AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:34

Martin.castel.vilar


"Je n' ai pas peur de la route ,faudra voir, faut qu'on y goûte,
Des méandres au creux des reins et tout ira bien là. Le vent nous portera.
Ton message à la Grande Ourse et la trajectoire de la course,
Un instantané de velours même s'il ne sert à rien va. Le vent l'emportera.
Tout disparaîtra mais.. le vent nous portera.

La caresse et la mitraille et cette plaie qui nous tiraille,
Le palais des autres jours d'hier et demain. Le vent les portera.
Génétique en bandoulière, des chromosomes dans l'atmosphère,
Des taxis pour les galaxies et mon tapis volant dis ? Le vent l'emportera.
Tout disparaîtra mais .. le vent nous portera.

Ce parfum de nos années mortes, ce qui peut frapper à ta porte,
Infinité de destins, on en pose un et qu'est-ce qu'on en retient ? Le vent l'emportera.
Pendant que la marée monte et que chacun refait ses comptes,
J'emmène au creux de mon ombre, des poussières de toi. Le vent les portera.
Tout disparaîtra mais .. le vent nous portera." - Noir Désir.



[Montbrisson, ville désertique où squatte Martin le ... polisson ? Naaaan gentil garçon !]

C'est quand même fou comme du jour au lendemain une ville, qui vous semble sympathique, se transforme en un véritable cimetière où même les corbeaux n'osent plus faire entendre leur "Crôaaa" !
C'est ce qui arrive quand les principaux acteurs-animateurs, s'en vont vers d'autres horizons !
La poissssse ! Qu'est-ce que je me fais ieeeeech ! Pardon mais c'est vrai "quoâaa" !
J'traînais les pieds, des casseroles. J'n'aimais pas beaucoup l'école !
J'traînais les pieds, mes guiboles abîmées, j'explorais mon quartier.
Quartier vide ouais ! même pas un banc incrusté de vieux pépés.. Ça craint !
Comment m'occuper ? Flâner près du lac, à force ça use et ça fatigue. Attraper des grenouilles pour les plonger dans un bénitier ?
Mais dans une Église vide c'est inutile et loin d'être le pied.

Pourquoi j'ai pô suivi mon poto Alexandre dis ? Arf.. j'suis parti sans argent, j'suis fauché, c'est balo, capriiiiiiiiii c'est fini !
...
Y m'manque mon "Ducaillon" en devenir. J'me marrais bien avec lui. J'avions tout plein d'projets ! Ambitieux, scandaleux, parfois dangereux ! Aussi bien pour les Nobles que les gueux !
...
Pis, la Comtesse fruitée s'en est allée, s'aventurer, en mission. Du coup, sa fille, Léna, ben c'est emmurée dans sa Mairie.
C'est cro nul, j'peux même plus la titiller au risque de m'prendre un coup d'rame dans l'gnion !
Léna - Lénaville - sans vous tous c'est comme Capri : c'est re-finiiiiiiiiii !

Les journées paraissent interminables.. et minables ! Pô un bruit dans les tavernes. Les fûts pleins qui virent au vinaigre.
J'en rage, j'en désespère. Comme les prisonniers, au fin fond de leurs geôles, j'ai envie de graver sur les tables des tavernes, un bâton pour chaque jour qui passe sans apercevoir âme qui vive.

J'ai envie de crier... CRIEEEEEER : AMIIIIIIIIIIIS ! Pour qu'ils reviennent..
Et Et j'ai pleuré, pleuré, oh ! j'avais trop de peine !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:35

Alexandre_serna


Clermont - Le bon.


Clermont c'était chouette, amusant, il y connaissait du monde. Seulement depuis deux ou trois jours il se faisait plus discret, muet.
Son copain lui manquait, il repensait à cette soirée très arrosée ? Ou plutôt très drôle.
D'ailleurs il avait écrit une petite chanson en l'honneur des trois garnements de la taverne.
Des projets il en avait eu avec le futur Comte. Lui duc et son ami Comte.
Voilà des projets d'avenir réalisable et surtout possible.
Aussi alors qu'il se trouvait dans une taverne a rédigé des courriers, il se dit qu'il serait bien d'écrire à Martin.

Citation :
Cher Martin,

j'ai écris une chanson !
Un hymne en notre honneur.
Voilà je te la copie ici, tu me donneras ton avis dessus.
Alex et les Chipmunks
Quand ils arrivent, c'est le délire
Alvin et les Chipmunks
Quoi qu'il arrive, on va bien rire

C'est les Chipmunks
C . H . I . P . M . U . N . K . S
Voici les Chipmunks
Garanti pour nous c'est la joie

Alvin et les Chipmunks
C'est l'aventure, à toute allure
Alvin et les Chipmunks
C'est la panique, tout en musique

C'est les Chipmunks
Toujours pour et encore plus fort
C'est les Chipmunks
Alex, Martin et Léna ! *

Peut-être que l'on pourrait trouver un endroit pour se retrouver et ensuite...
Un plan pour faire venir Lena et lui faire la petite surprise que l'on avait prévu de faire l'autre soir en taverne.

Bien à toi.
Alexandre.

PS : voici un jeu pour toi.

Et Alexandre de soupirer un peu, lui qui s'était réjouis d'avoir rejoint Clermont, jamais il ne s'était douté qu'en l'espace d'une soirée en taverne, il était possible de se faire un super pote.
Et puis les adultes avaient été marrants aussi dans cette taverne, p'tre qu'il pourrait s'enfuir en direction de Montbrison ?
C'était une idée, mais est-ce que c'était une bonne idée ?
Boarf, la nuit porterait le conseil ou pas.
La missive accrochée à la patte de l'oiseau et hop direction chez Martin.
Il n'y avait plus qu'à songer à l'avenir maintenant.
Mais dans l'immédiat, il avait faim.


* Alvin et les Chipmunks - générique modifié

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:37

Martin.castel.vilar


[Le Lendemain, même jour, même heure, même pomme et même ville !]


Aujourd'hui est un jour particulier. Je vais recevoir les derniers écus manquant qui me permettront l'achat d'un lopin de terre et ainsi de gagner davantage de flouuuuuz et partir en voyage !
Quitter cette morne plaine pour visiter le Comté et rejoindre mes amis puis faire une halte à Clermont ainsi qu'à Thiers surtout ! Enfin ! Il me tarde !
Hors de question pour moi de rester à m'encroûter ici et de faire parti du décor !

Présent à l'auberge où j'crèche depuis un bon nombre de jours, je m'occupe à rassembler mes affaires dans un simple baluchon. Sourire aux lèvres, j'me dis que cette journée à du bon.
C'est alors que l'on frappe à la porte de ma p'tite chambre. Enfin.. si l'on peut appeler ça une chambre ! Mais j'm'en moque, j'suis trop un aventurier quoi !


Toc ! Toc !   (j'fais même les bruitages pour que ce RP soit davantage vivant t'as vu ?!)

Tiens ? Étrange.. je n'attend aucun visite il me semble.
J'vais quand même ouvrir la porte, j'suis trop un aventurier je le répète ! Même pô peur
!

Oui ?

- M'Sieur Martin ?

C'est Lui.

- Martin de Pastel Pinar ?

Tu sors. Rétorquais-je froissé en pointant le couloir du doigt.
C'est Castel Vilar ! Abruti... Tu sors et tu recommences ton entrée !

L'homme lève un sourcil et me tend un parchemin enroulé :

- Hum. Navré. Une missive pour Vous. L'Aubergiste m'a dit où vous trouver.

Oh de la lecture ! Chouette ! Surement la famille qui me supplie de rentrer.. ou de rester ici Ah ah ah !

Le coursier hausse des épaules, me salut et quitte les lieux pour retourner à ses livraisons de messages.
Je m'assoie sur le tabouret, à côté de la paillasse qui me sers de lit, puis déroule le parchemin pour en prendre connaissance...


Oh ! Alexandre ! Haussais-je agréablement surpris.

Une chanson ? Cool !
...
Mais ?
..
Mais kékidit ???


J'ai beau lire et relire les phrases. Cela ne me parle absolument pas !

Pis c'est qui Alvin d'abord ? Pis c'est quoi des Chipmunks ???? Il a du abuser d'la bibine mon pote !
Pour un futur Duc, son trône sera un fût d'vin !


Je pars dans un fou-rire à cette image puis me hâte à lui répondre :

Citation :
Très cher Alexandre,

J'suis bien content que tu penses à m'écrire ! J'pensais justement à toi car ici j'm'ennuie à mouriiiiiiiir à petit feu.
Y'a plus person ! Ni Léna, Ni la Comtesse, Ni Papy Hervé.. ni Gaston ! Bref person' !
D'ailleurs je prépare mes affaires pour foutre le camp à mon tour ! Surement que je m'arrêterais à Thiers pour y retrouver une amie.

C'est quoi cette chanson que tu as écris ? Ça n'a ni queue ni tête ! C'est dingue ! Comme toi en fait Ah ah ah !
A mon tour d'en écrire une tiens :

"Hé c'est Martin
Il est là pour jouer avec toi
Regarde le grandir
Comme toi et moi
Le voici avec ses amis
Ils ont des histoires
Ils ont tout leur temps pour toi

Hé c'est Martin
Il entre chez toi
Hé c'est Martin
Il rentre chez moi
Hé c'est Martin !*"

J'espère te revoir très bientôt et que l'on mette à exécution une partie de nos projets !
Portes-toi bien et continue à me donner de tes nouvelles mon ami.

Amitiés.

Martin.


Une fois la missive signée et soigneusement pliée, je dévale les escaliers pour rejoindre l'Aubergiste et lui confier la mission de la faire porter à son destinataire.
Mais dans l'immédiat, j'ai aussi faim !



* Légère adaptation du générique de Franklin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:37

Alexandre_serna


Le lendemain du lendemain à Clermont.

Alexandre était bien installé à l'Hostel des Marigny. Il y était bien et puis il cherchait des bêtises à faire ou plutôt des blagues contre Isabella.
Comme si un mouton noir cela portait malheur, naméo ! Vraiment !
Enfin, petit mouton noir avait été pris et Alexandre en avait été très heureux, il verrait bien ce que donnerait ce petit mouton et puis il irait le voir journalièrement.
Au petit matin un coursier se pointa à l'Hostel !
Il le mandait, Alexandre la tête encore endormie pour rester poli récupéra son courrier et remercia le coursier de l'écu symbolique.
Et d'ouvrir le courrier à la table de la cuisine et de le regarder.
La signature d'abord : Martin !
Alexandre en était ravi ! Mais RA-VI de chez RA-VI !
Il l'aimait bien son copain.


Aaaaah Martin !
Il a écris lui aussi une chanson !


Il irait montrer tout cela à Isabella quand elle se réveillerait, pour l'heure, il fallait trouver une nouvelle idée de chanson.
Il alla chercher sont nécessaire à écriture, courant pour marchant sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller ceux qui dormait.
Une fois son nécessaire dans les mains, il descendit à la cuisine pour manger un bout et puis pour écrire sur une table.
Mâchouillant et crachouillant le bout de sa plume, si bien qu'il se mit à tousser et frotter sa langue pour enlever les poils de la plume.
C'était gênant ce machin quand même !


Citation :
Très cher Martin,

ah oui c'est mortellement ennuyeux ?
Tu devrais viendre à Clermont, c'est vraiment très joyeux comme ville : toujours du monde dans les rues et dans les tavernes !
Ah chouette, si tu vas voir quelqu'un à Thiers, j'y suis passé, c'est jolie ! Et la bière est bonne !
Bein c'est dingue, ta chanson aussi !
Mais je me suis dit qu'il nous fallait une hymne !
L'hymne de Chic et Choc, t'en penses quoi ?


Chic, Chic, Chic, Chic et Choc, rangers du rire
Chic, Chic, Chic, Chic et Choc, rangers du rire
Deux détectives hors pairs qui font la paire
Pour dénouer les fils du mystère

Action, frissons, des émotions à haute tension
Pleins d'humour, sans peur, ils vivent à 100 à l'heure
Pour ces supers flics, ces supers cracks :
Faut qu'ça passe ou qu'ça craque

Chic, Chic, Chic, Chic et Choc, rangers du rire
Chic, Chic, Chic, Chic et Choc, rangers du rire
Quand vous êtes dévorés par la panique
Criez leur nom et ils rappliquent

Chic, Chic, Chic, Chic et Choc et leurs amis
Chic, Chic, Chic, Chic et Choc et compagnie
Sans armures ni doublures dans les coups durs
Ils jouent leurs vies pour l'aventure*

J'espère aussi te revoir très bientôt pour mettre nos projets à exécution !
La Comtesse Griotte de la Cerise sur le gâteau est arrivée à Clermont !
Tu pourras le dire à Princesse Léna !
J'ai acheté des vaches, peut-être que je vais organiser des jeux avec pour rigoler.

Portes-toi bien aussi mon ami et continuons à nous écrire !

Amitiés,

Alexandre.

Et Alexandre donna ensuite sa missive au coursier pour qu'il la porte à Montbrison afin que Martin ait de quoi s'occuper.
Mais surtout il espérait que la chanson lui plairait vraiment.


* morceaux choisis du générique de Tic et Tac et légèrement modulés pour coller à la situation

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:38

Martin.castel.vilar


[Ailleurs qu'à Montbrisson, posé dans une auberge-étape ...]


Car j'étais sur la route toute la sainte journée.. j'n'ai pô vu l'temps défilé..  que la nuit, déjà, tombait !
A une auberge de fortune, bonne j'espère, il faut s'arrêter pour se reposer.
Là, je dépose quelques écus pour payer le repas et la chambre et pour m'en remercier, le Tenancier sort moultes chopes et son instrument de musique en entonnant son petit air.
Bref j'suis tombé chez un hôte qui sait recevoir :


- Je me présente à vous, de ces lieux le baron
Moi qui n'ai rien de noble, à peine les intentions
Bienvenue mon ami, soyez ici chez vous
Ceci est mon domaine, venez donc boire un coup
Dans cet infâme tripot qui est un peu ma demeure
J'ai ma table et ma bouteille qui m'attendent à toute heure
J'ai tant posé mes coudes sur ces comptoirs usés
Que mes bras sont couverts de toiles d'araignées
Du houblon ou de l'eau de vie
Venez donc boire un verre en ma bonne compagnie
Peu importe le chemin que nous aurons choisi
Nous irons jusqu'au bout de la nuit !*


L'on trinque, l'on boit, l'on chante et l'on rit. La belle vie !
A mon âge, l'insouciance, l’innocence quand tu nous tiens !
Bien après minuit, il est temps d'aller au lit !
Au chant du coq, le réveil est tellement dur.. j'ai tout une ferme qui s'agite dans ma tête : un âne, un coq, et même des marteaux-piqueurs ! Ouille Ouille Ouille !


- Il faut se  lever petit Messire.. vous devez reprendre la route ce matin mêsme.

Hmmmm... Nan. Plus tard.. R'passez. Au r'voir. Chao. Arrivéderchi.Astalavista. Baille baille...  

Répondis-je dans toutes les langues que j'ai pu croiser, tout en planquant ma tête blonde sous l'oreiller de plumes.
L'homme fait fi de ma requête et ouvre grand la fenêtre laissant entrer le soleil. Laisser laisser ouh ! Entreeeeeer le soleil ! Laisser laisser !
J'rouspète encore plus, lâchant des noms d'oiseaux à peine inaudibles grâce à l'oreiller.


- Je vous prépare un bon encas dans la salle au rez-de-chaussée. Ne tardez point Petit Messire.

Hmgrblblbl..moui..bon..ça va..j'viens !

...

Un peu plus tard, mieux réveillé, débarbouillé et habillé, mais toujours d'un poil mauvais à cause des troubadours qui tambourinent dans ma tête..


- Installez-vous mon jeune ami ! Prenez des forces ! Le lait de chèvre est tout chaud ! comme la brioche qui sort du four !
Régalez-vous et.. ah ! J'oubliais, vous avez reçu une missive dans la nuit. Le coursier semblait désespéré à vous trouver. Finalement la chance lui à sourit !


Je tend la main pour recevoir ma lecture du matin en zieutant l'aubergiste de mes yeux plissés.

'Pourriez me la donner et cessez de jacasser comme une bonne femme ?

- Oh je vois ! Petit seigneur n'a pas l'habitude de festoyer si tard et a pris un coup dans le casque ?

C'est exactement ça. L'homme ricane et s'éloigne derrière son comptoir pour s'affairer à ses tâches.
Pendant ce temps, je prend une bonne gorgée de lait chaud et décide enfin d'ouvrir la missive. Parviendrais-je à la lire sans difficulté ?


Oh.. Alex.. parle pô de bière pitié... je grimace, écœuré. Puis reprend la lecture.

Ces supers cracks.. clair qu'il craque.. Il a l'air de bien s'amuser. Chanceux.

- Vous aussi vous vous êtes bien amusé la nuit dernière petit Seigneur ! intervient l'aubergiste depuis son poste de travail.

Chhhhhht. Silence !

Lui balançais-je en me massant le front. Toujours sous les rires de l'hôte responsable de mon état !

Je me force à grignoter un bout de brioche mais avec le lait j'ai mal au cœur. je lâche le morceau sur la table.
Je demande un bout de parchemin, une plume et de l'encre. Parviendrais-je à lui écrire ?

scriii scrii scriii scraaaatch !


Roooh non ! j'ai pété la plume ! Une aut' s'il vous plait. Puis d'autres parchemins aussi. Ça risque d'être long..

Citation :
A son Althiesse, mon ami Alexandre,

J'aime mieux ton hymne.. ça nous ressemb'.. c'est fou, c'est mara..* grosse rature*

C'est rigolo.. c'est...*re-grosse rature* 'fin c'est bien !

Çache*mot raillé*.. non..  Sache que j'suis parti de Montbri.. bon là j'peux pô t'dire où que je suis car j'ai pô les idées clère*mot raillé aussi*.. claires !

'Fin bref ! T'sais c'qu'on dit ? : Tous les Chemins mènent au Rhum! . J'arrivera à bon porc..*ratu..* .. port !*

J'compte bien à c'que tu me montres tes baches.. vaches ! Très bientôt..

Pour l'heure, souviens-toi d'une chose importante :

"Hey, ne l'oublie pas !
Croix de fer, croix de bois.
Oui, nous étions les rois !
Hey, comme autrefois !
Pour toujours, à chaque fois.
Nous resterons toujours les rois..!**"

Deus te bénisse, pas que dans la bière car ça fait un peu bobo quand même..
J'retourne me coucher tiens.

Martin, le Castelain.

PS : Désolé pour ce torchon.
PS 2 : Désolé pour hier soir, d'avoir fini à l'envers..


Aie ma tête... J'peux vraiment pô reprendre la route dans cet état. Boire ou conduire faut choisir.
Je reporte mon départ à ce soir et retourne en haut, serrer dans mes bras mon veille ami l'oreiller !



* et ** : Paroles issues de chansons du groupe Corrigan Fest !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:39

Alexandre_serna


Deux jours que la vie c'était vraiment de la grosse boulasse !
Deux jours qu'Alexandre se pintait en taverne sous l'oeil des adultes, il arrivait à faire croire qu'il buvait "que" de la "limonade". Précieux liquide fait d'eau pétillante d'une source au pied d'un volcan.
Volcan ; maison du Sans Nom comme disait Rick son Onc'.
Mais Alexandre le regarda avec un sourire, tant qu'il ne verrait pas le Sans Nom, il continuerait à aller jusqu'à cette source avec Lamoth.
Et puis dedans ils y mettaient des fruits.
C'était amusant comme tout et surtout bon ; puis vint le dérivé de la "limonade", la "bimonade", il suffisait de remplacer l'eau par de la bière et là... Cette boisson, c'était trop d'la boulasse !
Ca pétillait et puis ensuite ça pétillait dans sa tête.
Et puis comme il traînait en taverne, il lui avait fallu se cacher, Gypsie n'aimait pas le savoir aussi tardivement dans un lieu de déboire, sauf qu'il était en très bonne compagnie, un coup avec Sun, Lamoth, May, Eryanor et puis aussi avec Carmen, même Rick une fois.

Et puis un jour, une nouvelle missive arriva, il était content.


Citation :
A Castelain, Martin mon ami,

olalala mais dis-moi ! J'crois que la bière est bonne par chez toi !
Ici j'invente des breuvages avec Lamoth en taverne, ça donne la boulasse !
La vie c'est graaaaaaaaave la boulasse !
L'autre jour j'ai trouvé 5 écus !
J'les ai gardé pour qu'on prenne un verre quand je te reverrai -pays merveilleux - *grosse rature*

Ah ! Tu voyages ! Chouette ça !
Si tu passes par Clermont ! Viens y faire un plongeon !
Vu que tu seras à bon port... Mais si tu veux manger du porc, tu peux aussi.

Ah !
Ce à quoi je réponds l'ami :

Mets ta main sur ton coeur et croise les yeux !
Serpents, araignées et Mandragores !
Si j'cafarde je meurs jusqu'à ce que je sois mort ! *

J'espère qu'tu vas mieux aujourd'hui.
Que t'as bien re-dormi après ta missive.

Alexandre, l'Althiesse.

PS : t'en fais pas pour le torchon, c'est le geste de l'amitié qui compte !
PS 2 : on fera les choses à l'endroit quand tu viendras

Et d'expédier la lettre il ne savait trop où, toujours est-il qu'il s'agissait de quelque part en Bourbonnais-Auvergne.
C'était déjà une bonne chose à savoir.
Une fois son affaire terminée, il était temps de retrouver May et Ery pour faire une petite promenade dans les rues de Clermont la belle.


* Paye ton sermon - Robin des bois de la maison Mickey

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:39

Martin.castel.vilar


[Bien des jours plus tard... A Clermont.]

Clermont en BA et non en Champagne. Me suis pô gourré en suivant la carte. C'est déjà ça !
Heureux d'être arrivé entier et à bonne destination, j'accentue ma marche pour entrer dans la ville et vite aller me désaltérer.
Puis me reposer de ce p'tit bout de voyage aussi ! Pour un gamin de huit ans ça fait déjà une trotte !
Je reprend l'air que je chantonne depuis le matin même afin de me donner le courage pour la dernière ligne droite à franchir :


Sans être vraiment un ange je ne suis pas si mauvais
Je n'irai pas à Val-Cartier et encore moins à Parthenais
J'irai là où ma route voudra bien me mener
Je marcherai encore sans jamais m'arrêter
Chacun trace sa route, chacun fait son chemin
Je n'ai besoin de personne pour me montrer le mien
Je suis un homme libre, je refuse les chaînes
Je suis mon propre maître, mon propre capitaine !


...

Aux portes de la ville, je me fais stopper par la Maréchaussée ou la Milice.
Que va-t-on me mander ? Ou pousser le vice ?


- Hey là Garçon ! Que fais-tu seul à rôder ? Qui es-tu ? Que viens-tu faire à Clermont ?

Beaucoup trop de questions en une seule phrase pour moi. Et ennuyeuses avec ça !
Je les regarde tour à tour, me dresse bien droit. Porte la main vers le coeur, un air fier et théâtrale puis inspire un bon coup.
Voici que je décide de répondre en chantant sans m'interrompre et avec grande conviction :


Je suis fils de marin qui traversa la mer
Je suis fils de soldat qui déteste la guerre
Je suis fils de forçat, criminel évadé
Et fils de fille du Roy, trop pauvre à marier
Fils de coureur des bois et de contrebandier
Enfant des sept nations et fils d'aventurier
Métis et sang-mêlé, bien qu'on me l'ait caché
C'était sujet de honte, j'en ferai ma fierté !

Je suis fils d'Irlandais, poussé par la famine
Je suis fils d'Écossais v’nu crever dans l'mines
Dès l'âge de huit ans, seize heures sur les machines
Mais dieu sait que jamais je n'ai courbé l'échine !
Non, je suis resté droit, là devant les patrons
Mêm’ le jour où ils ont passé la conscription
J'suis fils de paysan, et fils d'ouvrier
Je ne prends pas les armes contr’ d'autres affamés !

Ce n'était pas ma guerre, alors j'ai déserté
J'ai fui dans les forêts et je m'y suis caché
Refusant de servir de chair à boulons
Refusant de mourir au loin pour la nation
Un’ nation qui n’ fut jamais vraiment la mienne
Une alliance forcée de misère et de peine
Celle du génocide des premières nations
Celle de l'esclavage et des déportations !

Je n'aime pas le lys, je n'aime pas la croix
Une est pour les curés, et l'autre est pour les rois
Si j'aime mon pays, la terre qui m'a vu naître
Je ne veux pas de dieu, je ne veux pas de maître
Je ne veux pas de dieu, je ne veux pas de maître !


Les hommes de Lois se regardent, l'air surpris. Ils haussent des épaules, ne sachant que faire de moi visiblement :

- Heu.. hum. T'en penses quoi ? Bizarre hein ?

- Encore un illuminé ! Celui-là à du se recevoir de sérieux coups sur la tête dès la naissance..

- Ouais c'pas faux. On le laisse entrer ou on le fait décamper ?

Je les laisses discuter entre eux, sans faire un bruit.
Je reste là, bien sage et esquissant mon sourire enjôleur comme je sais si bien le faire à mon âge.


- Bah il a pas l'air bien méchant hein ? Au pire si c'est un p'tit vaurien on l'attrape et on lui coupe la main !
Puis s'il rencontre l'Curé et qu'il lui chante ça, il finira comme un porcelet sur les braises !


Les deux hommes se mettent à rire à gorge déployée.

Bon. Vous m'laissez passer ou on s'en fait une autre de p'tite ?

- Une petite de ?

Ben d'chansons ! J'en ai pleins en réserve !

- Non ! Ca va ! Vas-y entre mais on t'a à l’œil ! ..

.. Et le bon ! Le coupais-je en franchissant les portes.

Mon plan a marché ! J'suis trop fier de moi ! Si si j'vous jure ! Pourtant je chantais que des bêtises !
Moi, Martin, fils de.. Comte, d'union légitime, issu d'une longue et vaste lignée Noble. Et Aristotélicien en prime !


Une fois les portes franchies, je sautille dans les ruelles que je découvre tout en cherchant une auberge ou crécher.
Puis content de ma petite victoire face aux forces de l'ordre, je pousse -encore- la chansonnette :


Allez, allez, la victoire en chantant !
Ignore le goût des larmes, ignore le goût du sang
N'entends-tu pas au loin le chant des partisans ?
Elle est à nous maintenant
Elle est à nous, la victoire en chantant !
Oh Oh Oh !
La victoire en chantant !




- Chansons issues du groupe Corrigan Fest.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"


Messages : 1106
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Mer 29 Oct - 12:40

Alexandre_serna


Depuis que l'ami Martin avait quitté Clermont, la vie était moins amusante, plus de duo dans les tavernes, plus de concours de celui qui verra le plus flou.
La sagesse des adultes, tout cela avait déteint sur Alexandre.
Comment cela ce n'est guère crédible ?
Il est vrai qu'il fréquentait toujours les tavernes !
Qu'il buvait en compagnie des clermontois, mais, Martin restait Martin, le meilleur pote, jamais il n'aurait pensé un jour se faire un super pote comme ça.
La vie était surprenante.
Il voulait lui écrire, parce qu'il ne l'avait pas fait depuis longtemps !
Fallait tenir la promesse, promis craché juré, si je mens je meurs jusqu'à ce que je sois mort.


Citation :
Au Castelain,
de l'Althiesse,

Martin, mon ami.

Salut !

J'espère que ton voyage s'est déroulé comme il fallait et que tu es arrivé à Montbrison pour collecter le maïs de ton réussissement du champ !
Clermont est différente sans toi, les gens chantent moins en taverne !
Ou alors il trouve que ma voix n'a plus trop de charmes !
Les adultes sont parfois compliqués.

Comment vas-tu ?
Ton escorte est-elle arrivée ou pas encore ?

Tous les cas, porte-toi bien !
En espérant te recroiser bientôt pour nos plans diaboliques.

Alexandre.

Et de demander à Jacouille d'accrocher le vélin sur un oiseau et de l'expédier à Martin, l'ami Martin.
Et puis il fallait retourner à la vie, espérant avoir des nouvelles de certains projets.
Évoluer parmi les adultes qui vous jugent petits mais aiment quand vous les aider.
La dualité de la pensée adulte...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !   Aujourd'hui à 23:44

Revenir en haut Aller en bas
 
2.9 [Septembre] Chic sans Choc, c'est le flip-flop !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Week end Porte Ouverte 8 et 9 Septembre 2012
» Soirée du Vendredi 24 Septembre 2010
» BAN list Septembre 2010
» Orléans, foire au "geek" septembre 2010
» Le tueur Sans-Visage - Le retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Baronnie de Cournon d'Auvergne :: Chateau de Cournon d'Auvergne :: Rez-de-chaussée :: Bibliothèque :: Année 1462-
Sauter vers: