AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Appartement des Toggenburg-Marigny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:27

Matthis



L'appartement fut acheté l'an dernier par son père durant l'absence de sa mère. Il alternait les gardes à Clermont et ayant un sacré magot décida de la placer dans le bâtiment en s'offrant ce "petit" appartement. Matthis ne savait guère où pouvait bien se trouver cet appartement, il se rendit donc au cadastre, mais d'adresse enregistrée au nom de son père, ni de sa mère. Il haussa les épaules, il était le fils du maître des énigmes, du meilleur maréchal, adjoint, prévôt, grand-prévôt que le Royaume de France ait porté, alors il trouverait forcément, dût-il le chercher pendant longtemps. Cependant, une rue ne l'avait pas laissé indifférent au cadastre, la rue de la Prévôté, il aurait donné toute sa fortune dans ce pari, il était certain que son père l'avait choisi cette fameuse rue pour son appartement.

Il grimpa sur son étalon et prit la direction de la Rue de la Prévôté et bien rapidement, il tomba sur l'édifice dans lequel se trouvait l'appartement de son père. Des hôtels divisés en plusieurs appartements. Second étage, de quoi faire les jambes, mais également un bien grand, c'est qu'il fallait en loger du monde. Du moins c'est qu'indiquait le panneau en bois avec le nom des habitants.
Il descendit de sa monture et l'attacha au rondin d'arbre qui servait de barrière, un baquet d'eau fraîche à porter de museau de cheval et du foin, son animal ne serait pas perdu comme cela. Il partirait chercher les écuries plus tard, pour l'heure, il fallait s'occuper de cet appartement.
Il monta les marches quatre à quatre et tomba devant une porte fermée à clé. Il se tapa la main sur le front.


Mais je n'ai pas la clé !!

Il avait pensé à tout ! Mais pas à la clé ! Ainsi il se trouvait devant la porte ou plutôt à la porte de chez ses parents. Et Timothée qui ne semblait pas être arrivé puisque des grandes planches de bois bouchaient les fenêtres. Il haussa les épaules et redescendit. Il s'installa sur le pas de la porte pour réfléchir, peut-être qu'un clermontois pourrait l'aider à régler son problème de clé. Il avait bien la clé de plusieurs choses, mais pas d'ici, d'ailleurs qui avait la clé ? Sans doute Timothée. Timothée lui avait souvent ce qu'il voulait, il lui suffisait de sourire et puis, Timothée se débrouillait et vadrouillait tellement qu'il avait en permanence les clés des différentes habitations de la famille. Et puis visiblement pas de trace de serviteurs et cela il le devait à son père qui malgré ses titres préférait vivre simplement. Parce que si soubrette il y avait eu dans cet appartement, il aurait pu entrer ! Il donna un coup de pied dans un caillou.

Bon... Si j'avais su, j'serai pas venu ici ! J'serai resté à l'auberge !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:28

Matthis



Matthis se tenait sur le pas de l'hôtel comportant les appartements de plusieurs familles, il se demandait bien qui ils pouvaient avoir pour voisin, quoi que, des voisins en avaient-ils vraiment ? Ou étaient-ils les seuls résidents de l'hôtel ? Toujours est-il qu'il n'avait vu personne passer dans cette rue pour le moment. Mais alors que son esprit divaguait à la recherche d'une solution pour trouver la clé, il pensa à la devise des Marigny.

Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.

Et elle avait raison la devise ! Il n'avait pas forcément à espérer trouver la clé pour aller la chercher quelque part et encore moins de réussir finalement, le tout était de persévérer et d'essayer coûte que coûte.

Hinc labor hinc merces disait la devise des ses parents, du travail vient la récompense.

Courage et sacrifices pour que demeure le secret, disait celle des Serna. D'ailleurs, il avait toujours du mal à la comprendre cette devise et se demandait surtout quel était le secret des Serna. Il faudrait qu'il en discute lors de la petite réunion prévue par sa chère mère.

Il se leva et détacha son cheval. Il attrapa la bride et l'entraina avec lui au marché. Parce qu'avant tout, Matthis était un homme et donc il réfléchissait bien souvent avec son estomac. Et là son estomac criait famine, il avait donc besoin de le remplir pour ensuite réfléchir à une idée pour son problème de clé. Le cadastre peut-être ? Ou alors attendre que ce bougre de Timothée revienne de chez les moines !


Direction le marché !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:29

Gypsie

Un matin, Gypsie s'était réveillée bien tôt, avant tout le monde ; avait fait tout ce qu'il fallait faire avant de sortir, et le coeur léger, décida d'aller au marché, en flânant de ci de là.
Et d'un hôtel à l'autre, d'une ruelle à l'autre, redécouvrant sa capitale, les pas de la Duchesne s'arrêtèrent devant l'adresse d'Al et Kory.

En s'imaginant la demeure comme elle l'avait été alors, quand tout le monde était là, toute la famille d'Al et Kory réunie.

Comme ils étaient tous réunis à Montbrison, lors des fêtes de la nativité, quand Al sortait son étal de farce et attrapes, étal placé entre nombreux autres.

Et comme si elle leur avait parlé, à Kory et Al, Gypsie continua son chemin, en souriant et s'impatientant de leur retour qu'elle espérait proche.
Au moins elle profitait déjà de leurs enfants, si magnifiques.

Maintenant direction le marché, dans ce petit matin paisible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:29

Alexandre



Le problème de clé fut résolu, Matthis avait été chez le forgeron, maintenant tout le monde avait une clé.
Alexandre comptait les jours jusqu'au retour de Korydwen, normalement, elle devrait être là tout bientôt.
Il fallait donc s'occuper de l'appartement clermontois.
Voilà des lustres qu'il n'avait pas vue l'air frais et la lumière. Ils avaient tiré à la courte paille et...
Alexandre avait pioché la plus courte des pailles, cela serait donc à lui de s'occuper de l'appartement.

Il se dirigea donc d'un pas alerte rue de la Prévôté. Ceci étant fait.
Mais il n'était pas seul, il était suivi par Albert qui avait fini par le retrouver.
Difficile que de le perdre ce protecteur. Et puis Missti était là, Soopy aussi et Harry Crotter.
Alexandre se déplaça donc avec toute sa ménagerie.
Grimpant les escaliers, il se retrouva devant la lourde porte de bois et glissant la clé dans la serrure l'ouvrit.


Pouah ! Ca pue ici !

Cela sentait le renfermé.
Il se pinça le nez et agita son bras gauche. L'appartement était sombre, plein de poussière.
Il se dirigea avec Albert dans toutes les pièces afin d'ouvrir les fenêtres en grand, retirant les pans de bois qui servait à protéger les fenêtres.
Beaucoup de travail et de quoi bien se muscler.


La prochaine fois, ça sera au tour de Matthis.

Et puis maintenant, il fallait passer le balai, mais ça Albert le fit, parce qu'Alexandre avec un balai plus grand que lui dans les mains était inefficace au possible.
Il se dirigea donc vers le bureau d'Althiof.
Il s'installa dans la chaise plus que confortable, attrapa un parchemin et commença à écrire une lettre.


Citation :
Korydwen,

après des aventures à Clermont, nous avons finalement pris possession de l'appartement. Matthis est arrivé mais il n'avait pas de clés, alors il est allé chez le forgeron. Ensuite, Timothée est arrivé.

On a tiré à la courte paille et j'ai perdu alors j'ai du faire le ménage dans l'appartement et l'aérer, mais t'inquiètes pas, Albert m'a aidé. Il a passé le balai, parce que le balai il est trop grand pour moi. Il dépasse ma tête.

Sinon j'ai pas fait de bêtises. Et on t'attend ici dans l'appartement. J'ai aidé à déménager l'université avec Jazon et Gypsie. Je les aime bien. Et puis les enfants Thibaud, Pierre et Isabella. Avec Lucie et Jehan.

Maintenant je pense que je vais aller cueillir des mûres dans les ronces dans l'orée de la forêt de Clermont. Après je ferai de la confiture pour faire des confibiscuits à la mûre, Hélène sera contente quand elle reviendra.

Des bisous.
Alexandre.

Il plia le plus proprement possible sa missive et partit à la recherche d'Albert dans l'appartement.

Albert !! Albert !!
Oui ! Je suis là ! Dans la cuisine ! Que se passe-t-il ?
Je vais aux postes !
Pourquoi donc ?
Bein pour trouver un coursier pardi ! J'ai écris une missive pour Korydwen.
Bien, je vais vous accompagner alors.
Ah...


Un poils déçu Alexandre, lui qui pensait pouvoir se promener seul, mais maintenant qu'Albert était de retour...
Il fit tout de même bon cœur, préparant déjà son prochain plan pour perdre Albert.
Et si il le perdait dans la forêt ?
Les fenêtres furent refermés et la joyeuse troupe, enfin le joyeux duo suivit par la ménagerie d'Alexandre se dirigea vers les postes.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:30

Alexandre



Les jours passaient paisiblement à Clermont.
Il s'occupait de la boutique d'Hélène, il faisait du cheval.
Et il attendait une réponse à sa missive. Réponse qui ne tarda pas trop finalement.
Un garde ou plutôt un coursier frappa à la porte de l'appartement et tendit un parchemin.
Il disait que c'était pour Alexandre.
Et comme il était cet Alexandre, il le récupéra avant de remercier fort poliment le coursier et de lui donner une petite pièce.

Il fit sauter le cachet de cire en s'y reprenant à plusieurs fois.
Ses ongles étaient bien trop courts et ses doigts bien petits.
Il lut ensuite le message à voix haute, parce qu'il comprenait mieux ce qu'il lisait.
La lecture lui ayant été fraichement enseignée depuis quelques mois seulement.


Citation :
Alexandre,

si tu es avec tes frères à Clermont, j'en suis ravie. Surtout reste bien avec eux, en ce moment la sécurité des routes et des villages... Des méchantes personnes trainent partout, je ne voudrai pas qu'il t'arrive malheur.

Alors il faudra que je demande à ce qu'un balai à ta taille soit fabriqué pour que tu puisses passer le balai correctement.

Je sais que vous m'attendez... Cependant, une petite affaire va retarder mon arrivée, en effet, des personnes sans scrupules ont pris le fauteuil de maire de Missanasthasia, alors je vais rester un peu à Murat pour apporter mon aide...

Ensuite dès que j'arriverai à Clermont, je passerai mon temps avec toi, tes frères et ta sœur. J'espère assez rapidement, vous me manquez tous les quatre terriblement. Passe le bonjour à mes cousins de Clermont et je suis ravie de voir que tu t'es trouvé une occupation.

Je vous embrasse,
Korydwen.

Il soupira.
Il avait du attendre que l'idiot de Roy meurt pour que ses parents puissent revenir.
Sa mère avait réussi à négocier pour venir faire des gardes à Clermont, elle lui avait écrit, du coup il avait nettoyé exprès l'appartement.
Voilà que des idiots du village s'amusaient à prendre une mairie.


Alors là !
Si je les attrape je les ferai pendre !
Tous autant qu'ils sont !


Il plia le parchemin et le glissa dans sa boite en bois, celle réservée à ses courriers.
Car maintenant qu'il savait lire et écrire, il allait pouvoir entretenir des relations épistolaires comme les adultes.
Il faudrait répondre à sa mère, il le ferait ensuite.
Pour le moment, il avait grand faim et se dirigea vers la cuisine.


Albert ! Est-ce qu'il y a du jus de pomme ?
Ah messire Alexandre ! Bien sur que nous avons cela !


Et Albert de servir un godet de jus de pomme à Alexandre qui le but d'une traite.

Albert, Maman n'arrivera pas tout de suite. Elle est retenue à Murat par des brigands.
Oui j'ai entendu ! Heureusement qu'elle est arrivée pile ce jour-là ! Est-ce que vous avez vu des annonces du conseil ?
Moi non. Mais peut-être Matthis. Il faut le lui demander.
Ils ont de la chance de l'avoir sur place, elle saura enquêter, après tout elle a tout appris auprès de votre père, un expert en la matière.
Oui, mais il ne faut pas qu'il lui arrive quelque chose, sinon Papa va être en colère.


Alexandre reposa son godet de jus de pomme et piocha dans la brioche.
Déchirant un morceau avec ses doigts.
Il croqua dedans et l'avala très rapidement.
Il se leva, emportant de la brioche avec lui et se dirigea vers la chambre-bureau de son frère aîné.
Il était sur de le trouver là-bas, aussi frappa-t-il à la porte, avant de l'entrouvrir.


Matthis ? Dit-il en mordant dans son bout de brioche.
Tu chais ch'quoi ? Mamanch' vach' pas rechvenir avchant longtempsch.

Il finit par avaler son bout de brioche.
Attendant une réponse de son frère.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:36

Matthis



Le courant d'air avait fermé sa porte, car d'ordinaire, Matthis ne fermait jamais sa porte, il la laissait toujours entrouverte pour garder une oreille sur Alexandre, d'ailleurs ce dernier était fort calme aujourd'hui, Matthis plaignait les habitants de l'appartement en dessous du leur, parce que les petits pieds d'un garçon qui court à travers les pièces d'un appartement cela devait en faire du bruit.

Il était concentré sur une des missive de Grind, l'Intendant de Mirefleurs, l'été, le soleil et la chaleur étaient arrivés bien tardivement cette année et les raisins commençaient à peine à se colorer, sans compter que certaines pluies avaient détruit complètement certains endroits des cépages. Le Mirefleurs 1461 risquait de se faire rare et bien peu sucré, il lui fallait donc trouver du miel et des épices pour rendre le vin buvable.

Il se demandait comment l'annoncer à sa mère, elle qui tenait tellement à ses vignes qui essayaient tous les ans au moment des vendanges de faire une grande fête avec ses villageois et tout ceux engagés dans la Seigneurie, maintenant qu'ils ne voulaient plus sa tête... Il faudrait aller voir de ses propres yeux.


Une petite voix s'éleva derrière lui. Matthis se retourna pour trouver un Alexandre en train de manger de la brioche en très grande quantité, son visage pouvait presque disparaitre dans le morceau.

Tu vas avoir mal au ventre comme l'autre jour...

Il se concentra pour déchiffrer les paroles qui sortaient de la bouche d'Alexandre qui mangeait en même temps sa brioche.

Maman si elle était là te dirais de ne pas parler la bouge pleine, c'est fort malpoli.

Matthis le taquinait, mais savait qu'il fallait respecter des règles et ce même ci leurs parents n'étaient pas là.

Maman est à Murat c'est ça ? La connaissant elle voudra aider les muratais, mais également... Enquêter, faire son travail de maréchale, comme notre père faisait, toujours sur le qui vive, elle a été à la bonne école pou cela.

Cependant alors que Matthis débitait ses paroles, il ne se doutait pas de ce qui pouvait bien se passer entre son adjointe de mère et le prévôt des maréchaux du Bourbonnais-Auvergne...

J'ai confiance en ses capacités et elle reviendra vite une fois Murat entre de bonnes mains et ses impôts payés à Montbrison.

Matthis se voulait rassurant pour lui ce n'était qu'une question de jour, il était bien de s'imaginer que la reprise de la mairie serait si lente que ça. Mais ainsi était faite la vie, sa vie, attendre le retour de ses parents.

Alexandre, peut-être pourrions-nous aller aux écuries de Papa dans les prochains jours, il n'y aura qu'à prévenir Jazon, Thibaud et Pierre. Et ensuite il faudra que nous allions à Mirefleurs pour les vendanges.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:37

Alexandre



N'importe quoi !

Alexandre retira son visage de sa brioche et regarda Matthis avec son petit sourire.

Je n'aurai pas mal au ventre.
La dernière fois j'ai eu mal au ventre parce que j'avais mis de la confiture sur la brioche.


Cependant, Matthis n'avait pas tout à fait tort, voilà qu'il commençait à sentir que son ventre ne semblait pas très en forme.
Mais il se garda bien de le dire.
D'ailleurs Matthis lui rappelait qu'il ne fallait pas parler la bouche pleine, Alexandre regarda ses pieds.
Heureusement que Korydwen ne le voyait pas, elle serait déçue sinon.


Oui à Murat avec les méchants.

Il ne connaissait pas trop la prévôté lui.
Cela ne l'intéressait pas vraiment, il était plus porté sur la nourriture et les chevaux.
Et puis Alexandre se mit à penser à Althiof.
Il lui manquait son papa-parrain. Il faudrait aller le sauver.


Alors j'espère que ça sera bientôt qu'on la retrouvera.
J'ai envie de lui montrer la boutique d'Hélène et puis...


Alexandre regarda Matthis avec un sourire aux lèvres.

Je voudrai faire un cadeau pour l'anniversaire de mariage de Papa et Maman.
Mais faudrait que Papa revienne... Ca, c'est dur.


Et puis Matthis parla des écuries et là Alexandre, il sauta de joie !

Super !!
Comme ça je pourrai revoir Thibaud !!


Alexandre tourna sur lui-même avant de s'arrêter parce qu'il commençait à avoir le tournis et que ce qu'il venait de manger semblait remonter...

Et Cadichon il est où ?
Ici ?


Alexandre voulait présenter, l'âne de la famille Cadichon.
Celui qui allait avant au marché pour porter les fruits et les légumes.
Peut-être qu'il pourrait lui redonner du travail et l'emmener au marché.


Les vendanges !
Les vendanges !!


Et puis les vendanges, parce que qui disait vendanges, disait banquet, disait fête, disait festoiement !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:38

Matthis



C'est qu'il avait réponse à tout ! Matthis n'en revenait toujours pas, quelle débrouillardise pour un si petit garçon, plus si petit que cela rétorquerait-il si il avait entendu. Logique, tout autant de brioche, sans confiture, rendait moins malade. Et de lui ébouriffer les cheveux.

Ne t'inquiètes pas. Murat sera vite reprise et elle reviendra vite à Clermont, et tu pourras l'emmener dans la boutique d'Hélène.

Matthis était tout d'un coup plus confiant en l'avenir, il savait qu'il pourrait se reposer sur sa mère quand elle arriverait, elle reprendrait en main les deux plus jeunes, quoi que... Timothée allait bientôt être majeur à son tour, le temps passait si vite.

Ne t'inquiètes pas pour l'anniversaire, j'espère que nous réussirons à trouver quelque chose à faire d'ici là.

Ils avaient encore le temps, le 28 octobre était encore loin. Cependant, il savait que le temps filait, mais au pire ils feraient cela en décaler, le tout étant d'y penser.

Il reviendra. On ne peut survivre éternellement dans un monastère. Il y fait froid et la vue des moines n'est pas très agréable.

Sans doute, c'était même pratiquement sûr qu'Alexandre ne comprendrait pas le sous-entendu, mais parfois Matthis oubliait qu'il faisait face à un petit garçon et imaginait qu'il avait Timothée devant lui.

Alors nous écrirons à Jazon, Pierre et Thibaud pour savoir quand est-ce qu'ils pourront venir aux écuries.
Quant à Cadichon il est aux écuries.


Il releva le nez et éclata de rire en voyant Alexandre sauter dans tous les sens.

Mais pour aujourd'hui je pense que tu devrais aller répondre à Maman. Il ne faudrait pas qu'elle s'inquiète. Après nous irons au champ pour t'entrainer aux joutes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:38

Korydwen

7 Septembre au petit matin

Les portes de Clermont furent enfin en vue, dire que le voyage de retour depuis Muret fut rapide, sans embûche ne serait que mensonge. Ils avaient quitté Muret et puis au bout d'un moment Korydwen les avait perdu et du coup avait retardé le retour et puis un arrêt plus long à Aurillac avant d'arriver à Murat pile le jour de la révolte, passer cinq nuits à essayer de reprendre la mairie et le jour de la reprise découvrir que les brigands étaient partis... Mais elle avait vu Jazon le soir en taverne et elle avait apprécié discuter avec son cousin, et puis boire aussi, ils avaient vu plusieurs muratais et les chopes avaient été fort nombreuses, elle se demandait d'ailleurs comment elle avait réussi à mener le convoi jusqu'à Polignac. Et puis Montbrison, chercher Eléa dans les rues du village, dans la petite maison, la trouver et finalement l'embarquer avec elle à Clermont et lui promettre de se rendre au monastère dès leurs arrivées, Clothilde était toujours là avec elle. Une grande amie venue la chercher jusqu'à Muret. Et puis Thiers et enfin Clermont...

La première chose qui fut faite, fut de donner les écus manquant pour l'appartement, ainsi il faudrait trouver des maçons afin que l'appartement d'Althiof et le sien soit réunis complètement. Un étage entier dans un hôtel rien que pour eux et leur grande famille.

Et puis la direction de l'appartement fut prise, elle en souriait d'avance et contrairement à Matthis qui n'avait pas de clé, elle, elle en avait une. Son fils pouvait être tête en l'air comme elle. Elle grimpa les marches et glissa la clé dans la serrure. Elle resta un moment là, interdite, elle ne savait que penser ? Elle rentrait chez elle, elle allait retrouver ses enfants, mais une carte lui manquait, son époux.

La clé tourna et la porte s'ouvrit sur un appartement encore endormi. Elle pénétra à l’intérieur suivi par Elise, Elise qui prit la direction de la cuisine. Elle se dirigea vers le petit salon et se laissa tomber dans un des fauteuils. Qu'il était bon de se sentir chez soi, auprès des siens, dans un confort qu'elle ne connaissait plus depuis des années. De campement en campement, d'auberge en auberge, de couvent en couvent.


Ma dame.
Elise ? Pitié, ne me dis pas que tu as une missive.
Non. Je me demandais ce que je devais préparer pour ce matin ?
Et bien... Je ne sais pas ce que mon fils a acheté, mais je sais que tu feras au mieux avec ce que tu trouveras.
Bien ma dame.
Elise...
Oui ma dame ?
Merci... D'avoir été là. De ne m'avoir jugé pour ce que j'ai fait.
Je connais vos faiblesses ma dame. Et si certains aiment à appuyer quand ça ne va pas... Je suis contre et je sais pertinemment que ce n'est pas une méthode qui fonctionne avec vous. Cependant. Je crois que je vais vider l'appartement des bouteilles.


Korydwen opina du chef, c'était la meilleure solution, il ne fallait pas qu'elle soit dans un état de délabrement complet devant ses enfants. Et Korydwen avait de plus en plus l'alcool facile et... Quelques réflexes d'alcoolique. Mais elle saurait compter sur Elise.

Merci.
C'est normal. Cela fait quoi d'ailleurs ? 3 jours que vous n'avez pas bu ?
J'ai pris mon dernier verre avec Jazon mercredi soir. Et nous sommes samedi matin. Presque 3 jours.
Avec vos enfants, vous n'y penserez plus.


Si cela pouvait être vrai ? Korydwen et les démons de l'alcool, voilà des années que cela durait, avec des phases plus ou moins fortes, tout dépendait de son humeur, de sa vie et surtout de la présence ou non de son époux. L'absence de ce dernier augmentait la consommation de la Comtesse. Elle était faible, mais devant ses enfants, elle allait devoir être forte...

Un petit déjeuner copieux avait été préparé par Elise, il ne restait plus qu'à attendre l'apparition d'Alexandre et Matthis, Timothée devait encore se trouver à Montpensier et Eléa ? A l'hostel vu que la nuit fut finie là-bas, mais elle saurait venir ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:39

Alexandre



Il fallait répondre à la missive qu'il avait dit Matthis, cependant Alexandre n'avait pas très envie d'écrire.
Il regardait Matthis tout en finissant de manger son gros morceau de brioche.


On a un peu de temps pour trouver une idée.
Et puis on peut demander à Timothée aussi.


Alexandre laissa Matthis pour la journée, il n'écrirait pas.
Il avait laissé le temps filer.
Les jours avançait et il avait du se rendre quelque temps au monastère pour enquêter.
Mais il n'avait rien eu comme résultat.
Il était revenu le 6 septembre, la veille de l'arrivée de Korydwen, mais cela, il ne le savait pas.
Etant donné qu'il n'avait pas écris.

Au matin du 7 septembre, Alexandre comme à son habitude se leva avec le coq.
Il se frotta les yeux, retira ses vêtements de nuit pour enfiler une chemise et des braies avec des beaux bas.
Un peu d'eau sur le visage pour se rafraîchir et finir de se reveiller.
Une douce odeur se répandait dans l'appartement.
Il cligna des yeux, se demandant si Matthis cuisinait ?
Il quitta sa chambre, il entendait des voix et des bruits de pas.
Des voix de dame !

Il se mit à courir jusqu'à la source des voix et là !
Il écarquilla grand les yeux lâchant un


Koryyyyyyyyyy ! Tonitruant dans le petit salon.

Il se jeta pratiquement sur elle alors qu'elle était dans un fauteuil.
Il était si content et bien qu'il soit grand pour lui, il n'en restait pas moins un petit garçon de six ans et demi.
Il se glissa sur ses genoux, enlaça son cou avec ses petits bras et cala sa tête contre son épaule.
Sa deuxième maman était de retour.

Tu ne pars plus, hein tu parles plus ?
Tu restes avec nous ?


Le regard d'Alexandre se fit presque suppliant.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:39

Timothee



Il tenait sa monture par les brides et déambulait dans les rues de la capitale, il se rendit une première fois puis une seconde fois au cadastre, cela faisait un petit moment qu'il n'était pas venu et il s'était perdu, son père lui aurait dit qu'il tenait cela de sa mère, le sens d'orientation qui lui faisait grandement défaut, sauf quand il connaissait. Il laissa donc sa monture en bas de l'hostel et s'assura que le palefrenier allait en prendre grand soin. Il fouilla dans sa besace à la recherche de la clé que Matthis n'avait pas, alors quand on n'a pas de tête, on a des jambes.

Il monta tranquillement les escaliers et alors qu'il allait ouvrir la porte une douce odeur de fruit, de confiture, de lait, de jus de pomme, de brioche, de tartes... Il n'aurait su dire, mais il avait l'impression qu'un festin se préparait. Il poussa la porte et entra, déposa ses affaires dans le vestibule avant d'avancer un peu plus loin.

Il savait que si sa mère était là, elle serait dans le petit salon, parce qu'elle accordait une grande importance à cette pièce, c'est d'ailleurs dans celle-ci que trônait les portraits de la famille. Il avait raison, depuis l'encadrement de la porte il trouva sa mère avec un Alexandre sur les genoux. Timothée était heureux, son plus jeune frère venait de retrouver une mère et c'était important pour lui.

Il s'approcha et se glissa lui aussi à côté de sa mère non sans lui avoir déposer une bise sur la joue.


Bonjour M'man. Tu restes avec nous maintenant ? Ton voyage fut bon ? Et c'est jour de fête ? Cela sent très bon. Elise est revenue ? Elle va s'occuper de faire la cuisine ? Et... Pour ma missive, tu viendras à l'université ?

Timothée regardait sa mère avec un regard pétillant et suppliant, il ne voulait pas parler de cela devant ses frères, il préférait être seul avec sa mère, quoi qu'il aurait préféré en parler avec son père, mais son père n'était pas là, alors le plan B, ou plutôt K, voulait qu'il se tourne vers sa mère.

Tu sais qu'Alexandre est très connu à travers le duché ! Il donne des cours de cheval à Thibaud et puis il tient la boutique d'Hélène dans la grande rue de Clermont !

Et Timothée parlait, parlait, il en avait des choses à raconter à sa mère, mais sans doute qu'Alexandre avait-il fait de même et qu'elle se trouvait ainsi sous une flopée de questions. Il la regarda en souriant. Elle semblait un petit peu plus vieille que dans ses souvenirs, le temps laissa de plus en plus d'empreinte sur le visage de sa mère, mais cela ne l'empêchait pas de la trouver toujours la plus des mamans, parce qu'Isabella était la plus belle des filles ! Deux choses bien différentes, deux notions différentes. D’ailleurs pour en revenir à Isabella. Sans doute que sa mère saurait le conseiller sur ce qui plaisait aux filles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:40

Matthis



Matthis souriait à Alexandre, le petit avait des activités, c'est qu'il fallait, parce qu'il fallait toujours l'occuper ce lascar sinon il faisait des bêtises, comme à Montpensier où il avait lavé ses cochons dans le lavoir du village, trouvant qu'il s'agissait là d'une idée judicieuse. Matthis en riait encore, pauvre village de Montpensier. Il laissa Alexandre vaquer à ses occupations d'enfant et continua à s'occuper de ses affaires d'adulte. Il fallait maintenant qu'il écrive à Grind pour Mirefleurs.

Les jours passaient jusqu'à ce petit matin où il fut réveiller par un hurlement, Alexandre. Il n'avait pas l'habitude de s'exprimer ainsi, sans doute avait-il rencontré Beths quelque part pour prendre cette habitude. Matthis en souriait d'avance, il se leva donc assez prestement et s'habilla. Toujours fort simple ses vêtements. Plus il s'approchait du lieu du hurlement et plus une seconde voix plus distincte se faisait entendre, il s'agissait de celle de son frère Timothée.

Matthis pénétra dans le petit salon et qu'elle ne fut pas sa surprise de voir sa mère déjà fort bien entourée. Il s'approcha d'elle et se frayant un passage entre ses frère lui déposa une bise sur la joue avant de prendre place sur le fauteuil d'en face, c'est que le sien affichait déjà complet et que Matthis n'avait plus vraiment une ossature fluette comme Alexandre ou bien Timothée.

Il tenait plus de son père et sa carrure de souleur commençait à ressembler à celle d'Althiof, bon... Le ventre de la vieillesse en moins, mais cela jamais il ne le dirait devant son père. Il se souvenait trop bien de son unique punition alors qu'il devait avoir quatre ou cinq ans, que son père l'avait attrapé par la chemise, soulevé dans les airs, ses jambes se balançaient dans le vide et qu'il l'avait posé dans le fauteuil et menacé de l'expédié à l'autre bout du royaume dans un truc militaire. Voilà qui était marquant et depuis ce jour Matthis n'avait plus jamais manqué de respect à son père... Sa mère, sa relation n'avait pas toujours été au beau fixe, mais cela allait mieux maintenant.


Bonjour ! Je ne t'attendais que dimanche, c'est ce que tu m'avais dit dans ta missive. Mais je suis bien heureux de te voir. Ton voyage fut bon ?

C'est à ce moment là qu'Elise choisit d'entrer dans le petit salon avec un plateau chargé de bonne chose, une brioche, enfin ce qu'il restait d'une brioche, comme Alexandre avait tendance à se nourrir exclusivement de cela et puis des confitures, des pommes cuites... Des tas de bonnes choses.

Et... Eléa ? Elle n'est pas là ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:41

Korydwen

Finalement, n'aurait-elle pas fait mieux de rester à Montbrison pour se reposer un peu ? Sourire aux lèvres en y pensant, après tout le bord du lac de Montbrison, le calme, la fraîcheur et un peu de pêche également pour fournir du poisson qui semblait tant manquer. Mais non, l'appel de la famille était tellement plus important que le reste, comme disait Al, ils se reposeraient quand ils seraient morts, enlacés l'un et l'autre dans une boîte en bois, mais dans bien longtemps, très longtemps, c'était tellement mieux. Vivre longtemps et heureux !

Des bruits de pieds sur un plancher qui grince, Korydwen sourit, voilà bien longtemps qu'elle n'en avait plus entendu, les enfants grandissant, qu'il lui semblait loin le temps ou Eléa, Matthis et Timothée haut comme trois pommes à genoux se mettaient à courir partout, des parties de cache-cache endiablées... Et un cri. Le petit dernier qui allait sur ses sept ans. Ses bras enlacèrent l'enfant qui bien évidemment avait mille et une question, elle avait l'impression qu'il ne savait pas par où débuter. Mais pas le temps de lui répondre que son Timothée arrive lui et se fait une petite place à côté d'elle, elle le regarde en souriant et ne peut s'empêcher de le regarder et d'observer le portrait de lui enfant.

Plus il grandissait et plus il ressemblait à son père, il avait les yeux et le regard de son père, elle déposa une bise sur son front avant de voir son fils aîné débarqué, sans doute venait-il de se lever vu sa coiffure. Et des questions, des tas de questions. Par quoi commencer ? Elise arriva avec de quoi se remplir l'estomac, voilà qui était parfait pour débuter.

Elle attrapa un bout de brioche.


Bon. Vous en avez fini ? Puis-je parler ? Je ne pars plus Alexandre. J'ai des gardes à faire ici à Clermont et puis je dois également m'occuper de nos Terres et du monastère de votre père.

Elle croqua dans la brioche avant de continuer à répondre aux questions, un véritable interrogatoire pour l'adjointe au prévôt qu'elle était.

Mon voyage fut très bon. Nous n'avons croisé aucun brigand. Jour de fête ? Je dirai jour de retour avec des tas de projets avec mes enfants, est-ce suffisant Timothée pour dire que cela est jour de fête ? Oui Elise est de retour et elle va s'occuper de vous faire à manger ce que vous aimez, mais il faudra lui dire et...

Avisant Alexandre, l'ami des animaux.

Que quelqu'un l'accompagne au marché avec Cadichon pour porter les divers achats. Votre père veut que je fasse une cure de viande pour reprendre des forces.

Puis regardant à nouveau Timothée, elle allait attraper un sacré torticolis à tourner de la tête ainsi.

Et pour l'université, oui j'irai, il me faut emprunter quelques livres, j'irai voir le bibliothécaire qui saura j'en suis certaine me conseiller.

Et puis il fallait de nouveau revenir à Alexandre et ses prouesses.

Tu donnes donc des cours ? Matthis t'as tout appris ?

Korydwen posa ses prunelles sur Matthis, légèrement inquiète.

Tu lui as appris le galop ?

Elle espérait que non, elle jugeait cela trop dangereux, déjà savoir Alexandre sur un cheval seul l'inquiétait alors si en plus il galopait. Elle espérait que son aîné ait été comme il le lui avait promis, garant de la sécurité des plus jeunes.

Je suis contente qu'il s'entende bien avec Thibaud, c'est un cousin pour vous aussi le fils de Jazon et Gypsie. A la boutique ! Il faudra que j'aille y jeter un petit coup d'oeil également !

Et puis enfin, terminer par Matthis, piouf... Epuisée ? Un peu oui, la marmaille fatigue. Enfin là, ils ne sautaient pas dans tous les sens.

Je me suis trompée... J'ai mal lu la carte. Pas un mot à votre père sinon il va encore rire de moi. Eléa est ici, je lui ai donné rendez-vous devant le monastère de son père. Mais je suis passée vous chercher d'abord.

Donc finissons ce petit déjeuner et ensuite nous irons au monastère.

Et de servir ses enfants, elle ne voulait pas qu'ils soient affamés et comme toute mère qui se respectait, elle se chargeait de remplir assez copieusement les assiettes de bois. Puis elle se tourna vers Matthis, à son tour de poser des questions.

As-tu eu des nouvelles de Grind pour les vignes de Mirefleurs ? Et de Neschers ? Il va me falloir aller voir le Héraut. Il semblerait que nous soyons usurpateur de titres et cela depuis des années...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:41

Alexandre



Un moment en famille ou presque !
Mais un jour ils réussiraient à être tous là, Alexandre en était persuadé.
Il vit avec plaisir Timothée arriver enfin à Clermont, cela faisait des jours et des jours qu'Alexandre l'attendait !
Et puis Matthis avec sa tête de mal réveillé.
Alexandre le regarda avec un large sourire et plaqua ses mains sur sa bouche pour ne pas rire.
Et puis Elise et le petit déjeuner ! Digne des banquets de Lucie !
Les yeux ronds d'envie de brioche, Alexandre attendit cependant.

Il était rassuré Korydwen n'allait pas repartir tout de suite.
Il espérait bien être du voyage la prochaine fois qu'elle partirait et puis qu'Althiof reviendrait lui aussi.


Ah oui !
Moi !
Moi !
Moi !


Il se leva et quitta les genoux de sa mère pour se planter devant elle.

Je peux ?
Dis hein que je peux !
Que je peux aller avec Elise au marché !
Je pourrai tenir Cadichon par la longe !
Et on ira acheter de quoi faire un grand repas et on invitera Thibaud !!


Alexandre se mit à tourner sur lui-même.

Et puis Lucie !
Et Jehan !
Et Gypsie !
Et Isabella !
Et Pierre !
Tout le monde !
Et Jazon, mais il est en voyage !


Impossible, il faudrait faire un second banquet !
Alexandre se gratta le menton avant d'attraper ce que sa mère lui tendait, une assiette en bois pleine de nourriture.
Il s'installa en tailleur près de la petite table et mangea pour ne pas tout renverser et se faire gronder.


Non pas tout appris !!
Que le pas et le trot !
Il ne m'a pas appris le galop ! Parce que j'suis trop petit !


Répondit-il avant d'engloutir un gros morceau de brioche.
Il écouta la suite en se dépêchant de finir son petit déjeuner pour aller avec Elise au marché !
Et puis surtout passer aux écuries pour récupérer Cadichon !!




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:42

Timothee



Timothée attendait là, à côté de sa mère, Matthis était arrivé, il ferma les yeux, espérant qu'il ne cafarde pas concernant Isabella, c'était assez compliqué comme cela, enfin non pas compliqué, mais c'était son affaire à lui, son histoire, sa vie, alors même si Matthis l'avait aidé en lui donnant un coup de pouce, il s'estimait assez grand pour en discuter d'homme à homme, enfin d'homme à femme avec sa mère.

Oui ! Alors c'est jour de fête.

Timothée était content, ravi, la dernière fois qu'il avait passé du temps, beaucoup de temps avec sa mère, il devait avoir 7 ou 8 ans, après Korydwen était tombée gravement malade, elle n'était plus là, elle était au couvent et puis Papa était allé la chercher alors qu'il venait tout juste de fêter ses douze ans. Mais elle était partie pour un premier front en Anjou et puis à Orléans et puis à Muret, les années passaient et filaient. Timothée souriait, il voulait rattraper le temps qu'il lui avait été volé avec sa mère, mais était-ce possible ?

J'ai envie de manger du cochon grillé ! Tu sais comme quand on faisait les vendanges à Mirefleurs.

Timothée se souvenait, cela lui manquait terriblement. Il en gardait de très bons souvenirs, surtout quand il avait écrasé le raisin en sautant dans la grande cuve, qu'il avait sali ses vêtements et que son parrain l'avait grondé en disant que ce n'était pas très gentil de salir ses vêtements, et puis il se souvenait de sa mère qui lui avait dit qu'il s'agissait de vieux vêtements et qu'il pouvait continuer. Est-ce que sa mère avait prévu une petite chose pour les vendanges ? Il l'espérait, et même si tout le gratin ne venait pas, en famille.

Et puis quand elle parla de Cadichon, Alexandre explosa et Timothée éclata de rire, voilà comment il aimait voir son frère et sans doute que leur mère l'autoriserait à aller au marché avec Cadichon. Et puis sa mère allait venir à la bibliothèque, il pourrait lui présenter Isabella sans doute aucun, mais peut-être qu'elle la connaissait déjà. Toujours est-il qu'il finit son petit déjeuner pour ensuite aller au monastère et retrouver Eléa !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:43

Matthis



Ils avaient tous tellement de choses à dire, des retrouvailles chaleureuses, ne manquait qu'Eléa et Althiof, mais il savait qu'un jour ils réussiraient tous à être ensemble. Puis voyant la mine de sa mère concernant le galop, Matthis s'apprêta à répondre, mais un nain de jardin tout excité se mit à bondir pratiquement partout dans la pièce à l'idée d'aller au marché avec l'âne Cadichon. Il confirma de ce fait les dires d'Alexandre.

Non pas de galop ! Il est trop jeune et je tiens à garder la tête sur mes épaules.

Matthis regarda sa mère avec un grand sourire, il ne fallait pas jouer avec les nerfs de sa mère au risque d'en perdre la tête. Et une fois de plus, il découvrit que sa mère n'était pas douée avec les cartes, depuis tout petit il entendait son père râler à propos de cela, il faisait même les chemins sur les cartes pour sa mère, Matthis lui demandait à chaque fois et à cela son père lui répondait "pour pas que ta mère nous perdre, tu verras mon grand quand tu grandiras, le sens légendaire d'orientation des femmes". Petit il n'avait pas tout saisi, mais en ce jour, il venait de comprendre.

Grind disait que les vendanges seraient plus pour le début du mois d'octobre et Neschers non rien. Il faudrait que tu ailles voir Auvergne.

Matthis haussa les épaules, toujours un pépin avec la noblesse ou alors était-ce certaine personne qui aimait à casser les pieds... Fort possible aussi, il est vrai que retiré des terres à des gens qui les tiennent parfaitement bien est une bonne raison, alors que d'autres... Bref, Matthis et la noblesse... Finissant son petit déjeuner.

On y va ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:44

Korydwen

Elle était heureuse de retrouver ses fils, en chacun d'eux elle voyait une part de son époux retenu chez les moines et puis en regardant Alexandre, elle voyait ses cousins, Ambris et Aellfall, ils lui manquaient terriblement et sans doute encore plus à Alexandre, mais elle n'en parlait pas avec lui, sans doute qu'en grandissant il serait plus demandeur. Il fallait maintenant organiser une sortie au marché, il faudrait voir avec Elise quand est-ce qu'elle comptait y aller afin qu'Alexandre puisse l'accompagner avec l'âne. Korydwen pourrait organiser cela. Il faudrait que ses fils s'occupent de lui dire ce qu'ils désiraient manger.

Très bien Alexandre, nous organiserons donc une journée au marché de Clermont.

Et puis Timothée voulait du cochon grillé, elle en ferait part à Elise, quitte à faire griller le cochon dans la grande cheminée de l'appartement, appartement qui sentirait le cochon grillé, mais qu'à cela ne tienne, Korydwen s'en fichait, le tout était d'apprécier les moments en famille et de prendre du plaisir tous ensemble, et puis si son appartement n'était pas à la hauteur du dernier parfum tendance à Paris, elle s'en fichait. Il aurait l'avantage d'être unique en son genre.

Et Matthis semblait fort pressé d'aller au monastère, mais Korydwen se sentait un peu fatiguée après ses retrouvailles. Elle se leva pour s'approcher de son fils aîné et deposant une bise dans sa chevelure.

Nous irons demain matin mon grand, je vais faire prévenir ta soeur. Je suis fatiguée pour l'heure, j'ai besoin de prendre un peu de repos.

Elle embrassa ses fils et se dirigea vers sa chambre, son lit serait grand sans son époux, elle s'y allongea et dormit une grande partie de l'après-midi, laissant ses fils dans l'appartement, elle entendait leurs pas et leurs voix, elle ne comprenait pas tout, mais cette ambiance lui avait terriblement manquer, l'appartement reprenait vie et cela lui plaisait beaucoup, enfin elle se sentait chez elle, après tant d'année loin des siens.

La journée se termina dans la bonne humeur, Elise trouva à faire un véritable banquet pour cette première soirée, bonne humeur, blagues, questions, discussions, Timothée et Matthis avec leur duel, Alexandre la suppliant d'aller à la boutique et puis finalement lorsque les bougies durent presque terminées, chacun regagna sa chambre et son lit et la nuit fut plus calme, laissant l'appartement se réveiller sous un nouveau jour... Celui de l'assaut du monastère...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:45

Korydwen

Bien des jours plus tard, le temps passait, elle s'occupait, prenait des gardes à la prévôté, complétait les groupes tard le soir, elle était souvent seule avec Lamoth à faire des tours sur les remparts et puis il y avait la chancellerie, elle avait tâché de rassembler les documents concernant l'affaire Berry/Bourgogne afin qu'ils puissent en garder une trace, elle songeait à son futur voyage en Bourgogne, elle espérait pouvoir traîner son époux qui sortirait de son long sommeil. Et son regard se tournait toujours vers ce misérable monastère. Soupirant, encore et encore, haussant les épaules.

Elle espérait que le défis qu'elle avait lancé à la prévôté fonctionnerait et que les avis de recherche la feraient rire, elle imaginait déjà les portraits de son époux, quelle couleur pour la chevelure ? Musclé ? Avec son petit ventre de bière ? Ses poignées d'amour ? Elle se laissa tomber sur son siège, elle réfléchissait encore et encore, il y avait eu cette réunion des Serna et la tournure qu'elle avait pris... Et puis, il lui fallait préparer son départ prochain pour chez les soeurs.

Ou plutôt... Chez les moines, elle avait bien une petite idée pour se débrouiller et intégrer le monastère de son époux. Elle avait déjà faussé compagnie à des bonnes-soeurs, elle comptait berner les moines maintenant.

Le jeune Basile était parti à la mine, il aimait à y aller et parfois, voir même très souvent, Korydwen était obligée de le freiner sinon il y passerait ses journées, ce n'était qu'un enfant. D'ailleurs, Korydwen réfléchissait et se demandait de plus en plus si elle ne devrait pas l'envoyer quelques fois par semaine chez les moines pour qu'il apprenne à lire et à écrire ainsi qu'à compter afin qu'il puisse être peut-être autre chose qu'un mineur plus tard.

Cet enfant, elle avait appris à l'apprécier avec le temps, le fils adopté d'Elise et Théodon, c'est ce qu'ils lui avaient dit quand elle l'avait ramené, il faudrait leur en parler à Elise et Théodon. Elle nota cela sur un coin de parchemin. Elise était partie au lavoir avec Alexandre et Cadichon. Matthis était... Où était donc son fils aîné ? Korydwen ignorait de savoir, Timothée sans doute à la bibliothèque.


Bien ! Ne te laisse pas abattre Kory ! Aujourd'hui a lieu ton anniversaire de mariage ! Va donc festoyer !

Elle se leva et se décida à aller... Et bien là où ses pas la guideraient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:45

Basile



Basile avançait doucement jusqu'à l'appartement, il avait récupéré ses quelques écus, il les donnerait à Elise qui lui en redonnerait un, Basile récupérait un écu d'argent pour lui par journée à la mine et deux écus le dimanche afin qu'il puisse en donner un à la quête. Durant le chemin il discuta avec Alexandre, demandant au petit garçon ce qu'il avait appris dernièrement.

Une fois devant la lourde porte en bois séparant la cour des appartements de la rue, Basile se secoua une seconde fois afin de ne pas rapporter trop de poussière dans l'appartement, mais il savait bien que cela était inutile et qu'il n'allait pas échapper au bain et rien que pour cela il serait bien parti en courant. Généralement l'eau était froide ou tiède, cela dépendait d'Elise et de la façon dont elle trouvait qu'il était crotté et après elle le frottait partout et partout, Basile redoutait de se laver.

Il monta les escaliers et poussa doucement la porte, porte qui n'était fermée que la nuit puisque la journée, il y avait toujours quelqu'un dans l'appartement. Basile garda sa besace dans ses mains et se dirigea vers la cuisine où il était certain de trouver celle qui était sa mère de coeur.


Elise je suis de retour.

Il lui tendit la petite bourse, sa main était pleine de terre et complètement écorchée, il toussota une nouvelle fois, crachant presque ses poumons.

Tu voulais me voir et madame aussi ?

Basile regarda Elise avec un regard interrogateur, il ne voyait guère Korydwen dans la cuisine, sans doute était elle occupée dans le petit salon avec son professeur de musique, mais il avait beau tendre l'oreille, il n'entendait guère de musique. Il ne posa cependant pas la question qui pourtant voulait sortir de sa bouche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:46

Elise



Elise s'était levée de fort bonne heure ce jour-là, bien avant que le coq ne chante, elle tournait et retournait dans son lit depuis un petit moment, la discussion de la veille avec la Comtesse concernant l'éducation de Basile n'y était sans doute pas indifférente, elle était si heureuse et émue et pourtant jamais elle n'aurait douté du coeur de la Comtesse concernant les enfants. Elle s'était préparée et se décida à s'activer dans la cuisine. Lorsqu'Elise était angoissée et qu'elle attendait une réponse ou un verdict cette dernière avait besoin de cuisiner pour évacuer son stress et autant dire que ce jour-là, cela ne serait pas un repas préparé en toute simplicité, Elise s'apprêtait à cuisiner un banquet.

Elle attrapa de quoi faire tous les bons petits plats que la famille appréciait tant, de la compote, de la brioche, du poulet à la broche, de la poule au pot, de la potée, sans oublier les plats de charcuterie et de fromage ! La grande pièce à manger de l'appartement serait délicieusement décorée et la table copieusement garnie. Elise coupait, tranchait, arrangeait, sauçait.

Elle ne vit pas le temps passer, juste entre aperçu la Comtesse venant prendre son petit déjeuner et puis juste avant le repas du midi, juste avant que le clocher de l'Eglise ne sonne, Basile arriva dans la cuisine, Elise le dévisagea de la tête au pied.


Par tous les saints ! Le filon de la mine était particulièrement sale !

Elise attrapa un linge de maison et le plongea dans l'eau froide et commença à débarbouiller son garçon frottant pour enlever la crasse.

Tu ne vas pas aller voir la Comtesse dans cet état ! Viens !!

Elise attrapa le bras de son garçon posa la bourse sur la table de travail et l'entraîna du côté de leur lieu de vie, elle poussa la porte de la petite pièce qui servait de chambre à Basile et lui intima l'ordre de s'asseoir sur le tabouret, elle commençait ses nombreux aller et retours pour remplir le baquet d'eau.

Allez hop ! Dans le baquet ! Et quand je reviens je veux que tu sois tout brillant pour aller voir ma Dame.

Et Elise de récupérer les vêtements sales et irrécupérables de son fils, ils allaient alimenter un feu. Elle laissa Basile se débrouiller non sans lui avoir montrer dix fois où se trouvait le pain de savon. Elle était quelque peu préoccupée, la toux de son garçon prenait une allure qui ne lui plaisait guère, il fallait qu'elle en parle à Théodon. Et c'est toujours lorsque l'on parle du loup, que l'on en voit la queue. Elise croisa son époux dans le couloir.

Théodon !
Ola ! Mais tu es toute en sueur ! Aurais-tu vu un revenant ?
Mais non ! J'ai été cherché de l'eau pour que notre Basile se fasse beau et propre.
Il va discuter avec la Comtesse !
Oui, mais il m'inquiète !
Pourquoi donc ? C'est un bon garçon qui connait la valeur du travail !
Ce n'est pas ça !
Alors explique-moi Elise ! Je ne suis pas encore druide-devin !
Il tousse !
Il a attrapé froid ?
Non ! La toux des mineurs !
Tu penses vraiment ?
Pardi ! Toute cette poussière ! Il travaille trop dans cette mine !
Elise calme-toi !
Mais enfin Théodon !
Tu n'as qu'à en parler avec ma Dame tout à l'heure ! Et si il faut je me rendrai à la mine à la place de Basile le temps que ses poumons se fassent une nouvelle santé !
Oooh !


Et Elise gratifia son époux d'un tendre baiser ! C'est d'ailleurs sur ce baiser que Basile sortit de sa chambre, brillant comme un sous neuf, mais en tenue d'Adam ou presque.

Rhhooo Basile ! Enfin ! Est-ce une tenue ?

Elise éclata de rire et alla donner à son garçon une paire de brais et une chemise ! Décidément, il était bien rêveur !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:46

Basile



Sans que le gosse ne puisse dire quoi que cela soit, voilà qu'Elise le trainait jusque dans sa petite chambre où il ne faisait que dormir et qu'elle lui ordonna pratiquement de se glisser dans ce baquet d'eau légèrement froide. Basile obéit non sans s'énerver intérieurement, mais il ne dit rien, bien trop peur de se retrouver dehors alors que l'hiver approchait. Elise était partie avec ses vêtements, il plongea le petit orteil dans le baquet d'eau fraîche.

Froid !

Mais bon, il fallait être courageux, terriblement courageux, ni une ni deux il ferma les yeux et plongea entièrement son pied dans le baquet, puis le deuxième, la jambe et enfin tout son corps. Il attrapa le linge pour se laver et le pain de savon qu'Elise lui avait montré au moins une dizaine de fois. Il se frotta rapidement afin de ne rester que quelques instants dans ce baquet d'eau fraîche, l'eau devenait noire, il finit par sortir et se sécher avant de chercher Elise puisqu'elle était partie avec ses vêtements. Il n'avait pas réfléchit, ni même penser à aller voir dans sa petite armoire, Elise lui sortit de quoi se vêtir et Basile les enfila. Avec ses mains il aplatit ses cheveux avant de prendre la direction du petit salon où la Comtesse aimait à passer du temps.

Basile trouvait la pièce joliment décorée, et des portraits de la famille il y avait sur les murs, Basile découvrait ainsi ce qu'était qu'une vraie famille, des parents qui s'occupent de leurs enfants, sa mère était morte en couche et son père mort à la guerre à Muret, il avait toujours vécu avec son père avant qu'Elise et Théodon ne le prenne à leur charge, il faudrait aller mettre à cierge pour remercier le ciel de lui avoir permis de croiser le chemin de la Comtesse. Elle se trouvait assise dans un fauteuil qui avait l'air bien plus moelleux que son petit tabouret de bois, mais il ne se plaignait pas, elle tenait un verre à la main contenant un fond de liquide ambré et elle lisait une sorte de journal.

Basile resta dans l'encadrement de la porte comme Elise lui avait appris, attendant une invitation à entrer dans la pièce, bien que la famille soit fort gentille, il fallait respecter les règles pour ne pas les mettre dans l'embarras. Il croisa ses bras dans son dos et d'une voix claire s'adressa à la Comtesse.


Ma Dame voulait me voir.

Elise était sur les talons de Basile et il sentit une paire de main se poser doucement sur ses épaules.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:47

Korydwen

La veille elle avait fêté dignement son anniversaire de mariage, elle serait bien aller jeter une bouteille de vin contre ce maudit monastère, mais elle s'était gardée de le faire, elle avait trouvé une autre idée, et c'est tout naturellement qu'elle en avait parlé à Elise, Elise qui ne l'avait pas contredit et qui au contraire avait trouvé l'idée excellente. La Comtesse était donc installée dans un fauteuil douillet en tissu rouge, elle affectionnait particulièrement le rouge et si elle pouvait décorer l'appartement à son goût, elle ne se privait pas, ne disait-on pas que les absents avaient toujours tort ?

Elle inaugurait les verres que lui avait offert son cousin Duncan, un gaélique ou écossais ? Un picte ? un Mac quelque chose ! Plus tard un Mac de la pomme deviendrait fort célèbre. Toujours est-il qu'elle avait ouvert la bouteille de verre et qu'elle s'était versée un fond de cet alcool fort, le faisant tourner tout en observant la belle et douce robe ambrée avant de plonger ses lèvres dans ce délicat nectar, l'alcool se faisait sentir, l'odeur était originale, mais elle savait qu'elle allait apprécier cette boisson avec modération. Elle attrapa également le journal bourguignon que son cher coursier lui envoyait depuis la Bourgogne.

Elle appréciait ce petit moment de quiétude, Eléa était au châtea ou à la chancellerie, sa procureur de fille et là encore, elle eut un pincement au coeur, Althiof ne voyait pas cela, il n'était pas là pour les premiers pas en politique de sa fille, ni pour travailler avec elle. Elle lui raconterait de toute manière, elle lui raconterait tout, le pauvre... Son fils Matthis ? Elle regarda par la fenêtre, au fond d'elle, elle savait qu'il s’entraînait avec sa monture , peut-être qu'il demanderait à repartir et en cela Korydwen ne pourrait s'y opposer. Timothée à la bibliothèque ou avec Isabella, voir les deux. Elle souriait tout en trempant ses lèvres dans son verre, elle était contente et d'autant plus depuis que Carmen lui avait annoncé que son fils voulait devenir médecin, le travail serait dur, mais elle avait confiance en lui. Et Alexandre ? Korydwen l'avait envoyé chercher Basile à la mine, sans doute était-il aux écuries avec les animaux.
Relevant la tête au son de la voix de Basile, elle lui sourit posa son journal et son verre pratiquement vide.


Entre Basile je t'en prie.

Elle fit également signe à Elise pour que cette dernière s'installe aux côtés du garçon.

J'ai discuté hier soir avec Elise. Je désirai lui faire part d'une idée et d'un projet. Je sais que tu ne sais ni lire, ni écrire et Elise s'oppose à ce que tu es un précepteur, elle veut t'éduquer selon ses propres moyens.

Korydwen gratifia Elise d'un large sourire. Elise en adoptant Basile s'était toujours refusée à bénéficier de la noblesse de la Comtesse et des fonds des diverses demeures, elle voulait offrir à son fils quelque chose qui venait d'elle.

J'ai donc respecté sa décision, décision que j'ai trouvé tout à son honneur. J'ai donc cherché un endroit où tu pourrais apprendre à lire et à écrire et, j'ai eu cette idée, celle de t'envoyer chez les moines avec d'autres enfants. Des enfants comme toi, de ton âge.


Quel monastère ? Et bien justement, celui d'Althiof, autant joindre l'utile à l'agréable.

Ainsi en sachant lire et écrire, tu pourrais aider Elise à faire les listes pour le marché ou encore Théodon lorsqu'il fait les inventaires ou écrit aux divers intendants des Terres de ma famille.

Korydwen lui sourit, espérant que cette idée le séduirait, il était déjà fort âgé, mais Korydwen ne doutait pas de sa volonté et espérait qu'avec du travail, de la rigueur et de l'aide, il s'en sortirait.

Et deuxièmement, je souhaiterai de confier une mission pour le moins importante. Le monastère où tu te rendras quotidiennement, sauf le dimanche est le monastère où est s...

Non, elle ne pouvait dire séquestrer, elle resta interdite un moment avant de reprendre la parole.

Où séjourne mon époux depuis trois mois maintenant. J'aimerai que tu t'assures et essayes de voir si il se porte bien et... Si jamais tu apprenais des choses déplaisantes je tiens à en être informée afin d'essayer de faire ce que je peux...

Korydwen attendit des remarques, réflexions de la part de Basile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:48

Basile



L'invitation de la Comtesse ne tarda pas, mais Basile resta un moment interdit, il ne savait pas trop ce qui l'attendrait, il s'avançait doucettement jusqu'au fauteuil où la Comtesse se trouvait. Les mains croisées dans le dos, droit comme un "i", il attendait de voir ce qu'elle avait à lui dire. Son regard allait de Korydwen à Elise, tout en écoutant ce qu'elle lui disait, ainsi elle désirait lui apprendre à lire et à écrire, c'est que Basile n'en avait jamais trop eu l'utilité, si ce n'est parfois à la mine, les annonces, il allait voir le maitre de la mine pour qu'il lui lise.

Les moines ? Il allait apprendre à lire et écrire chez les moines ? Il planta son regard dans celui d'Elise, espérant ne pas être obligé de devoir devenir un moine à son tour. Mais l'idée de rencontrer des enfants comme lui lui plaisait, des enfants simples et moins âgés que ceux de la Comtesse, il y avait bien Alexandre, mais Alexandre était beaucoup plus jeune que lui. Il fut soulager lorsqu'elle lui expliqua que c'était pour aider "ses" parents.

Ravi, enthousiaste, et tant d'autre qualificatif pouvait décrire l'état de Basile, il aurait sauté au cou de la Comtesse pour la remercier de son geste.


D'accord. Je vous remercie de faire tout cela pour moi. J'espère ne pas vous décevoir et d'aider au mieux Elise et Théodon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:48

Korydwen

Korydwen regardait Basile, les traits de son visage trahissaient parfois une pointe d'angoisse, ou bien un joie difficilement dissimulée, elle fut ravie qu'il accepte, elle regarda Elise avec un large sourire.
J'ai foi en toi Basile ! Je sais que tu réussiras, tu es travailleur. Tu peux filer t'occuper des affaires d'enfants de ton âge.

Elle le regarda prendre ses jambes presque à son cou, ne désirant pas s'éterniser ici, préférant sans doute aller jouer ou bien retrouver des amis mineurs pour jouer aux billes d'argile. Elle se tourna vers Elise, sur ce geste Théodon arriva dans la pièce avec un pli.

Madame, pour vous. Cela vient de la Hérauderie.

Korydwen sentit son cœur bondir dans sa poitrine, il battait comme rarement il ne l'avait fait. Dans ce petit pli, une simple réponse, qui pouvait être lourde de conséquence.

Merci Théodon.

Elle attrapa le pli fébrilement, manquant de le faire tomber plusieurs fois par terre. D'une main peut délicate du fait de sa fébrilité, Korydwen tenta d'ouvrir le parchemin, faisant sauter difficilement le cachet de cire. Elle examina et sans qu'elle ne s'en rende compte, des larmes de tristesse s'échappaient de ses yeux sans qu'elle ne puisse rien faire contre. Ce n'était guère le titre, c'était l'histoire de cette seigneurie. Elle se laissa tomber dans son fauteuil.

Elle se revoyait, enceinte d'Eléa, quelques mois après son mariage, l'anoblissement d'Azdrine, la baronnie d'Usson et puis, un soir il était venu, elle se souvenait encore de ses paroles, à jamais gravées dans son esprit et dans son cœur. Il voulait savoir si cela ferait plaisir à Althiof que de devenir son vassal, elle lui avait dit que oui, elle lui avait dit que son époux se plaisait à la maréchaussée avec lui, et il lui avait demandé de garder le secret jusqu'au jour où aurait lieu l'anoblissement, alors elle n'avait rien dit et pourtant elle aurait aimé. Et puis... l'Anoblissement, la naissance d'Eléa, le baptême d'Eléa de Neschers, elle avait encore l'invitation qu'Ondine avait dessiné pour l'occasion... Et puis les années avaient passé, mais l'attachement du cœur à Neschers était toujours là. Reprenant un peu plus contenance.


La Hérauderie reprend Neschers, Neschers retourne sous le giron d'Usson et Usson n'a pas de Baron, ni de Baronne... Nous y avons des affaires, il va falloir penser à les ramener dans quelle demeure je ne sais pas...

Agitant la lettre devant son visage parce qu'elle avait subitement chaud, l'émotion de la situation.

Et il va me falloir trouver une façon de l'annoncer à mon époux.

Là encore, elle regrettait son absence, elle avait fait tout son possible pour tenter de faire valoir des droits qu'ils n'avaient jamais eu, mais la Hérauderie est impénétrable ou tout du moins ses voix. Et les gens ? L'intendant ? Qu'allaient-ils devenir ?

Bien... Vous ferez passer une annonce concernant mon besoin de petites et plus grandes mains pour déménager de Neschers à... Quand j'aurai trouvé. J'irai à Neschers, j'irai voir mes gens, mes anciens gens... Et leur demanderait si ils désirent rester avec nous, nous leur trouverons du travail ici ou bien à Cournon ou à Mirefleurs.

La vie était une bataille de chaque instant, la vie... Était parfois bien épuisante, surtout quand vous deviez vous battre avec une moitié au monastère. Elle aviserait comme toujours et elle ferait au mieux pour les siens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   Sam 6 Sep - 2:49

Korydwen

Au détour de Challiers en Bourbonnais-Auvergne. Vers le 25 décembre ou un truc comme ça !

Les Seigneurs partent, mais les Terres restent... Furent les seuls mots que la Comtesse lâcha dans le coche qui la ramenait vers son appartement de Clermont, il était tard et elle était épuisée par cette journée, journée il est vrai joyeuse, un anoblissement à l'arrache, elle n'avait prévenu personne, elle s'était simplement pointée et avait ployé le genou devant son neveu adoré : Sémias. Elle était ainsi sa vassale et elle savait que cela ferait grincer des dents et elle en riait d'avance. Un poil sadique ? Lire et relire deux missives, une courte et une plus longue, l'esprit perdu..

Bien des minutes ? Heures ? Elle n'avait plus grande notion du temps, si ce n'est qu'elle ne savait plus par quoi commencer ? Ecrire ? Partir ? Et puis, elle n'avait plus sa moitié, enfin temporairement... Le regard en direction de cet idiot de monastère qui le retenait et dont elle n'avait réussi à la sortir.

Nous sommes arrivés ma dame.
Où donc ?
Chez vous !
Chez moi ?


Allô la Terre ici Mars ! Jupiter appelle Korydwen ! Quand je vous disais au début de cette narration que la Comtesse était épuisée... Heureusement que le narrateur est là pour veiller au bout déroulement de cette aventure. Korydwen installée dans son coche, une missive dans chacune de ses mains devant...

Le 3 rue de la Prévôté à Clermont en Bourbonnais-Auvergne - Toujours le 25 décembre ou part là ! Mettons le 26, elle aura passé le 25... Euh... A festoyer ?

Elle gravit les escaliers, se demandant qui elle allait trouver ici, sa fille ? Ses fils ? Alexandre ? Non ! Alexandre était en retraite son retour était prévu pour février, il voulait apprendre des choses au contact des moines. Elle poussa la porte et tomba pratiquement sur sa brave Elise.

Ma dame ! Vous avez une mine affreuse !
...
Que se passe-t-il ?
...
Mais ?!


Déconfite devant sa Comtesse, Elise se serait presque mise à genoux pour l'implorer de décrocher un mot. Prenant une longue et profonde inspiration, Korydwen la fixa.

Timothée est-il là ?
Pour sûr qu'il est là !
Bien ! Dis-lui que je l'attends dans mon bureau et vite !
A-t-il fait quelque chose de mal ?
Non, ma bonne Elise. Il n'a rien fait. Pas encore. Nous verrons ce qu'il fera face à ce que je vais lui dire.
Fort bien madame.


Elise s'inclina et n'en dit pas plus, et partit en direction de la planque de Timothée. Korydwen quant à elle, se dirigea vers son bureau et se laissa tomber lourdement dans son fauteuil.

A nous deux. Ou plutôt trois.

Elle se contenta d'étaler les missives devant elle et les relut une énième fois avant de prendre de quoi écrire.

Citation :
A vous mes Suzerains adorés,


Si je prends ma plume ce jour, c'est pour vous informer que votre Vassal mais néanmoins époux est malade, très malade.

Je ne vous demande pas de venir jusqu'à Carbonnieux, même si j'en crève d'envie. Néanmoins, je ne vous cacherai pas ma très grande inquiétude.

Je sais, j'en demande beaucoup mais je n'alerterai pas le proche entourage si c'était un simple rhume.

Pour ma part, je serai là-bas après la Saint-Noël.

Qu'Aristote vous garde,

Aiguemarine,
Votre dévouée & pire Vassale

Citation :
De moi, Korydwen de Toggenburg-Marigny,
A toi, Aiguemarine de Meyran,

Que dire dans ces moment-là ? Rien, alors il me faut venir et sache que je compte partir dès ce soir ! Je dormirai dans mon coche, je ne suis pas encore au stade de la vieille peau en décomposition au fin fond de son lit encore qu'il soit fort confortable.

As-tu déjà du monde à tes côtés ? Et les enfants ? Et... Thomas ? Mon filleul ? Les meilleurs médecins ? Bref... Depuis l'arrivée de ta missive son état a du changer.

Je viendrai cependant seule... Mon époux, ton cher suzerain a décidé de devenir moine, enfin, c'est une simple hypothèse, mais depuis juillet qu'il est dans ce monastère, je commence très sérieusement à m'inquiéter pour lui... Mais passons, on dira qu'il va prier pour nous ou picoler ! Prends l'option qui te conviendra le plus !

Avec toute mon affection.
Korydwen

Et d'une missive, et la seconde... Relecture, méticuleuse, pour vérifier qu'elle a bien tout compris et puis un...

Nan mais tu veux rire ! Mon fils acceptera tes excuses à Carbonnieux ! Dusse-t-il le faire sur ton cadavre encore chaud ! Et tu vivras assez pour les lui présenter de vive-voix ou à défaut à vive-geste ! Non mais pour qui te crois-tu Nictail de Meyran !!

Sans doute fallait-il que cela sorte de la bouche de la Comtesse, sans doute fallait-il qu'elle partage sa douleur ? Devenait-elle folle ? Elle l'avait toujours été un brin !

Citation :
A Korydwen de Topinambour-Martini,
De Nictail, Seigneur de la Salière,

Ma très chère amie, cela fait trop longtemps que je n'ai pris la plume pour te donner des nouvelles, et je te prie de m'en excuser. Pas que je ne pense pas à toi et toute ta petite famille, mais, la médecine me laisse peu de temps et la fainéantise est un vilain défaut. Dans tous les cas, j'ose espérer que vous allez bien que mon (presque) filleul a bien grandi et mûri.
Hélas, si je t'écris ce jour, ce n'est pas pour te porter de bonnes nouvelles. J'ai essayé de détendre le ton de ma missive avec quelques bêtises en guise d'ouverture, mais cela va bien vite changer.

En effet, bien que passant le plus clair de mon temps à pratiquer la médecine, j'ai bien peur d'être resté plus incompétent que je le pensais. Une maladie m'emporte peu à peu, et malgré les livres, les plantes et tout ce que j'ai pu étudier, je n'ai découvert aucun remède, ni même aucune piste de solution.
Alors, la missive de ce jour a pour but premier de t'informer de ma décadence. Mes forces me quittent, l'espoir disparait, la vie s'enfuit. Je ne sais combien de temps je tiendrai le coup, et je tenais à t'en avertir personnellement.
D'autre part, pourrais-tu présenter mes plus sincères excuses à Timothée ?! Je n'ai pas été un parrain digne de ce nom pour lui, et j'espère qu'il saura m'en pardonner...

L'autre but de cette missive est de préparer mon départ et ma succession pour ne pas laisser trop de choses en plan. Il s'agit bien entendu de Sarliève, et j'aimerais te demander une dernière faveur.
J'aimerais que le Domaine reste dans la famille, si cela te convient évidemment. Que ce soit Aigue ou un des enfants, peu m'importe à vrai dire. Mais nous avons vécu tellement de bons moments à Sarliève, que je pense qu'il serait dur de laisser ce Domaine derrière nous. Quoi qu'il en soit, sache juste que, quelle que soit ta décision et où que je sois quand tu la prendras, je la respecterai...

Sur ce, je vais m'arrêter là pour cette missive.
Je resterai au Domaine de Carbonnieux, près de Bordeaux, jusqu'à la fin. Pardonne-moi de gâcher vos fêtes de fin d'année.

Embrasse toute la famille pour moi.
Avec mon amitié sincère.

Nictail,
Médecin mourant,
Seigneur de Sarliève et de Carbonnieux.

Citation :
A Nictail de la Salière,
de Korydwen du Martini rouge avec une rondelle de citron ou du blanc ?

Ne meurs pas tout de suite !
J'arrive !
Concernant Sarliève, j'en ai pris bonne note, je verrai cela avec Althiof quand il aura fini de décuver de la cave des moines !
Et Timothée et bien... Tu verras !

Korydwen.

PS : si tu meurs avant mon arrivée, je te promets que je vide ma réserve de Porto sur ton cadavre encore chaud !
Re-PS : Accroche-toi coupain du BAR et de Porto, j'arrive ! Je trinquerai une dernière fois !

Une lettre, sans queue ni tête, sans tête ni queue, sans sens aucun ! Elle ne savait que dire et qu'écrire, tout semblait si futile quand la vie semblait vouloir disparaitre ainsi, de manière fort cruelle... Elle ne voulait pas perdre son ami, il est vrai qu'il y avait eu des hauts et des bas... Mais déjà Ptitoliv et là Nictail, les vieux de la vieille du BAR... Quand tout cela se terminerait-il ? Elle se leva et apporta les missives à Edgar le coursier lui ordonnant de les apporter à Carbonnieux le plus vite possible.

So wake me up when it's all over* Korydwen semblait perdre son latin, à moins que cela ne soit son français ! Voilà qu'elle causait commes les angloys ! Les affreux angloys qui gagnaient toujours à la soule... Trois coups à la porte.

Entre Timothée ! Cela concerne ton parrain...

* Alors réveillez-moi quand tout sera terminé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appartement des Toggenburg-Marigny   

Revenir en haut Aller en bas
 
Appartement des Toggenburg-Marigny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Appartement, maison à louer ou vendre §
» Votre maison ou appartement.
» [Question] Crâne de Dragon et Appartement de Daenarys (résolu)
» voleur de dragon & appartement de Daenerys
» Utiliser plus d'un appartement dans un même building

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Baronnie de Cournon d'Auvergne :: Chateau de Cournon d'Auvergne :: Rez-de-chaussée :: Bibliothèque :: Année 1461-
Sauter vers: