :
De nous, Mathilde de Vaucanson, Duchesse du Bourbonnais Auvergne par la grâce des urnes,

A nos vassaux nobles du Bourbonnais Auvergne,
Au héraut royal Kami de Mialans dit Auvergne,
A sa Majesté Royale de France, Eusaias de Blanc-Combaz,
Ainsi qu'à tous ceux qui liront ou se feront lire la présente annonce,

Salutations et Paix !



    Qu'il soit su qu'en réponse à la levée de ban royale du 21 mai 1461, nous levons à notre tour le ban en notre province du Bourbonnais Auvergne.Les nobles concernés sont invités à se rendre à Murat dans les plus brefs délais conformément aux modalités du ban royal. Si parfois nous ne parvenions pas à fournir les 30 hommes demandés par la couronne par notre ban uniquement, nous invitons alors nos vassaux à lever l'arrière ban. Pour ceux qui sont dans l'incapacité physique de se déplacer ou de quitter les terres du Bourbonnais Auvergne de par des fonctions les y contraignant (maires, conseil ducal, maréchaux), vous aurez la possibilité de répondre à cette levée de ban par compensation financière à hauteur de 18 écus par jour, équivalant au salaire journalier d'un soldat. Rappelons que répondre à une levée de ban est une obligation, et que tout manquement sera passible de destitution.  


Fait le vingt-quatrième jour du mois de mai mil quatre cent soixante et un, à Clermont,
Pour le Bourbonnais Auvergne, sa Grâce .Mathilde. de Vaucanson.





& voilà : ce qu'elle craignait arrivait une nouvelle fois & ça ne tombait guère au « bon moment ».
Mais existe t'il vraiment un bon moment pour aller guerroyer ?!
Aiguemarine était désappointée, surtout qu'elle n'avait plus aucune nouvelles de ses Suzerains depuis déjà quelques temps.
Etaient'ils encore tous 2 au monastère en Orléanais ?!
Bien que Sarliève ne lui appartienne pas « en propre », elle se devait de s'en occuper.
Sûrement se ferait'elle disputer par Nic une fois encore...mais tant pis !

Elle griffona quelques mots en plusieurs exemplaires afin d'être sûre de localiser Althiof.
Un serait envoyé vers le dernier lieu de villégiature connu, à savoir Orléans.
Un autre serait envoyé vers la Baronnie de Cournon.
Un dernier serait envoyé à Montbrison, lieu de vie principal du couple Toggenburg-Marigny.


Citation :
D'Aiguemarine De Meyran,
A toi, Althiof de Toggenburg-Marigny, mon « pire » Suzerain,

Le bon jour te va !

Où es tu vieux schnock ?! Sors de ton trou ! C'est pas bon pour ton teint !
Si tu lis ces quelques mots, je suppose que tu as pris connaissance de la convocation de Montjoie mais aussi de l'appel de la Duchesse du Bourbonnais-Auvergne.
Quelles sont les consignes cette fois ?!
As tu besoin de tes vassaux oupas ?!
Notes bien que je ne me défile pas, mais pour ma part, je vais peut-être devoir accompagner un groupe d'amis bien décidés à s'installer dans le « trou du cul du monde » à savoir Sainte-Menehoulde en Champagne.

Bref, une fois encore : ça tombe mal...très mal.
Mais, en « bonne » vassale que je suis, j'attendrai de tes nouvelles avant de faire quoi que ce soit.

J'espère que Kory va bien ?! Embrasses la de ma part steuplé !

Rédigé à Bordeaux, le 25ème jour de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Soixante & Un,



A.D.M.

Les missives fûrent confiées à Anselme afin qu'elles soient au plus vite  expédiées vers les 3 lieux.
Si avec ça, le “Vieux Grigoux” ne lui répondait pas, c'est qu'il le faisait vraiment exprès !
Le plus dur restait à venir... L'attente & surtout prévenir son époux de la situation...




[hrp]* “Fallait bien que ça arrive...”[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:23

Nictail


Nic avait poursuivi son fichu bouquin de médecine. Mais qu'il était gros !
Et même s'il travaillait à présent à la maison pour voir plus souvent sa famille, ça restait long, ennuyeux, fastidieux et compliqué.
Alors qu'il quittait son bureau, Nic aperçut Anselme partir avec plusieurs missives à la main. Eh bien, son épouse avait beaucoup écrit aujourd'hui.
Il rejoignit donc Aigue tranquillement et, intrigué, lui demanda ce qu'il pouvait bien se passer pour qu'elle écrive autant.


Ah bah, ça tombe bien que tu poses la question, je devais venir t'en parler. Tu n'es pas sans savoir que Kaths et son petit groupe vous bientôt nous quitter pour la Champagne...
Euh, oui, je sais que la pestouille nous abandonne ! Quelle sale bête quand même... Et t'as donc trouvé un plan pour l'empêcher de partir ?!
Hmmmmm, pas tout à fait. Au contraire, elle a pas mal d'économies et m'a demandé si je pouvais les accompagner jusque leur nouveau chez eux...
Ah ouais, c'est pas tout à fait ce à quoi je pensais.
Léger sourire taquin. Enfin, tu veux dire qu'elle t'a demandé pour qu'on l'accompagne... Je ne vais pas te laisser partir seule avec ces zoulous quand même...
Eh bien, on a un autre problème en fait là... Notre cher Roy a levé le ban royal, tu le sais peut-être... Et en réponse, la Crucruche du BA a choisi de levé le ban ducal... Et donc, toutes les missives étaient pour Al'.
Euh... Tout ça comme missive ?! Tu crois qu'il les mange au lieu de les lire que tu lui en envoies plein ?!
Arrêtes tes bêtises, c'est sérieux voyons ! J'ai fait ça parce que je ne sais pas précisément où il se trouve actuellement !!
Je sais, pardonne-moi... Il me semble que j'avais lu une fois, dans les loys héraldiques, que si un noble répondait à un ban royal, il n'était pas tenu de répondre au ban ducal s'il était levé en réponse au ban royal...
Enfin, je ne suis plus sûr. Attendons donc de connaitre la décision de notre suzerain. En tout cas, tu accompagneras Kaths. S'il a besoin de quelqu'un, j'irai cette fois ! Même si je préférerais éviter...


Les époux continuèrent de discuter, de tout et de rien.
Du manque d'organisation de la bande d'huluberlus qui leur servaient d'amis déménageurs par exemple. Du sort de la taverne "Au Saint Ptôme" durant leur absence.
Enfin bref, de plein de choses quoi...





[Quelques jours plus tard...]

Lors d'une pause de lecture de livres de médecine, Aigue agita une missive devant le nez de Nic.
Mon Ange, j'ai eu une réponse du vieux radin ! Il n'a pas besoin de nous pour cette fois. Semblerait que ce soit Kory qui réponde au ban du BA...
Très bien. Nous partirons donc en Champagne plutôt qu'à la guerre... D'ailleurs, tu as eu des nouvelles de la Kathsouille ?! Tu sais quand on part ?! Ils sont organisés à présent ?!

Les deux époux furent alors pris d'un grand fou rire devant des questions dont ils connaissaient très bien la réponse.
bref, il avait falloir retrouver Kaths pour savoir ce qui allait se passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:25

Aiguemarine


[ Le même jour ou celui d'après, mais avant l'orga de l'escorte, ça c'est sûr ! ]

" Cornebigouille ! Hannnnnnnnnn...il a osé, le bougre ! je rêve !"

Le poing s'abat sur le bureau & fait sauter la plume de l'encrier, laissant quelques traînées bleutées sur ce dernier.
Ce brave Anselme sera bon pour nettoyer tout ce foutoir.
Aiguemarine lit & relit la prose du Suzerainounet - sur le coup, pas chéri du tout.

& de continuer à grogner de plus belle en lisant & relisant la missive reçue, énumérant les points qui la dérangent & cherchant dans sa caboche par quel moyen se venger.


Citation :
Expéditeur : Althiof de Marigny
Date d'envoi : 28/05/1461 - 22:26:15
Titre : Re: Levée d'arrière-ban or not ?
De Althiof de Marigny,
A Aiguemarine De Meyran, dite la vieille bique,

Saluatations Camarade !

Le pire suzerain ? Déjà tu en as pas cinquante mille et je suis peut être le pire mais je suis surtout le meilleur et c'est bien ça le plus important. Chacun son truc, mais je préfère le verre à moitié plein, enfin dans ton cas c'est plutôt la gourde à moitié, et plus souvent pleine comme une vache pleine, mais passons.

Après quelques questions posées, il se trouve qu'ayant répondu en personne à la levée de ban royal, et puisque Kory est sortie de retraite et peut nous représenter tous deux pour la levée de ban ducale je n'ai pas nécessité de lever l'arrière ban et ne ferait donc pas appel à tes services pour l'heure. Tu peux donc accompagner tes amis en Champagne et à n'en point douter aller y descendre quelques tonneaux de la boisson locale. Ca t'aiderait à faire passer le temps dans le « trou du cul du monde ».

En ce qui nous concerne nous nous dirigeons tous deux vers Murat, lieu de rassemblement, puisque les ordres sont les mêmes dans les deux cas.

A nosteke !

Bisous à tout le monde,

Rédigé à Polignac, le 28ème jour de l'An de Grasce MCDLXI,

A.D.M.

ps : et m@+$# j'ai la même signature

De lever le pouce...
1 - J'suis pas une vieille bique, nanméo !
Levé d'index..
2 - Camarade ?! & pis quoi encore !
Suivi de peu par le majeur...
3 - J'vais pas en Champagne pour picoller...quoique...D'ailleurs, l'es à des lieues d'ici. Il nous espionne ouquoi l'Con-Comte ?!
Levé de l'annulaire...
4 - "A Nosteke ?! C'est quoi cette expression encore ?! Tout droit sorti de sa caboche ou du Thessalien ?!
& pour finir, l'auriculaire...
5 - Mouahahaha... Polignac ! C'est peut-être encore plus paumé que Ste Menehoulde, ça !

Mais le "pire" de tout, c'est que le vieux radin osait revendiquer SES initiales.
Grumblllll...
Bon, Aiguemarine n'était point inspirée pour lui répondre dans l'instant.
Mais surtout, ce Cher Anselme lui amenait une nouvelle missive.
Le sceau lui rappelait une vieille connaissance. Etais ce possible que ce soit lui ?!

Quelques instants plus tard, la missive était lue. Le ton s'était rembruni & un léger soupir s'échappa des lèvres de l'Italienne.
Puis...ce fût la perplexité qui pouvait se lire sur le visage d'Aiguemarine.
Non...vraiment, elle n'y comprenait goutte aux propos du Vicomte d'Olonne.


Jehan_de_proisy a écrit:
Citation :

Dame Aiguemarine,

Quelle ne fut ma surprise de découvrir votre présence non loin de son Excellence Sinbad. Pour peu je me serais retrouvé comme il y a quelques années de mon jeune temps.
Je vous espère en bonne santé ainsi que Messire vostre époux et vos enfants qui, je gage, doivent avoir grandis passablement et être à présent Damoiseaux et Damoiselles de belle tournure.
Ce m'est un réel plaisir que de vous saluer et de vous présenter mes respectueux hommages en espérant avoir bientôt le plaisir de vous revoir.
Je demeure, par plaisir et amitié,
Votre serviteur

Faict en notre demeure d'Olonne ce jour d'hui vingt-neuvième de mai MCDLXI

Vicomte d'Olonne
Seigneur de l'Hermenault et de Montmilcent
Bâtonnier de l'Ordre des Avoks Haillons près du Tribunal Poitevvin

Elle resta là, le coeur serré quelques longues minutes puis se décida à aller voir son époux.
Peut-être saurait'il l'éclairer ?!
& puis, il fallait lui confirmer que le vieux Grigou de Suzerainounet ne les embarquaient pas cette fois.
Mais Nic commença à se renseigner sur l'organisation de "l'escorte" - qui n'en était pas une, vu le bordel sans nom que c'était...
Une fois qu'il eût fini & qu'elle pu en placer une.


"Non, pas de nouvelles de la pestouille ! Elle prend goût aux nonnettes. C'est à croire qu'elle attend qu'on organise tout". Léger sourire...

Puis de sauter du coq à l'âne, quelque peu perturbée par les lignes écrites par Jehan_de_Proisy.
De tendre la missive à son époux chéri afin qu'il en prenne connaissance & une fois fait, de se serrer contre lui.
Elle se risqua à quelques questions, bien qu'elle se doûtait déjà un peu des réponses qu'il lui ferait. Mais bon...

"Je ne vois pas de quoi il parle ! Peut-être fait'il référence à l'intronisation ...mais ça remonte à un peu plus d'1 an.
Crois tu qu'il est au courant...de la disparition de Sindbad ?!"


Non. Résolument..Aiguemarine ne pouvait prononcer le mot "mort" lorsqu'elle évoquait Sindbad.
Les azurs brillaient, annonciateurs de larmes prochaines, mais l'Italienne tentait par tous les moyens de ne pas craquer.
Pas maintenant. Le deuil, pour elle, n'était toujours pas d'actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:26

Nictail


[Avant l'organisation de ce foutoir...]

Nic n'avait pas eu forcément de bonnes nouvelles de son épouse.
Rien n'était organisé pour le voyage et la pestouille trainait au couvent...
Rien de surprenant, mais bon, ce n'était pas vraiment une bonne chose.

Son épouse était plutôt perturbée par autre chose quand elle l'avait rejoint.
Une missive émanant d'un ami de la diplomatie qu'Aigue avait côtoyé durant sa période aux ambassades. Mais, la missive ne semblait pas l'enchanter...
Et à la lecture, Nic avait vite compris pourquoi...


Je ne vois pas de quoi il parle ! Peut-être fait'il référence à l'intronisation ...mais ça remonte à un peu plus d'1 an.
Crois tu qu'il est au courant...de la disparition de Sindbad ?!


Nic prit un peu de temps de réflexion avant de répondre.
Sindbad, un sujet délicat. Normal puisqu'on ne savait pas ce qui lui était arrivé et où il se trouvait, ni même s'il était vivant...


Honnêtement, je ne pense pas qu'il sache que Sindbad a disparu. Surtout s'il fait effectivement référence à un événement vieux d'une année...
D'après ce que tu m'as dit de lui, c'est un ami et quelqu'un de sympathique. Il n'aurait donc certainement pas évoqué Sindbad s'il avait su.
La réponse que tu lui feras sera l'occasion de lui expliquer la situation... Comme ça, il sera au courant, et il ne commettra plus d'impair.


Nic câlina tendrement son épouse pour la réconforter de son mieux.
Il savait qu'il était immensément dur pour elle d'évoquer leur ami. Elle refusait de le considérer comme mort, et elle avait peut-être raison. Nic l'espérait en tout cas...
Quoi qu'il en soit, penser à Sindbad lui causait toujours beaucoup de trouble et Nic était toujours là pour la réconforter et l'épauler.




[Quelques jours plus tard - Quand Nic et Aigue organisent le voyage... des autres !]

Après moultes discussions, le couple était arrivé à LA conclusion : mieux valait qu'ils organisent eux-mêmes le voyage.
Nic prendrait donc la tête de la petite troupe et l'itinéraire était tracé.
Les premières demandes de Laissez-Passer avaient été transmises et ils attendaient les réponses.
En bref, les voyageurs habitués avaient pris le relais de la troupe de zigotos. Mais l'essentiel était que tout se passe bien et qu'ils arrivent tous à bon port.
L'heure du départ approchait et les consignes avaient été passées aux enfants et à *Ma*.
La journée du dimanche avait été passée en famille, sous un beau soleil. Ils avaient tous taché d'en profiter avant une dernière nuit de calme...

Une nouvelle aventure se présentait à eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:28

Aiguemarine


[ Toujours avant l'organisation...]

Honnêtement, je ne pense pas qu'il sache que Sindbad a disparu. Surtout s'il fait effectivement référence à un événement vieux d'une année...
D'après ce que tu m'as dit de lui, c'est un ami et quelqu'un de sympathique. Il n'aurait donc certainement pas évoqué Sindbad s'il avait su.
La réponse que tu lui feras sera l'occasion de lui expliquer la situation... Comme ça, il sera au courant, et il ne commettra plus d'impair.


Secouage des boucles brunes.
Expliquer quoi ?!
Expliquer que le nouveau Grand Maître de France l'avait déclaré mort...?!
Expliquer que plus personne - mise à part elle - ne se résignait à cette éventualité.
Autant expliquer...l'inexplicable !
Mais son époux avait raison concernant une chose. Le Vicomte ne l'avait certainement pas fait exprès.
Dans ses souvenirs, elle revoyait Jehan Ambassadeur du Poitou auprès de la Guyenne, quand de son côté, Sindbad lui avait confié la gestion des Provinces de feu l'Alliance du Centre.
Elle revoyait un homologue empli d'empathie & de douceur ; toujours prêt à se sacrifier pour une cause juste.
Elle revoyait un homme terrassé par le chagrin à la suite du décès de sa première épouse.
Oui, pas de doûte, ou plutôt plus de doûte : Jehan_de_Proisy n'avait pas souhaité lui rappeler sciemment la disparition brutale de Sindbad.
Alors, sûrement que quelques évènements avaient contraints le Vicomte à se retirer de la vie publique.
Tout du moins, Aiguemarine ne voyait que cette explication.
Mais elle serait vite fixée.


"Tu as sans doûte raison mon Ange ! Je vais lui expliquer, du moins, je vais tenter ! ...Merci à toi."

& la voilà retournée à son bureau, se saisissant d'un parchemin & d'une plume afin de répondre au Poitevin.


Citation :
De moi, Aiguemarine De Meyran,
Dame de Sarliève,
A vous, Jehan De Proisy,
Vicomte d'Olonne,
Seigneur de l'Hermenault et de Montmilcent
Bâtonnier de l'Ordre des Avoks Haillons près du Tribunal Poitevvin

Cher ami,

Le bon jour vous va,

Quel plaisir d'avoir de vos nouvelles.
J'espère que vous vous portez bien, ainsi que les vôtres.
Je ne vous cacherai pas que votre missive m'a surprise & perturbée à la fois.
Je m'explique : je ne sais précisément de quelle cérémonie vous parlez, mais si c'est bien celle à laquelle je pense, elle a eue lieu il y a un peu plus d'1 an à Paris.
Mon mentor & ami Sindbad était intronisé Grand Ambassadeur de France.
J'étais, en effet, auprès de lui, en ce jour d'honneur car je faisais moi-même partie des effectifs de l'Ambassade Royale de France.

Hélas, les temps ont changé depuis...
J'ai démissionnée fin 1460 de cet Office prestigieux & notre ami commun a mystérieusement disparu en début d'année 1461.

Mais peut-être l'avez vous croisé ?!
Si c'est le cas, sachez qu'il est Père & qu'il est important pour son épouse - & pour moi aussi - de savoir ce qu'il est advenu.

Si, malheureusement, ce n'était pas le cas, priez pour lui & le repos de son âme.

Pour terminer sur une note plus gaie, sachez que d'ici quelques jours, j'entreprends un voyage qui va me mener jusqu'en Champagne.
Néanmoins, vous pouvez toujours m'écrire, ici à Bordeaux.
Instructions seront laissées pour que les missives me soient transmises.

En attendant une réponse, je vous présente tous mes hommages.

Cordialement & Amicalement,

Rédigé à Bordeaux la Belle, le 01 Juin de l'An Mil Quatre Cent Soixante & Un,





A.D.M.


La missive fût expédiée au plus vite car la Dame brûlait d'impatience de comprendre le fin mot de cette histoire.

[ Quelques jours plus tard - A l'aube d'un départ ! ]

Le couple avait pris les choses en main.
Itinéraire : check
Malles : Check aussi
Demandes de LP : En cours
Il ne restait plus qu'à donner les dernières consignes aux enfants, mais également à Anselme.
Ben vi. L'Intendant remplacerait Aiguemarine en tant que "Voix de Bordeaux".
Récupérer les Annonces Ducales & les afficher sur le panneau prévu à cet effet n'était pas bien compliqué. Il saurait s'en sortir & ...ça l'occuperait.
Bah vi, pas la peine de le payer à ne rien faire non plus.

Désormais, une seule chose restait à faire : fermer la taverne "Le Saint-Ptôme".
Mais avant cela...il fallait vider les fûts, histoire de ne pas gâcher.
& puis, cela permettrait au couple de retrouver les "escortés" & de voir si de leur côté, ils étaient fin prêts à prendre la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:29

Athalia


Ils arrivent bientôt...Yipeeeee !!!

L'aînée de la fratrie délaissa sa tâche et courut jusque dans la chambre de son frère.
Là, Athalia était sûre d'y retrouver ces 2 frères & sa petite soeur.
La missive serrée contre son poitrine, elle reprit son souffle avant d'entrer dans l'antre de Thomas.
Effectivement, ils étaient tous bien là.
Un franc sourire s'afficha & elle s'avança vers eux.


Nos parents arrivent d'ici quelques jours ! lança t'elle un sourire mutin sur les lèvres.
Avant d'être assaillie par les sempiternelles questions "Où, quand ?", Athalia leur fit la lecture.



Aiguemarine a écrit:
A nos 4 enfants chéris,
De nous, Aiguemarine & Nictail De Meyran,


Le bon jour vous va bien,


Nous arrivons d'ici une poignée de jours.
Notre périple a été plutôt chaotique, & le Bourbonnais-Auvergne nous a retenus malgré nous, comme vous avez pu le constater.
Mais nous vous conterons nos péripéties de vive voix.
D'ailleurs, nous avons aussi une autre nouvelle à vous annoncer.
J'espère que vous êtes tous sages & que vous écoutez bien les recommandations de *Ma*.
Nous n'avons eus aucune nouvelles ; Anselme va t'il bien ou aurait'il abusé des bonnes bouteilles pourtant bien cachées ?!
Bref, ce silence inhabituel de sa part nous inquiète quelque peu.

Pourriez vous lui demander d'aller aérer le dispensaire & de veiller à le réapprovisionner en Simples car votre Père & moi avons toujours l'intention de vous faire découvrir les bases de la médecine. Ce projet a suffisamment été retardé ! Il est grand temps de le mettre en oeuvre.

D'ici là, votre Père & moi vous embrassons très tendrement.
Soyez sages !

Scellé & rédigé sur les routes du Royaume de France, le 24ème Jour du mois de Juillet Mil Quatre Cent Soixante & Un,


Maman & Papa

Arf ! Anselme ne semblait pas avoir daigné les informer qu'il allait rendre visite à une Tante éloignée.
D'ailleurs, Athalia & ses frères & soeurs n'en savaient guère plus.
Le bougre les avaient plantés du jour au lendemain.


Bon ! Qui vient m'aider à aérer le dispensaire & à cueillir quelques Simples ? lança t'elle une nouvelle fois à la volée, tout en les regardant tous tour à tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:31

Aiguemarine


[ 30 Juillet - d'un retour annoncé ]

Fatiguée mais heureuse de voir enfin se dessiner les remparts de Bordeaux.
De ce voyage, elle n'en gardera que peu de bons souvenirs.
Sa seule "satisfaction", c'est de savoir son amie Kaths en sécurité à l'endroit où elle souhaitait s'installer.
Le reste, ma foi...Aiguemarine s'en moque un peu, à vrai dire.
Mais l'avenir est là, devant eux.

Le couple chevauche seul, depuis Murat.
Nulles mauvaises rencontres cette fois.
Un sourire complice à son époux, son soutien, son pilier de tous les instants.

Fatiguée mais heureuse.
Fatiguée & anxieuse toute à la fois.
Comment réagirons les enfants à l'annonce de sa nouvelle grossesse ?!
Pour l'instant, rien n'est visible.
Elle n'en dira rien à part à sa famille & à quelques amis proches.

Elle pense la Brune, elle pense...
L'Italienne pense à finir son cursus médical, pour qu'enfin, ils puissent concocter les essences curatives qui éradiquent de la fameuse Grippe Alexandrine.
Elle est fière la Brune en se disant que c'est sûrement son époux qui sera le premier Médecin confirmé en Guyenne.

Aiguemarine pense aussi qu'il sera bon le temps du changement au Saint-Ptôme.
Elle pense & elle espère que l'idée qui germe dans sa tête n'essuiera pas un refus.

Mais pour l'heure, il est temps des retrouvailles familiales.
Elle se laisse mollement glisser de sa monture, puis se fige sur le seuil ...attendant son époux avant d'en franchir le seuil.

& c'est au petit matin qu'ils s'engouffrent dans la maisonnée encore calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:32

Anselme


Pas de doûtes ou plutôt plus de doûtes !
Le couple Seigneurial est bien rentré au bercail, à en croire les missives qui s'entassent dans la volière.

C'est donc le plus discrètement possible qu'Anselme s'introduira dans le bureau et y déposera le courrier.
Discrètement aussi qu'il prendra la tangeante vers le jardin, à la recherche d'un coin d'ombre.

La chaleur écrasante n'invite pas aux corvées. Et ouais.
S'ils ont besoin de lui, ils sauront où le trouver.




Legowen a écrit:
Bonjour

comme promis voici les minutes de votre procès

Le jugement a été rendu
Enoncé du verdict
Le prévenu a été relaxé.




Acte d'accusation
A troublé le sommeil de la mairesse-brigande Sélène d'Hambers en tapant à coups de poing sur la porte de la mairie toute la nuit et en gueulant son nom à tue-tête comme si cela allait donner une raison de lui ouvrir !

Première plaidoirie de la défense
Quand elle avait reçue sa "jolie" convocation pour sa mise en procès, la Brune en aurait rit si elle n'avait pas été d'une humeur de chien.
Bah, vi... Ne pas fermer l'oeil de la nuit, ça n'aide vraiment pas à rester d'humeur joyeuse.
Mais bref...

Elle avait un peu réfléchie à tout ça.
Une missive avait donc été écrite & transmise via un jeune garçon à l'usurpatrice de la mairie de Bourbon.

Sur celle çi, l'on pouvait lire les quelques lignes suivantes :

"Le bonsoir,

Vous semblez avoir le sommeil bien fragile. Comme je vous plains...oupas.
Bien notée votre invitation au tribunal.

Je vous propose une autre alternative.
A vous de voir si vous la saisissez ou pas : un duel en lice contre l'un des vôtres.

Le perdant s'engage à quitter le Bourbonnais-Auvergne !

Alors, tentée ?!

Confiez, je vous prie, missive de réponse au gamin qui vous a remis ce pli.
Lui sait où me trouver.

A.D.M."

Le gamin attendit donc sagement une réponse de l'intéressée. Il avait reçu quelques écus ainsi que des instructions précises & ne sortirait pas de l'enceinte de la mairie sans tout cela.
Dejà que la Dame de Sarliève ne semblait pas d'humeur festive. Si, en plus, il ne suivait pas ses instructions, il risquait de se voir confisqué les écus offerts pour le service rendu.

Réquisitoire de l'accusation
Moi, Thibantik, abandonne toutes les charges requises contre la Dame de Sarlièvre, j'ai nommé Aiguemarine, et bien au contraire je la remercie de s'être jointe a la population de Bourbon pour reprendre la ville aux mains de l'usurpatrice.


Dernière plaidoirie de la défense

La personne intéressée ne s'est pas manifestée.



jugement
* procès suivant , Leg parcourut le dossier de l'accusée , déjà le nom de la prévenue avait fait lever un sourcil à la jeune femme , quand elle lut le nom de la plaignante , elle se demanda un instant si elle ne rêvait pas

comment ? Sélène , ayant pris la mairie par la force parce qu'elle voulait voir ce que ça faisait de s 'assoir dans le siège du maire , avait le culot de mettre en procès une honnête citoyenne du BA
ceci car cette courageuse femme , n'écoutant que son honneur avait pris les armes pour rendre son poste au maire légitime ?
c'était le monde à l'envers

le témoignage de Sélène fut d'ailleurs fantaisiste
lisant le courrier d'AigueMarine , Leg souhaita fortement que la Dame de Salièvre puisse laver son honneur en lice
Pour le réquisitoire de l'accusation , le plaignant étant la mairie de Bourbon , ce fut Thibantik qui avait pu reprendre sa place légitime qui se présenta . Le mandat de Sélène n'avait duré que ce que durent les roses grâce aux Boubonnais
Thibantik ne manqua pas de saluer le courage de la prévenue et abandonna les charges contre elle

Leg frappa son bureau d'un coup de marteau avant de rendre son verdict et le son émis résonna dans la salle de manière presque guillerette *

Moi, Legowen du Kastel de Rhiannon , Juge du Bourbonnais Auvergne, vais prononcer le verdict dans l'affaire opposant la mairie de Bourbon à Dame Aiguemarine , mise en accusation pour TOP

Ceci en mon âme et conscience et dans le respect des lois

Vu les Lois fondamentales du royaume
Vu la Charte du Juge
Vu le Codex du Bourbonnais Auvergne

Prenant en compte les différents témoignages et actes d'accusation

Vu que l'acte d'accusation a été déposé par Dame Sélène , maire illégitime de Bourbon par acte de révolte et prise de la mairie sans accord du conseil ducal

Vu qu' un maire n 'a aucunement le droit de mettre en procès pour TOP selon le codex du Bourbonnais Auvergne

Vu que le réquisitoire de l'accusation émis par le maire légitime Dame Thibantik , qui a pu reprendre sa place demande bien évidemment l'abandon des charges retenues contre Dame Aiguemarine

Vu que la révolte pour chasser Dame Sélène et redonner son poste à Dame Thibantik a été approuvée par le conseil ducal

confirme la relaxe de l'accusée et l'abandon de toutes les charges retenues contre elle
reconnait Dame Aiguemarine NON Coupable
remercie Dame Aiguemarine pour le courage qu'elle a démontré en combattant les pilleurs pour la reprise de la mairie de Bourbon


Korydwen a écrit:
Citation :
A Aiguemarine de Meyran,
de moi Korydwen de Toggenburg-Marigny !
le 27 juillet 1461

Salut !

Excuse-moi de te demander pardon, mais Muret a appartenu à Toulouse ! D'Armagnac, elle est passée Ville Franche, avant de passer à Toulouse et de repasser à Armagnac. Bref, les aléas de la guerre et les "je te pique ta ville" et les "je récupère ma ville". Bref, on s'amuse, enfin ils s'amusent comme ils peuvent avec les jouets à leur disposition. A savoir nous et les armes. Un échiquier géant avec les vies des autres.

Je commence à croire que vous puissiez être de mêches avec les brigands, tant cela arrive souvent lorsque vous êtes en vadrouille par chez moi. Bref, voyagez peut-être plus discrètement, cela serait bien pour nous et... Bien pour nous. En tous les cas, pour te représenter en BA je vais avoir du mal, parce que je vais te raconter une chose qui va te faire rire ou pas. Il y a de cela plusieurs semaines maintenant, lorsque je fus rétablie et prête à reprendre les armes et bien... L'armée était pleine, j'ai donc été laissé sur place l'air de rien, comme ça. Un vulgaire pion dont on n'avait plus besoin. Il est vrai que je n'ai rien dis au QG, mais ensuite je les ai tous insulté dans la maison du Très-Haut ! Fort divertissant, tu devrais le faire ! Je les ai maudis jusqu'à la quatrième génération... Mais je mettrai un mot à Althiof qui à ce jour doit se trouver en BA, puisque l'armée est remontée là-haut et que la démobilisation à sonner.

Je prendrai la route prochainement, mais pour l'heure je suis encore missionnée à Muret. Je vais attendre Dame Thally, la cousine de Cerise. Cerise est une amie très chère et je lui ai promis de revenir avec sa cousine. Alors je tiendrai parole. De ce fait, autant que je demande à Althiof de te représenter ou alors à l'un de mes enfants. Eléa, Matthis ou Timothée. Matthis sera sans doute le plus adapté, il a les clés de la chambre des nobles et est celui qui ira le plus volontier à la prévôté... En tout les cas, tout est noté dans un coin de ma tête et sera envoyé à qui de droit.

Une vieille carne Sun ? Je ne saurai dire. J'espère pouvoir mettre à profit le plus rapidement possible cette réunion. Je n'ai aucune nouvelle de Sun. J'espère que ma missive lui sera parvenue, parfois le courrier s'égare.

Sinon et bien je crois que j'ai fait le tour.
Sur ce je vous embrasse tous deux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:34

Nictail


[Bordeaux - Retour d'un voyage compliqué...]

C'était peu de le dire, mais le voyage n'avait pas été de tout repos.
Certes, la Pestouille était installée, mais quelle aventure ma parole ! Nic s'en souviendrait de cette idée fameuse, ou plutôt fumeuse, d'accompagner Kaths et sa troupe jusque leur nouveau lieu de villégiature.
Les époux avaient convenu de décliner la prochaine escorte qu'on leur proposerait de faire. Sont fous, mais peut-être pas à ce point-là non plus !!

Bref, ils avaient passé paisiblement les contours de Bordeaux.
Enfin, ils arrivaient chez eux, au calme, à l'abri. Retrouver leur foyer, leur famille et leurs habitudes. Retrouver aussi la folie ambiante de la Guyenne. Cela faisait partie du charme du Duché parait-il. Admettons...
des études de médecine à poursuivre de manière intensive. Motivation de pouvoir un jour, enfin, soigner ces fichues épidémies qui se propagent à une vitesse folle. Ils n'étaient pas à l'abri d'une nouvelle vague qui pourrait être meurtrière. Et en père et époux médecin, il se devait d'être en mesure de prendre soin de sa famille.
Alors, les longues journées d'études l'attendaient, mais c'était le prix à payer pour finir ses études.

Bref, ils avançaient dans les rues de Bordeaux, encore silencieuses et peu vivantes à cette heure très matinale.
Nic avait tellement hâte de retrouver les enfants et leur maisonnée. Aigue avait une légère appréhension à l'idée de la réaction des enfants à l'annonce de la grossesse. Nic, optimiste sur ce sujet, n'était pas trop inquiet. Après tout, pourquoi réagiraient-ils mal ?! Oui, bon, y'a des dizaines de raisons, mais Nic ne les voit pas... Et pis, après tout, jamais 4 sans 5, nan ?!

Bref, ils se laissèrent glisser de leurs montures et poussèrent la porte, main dans la main.
Le jour se levait à peine, toute la petite famille dormait encore, le calme régnait dans la demeure. Nic invita son épouse à aller s'installer autour de la table à manger. De son côté, il s'affaire à préparer le petit déjeuner pour toute la maisonnée. C'est qu'il y en avait du monde à nourrir... mais ça ferait une bonne surprise tout de même.
Enfin, il rejoignit son épouse et s'installa à ses côtés, souriant.

Le petit déjeuner est servi. Laisse-en aux enfants quand même...
Un léger petit rire et une caresse sur la joue de son épouse avant de poser sa main sur le ventre d'Aigue.
tu as une idée de comment leur annoncer ?! Je sais que ça te travaille ces derniers jours...
Tu veux attendre un peu et laisser retomber la "tension" des retrouvailles ?!


Pas le temps d'aller plus loin que les premiers bruits de pas se firent entendre depuis l'étage.
Et voilà, les petits monstres/anges allaient débarquer très vite. Nic serra la main de son épouse et l'embrassa tendrement.

Je t'aime mon ange ! Chaque jour un peu plus ! Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, sache-le mon coeur ! Cela fait tant de bien d'être rentré auprès des nôtres....
Les enfants savaient que c'était aujourd'hui que leurs parents devaient rentrer. Surement pour cela qu'ils étaient debout de si bonne heure. Qui donc arriverait en premier ?! Fille ou garçon ?! Petit ou grand ?! Surprise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:37

Aiguemarine


Laisser le temps au temps.
Voilà : les choses étaient claires dans l'esprit d'Aiguemarine.
D'abord les retrouvailles. Cela lui permettrait de « tâter le terrain », notamment avec ses 2 aînés.
& puis, sa grossesse n"étant point décelable à l'oeil nu pour le moment, elle disposait donc encore de quelques jours pour l'annoncer à ses proches.

Un sourire esquissé à Nic qui se chargea du petit déjeuner.
Depuis la confirmation de sa grossesse à Moulins, il était aux petits soins pour elle...parfois trop.
Mais, pour l'instant, la Brune ne disait trop rien & profitait.


Le petit déjeuner est servi. Laisse-en aux enfants quand même...
tu as une idée de comment leur annoncer ?! Je sais que ça te travaille ces derniers jours...
Tu veux attendre un peu et laisser retomber la "tension" des retrouvailles ?!
Je t'aime mon ange ! Chaque jour un peu plus ! Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, sache-le mon coeur ! Cela fait tant de bien d'être rentré auprès des nôtres....


Léger moment de flottement avant de lui répondre en retour :

« Merci mon Ange ! & oui, je pense attendre quelques jours avant d'annoncer tout cec... »

Mais pas le temps d'en dire davantage que les 2 derniers - à savoir Aurore & Nathan -  faisaient une entrée fracassante dans la pièce.
Aiguemarine ouvrit les bras en grand pour les accueillir & les câliner de son mieux.
S'en suivirent de longues embrassades, mais aussi pas mal de questionnements.
Le couple prit le temps de raconter - presque - tout ce qui leur était arrivé en Bourbonnais-Auvergne au cours des 2 derniers mois.



    ✠ ✠ ✠ ✠ ✠ ✠



[ Le lendemain & les jours suivants ]

Une chaleur écrasante s'était abattue sur tout le grand Sud-Ouest & la Capitale ne fût pas épargnée.
Fatiguée, Aiguemarine s'était retranchée dans une des pièces les plus fraîche de leur demeure.
Elle n'enseignait pas & en profitait seule pour bouquiner les 2 matières qui lui manquait en médecine.
Bientôt, & si 'Stote était avec eux, ils seraient en mesure d'élaborer l'essence curative qui éradiquait la maladie ramenée d'Alexandrie...La fameuse “Grippe Alexandrine”.

Toutefois, quelques missives s'entassaient & la Dame n'avait que trop repoussée.
Elle fût contente de trouver une copie des minutes de son “injuste procès” & rangea les feuillets précieusement dans un endroit sûr.
La Juge du BA lui avait assurée qu'il n'y aurait aucune trace dans son dossier ; Aiguemarine n'en restait que plus prudente !
Sa “vieille” Suzeraine lui avait répondue...
Aiguemarine relut la missive, perplexe. La plume en l'air quelques instants avant de s'activer sur le vélin à une réponse.



Citation :
A ma Reine-Suzette, Korydwen De Toggenburg-Marigny,
De moi, Aiguemarine De Meyran, médecin emérite & accessoirement délogeuse de racailles,

Le bon jour te va toujours aussi bien,

Désolée pour ces quelques – longs - jours d'attente, mais ta missive est parvenue directement à Bordeaux & j'avoue avoir traînée pour y répondre.
En fait, j'espérais que ton vassal le ferait, mais il semble toujours autant fâché avec les plumes & les parchemins.
Peut-être devrai je essayer de me mettre en grève, je ne sais.

Le même jour que ta missive ou presque me sont parvenues – enfin – les minutes de mon procès.
Le Bourbonnais-Auvergne n'aura mis qu'1 mois & demi pour juger mon affaire.
De ce fait, Althiof ou Matthis n'auront pas besoin d'intercéder en ma faveur là-bas pour bouger les choses.
Je dois dire que toute cette affaire me laisse un goût amer dans la bouche & que pour l'heure, je ne suis plus très encline à venir par chez toi.
Je pense qu'il me faudra quelques temps pour digérer tout ça & j'espère que tu ne m'en voudras pas.

Je suis heureuse de lire que tu ne rentreras pas seule dans tes “pénates”, même si j'eusse préférée que l'Armée Royale attende après les retardataires.
Toutefois, la période estivale ne s'y prêtant pas trop & une armée coûtant cher, je peux comprendre que la démobilisation fût organisée … rapidement.

Quant à Sun, je puis te confirmer qu'elle a bien reçue ta dernière missive, puisque cette Carne s'est empressée de me la montrer lorsque nous étions à Moulins pour...coûler un bâteau.
Cherches pas, c'est les vengeances de la Harpie.
Ah, sinon... J'ai peut-être trouvée un investisseur pour notre projet de mécenat. L'homme – oui, oui, tu lis bien – se nomme Traps & réside à Clermont, ou dans les environs. Tout du moins, c'est en la Capitale que je l'ai croisé.
Il nous faudra le convier à ta petite Sauterie prévue à Montfort, voir si cela fait toujours partie de ses projets.

Je crois avoir fait le tour. Ici, il fait une chaleur écrasante. Je suis retranchée dans la pièce la plus fraîche de notre demeure où je me concentre sur les 2 dernières matières médicales.
D'ici quelques semaines, Nic & moi, espérons arriver à concocter l'essence curative qui éradique la Grippe Alexandrine.
Bien évidemment, un prix “d'ami” vous sera fait : 100 écus. Mais nous aurons le temps d'en rediscuter !

Nic & toute ma famille se joint à moi pour t'embrasser.
Sois prudente.
Embrasses aussi notre bon “vieux Suzerainounet” lorsqu'il sera sorti du monastère.





A.D.M.

Le pli fût prestement expédié, cette fois çi & Aiguemarine s'en retourna au frais à ses lectures médicales.
Vivement qu'elle en vienne à bout. C'est que ça commençait à faire long là...& l'impatience la gagnait petit à petit.



[hrp]Distillation : 100 %
Pharmacologie de base : 100 %
Physiologie de base : 100 %
Pharmacologie avancée : 29 %
Physiologie avancée : 22 %[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiguemarine
Dame
avatar

Messages : 6465
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Dans les bras de Nictail

MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   Ven 20 Déc - 11:38

Nictail


[Quelques longues semaines plus tard]

Le temps avait passé, les époux étaient occupés avec la médecine.
Les études, la cueillette, la satanée Hildegarde et ses codes énigmatiques... bref, il y avait de quoi faire et ils n'avaient finalement jamais pris le temps d'annoncer aux enfants la grossesse d'Aigue.
Mais à présent, les petits anges/monstres devaient l'avoir remarqué et ce n'était guère plus un secret. Et jusqu'à présent, personne n'avait fait de crise, de remarques ou quoi que ce soit de bien important.
A croire qu'ils avaient bien pris la nouvelle... ou qu'ils n'osaient pas les embêter à ce sujet.

Ce jour-là, Nic rentrait d'une nouvelle cueillette plutôt fructueuse.
Il éparpilla ses trouvailles sur la table de cuisine pour les étudier un peu. Il avait laissé le dispensaire à disposition de son épouse pour commencer à concocter quelques potions à partir de leurs cueillettes
Du coup, il restait à la maison pour étudier les plantes ainsi que le code d'Hildegarde qu'il fallait déchiffrer pour soigner cette satanée maladie alexandrine.
Mais force était de constater qu'il était aussi facile de déchiffrer le code que de découvrir les nouvelles matières il y a quelques mois...

Bref, tout en travaillant, il essayait de trouver LA bonne idée pour organiser un petit événement familial afin d'être tous ensemble et de pouvoir parler un peu du bébé à venir et que chacun puisse s'exprimer à ce sujet.
Mais là aussi, ce n'était pas si simple que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] 9, rue des Vignes (Octobre 1460 à Octobre 1461)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Feuille de route économique pour septembre / octobre 1460
» Les écus et le Comté. [Réponse donnée] (Fermeture le 4 Octobre 1460)
» Inquisitio - tentative de corruption - Varennes - le 29 octobre 1460
» [Septembre - Octobre 1460] Joutes de St Michel du Lavardin 1460
» "En défaut de paiement"[Réponse donnée] (Fermeture le 4 Octobre 1460)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Seigneurie de Sarliève :: Château de Sarliève :: Le rez de chaussée. :: La bibliothèque. :: Les archives de Bordeaux-
Sauter vers: