AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:42

Hadrien..

*de Euripide. Extrait de Andromaque



... Ou pas.

Le Très-Haut qu'il répudiait au plus profond de son âme lui avait mis Alexandre, ce petit garçon attachant dans les jambes. C'est ce qu'Hadrien s'était mis à penser, il avait beaucoup pensé et réfléchis sur sa façon d'agir et de faire. Comme si Alexandre était cette part de candeur, de justice et de croyance qu'il avait au fil des années perdues. Il s'était concentré sur un seul point et jusqu'à présent cela n'avait été qu'échec. Essuyant échec, déception et autres choses qui ne vous aide pas à avoir un coeur heureux et une âme en paix, Hadrien avait retrouvé l'espoir, mais... Malheureusement qu'avait-il pu dire ? il n'avait fait que mentir à l'enfant pour ne pas le faire fuir. Alexandre avait été cette pièce du puzzle qu'il avait cherché depuis des années. Le voyage de retour en Bourbonnais-Auvergne se déroula de la meilleure façon qui puisse être. Hadrien s'était tenu en retrait pour diverses raisons, il ne voulait pas voler la "vedette" à Alexandre qui était si heureux de retrouver ses amis, sa famille et puis il réfléchissait, il se demandait comment contacter ce sieur Rick, que lui dire ?

Et là encore, ce fût Alexandre qui lui donna une idée et pour dire, l'idée était vraiment bonne. La pastorale ! Alexandre en parlait, comme si cela représentait quelque chose d'important dans sa vie dans son évolution. Alexandre était encore un enfant, un enfant libre de ses pensées, mais bientôt l'Eglise ferait son travail. L'Eglise le changerait et ferait entrer dans son crâne des idioties et des absurdités... C'était réellement prendre les gens pour des couillons que de leur vendre une place au paradis contre des écus sonnant et trébuchant... Et en matière de vente de couillonnade, Hadrien s'y connaissait sérieusement, vu les entourloupes et les produits de luxe qu'il avait vendu à ces andouilles de Nantis... Enfin, tous n'était pas comme cela. Et il l'avait compris grâce à Dame Gypsie, cette femme dont le coeur en or n'avait rien à envié au plus saint des Saints. Elle était agréable à écouter, avenante et puis elle lui avait proposé son aide. A Gypsie, il les lui offrirait les produits de luxe. Mais aux autres... Ceux qui limite étaient insultant envers sa personne parce qu'il n'allait pas assez vite...

Hadrien allait donc écrire à Rick et lui demander conseil à propos de la religion... Cela lui ferait mal au coeur de penser à se servir de cette religion qui n'était pas sienne, mais cela lui permettrait d'attirer le curé à lui et de tâter le terrain. Onc' Rick, comme disait le petit semblait quelqu'un d'admirable, le seule ennui c'est qu'il était curé.

Et puis une fois Clermont en vue, Hadrien s'éclipsa et les laissa tous retourner à leurs vies, tandis que lui chercha une chambre à l'auberge la plus proche. Mais là encore Alexandre lui permit de vivre dans sa maison au numéro un de la rue de la Boulasse et Hadrien accepta. Cet enfant le sauvait de la ruine assurée. Une auberge ne la capitale n'était pas gratuite à moins que l'on désire vivre dans quelque chose de tout a fait miteux et plein de catins. Il est vrai qu'il n'était que "bâtard", mais pas de là à se rabaisser à avoir lui également quelques bâtards.

La maisonnette était jolie et confortable, un bureau trônait, il allait pouvoir se mettre à rédiger une missive et faire venir le curé à lui, c'est qu'il espérait.


Citation :
Au père Rick de la Serna-Harispe,
de moi Hadrien.
Voilà comment Hadrien commença sa missive. Puis légèrement réfractaire, il commença à coucher les mots suivants.

Citation :
Le bon jour vous va père supérieur.

"Eurk, si un jour on m'avait dit que j'écrire des âneries pareilles, j'en aurai éclaté de rire."

Et la suite ne manqua guère d'arracher des grimaces à Hadrien, il ne croyait pas ce qu'il écrivait, mais il le fallait, si ce n'était pour le salut de son âme cela serait pour celle de son frère et pour son nom de famille.

Citation :
Je vous écris pour faire amende honorable. J'ai quitté mon comté natal ou plutôt duché, puisqu'il s'agissait d'un duché, le Lyonnais-Dauphiné. Duché dans lequel j'ai rencontré votre neveu Alexandre de La Serna. Ce dernier m'a vanté vos qualités de curé et j'ai donc tout de suite su, grâce à l'aide du Très-Haut et d'Aristote que vous seriez en mesure de m'aider.

J'ai un passé plutôt agité, un passé à cause duquel je n'ai pas pu me présenter aussi souvent que je l'aurai désiré à Aristote. Je souhaiterai de ce fait réparé cet impair et me réconcilier avec le Très-Haut et qui de mieux que son représentant pour faire la liaison entre moi, le mouton noir égaré et le Très haut.

Aussi je souhaiterai vous rencontrer et pour cela, je vous invite en mon humble demeure du numéro 1 de la Boulasse à Clermont. Vous pourrez féliciter votre neveu pour son coeur pur et dévoué à faire le bien d'autrui, puisque ce bien s'avère être sa cabane.

En espérant avoir de vos nouvelles prochainement.

Hadrien.

Et Hadrien plia le parchemin, le trouvant bien répugnant, mais que ne fallait-il faire pour rencontrer son éventuel frère vertueux. Quelle histoire. Il se rendit aux Pigeons de chez In Gratibus afin que sa missive soit reçue dès que possible par ce représentant du Très-Haut. Voilà une affaire qui amenait réflexion, comment pouvait-il savoir ce que le Très-Haut désirait ? Voilà au moins une question qu'il pourrait poser à ce curé de campagne...

Il ne restait plus qu'à trouver un moyen d'annoncer la chose...  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:43

Rick

Devant le nombre incessant de demandes religieuses et devant le peu de personnes susceptibles de l'aider, Rick avait pris une grande décision qu'il avait soumis à Son Eminence Ivrel. Il lui fallait trouver de nouveaux représentants du Très Haut. Et son nouveau poste, responsable des relations avec les curés, allait l'aider. Et alors qu'il était attablé à son bureau, au presbytère de Clermont, un courrier vint jusqu'à lui. Il était signé d'un certain Hadrien. Pour sûr, ce n'était pas un de ses paroissiens réguliers. Le prêtre se dit alors que cela devait être une nouvelle pastorale ou encore peut-être un baptême d'un autre village. Il la déplia alors pour savoir dans quelle catégorie la ranger.

Demande honorable ! C'est donc une confession que cette âme perdue a besoin ! C'est tellement rare que les paroissiens acceptent d'avouer leur pêché ! songea l'homme de Dieu.

Il continua donc sa lecture

Ah tiens, il connaît Alexandre et il vit chez lui !

Il se souvint alors de la demande de son neveu pour faire sa pastorale en octobre. Alors plutôt que de ranger sa lettre avec les autres, il se décida à faire d'une pierre deux coups. Il se rendit donc à la rue de la Boulasse, non sans dire que c'était peut-être pas une adresse pour le jeune garçon. Il devrait peut-être lui demander de se rapprocher de son cousin Esteban avec qui il s'entendait si bien. Arrivé devant le logis, il frappa !

Alexandre ! Tu es là ! C'est moi ton oncle Rick !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:43

Hadrien..



Et la journée s'écoulait tranquillement, Hadrien commençait à prendre ses aises ici, il tournait aussi un peu en rond en attendant une réponse à sa missive. Il se demandait d'ailleurs, si réponse il y aurait. Est-ce que sa missive était crédible ? Et si jamais il voyait une faille dans l'écrit ! Hadrien s'inquiétait légèrement, espérant avoir rapidement des nouvelles ou tout du moins, le moins de temps à attendre. Mais comme dans toute attente, le temps s'écoulait si lentement, il passait d'un endroit de la cabane à un autre. Et puis finalement, il s'installa dans le siège du bureau, les pieds croisés sur le bureau, les mains croisées derrière sa tête et il attendait. Qu'attendait-il ? La divine venue de son peut-être frère. Il se demandait d'ailleurs comment ce type pouvait être potentiellement son frère, étant donné qu'il semblait si différent de lui. Limite coincé à dire vrai. Hadrien se demandait encore comment la rencontre allait se passer.

C'était sans compter sur le Très-Haut qui lui expédiait ce membre de sa peut-être famille et Hadrien ne se doutait de rien. Il attendait la réponse à une missive, non pas une venue. Alors que ses paupières commençaient à se faire lourde et qu'il allait sombrer dans le repos du brave qui attendait... Quelqu'un frappa à la porte.


"Et merde !"

La grossièreté ! La politesse ! Diantre ! Qu'il se taise. Il ne répondit pas tout de suite et il fit bien, une voie s'éleva d'outre-porte et Hadrien tomba de son siège.

"Arg"

Le Très-Haut lui expédiait le peut-être frère. Hadrien se releva, remit comme il le fallait sa tenue et s'approcha de la porte, non sans remettre en place son ancien siège. Il posa la main sur la poignée de porte et hésita un instant avant d'ouvrir. Il ouvrit la porte et... Diantre, il tomba sur un vieux machin. Ahem, voilà qui ne l'arrangeait pas, mais alors pas du tout. Bon, il fallait causer. Prendre la parole dire quelque chose. Hadrien resta un moment inerte et muet avant de finalement oser prendre la parole.

"Ah ! Euh ! Alexandre n'est pas là. Il loge chez Dame Gypsie, c'est pour cette raison qu'il m'a prêté sa maisonnette !"

Puis le regard d'Hadrien se posa sur le curé. Ainsi c'était "ça" son frère. Enfin possiblement. Il fronça les sourcils, espérant ne jamais, mais alors jamais devenir comme ça. Vieux, usé et complètement fêlé du Très-Haut. Pourrait-il tout entendre ? Là était toute la question.

"Je m'appelle Hadrien. Et vous devez être Rick ?"

Misère. Pourrait-il se confier avec cet enfant dans les parages.

"Entrez donc. Je vous sers quelque chose à boire ? Liqueur ? Vin ? Bière ? Eau ?"

Hadrien ne savait pas ce que buvait un curé, sans doute du vin de messe. Pas de nez rouge. Hum...

"Ainsi vous avez du avoir ma lettre..."

Et de le laisser entrer chez lui.

"Quelque chose à manger ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:44

Rick

Rick attendait devant la porte lorsqu'il entendit un gros brouhaha à l'intérieur ! Il hésitait à ouvrir la porte, apeuré que son neveu se soit fait mal mais avant qu'il ne prenne sa décision, la porte s'ouvrit sur un homme massif et arborant la barbe. Il était brun et semblait hésiter.

Ah mince c'est dommage si mon neveu n'est pas là en effet ! Je suis effectivement le Père Rick ! Enchanté mon fils !

L'homme lui proposer d'entrer, de boire ou de manger ! Rick sourit.

C'est très gentil à vous mon fils ! Je ne vais rien prendre. J'ai effectivement reçu votre courrier. Vous aviez besoin de vous confier !

Si l'Homme d'Eglise savait ce qu'il l'attendait, il aurait sûrement demandé un verre d'alcool et il ne serait sûrement pas si souriant.

Ici, il n'est peut-être pas idéal comme lieu pour une confession en bonne et dû forme. Je pense que pour faire amende honorable, le mieux c'est que vous me suiviez jusqu'à l'Eglise. Ensuite, nous pourrions aller au confessionnal et je vous écouterais.

L'homme regarda son vis-à-vis.

Ainsi vous êtes logé par mon neveu ! Il a un coeur pur comme ses parents effectivement. Comment vous êtes vous rencontrés ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:44

Hadrien..



Hadrien observait l'homme, tentant de masquer son trouble. Finalement, il commençait à se demander si il avait bien fait, peut-être aurait-il du inviter Alexandre ainsi il aurait fait diversion et Hadrien qu'aurait-il fait ? Il se serait simplement sauvé ou aurait parlé d'autre chose, mais là, il était face à un homme qui était probablement de son sang, mais autant l'on choisissait ses amis, autant sa famille... Jamais Hadrien n'avait désiré naître bâtard, il avait subi les âneries de deux adultes. L'homme refusa de manger et de boire, pas assez spirituelle comme nourriture ? Tant mieux dans un sens, Hadrien n'avait rien à grailler dans sa petit chaumière du moment.

Gasp ! Hadrien porta sa main à sa bouche pour étouffer le mot qui s'en échappait et fit mine de toussoter, se tournant pour ne pas infecter son interlocuteur ou bien lui cracher à la figure. Il reprit contenance et d'un ton le plus assuré possible se retourna vers le curé.

« L'Eglise ! Mais quelle riche idée, je n'y avais guère pensé ! Soit je vous suivrai. »

Et si finalement l'Eglise s'avérait être une bonne idée ? Dans cette Eglise si les événements collaient les uns aux autres et si il s'avérait que cette piste fut la bonne, son interlocuteur serait obligé de se tenir et d'agir en bon Aristotélicien. Il ne restait plus qu'à se faire passer pour le « bon » Aristotélicien que lui n'était pas. Pas parce qu'il était mauvais en soi, ou plutôt en lui, mais plutôt parce que cette vision ne lui jusqu'alors convenait pas. En effet, ses pensées étaient bien trop terre à terre et il avait besoin de voir pour croire et comme il n'avait jamais vu le Très-Haut de ses propres yeux, ni ressenti une quelconque grâce ou autres choses que certains disaient avoir dans le ventre ou ailleurs.

Il laissa un petit temps avant de réfléchir, toutes ses actions étaient calculés d'une certaine façon et il se sentait bien tant qu'il possédait entre ses mains tous les éléments pour maîtriser la situation, mais le terrain était glissant, ses connaissances inexistantes concernant la religion. Jamais baptisé enfant pour diverses raisons et une fois qu'il eut pu penser par lui-même systématique il avait refusé. Au pire il pourrait feindre de vouloir se faire baptiser, voilà une idée qui était on ne peut plus formidable. Vint ensuite la question de la rencontre avec Alexandre.


« Hé bien, vaste histoire je dirai. A l'origine les enfants et moi ne sommes pas très amis, disons que je ne sais absolument pas comment m'y prendre quand j'en ai un devant moi et je ne les apprécie pas tant que cela. »

Il ne se permit pas de dire qu'il les trouvait idiot et sans intérêt, mais le curé en homme intelligent comprendrait sans doute ce qu'il avait voulu dire.

« Mais... En voyant votre neveu entrer dans la taverne-auberge où je logeais déjà depuis plusieurs lunes, je dirai que ma vision des choses à évoluer... »

Il regarda le père Rick, curé de son état et lui sourit. Faisait-il déjà amende honorable ? Il se demandait ce que pensait d'ors et déjà le curé. Parfois il aimerait se glisser dans la tête de l'un et de l'autre. Une mouche ou autre animal capable d'entrer par l'oreille et de remonter jusqu'aux pensées.

« Il était sale, puant, à moitié nu et sans le sou, je lui ai offert le couvert et il a commencé à me parler de sa famille, voulant leur écrire, je lui ai fourni, plume, encrier et vélins et je crois qu'il s'est ensuite bien débrouillé. C'est un enfant dégourdi, capable de vivre presque tout seul, il a évolué au sein de cette ville morte, personne d'autres n'a jamais levé le moindre petit doigt pour l'aider. »

Là il marquait peut-être des points en sa faveur en pointant le problème des croyants qui étaient tout beau tout propre devant à l'Eglise, mais qui finalement n'aidait en rien leurs prochains.

« Et nous sommes restés ensemble dans cette auberge jusqu'à l'arrivée de Dame Gypsie, de sa fille la damoiselle Isabella et de Sieur Jeannicolas, et de fils en aiguille au fil des discussions il s'est avéré que le Bourbonnais-Auvergne était une destination qui me tentait bien, je les ai donc accompagné et de là, votre neveu m'a prêté sa maison le temps que je séjourne ici. »

Il n'était pas rentré dans les détails, mais il avait suffisamment expliqué pour que le curé puisse comprendre. Au pire, il poserait des questions, attrapant sa maigre besace contenant des effets personnels assez précieux et sans doute aucun utile à la suite de la discussion, Hadrien sortit de sa maison et ferma derrière lui.

« Je vous en prie mon père, je ne demande qu'à vous suivre à l'Eglise. »

Et de retenir une grimace. Que dire, que faire ? Il faudrait meubler en chemin, aussi posa-t-il une question à son tour au curé.

« Vous qui êtes homme d'Eglise, vous saurez sans doute m'aider et aider ainsi un mien ami. Il y a de cela quelque jour, un ami, m'a demandé mon avis sur quelque chose. Une situation pour le moins particulière. Il est né bâtard de son état, d'une mère paysanne et d'un père noble. Malheureusement du père noble plus de trace il n'y a, sauf qu'il aurait trouvé un héritier. A votre avis, comment peut-on annoncer ce genre de chose à un fils de qui lui est légitime ? Je n'ai pour l'heure trouver aucune idée et rien à lui répondre et je suis assez dans l'embarras de ne pouvoir l'aider... Aussi, vous homme de foi... Que feriez-vous ? Et comme réagiriez vous, dans un comme dans l'autre ? »

La balle était lancée dans le camp du curé, en fonction de sa réponse, Hadrien saurait sur quel pied danser et surtout comment aborder la chose en essayant de la tourner à son avantage. Il espérait simplement que le curé n'en déduirait pas trop vite qu'il parlait de lui, mais il avait une chance sur plusieurs milliard qu'il ne pense pas à lui, mais peut-être à une autre personne. Restait plus qu'à espérer qu'aucun trait de « famille » ne puisse éventuellement le trahir ou encore moins de gestuelle ou bien de mot dit ou prononcé qui pourrait rappeler quelqu'un d'autre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:45

Rick

Rick ne s'aperçut même pas du trouble occasionné à la demande de le rejoindre à l'Eglise. Ou plutôt s'il s'en aperçut, il n'en pipa mot. Cela pouvait être dû au fait que le futur paroissien devait être gêné d'être en présence du prêtre. Peut-être s'il n'avait pas été dérangé dans sa réflexion par l'explication de la rencontre entre Alexandre et Hadrien, peut-être effectivement qu'il aurait pu s'apercevoir que quelque chose ne tournait pas rond. Mais le prêtre était foncièrement optimiste et du coup, il ne pensa même plus à ce petit détail qui n'aurait certainement pas manqué au maréchal Rick.

Lorsque son interlocuteur lui exposa qu'il avait du mal avec les enfants, le curé se mit à sourire.

Je comprends, mon fils, votre situation. Vous savez, au fond, nous ne sommes pas totalement différents l'un de l'autre. J'avais, plus jeune, peur de m'engager dans la paternité et les enfants me faisaient peur. Peut-être était-ce dû au fait que mon père n'était pas un bon exemple.

Il se tourna un peu plus vers le paroissien et lui demanda

Et vous ? Est-ce dû aussi à votre père ?

Sur le chemin de l'Eglise, l'homme lui posa une question existentielle.

Hé bien, si je peux vous aider, ce sera avec plaisir !

Rick s'arrêta un court instant, regarda l'homme en fronçant les sourcils, comme si.... puis il se gratta la moustache

C'est une question difficile en effet. Annoncer à une personne qu'elle est votre frère ou votre soeur, est une chose très difficile. Savez-vous d'ailleurs que j'ai dû moi-même annoncer à une amie, qu'elle était en fait ma soeur ?

Et Rick se mit à raconter son histoire avec Kory, leur rencontre et comment il lui avait annoncer leur lien de fraternité. Et en bon Alzy qu'il était, il parti longuement sur cela, oubliant la totalité de la question.

Ah mais voilà, nous sommes arrivés devant l'Eglise !

Rick se retourna en souriant vers le paroissien.

Mon fils, si vous voulez entrer dans la Maison du Très Haut... Je vous en prie.

Et le prêtre s'effaça devant la porte de l'Eglise pour laisser passer le paroissien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:45

Hadrien..



Enfer et damnation, lui ressembler à ce curé de campagne ? Plutôt mourir que de ressembler à un homme capable de suivre aveuglément les indications de quelqu'un qu'il n'a jamais vu, ni croisé de sa vie, très sincèrement. Hadrien manqua de s'étouffer mais ne dit rien, à quoi cela servirait ? Les curés avaient toujours raison, définition de base du curé. Quand un curé a tort se reporter à la règle numéro une des curés : il a raison.

"Mon père, je ne l'ai pas connu. Il a été assassiné bien avant, enfin plusieurs mois avant ma naissance."

Hadrien écouta le curé qui racontait une histoire, mais il semblait ne plus se souvenir de grands choses puisqu'il ne dit pas grand chose de cette rencontre avec cette dame Korydwen. Peut-être qu'elle, elle était plus gentille, moins coincée niveau religion... Moi stéréotypée. Il eut envie de lui coller son poing dans la tronche, parce que son histoire elle avait beau être belle, cela ne l'aidait pas. Si en plus ce curé était idiot, Hadrien se demandait si ils étaient réellement du même sang...

"Vous ne m'aidez pas là... Votre histoire je m'en..."

Tape le coquillard ? Tape totalement, il fallait se rattraper, il fit mine d'avoir un chat dans la gorge avant de reprendre plus doucement cette fois.

"Et donc ? En cela pourrait m"être utile puisque vous éludez totalement ma question..."

Et de rentrer dans l'édifice religieux, à contre-coeur, mais il avait un avantage sur le curé, à l'intérieur, il aurait peur de passer pour un mauvais aristotélicien et lui permettrait ainsi de gagner confiance et d'accéder à sa requête. Il se dirigea le plus naturellement qu'il lui était donné vers le confessionnal et s'installa confortablement le petit siège, la grille à gauche de lui, masquant le regarde du curé, il referma le rideau et resta à l'intérieur attendant le curé. Après quelques minutes ? Heures ? Secondes ? Hadrien commença.

"Bien... Je suis l'enfant d'un péché."

Hadrien ou comment annoncer la couleur.

"Ma mère était une jeune servante à l'époque et elle est tombée amoureuse de celui qui à priori n'était pas dans son coeur deux ans plus tôt et malgré qu'il l'ait engrossé une plusieurs fois : mon frère est né de cette première grossesse ; Gaspard qu'il s'appelait. Voilà cinq longues années qu'il est mort."


Hadrien continuait, il ne tournait plus autour du pot et autant dire qu'il allait droit au but, cette mascarade avait bien trop duré. Il avait également en sa possession plusieurs documents qu'il ferait glissé ensuite par les trous du confessionnal.

"Elle était au service d'une puissante famille noble d'Espagne."

Et là peut-être que le curé avait compris où il voulait en venir. Hadrien continuait de fixer le rideau du confessionnal, il souffla longuement, une petite voix résonnait en son coeur "Fais-le pour ton frère, tu peux aller au bout, tu peux le faire".

"L'empire Serna... Vous devez le connaître ?"

Le mot était lâché, le nom. Ce nom pour lequel il vivait, pour lequel il aurait tué. Et de reprendre pour terminer son discours tout en prenant soin de coincer plusieurs parchemins dans les trous du confessionnal à destination du curé.

"Ma mère Isabel a porté deux des bâtards Serna. Deux garçons et de ces deux garçons il ne reste que moi. Et jamais nous n'avons pu porter le nom de Serna parce que jamais mon père n'a jugé bon de nous reconnaître en tant que de son sang, tout bâtard que nous fûmes."

Il poussa un long soupire de soulagement.

"Vous trouverez dans ses parchemins, le récit de ma mère à cour de cet empire Serna. Je ne vous demanderai qu'une seule chose : les lire... Parce que, que vous le vouliez ou non, nous existons tous et nous méritons plus que quiconque d'être reconnu par notre famille, par les nôtres. Rattrapez l'erreur que notre ascendant a fait en nous permettant d'accéder à ce qui nous revient de droit. Parce que la bâtardise nous fut imposée, parce qu'aucun de nous ne la désirer..."

Il espérait qu'il accéderait à sa demande. Sinon... Il trouverait un moyen d'y parvenir.

"Sortez-nous de cet anonymat dans lequel nos parents nous ont plongé, sortez-nous de cette noirceur... Nous avons aussi le droit de porter ce nom, parce que nous sommes de son sang. Parce que nous sommes Gaspard et Hadrien fils d'Alejandro de la Serna, le deuxième. Parce qu'il a été notre père..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:46

Rick

Rick avait fait mine de ne rien entendre quand le paroissien lui avait fait comprendre qu'il n'avait rien à faire de son histoire. Il aurait pu prendre cela pour de l'impolitesse mais il préféra le garder pour lui, en le mettant sur le compte de l'émotion. Se confier à un inconnu n'est pas toujours facile et encore plus lorsqu'il est représentant du Très Haut. Il ne haussa même pas les épaules et indiqua à Hadrien le confessionnal. Pour sa part, il se dirigea vers l'autel, ploya le genou et pria Dieu un court instant. Puis, il se dirigea vers la sacristie et récupéra ses attributs de prêtre, sans lesquels il ne pouvait écouter une confession. Enfin prêt, il rejoignit le futur paroissien et ouvrit la petite fenêtre de la cloison.

Je vous écoute mon fils

"Bien... Je suis l'enfant d'un péché."

Vous savez mon fils, malheureusement, vous n'êtes pas le seul dans ce cas, ce que je déplore effectivement.

Il écouta néanmoins la suite

Ma mère était une jeune servante à l'époque et elle est tombée amoureuse de celui qui à priori n'était pas dans son coeur deux ans plus tôt et malgré qu'il l'ait engrossé une plusieurs fois : mon frère est né de cette première grossesse ; Gaspard qu'il s'appelait. Voilà cinq longues années qu'il est mort

Paix à son âme ! Soyez assuré que s'il a mené une vie vertueuse, le Très Haut l'aura accepté au Soleil à ses côtés !

Rick sourit mais écouta la suite


Elle était au service d'une puissante famille noble d'Espagne

Froncement de sourcils de la part du prêtre. Depuis longtemps, le prêtre avait caché au fond de lui cette inquiétude d'être retrouvé par les sbires des anciens ennemis de la famille. Là, il n'était pas inquiet car il était dans la Maison du Très Haut mais il se demandait un peu ce que cela signifiait.

L'empire Serna... Vous devez le connaître ?

Il devait y avoir un lien lointain de famille pour qu'il utilise un nom proche du sien. Lui, comme tous les autres membres de la famille, portait la particule nobiliaire ce qui changeait tout. A sa question, il préféra ne pas répondre car quelque chose lui disait que la rencontre avec Alexandre ne devait pas être fortuite. Il attendit donc de savoir ce qu'il voulait.

"Ma mère Isabel a porté deux des bâtards Serna. Deux garçons et de ces deux garçons il ne reste que moi. Et jamais nous n'avons pu porter le nom de Serna parce que jamais mon père n'a jugé bon de nous reconnaître en tant que de son sang, tout bâtard que nous fûmes."

Un soupir de soulagement se fit entendre et le prêtre se mit à sourire. Il avait envie de lui dire, quelle chance de ne pas avoir été reconnu par ce nom mais il préféra garder sa réflexion pour lui.

Mon fils, ce que votre père a fait, n'est pas une bonne action aristotélicienne pour deux points. La première c'est parce qu'il a commis le pêché de chair en dehors du mariage. Et ceci a dû être très important lors du jugement dernier. La seconde, sachez mon fils, ce que votre père a refusé de faire, si vous le souhaitez, je peux effectivement vous rendre le rôle qu'il vous incombe. Mais continuez votre histoire, elle me plaît beaucoup.

Après un petit silence, il laissa son vis-à-vis, continuer son récit

"Vous trouverez dans ses parchemins, le récit de ma mère à cour de cet empire Serna. Je ne vous demanderai qu'une seule chose : les lire... Parce que, que vous le vouliez ou non, nous existons tous et nous méritons plus que quiconque d'être reconnu par notre famille, par les nôtres. Rattrapez l'erreur que notre ascendant a fait en nous permettant d'accéder à ce qui nous revient de droit. Parce que la bâtardise nous fut imposée, parce qu'aucun de nous ne la désirer..."

Rick se demanda ce qu'Hadrien voulait dire. Il récupéra néanmoins les documents

Mon fils, je prendrais le temps de lire vos documents, soyez en assuré. Je ne savais pas qu'il y avait un empire espagnol Serna. Ces document seront sûrement intéressants à lire ma foi. Et en entendant, comme je vous le disais, la chose qui me paraît le plus important pour accéder à votre demande, c'est de vous accorder le droit d'assister à la pastorale d'octobre et de recevoir l'eau du baptême. Ainsi vous pourrez retrouver votre rôle de fils du Très Haut. Et si votre père ne vous a pas accordé le droit de vous déclarer comme tel, sachez que jamais le Très Haut, ne vous abandonnera pas sur le chemin de votre reconnaissance.

Rick attendit la réponse de son confessé, réponse qui ne tarda pas

"Sortez-nous de cet anonymat dans lequel nos parents nous ont plongé, sortez-nous de cette noirceur... Nous avons aussi le droit de porter ce nom, parce que nous sommes de son sang. Parce que nous sommes Gaspard et Hadrien fils d'Alejandro de la Serna, le deuxième. Parce qu'il a été notre père..."

Le prêtre encaissa le coup en entendant le nom de cet homme haï

Hum... une question me brûle les lèvres mon fils, j'aimerais savoir la vérité sur la rencontre avec Alexandre, mon neveu. N'oubliez pas, avant de répondre, vous êtes dans la Maison du Très Haut et le mensonge n'est pas permis ici. La probabilité de croiser mon neveu de manière fortuite est quasi nulle. Alors pourquoi avoir monté ce scénario avec ce jeune garçon des miens, et lui occasionné peut-être du chagrin lorsque vous l'abandonnerez, une fois obtenu ce que vous voudrez. N'avez-vous donc pas pensé aux conséquences de vos actes ?

La voix de Rick était chargée d'émotion qu'il avait du mal à maîtriser. Non pas de la colère, mais plutôt de la déception. Il raconta alors l'histoire du petit garçon, comment il avait perdu ses parents, comment il avait failli terminer à l'orphelinat mais recueilli par Kory, il était devenu son fils. Et que maintenant, il n'avait plus que Rick et Carmen pour s'occuper de lui, pour le moment.

J'avoue que devoir passer par un enfant me déplaît sérieusement. Il aurait pu perdre foi, face à tout cela, mais grâce à l'enseignement religieux que ma soeur lui a donné et la proximité de mon fils Esteban, il a pu passer outre cela. Et aujourd'hui, vous arrivez avec vos pêchés sans penser à ce bonhomme. L'envie, l'orgueil...

Rick fit un moment de pause avant de reprendre


Entre vous et moi mon fils, est-ce vraiment au prêtre que vous souhaitez vous adressez ? Est-ce vraiment une confession dont vous avez besoin ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:48

Citation :
Si vous êtes curieux et si vous voulez une trace des dates officielles des Serna c'est ici : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=36229786#36229786
et ici quelques bribes : http://domainedecournon.forum-actif.net/f39-la-malle-de-korydwen



Si les parchemins savaient parler, dans quel sens auraient-ils crié ?
Lequel de la "pile" aurait demandé à être lu en premier ?
Lequel serait choisi par Rick ?
Que choisirait-il ?
L'avenir le dirait, il avait cependant tout à porter de main.


Citation :
L'affaire de la Duchesse Caylus.

Peu de temps après le départ de la Très-Titrée Epouse Aliénor de La Serna, épouse du non moins Titré Alejandro IIème du nom de la Serna.
Messire est tombé éperdument amoureux de cette duchesse.
Madame de Caylus fréquentait la cour du Comte Serna.
C'était en 1436 un des endroits les plus illustres de la société espagnol et de son Royaume.
Bien rapidement pour étanché sa soif de plaisir de la chair, il ne manqua pas d'entraîner la Duchesse dans les couloirs de son château.
Cette liaison au demeurant très discrète, fut dévoilée au "grand public" durant l'année 1437, en effet, la duchesse alors veuve arborait des tenues plus larges, moins étroites au niveau de son ventre.
Les prémisses de sa liaison dangereuse d'avec le Comte Serna devenant de plus en plus visibles, le Comte fut obligée d'annoncer à sa cour...
Et de la nommer ainsi Sa Maitresse Officielle.
Elle devint ainsi ce jour-là, la première Maitresse Officielle du Comte.
Elle partagea la couche et aida en politique le Comte durant pas moins de 3 années.
De 1436 à 1439, elle décéda en donnant naissance au quatrième enfant, quatrième bâtard du Comte.
Adelina de Caylus donna ainsi à Alejandro IIème du nom de La Serna.
Une fille, Aida, née le 14 septembre 1437.
Un fils, Alfonso né le 17 octobre 1438.
Et des jumeaux Léon et Albano nés le 22 novembre 1439, précipitant leur mère dans les bras de la mort.

Edmond - Biographe officiel de Sa Grandeur Alejandro de La Serna

Citation :
L'affaire de la bonne fille de famille.

Adélaïde était la fille cadette d'une famille aisé du Royaume d'Espagne.
Des riches marchands, son père était connu et reconnu et fournissait les cuisines du Comte de La Serna.
Un jour Adélaïde accompagnait son père, qui avait une livraison importante, le Comte recevant des émissaires des Comtés et Duchés voisins voulait impressionner.
Il cherchait à se changer les idées en se début d'année 1440.
Cela faisait plus de deux mois que sa maîtresse avait rejoint les cieux et le minois de la jeune Adélaïde ne laissa ce jour-là guère de marbre le Comte de La Serna.
Il réclama entretient avec le père de la demoiselle, lui intimant presque l'ordre de lui offrir sa fille.
Adélaïde serait fort bien traitée et puis surtout le père serait titré et deviendrait ainsi le vassaux de la Couronne Serna.
Le père de famille avide de gloire et de réussite vendit ainsi sa fille au Comte.
Adélaïde naïve et heureuse de faire le bonheur de sa famille se sacrifia et s'offrit au Comte.
Son père lui ayant bien dit de répondre à toutes les demandes du Comte.
Même celle de lui offrir sa virginité.
Ce qu'elle fit.
Et plusieurs fois, elle se retrouva dans la couche du Comte (que les murs en soient le témoin, les nuits étaient fréquentes) et puis...
Quelques jours plus tard, lors d'une fête, il présenta à sa cour sa seconde maîtresse officielle, la belle Adélaïde qui de belle n'avait pas que le visage, mais aussi de jolies rondeurs.
Des rondeurs trahissant le plaisir que le comte avait partagé avec elle.
Adélaïde était cependant bien faible, sa grossesse l'avait épuisé et la cour le voyait bien.
Incapable de satisfaire la moindre des envies du Comte, elle fut expédier dans un couvent.
Et tout ceci courant juin 1440 alors qu'elle entamait son deuxième trimestre.
A la fin de l'année 1440, en décembre, jamais personne ne connu la date de la naissance et encore moins de la mort de la dame.
Adélaïde échangea sa vie contre celle de son fils : Adémar.
Il fut placer dans un monastère pour que son éducation soit faite.
Adémar de la Serna devint un étudiant en théologie brillant.
Il décéda cependant durant la peste noire de 1452 à l'âge de 12 ans.

Edmond - Biographe officiel de Sa Grandeur Alejandro de La Serna

Citation :
L'affaire de la vassale.

Ana était l'une des plus fidèle vassale du Comte et sa fidélité allait au-delà du conseil, de l'aide armée.
Elle était l'amie fidèle, celle qui étanchait les souffrances d'Alejandro.
Ana était de deux ans la cadette du Comte, il s'était tout de suite bien entendue et elle avait toujours été là quand la Comtesse Aliénor fermait la porte de sa chambre à son mari.
Ana n'avait jamais compris la répugnance qu'Aliénor avait contre elle.
Et pourtant... La dame était simple d'esprit, elle ne pouvait comprendre que ce qu'elle offrait à Alejandro mettait Aliénor hors d'elle-même.
Aliénor était une femme battue, mal-aimée de son époux et surtout trompée et ce seulement quelques années après son mariage.
Ana ne fut jamais officiellement la maîtresse d'Alejandro.
Mais à la cour les bruits courant qu'Alejandro entretenait une liaison avec elle et ce dès l'année 1428.
Sa liaison, le début fut daté selon les recherches et les dire du concerné à la mort de son père.
Noyé par son chagrin, il alla trouver refuge chez sa vassale, son amie la plus proche, délaissant son épouse enceinte.
Et ce fut cette nuit là que tout débuta, que le plaisir envahi les deux êtres et c'est ainsi qu'ils se rencontraient régulièrement.
Ana l'attendait, un code de drapeau rouge aux fenêtres permettaient au Comte d'être prévenu de la présence de son ami.
De cette liaison un fils naquit.
Un magnifique fils, quelques mois après le fils légitime du Comte, Ricardo.
Ana donna le jour au petit Ernesto, il poussa son premier cri à l'aube du 3 mars 1429.
Il était robuste et Alejandro l'apprécia plus que son héritier légitime.
La vie d'Ernesto fut douce et celle de Ricardo plus tortueuse...
Ernesto ne dépassa pas sa cinquième année et disparu dramatiquement durant l'année 1434, dans l'incendie, le grand incendie de l'aile gauche du château du Comte.
Ana n'en resta pas là, dès qu'il le pouvait Alejandro la rejoignait et ceci, même ci d'autres maitresses officielles ou moins officielles il avait.
Durant l'année 1433, Ana subit deux fausses couche et en 1437, durant la pleine lune du 25 juillet, elle donna naissance à deux mort-nés : Almaric et Baldric.
De cette douloureuse naissance elle en garda des séquelles, elle ne fut plus jamais en mesure de porter la vie.
Elle ne refusa cependant pas la porte de son intimité au Comte, bien au contraire, ils en profitèrent pleinement cette contrainte anéantie.
Elle partit sur le front durant la guerre et n'en revint jamais.
Et en 1442, Alejandro perdit sa plus grande amie.

Edmond - Biographe officiel de Sa Grandeur Alejandro de La Serna

Citation :
L'affaire de la nourrice des bâtards Serna - Isabel.

La jeune femme était la fille de Pilar, la nourrice de Ricardo de la Serna.
Pilar ayant été assigné à Ricardo, le fils légitime et héritier d'Alejandro, il était dans la tête de ce dernier impossible de mettre la même nourrice pour le légitime aussi crétin soit il que pour les bâtards.
Il chercha une jeune femme et autant dire qu'il désira choisir lui-même la parfaite nourrice.
Il fallait des arguments importants et surtout, la jeunesse et qu'elle se dévoue et ne vive plus que pour la descendance bâtarde qui chaque année s'agrandissait.
Il venait de jeter son dévolu sur la jeune Isabel, cette dernière avait donné naissance à une fille, mais après seulement quelques mois de vie, le petit souffle de vie la quitta.
Isabel perdit son enfant, Alejandro s'arrangea pour éloigner l'époux et l'envoyer guerroyer à l'autre bout du Royaume.
C'est ainsi qu'en 1430, il nomma Isabel, nourrice des bâtards Serna, bâtards qu'il n'avait guère prit le temps de reconnaître auprès de la Hérauderie, il se disait que cela nuirait à sa réputation dans le Royaume de courir autant la donzelle.
Il l'observait, il la trouvait tellement douce, il se rêvait à lui caresser le visage.
Il me disait bien souvent "Oh Edmont... Si tu voyais la douceur d'Isabel, j'en envierai presque mes bâtards..."
Il l'aimait, comme il aimait beaucoup de femmes.
Et puis, il finit par craquer et un soir alors qu'elle était sein nu parce qu'elle venait de finir de nourir le dernier des bâtards du Comte, il n'y tint plus et ce fut... Des cris.
La dame se rebella et se refusa à lui, mais Serna était fort et Serna obtenait ce qu'il voulait.
Une nuit, une seconde... La nourrice y prenait goût d'autant que son époux n'était plus là.
Et puis elle tomba enceinte à son tour comme toutes les autres.
Les quolibets furent nombreux à son encontre, mais Alejandro la protégea.
Il la désigna comme sa maîtresse et cette fois, il ne la cacha pas comme il avait pu cacher les autres à la fin de leurs grossesses.
Il lui fut approximativement fidèle, mais trop.
Le 17 avril 1444 naissant leur fils : Gaspard.
Et le temps passa et la nourrice ne le fut plus.
Alejandro la nomma uniquement pour son dernier bâtard officiellement né : Gaspard.
Alors que l'empire Serna tombait en ruine, alors que les gens commençaient à se demander comment un Comte avait pu se brouiller avec ses frères, ses soeurs, tuer son deuxième fils légitime ou encore pousser son épouse à l'exil pour qu'elle mette leur troisième enfant au monde.
Isabel était avec lui, elle était avec ses côtés et alors qu'un beau jour de 1445, elle lui annonçait sa seconde grossesse, le bras droit d'Alejandro en profita pour le poignarder et se débarrasser pour toujours de cet empire.
La chute de l'empire, le fils légitime héritier en fuite, toutes les Terres reçus par Alejandro Ier du nom et léguer à son fils retournèrent à la Couronne d'Espagne.
Le 13 mai 1446, Isabel mit au monde le jeune Hadrien.
Il fut le dernier des bâtards directs d'Alejandro.

Edmond - Biographe officiel de Sa Grandeur Alejandro de La Serna

Citation :
Pilar

Je ne peux décemment écrire les mémoires du grand Alejandro de la Serna sans parler de Pilar.
Pilar était une femme d'un certain âge, mais douce et gentille.
Très attachée à la Comtesse Serna, Aliénor, elle voua sa vie à Ricardo lorsque cette dernière à l'aube de sa troisième grossesse à la fin de l'année 1435 prit la fuite.
Elle lui jura de tenir éloigner Ricardo le plus possible de son père.
Cependant Alejandro réclamait son fils.
Mais de ce qu'elle le protégea assurément, c'était des bâtards et des maîtresses, elle avait fait prendre quelques dispositions à l'Intendant, les bâtards seraient relégués dans l'aile ouest, tandis que Rick fréquentait l'aile est.
Ainsi jamais il ne sut, du moins à la connaissance de Pilar qu'il possédait une si grande famille et de si nombreux frères et soeurs.
Pilar avait toujours vu d'un très mauvais oeil l'attitude de sa fille et le jour où elle appris que sa fille était éprise du plus abominable des hommes, elle lui ferma définitivement sa porte.
Pilar avait été trahi par sa propre chair.
Elle n'hésita pas, quand l'empire commença à se craqueler et que sa propre fille, son propre sang défendait l'abominable, elle partit et quitta le Royaume avec Ricardo, plus personne n'eut de nouvelles de la nourrice et du fils héritier.
Les rumeurs allaient bon train sur la mort des deux en route.
Pilar a jusqu'au bout su maintenir la distance entre Rick et les bâtards.
Elle a du, si elle est morte, partir avec le coeur "léger".

Edmond - Biographe officiel de Sa Grandeur Alejandro de La Serna

Citation :
Lettre d'Isabel.

Isabel, dernière maîtresse d'Alejandro de la Serna,
à vous, descendant légitime de cette noble famille.

Je prends la plume difficilement, mes choix passés à vos yeux seront sans doute la pire des choses.
Ce qu'une fille ne devrait jamais faire.
Je me suis livrée à la bête, je l'ai d'abord repoussé, mais après je l'ai aimé.
Je l'ai aimé de toutes mon âme et de tout mon coeur.
Il m'a donné deux enfants, deux fils, cependant, jamais il n'a prit le temps de les reconnaître.
Avec le recul et le temps, je comprends mes mauvaises actions.
Je n'aurai pas du égoïstement céder à la tentation du corps et ainsi offrir une vie de désolation à mes enfants.
Des enfants qui sont et seront toujours pointés du doigt et nommés "bastard".
Un bâtard subit les actions et les actes de ses ascendants, jamais ô grand jamais il demande à naître comme cela.
J'ai fait amende honorable, je suis entrée dans les ordres où je suis maintenant une soeur.
J'ai perdu mon fils âiné Gaspard, fils d'Alejandro IIème du nom de La Serna durant l'année 1456, il avait 12 ans, une grippe.
Gaspard fut toujours de santé fragile contrairement à son plus jeune frère Hadrien, lui aussi fils d'Alejandro IIème du nom de La Serna.
Mon fils à l'aube de ses 14 ans, est parti sur les routes avec mon accord afin d'aller au devant de ses origines pour lui et tenir la promesse qu'il avait faite à son frère.
Il est parti le jour de son anniversaire : le 13 mai 1460.

Puissiez-vous, si il vous trouve lui accorder, leurs accorder à tous, le droit de porter le nom de leur père.
Ils sont Serna autant que vous.
Ne les jugez pas pour mes actes, jugez-les pour ce qu'ils sont.

Puissiez-vous aussi, reconnaître les frères Grimm eux aussi issus des liaisons dangereuses d'Alejandro IIème du nom de la Serna.
Ils sont les petits fils qu'une de ses bâtardes a eu avec lui.
Mais Hadrien vous en parlera puisqu'il a tissé un lien avec eux, avec ses "frères" de sang.

Qu'Aristote vous ait en sa sainte garde.
Soeur Isabel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:48

Hadrien..



Il avait écouté de façon muette, n'ouvrant la bouche, il préférait tout entendre d'un coup. Il préférait se faire son opinion avant de répondre, il avait toujours été jugé, il avait toujours été calomnié, comme si de fait, être bâtard faisait de lui une mauvaise personne, responsable de bien des mots. Il n'en montra rien à travers la grille du confessionnal. Il allait répondre, il allait dire toute la vérité, il ne comptait pas mentir. Il l'accusait du pire et il allait se défendre, il n'avait guère d'avocat, il avait simplement lui, sa personne et ses parchemins.

"Je vous remercie de lire ces parchemins, que vous le fassiez pour eux me fera déjà grand plaisir."

Hadrien ne savait que faire, ni par quoi commencer, il était vraiment dérouté, il ne s'attendait pas à ça. Mais que diable avait-il cru ? Pourquoi s'était-il mis en tête que sa famille toute légitime serait heureuse de le voir lui, le bâtard. Lui le non désiré.

"Vous avez là une drôle d'attitude pour un curé, m'accuser sans réellement savoir ce qui s'est réellement passé. Autant je maudis les curés, je les hais au plus profond et vous venez de me convaincre une fois de plus. Votre manque de foi me consterne. Vous n'êtes que des faux-cul. Des cons ! Des abrutis ! Devant vos brebis vous êtes mielleux, mais dès que cela vous touche, vous devenez la pire des ordures que la Terre puisse porter !"

Hadrien tendit le bras et ouvrit le rideau, il s’apprêtait à partir, qu'attendait-il de plus ? Il ne le croirait pas.

"Vous n'avez guère imaginé une seule seconde que cela puisse être votre Très-Haut qui est mis cet enfant sur mon chemin ?! Cela fait deux ans que j'écume le royaume de France, demandez le donc à Dame Gypsie ! Demandez-lui ! Elle m'a dit où elle allait, c'était ma prochaine destination, elle m'a proposé de venir avec eux ! Quant à Alexandre, il est bien trop jeune et gentil pour que je me permette de lui faire du mal !"

Il se leva doucement sans geste brusque, ramassant sa besace.

"Vous me jugez... Alexandre ne sait rien, il sait simplement ce que j'ai jugé bon de lui dire. Quand je cherchais ma famille parce que je n'avais pas le droit de porter le nom de mon père. Il m'a dit que c'était une noble tâche, tout comme dame Gypsie me l'a dit à Dié. Vous croyez vraiment que je souhaiterai que cet enfant vive ce que j'ai vécu enfant ? Je l'ai protégé, comme j'aurai protégé ma famille. Mais vous ! Vous n'êtes pas ma famille ! Vous me rejetez sans même comprendre, ni chercher à me comprendre ! A comprendre ce besoin d'être reconnu en tant que personne à part entière et non pas "fils bâtard de". La vie est facile pour vous, vous êtes légitimes, vous ne vous posez pas la question le matin, personne ne vous crache dessus."

Il passa sa besace sur son épaule et s'inclina fort poliment, il n'était guère en colère, il était simplement déçu, déçu d'avoir été crédule, déçu d'avoir placé trop d'espoir en cette quête, déçu d'y avoir mis son coeur, déçu par l'Eglise plus que de raison.

"Foutez-vous là où j'pense votre pastorale ! De quoi aurai-je besoin ? De rien ! Vous ne pouvez plus rien m'apporter. Je resterai Hadrien."

Et il tourna le dos au curé, ne lui laissant guère le loisir de lui répondre. Il sortit de l'édifice religieux et s'installa sur une marche du parvis. Que faire maintenant ? Il se sentait si triste d'échoué si près du but. Il y aurait bien Dame Korydwen, mais Alexandre l disait au monastère. Il avait besoin de réfléchir à la situation, il se prit le visage entre les mains et attendit. Mais attendre quoi ?

"Gaspard, je suis désolé... Je crois que j'ai échoué et que je ne pourrai tenir la promesse que je t'ai fait le jour où tu es parti. Tu me manques mon frère... Profondément. Si tu voyais l'ordure que je viens de croiser... Tu comprends pourquoi je ne les ai jamais aimé les curés ? Toi le vertueux, moi le rebelle. Moi le libre, toi le moins libre. M'en veux pas... 'Fin pas de trop."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:49

Rick

Si le prêtre s'était attendu à cela, il aurait offensé le Très Haut en mentant. Il avait eu pourtant eu des cas difficiles à traiter dans sa vie religieuse mais il fallait avouer que cette rencontre était assez cocasse. L'homme s'était emparé en l'occasion de je ne sais quel mot, mais ce n'était pas cela qui lui importait le plus car sa personne n'était pas le plus important. Le plus dramatique était ce qu'il avait fait : offenser le Très Haut dans Sa Maison. Et le religieux n'aimait pas du tout cela. Aussi quand l'homme sortit du confessionnal, Rick soupira, secoua la tête plusieurs fois, regarda en l'air en disant à voix haute

Franchement, Tu me feras vraiment faire tout et n'importe quoi là-haut !

Il connaissait assez le genre humain pour savoir que l'individu n'avait pas pu aller très loin. Aussi sortit il à son tour de l'Eglise et sourit en voyant l'homme sur le parvis. Il resta un instant derrière lui, à parler à Gaspard. Il prit alors la parole d'une voix calme et paternaliste

Mon fils, vous n'échouez dans une promesse que quand vous n'avez pas étudié toutes les possibilités. Et là franchement, je ne suis pas sûr que vous ayez joué toutes les cartes en main de votre Ramponneau.

Rick descendit les quelques marches du parvis pour se mettre face à lui.

Vous voudriez être un De la Serna et faire valoir une quelconque naissance mais savez-vous vraiment ce que c'est que d'être un De la Serna ? Vous êtes vous posé la question ? Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi moi, fils héritier du si grand empire que vous prétendez, avez choisi un jour de m'exiler dans le Royaume de France, de faire voeu de chasteté et de pauvreté et d'endosser l'habit des prêtres ? Non vous ne vous êtes pas posé la question, alors que selon vous, une richesse importante m'attend en Espagne.

Rick scruta l'homme avec plus de profondeur

Vous m'avez accusé de partialité en pensant que le Très Haut puisse vous avoir mis sur la route ? Mais vous êtes vous posé la question pourquoi avais-je eu cette réaction ? Ne pourrais-je pas avoir envie de protéger ma famille, vous qui pensez en avoir été privé ? N'est ce pas là le rôle d'un héritier de cette grande famille ? N'est-ce pas là le rôle d'un père ? A ma place, qu'auriez-vous fait ? N'êtes vous pas en train d'inverser les rôles, en me jugeant à votre tour ?

Le prêtre haussa le ton légèrement

Mais le pire dans tout cela, c'est que vous avez accepté de me suivre dans l'Eglise alors que vous auriez pu me dire la vérité directement dans la maisonnette de mon neveu et vous avez OSE insulter le Très Haut dans sa maison ? Parce que là ce n'est pas ma personne qui importe, je ne pêche pas par orgueil. Est-ce là, l'image que vous avez de la noblesse espagnole à laquelle la naissance dont vous dites être issue vous propulserez ? Vous commettez le pêché de la colère

Le Père Rick força l'homme à se lever pour le regarder en face, les deux mains sur ses épaules, il lui dit

Mon fils, vous avez donc deux solutions qui s'offrent à vous : soit vous reprenez contenance et nous entrons à nouveau dans la Maison du Très Haut mais cette fois-ci vous allez devoir faire preuve de respect envers mon rôle et envers le Seigneur que je sers. Et dans ce cas-là, nous pourrions discuter les yeux dans les yeux. Soit au contraire, vous préférez rester sur vos a priori sur ma personne et dans ce cas, j'espère que vous aurez la décence de quitter Clermont et de ne pas passer par la case Alexandre.

Rick regarda l'homme face à lui, fit trois pas en arrière et attendit la réaction de Hadrien

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:50

Hadrien..



La poisse ! La poisse ! Et re la poisse ! Voilà que le curé sortait, mais Hadrien n'était-il pas resté ici justement pour laisser une chance au curé ? Il se serait bien levé pour aller plus loin, mais cet homme d'Eglise, lui barrait le chemin de sa personne, et autant si il ne regrettait aucune de ses paroles, par égard à Alexandre il ne pousserait pas son oncle dans la boue juste devant l'Eglise. Par égard pour lui aussi ne désirant pas croupir toute la sainte journée dans une prison glaciale et puante avec la fine fleur de la vermine du Bourbonnais-Auvergne. Il l'écouta parler, parler. Lui ne voulait rien, il l'était nuance. Et ça il ne semblait pas l'avoir compris tout curé soit il. Il avait lu les parchemins et savaient que de toute façon Ricardo n'était absolument pas en odeur de sainteté et que si il en avait les... La force il serait revenu en Espagne et n'aurait pas fuit en décidant de rester dans le Royaume de France. Hadrien savait bien plus de choses qu'il ne le penserait sans doute.

"Foutez-vous de ma gueule ! Vous croyez vraiment que je vais gober vos conneries de robe de bure ? Vous êtes vraiment pas malin du tout ! Vous avez eu une femme, elle est morte et depuis ce jour vous avez décidé de porter la bure ! Ce n'est en aucun cas votre fuite d'Espagne qui vous a fait choisir cette voie ! Cessez donc de me prendre pour plus con que je suis."

Il le regarda, il est vrai, il avait des cartes à jouer, il avait de la réserve, parce qu'Alexandre était bavard, parce qu'Alexandre lui avait raconté sa famille, son oncle Riclk père de quatre enfants et curé. Sa mère Korydwen partit au couvent avec son époux, laissant ses enfants au Bourbonnais-Auvergne. Carmen-Esmée la future marraine qu'il espérait revoir à Clermont...

"La richesse ? Quelle richesse ? Plus rien ne vous attend en Espagne ! Plus rien ! A part le néant et sans doute les quolibets qui vont avec. Vous n'êtes qu'un pleutre pour les proches d'Alejandro... Ricardo ne m'obligez pas à vous répéter ce qu'ils ont dit. Mais les Terres de vos ancêtres ont été rendu à la Couronne d'Espagne qui les aura sans doute céder et offert à des vaillantes personnes."

Hadrien éclata nerveusement de rire. Jamais il ne se doutait qu'il savait réfléchir, qu'il n'était pas venu ici par hasard ? Il avait espéré trouver ce qu'Alexandre avait tant vanté, la charité Aristotélicienne, mais autant dire que là...

"Et alors ? Votre Très-Haut s'est senti offensé ?"

Hadrien leva le nez au ciel, aucun nuage n'était à déploré, par le moindre vent, coup de tonnerre, il posa son regard sur le curé.

"Bien... Visiblement, il ne l'a pas pris pour lui. Sinon tel que vous le décrivez tous, le ciel me serait tombé sur la tête... Hors... Là le ciel est toujours à sa place."

Hadrien sourit à Rick, il n'était pas en colère, il était simplement déçu et il avait toujours essayé de parler le plus calmement possible, de toute façon, ce curé voulait avoir raison, alors la raison il la lui donnerait.

"Moi ? En colère ? Oh mais que nenni mon brave curé qui a fait voeux de pauvreté et tutti quanti... Très sincèrement. Vous ne voulez pas de moi. Je ne veux pas de vous. Reste en on là. Je ne mettrai pas les pieds dans votre Eglise. Je ne crois pas en votre Dieu. Il n'est rien pour moi et chaque pas que je fais dans une Eglise... Hum comment vous disiez déjà... Ah oui... Chacun de mes pas offense votre Très-Haut, je vais donc arrêter, des fois que... Le ciel me tombe sur la tête."

Et Hadrien le regarda avec le plus grand de ses sourires. Il allait partir du moins faire semblant, le temps que le curé lise les parchemins. Car après tout il avait promis et comme il semblait tenir à ce qu'il disait et faisait puisqu'il était jugé par son Très-haut.

"Je ne vous ai pas jugé au fait. J'ai simplement constaté ce que vous disiez et faisiez. Je ne suis pas désiré alors je m'en vais. Je m'en vais rejoindre les miens. Et vous dit au revoir avec le plus profond de mes respects."

Et de s'incliner envers ce Ricardo qui n'avait pas grand chose dans les braies, d'où le voeux de chasteté éventuel ? L'adage tel père tel fils ne semblait pas fonctionner ici. Il s'inclina poliment.

"Et que vous le vouliez ou non, je laisserai un mot à Alexandre. Parce qu'il a un grand coeur et que je ne puis disparaître sans le remercier pour son hospitalité. Ainsi, si vous n'avez plus rien à me dire, puis-je disposer ?"

Hadrien se releva, du haut de ses seize printemps il faisait fort jeune à côté de ce vieil homme. Il attendit cependant une sorte d'autorisation pour quitter cet endroit. Il trouverait bien une autre ville du duché pour s'y installé, suffisamment loin du curé. Il pourrait ainsi écrire aux siens, il pourrait voir à trouver une autre façon d'atteindre son but.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:50

Rick

Rick écouta les propos d'Hadrien en souriant. Une chose était sûre c'est que son neveu avait beaucoup parlé mais après tout, cela ne le dérangeait pas. A une certaine époque, il aurait sûrement passé un sacré savon à Alexandre, du temps où il pensait que ses ennemis pourraient attenter à sa vie.

Mon fils, vous pensez savoir tout de moi ! Je reconnais que vous vous êtes bien renseigné sur ma vie mais sachez que même lorsque j'étais l'époux de la merveilleuse Tiadriel, j'étais diacre ! La seule différence était effectivement que je n'avais pas fait voeu de chasteté. Alors vous êtes vous posé la question pourquoi je l'ai fait ? Non, je ne pense pas car pour vous tout est blanc ou tout est noir. Vous vous êtes mis en tête que j'étais votre ennemi et vous ne voulez pas écouter ce que je vous dis. Sachez, jeune homme, que je ne me moque jamais de mes interlocuteurs et pourtant, vous me donneriez facilement les raisons de cela.

Rick sourit d'une manière indulgente.

Pour vous qui pensez que tout est si facile, comment auriez-vous réagi à ma place si nous avions interverti les rôles ? Tout bon aristotélicien que vous auriez été alors, vous m'auriez ouvert les bras sans vous poser des questions ? Vous ramenez tout à ce que vous connaissez ou prétendait connaître sans vous poser plus de questions que cela.

Rick fronça les sourcils

Vous me dites que je suis pleutre ? N'est-ce pas inverser les rôles ? N'est-ce pas vous qui avez tendance à refuser la discussion ? Dites moi la vérité, les yeux dans les yeux, vous allez me faire croire que face à un ennemi qui veut attenter à votre vie, pour récupérer la richesse de votre famille, vous vous seriez présenté seul face à lui, au risque de perdre la vie ?

Le prêtre soupira avant de reprendre

Je n'étais guère plus vieux que vous à l'époque. Aujourd'hui, vous voulez partir loin de cette ville où vous dites que le Très Haut vous a conduit alors que tout dans votre manière d'agir montre que vous ne le portez pas dans votre coeur ! Il me semble donc insensé de dire que c'est vraiment ce que vous croyez. Et puis votre situation est moins critique que la mienne à l'époque ! Et votre ennemi, en l'occurence moi, puisque vous me traitez de la sorte, est beaucoup moins terrible que le mien de l'époque !

Rick le regarda au fond des yeux avant de reprendre

Je vous entends rire, mais combien des proches d'Alejandro connaissez-vous rééllement ? Combien me considèrent vraiment comme un pleutre ? A mon avis, vous n'en connaissez guère de plus que mon neveu, sinon vous ne seriez pas venu me voir pour réclamer un dû que vous pensez d'un côté que je puisse vous donner mais de l'autre que vous savez ne plus avoir en ma possession ! Vous vous contredisez une fois de plus, mon fils !

Le prêtre fit un pas en sa direction

Vous dites que je ne veux pas de vous, mais ai-je dit cela de telle manière ? Je ne le pense pas. Que vous ne vouliez pas de moi, je n'y crois pas non plus car sinon vous ne m'auriez pas contacté. Nous sommes partis sur de mauvaises bases, cela est certain. Vous avez donc deux solutions, soit effectivement vous partez sans vous retourner, retrouver les vôtres ou tout autre âme charitable qui voudra de vous et de votre manière de réagir à l'emporte pièce ! Ou alors vous pensez que nous pouvons apprendre à nous connaître et vous nous laisser le temps de voir si nous avons des points communs ? Si tel est le cas, restez que ce soit auprès d'Alexandre ou dans le village et voyons ce qu'Aristote aura décidé pour nous ! Qu'en pensez-vous mon fils ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:51

Hadrien..



Que faire mais surtout que dire ? La famille avait-elle un sens pour cet homme et surtout il semblait vouloir lui imposer une certaine vision des choses, visions qui ne convenait pas à Hadrien, mais comme il désirait avoir la paix, il préféra ne rien relever et laissa le curé penser ce qu'il voulait bien penser de lui. Il le regardait le fixer, Hadrien trouvait cela amusant, comme si la vérité était écrite dans ses pupilles.

« Puisque pour moi tout est blanc ou noir, je ne vais pas vous faire perdre votre temps qui semble si précieux. Concernant ma façon de penser, elle est comme elle est. J'ai grandi comme je l'ai pu et j'ai appris comme je l'ai pu aussi. Voyez-vous ? Si tout le monde pensait comme vous, la vie serait terne et triste, je pense à ma manière et vous pensez à la vôtre. J'aurai été heureux de retrouver un frère. Parce que j'en ai perdu un et je sais ce que représente la fraternité, une personne de vôtre sang qui sera toujours là. Mais peut-être que là aussi, je vois tout blanc ou tout noir. »

Hadrien marqua une pause en souriant, il n'était pas en colère. Il écoutait simplement et en son for intérieur se disait que de toute façon c'était peine perdue. Et il n'avait guère envie de se justifier encore et encore jusqu'à la fin de ses jours, surtout concernant quelque chose dont il n'était pas le maître.

« Je ne me reconnais pas dans la religion Aristotélicienne alors pourquoi aurai-je un respect envers un Dieu pour lequel je n'ai aucune croyance ? Votre Très-Haut pour moi n'existe pas. J'aspire à d'autres croyances beaucoup plus Terre à Terre. Voyez ? Mais puisque vous risquez fort probablement d'être mon frère, mon demi-frère pour être exact je vous excuse et... J'irai même jusqu'à dire que je vous laisserai tranquille avec vos croyances tant que vous n'essayerez pas de me les faire entrer dans la tête. Qu'en pensez-vous ? »

Il espérait avoir la paix de ce côté là, quitte à plus tard brûlé dans les enfers, au moins il aurait vécu sa vie avec la plus grande justesse face à son esprit, tout aussi large qu’obtus, cela dépendait du sujet et en matière de religion, autant dire que les voies du Seigneur étaient véritablement impénétrables pour Hadrien, il n'avait jamais ressenti au fin fond de lui cette boule de croyance et pourtant à en écouter certains, elle semblait exister. Il était une sorte de marginal dans ce monde, un prémisse de la pensée philosophique et de là... Libération de la religion ? Peut-être. Si l'Homme parvenait à penser par lui-même et non plus à travers quelques divinités sans doute que le monde évoluerait.

« Et si je connaissais quelques rejetons tout aussi bâtard que moi ? Un bâtard n'a aucun droit sur un autre bâtard, il me fallait donc trouver un descendant légitime des Serna. Ce que je semble avoir fait ce-jour. Votre passé vous concerne, vous avez agi selon votre pensée, je ne saurai dire comment j'aurai réagi et encore moins pourquoi. Voyez, j'ai toujours aimé les armes, j'ai toujours cherché à protégé les autres, les miens. J'aurai peut-être pris mon épée et mon courage et je me serai battu en duel ? Ou peut-être que j'aurai fui ? »

Il marqua une pause dans son discours, essayant de se souvenir ce que cet homme lui avait dit, mais il était difficile de tout retenir dans un monologue, il préférait les dialogues.

« Je désire simplement récupéré ce que ma naissance a entraîné, au moins une reconnaissance en tant que tel, la noblesse, la richesse, je n'en ai cure, j'ai toujours vécu très sobrement vous savez, travaillant, marchandant, vendant. Ni plus ni moins et me retrouver dans un château, je ne m'y sentirai sans doute pas à ma place. Mais là non plus je ne saurai dire, comment je réagirai si telle chose arrivait. »

Il regarda le curé avec un léger sourire, il faisait amende honorable, le ferait-il en face ? Que faisait-il ici ? Il ne savait plus si son choix avait été le bon. Comment se comporter quand l'on découvre sa famille ? On choisit ses amis, mais pas sa famille se dit-il, il attendait une réaction de la part du curé, un simple mot et ensuite, il partirait, il irait il ne savait pas exactement où pour le moment. Peut-être voyagerait-il à travers les prairies vertes de l'Auvergne ? Irait-il sur les collines endormies ? Là où la lave dormait depuis des siècles et pour des siècles encore ? Ferait-il le tour de ce duché ?

« Vous savez, bâtard ne veut pas dire mauvaises personnes. Deux de vos neveux sont assez connus un peu plus au Nord de ce Royaume. Peut-être que le nom de Grimm vous dira quelque chose. Il sont les fils d'une des bâtardes de votre père, de notre père. Aida, Aida Serna, fille bâtarde d'une duchesse d'Espagne et du Comte. Le 14 septembre 1437, elle a épousé un fils d'une riche famille bourgeoise Ulrich Grimm, ils ont plusieurs enfants... Mais à ma connaissance, seulement deux sont encore vivant, Gabriel et Samuel. Ils sont connus sous le nom... Des frères Grimm. »

Et de sourire à ce propos. Attendant une quelconque réaction de la part du vieillard.

« Enfin... Vous avez les parchemins et si cela vous intéresse, je possède la biographie la plus complète qui soit donnée à cette Terre de posséder... Vous pourriez en être très surpris. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:52

Rick

Rick écouta les propos d'Hadrien. Une chose était sûre, il ne savait pas s'il était vraiment la personne qu'il prétendait mais il était presque aussi bavard que lui. Et dans ses propos, il se revoyait il y a de nombreuses années, lorsque jeune homme, il participait aux débats politiques et donnait son avis à qui mieux mieux.

Blanc ! Noir ! Ce ne sont que des couleurs mon fils ! Mais pour se rendre jusqu'au Très Haut, il est préférable de prendre le chemin de l'arc en ciel, sans prendre qu'une seule couleur de passage.

Le prêtre l'écouta dire ce qu'il pensait de la religion et il sourit à son tour. Son vis-à-vis n'était pas le seul à ne pas se reconnaître dans les traces d'Aristote. Certains étaient même mariés et avaient tourné le dos au Très-Haut mais demandaient le baptême pour convoler en justes noces.

J'ai entendu tout ce que vous m'avez dit mon fils ! Je ne sais pas ce que me réserve l'avenir. La seule chose que je sais c'est que le Très Haut est très joueur surtout avec ses fidèles serviteurs. C'est une manière de gagner le Soleil. Alors peut-être êtes vous effectivement un fils caché de ce bourreau auprès de qui j'ai grandi. La seule chose que je sais, c'est que je vais prendre le temps de lire tous les parchemins que vous m'avez donné.

Rick montra les rouleaux qu'il gardait dans sa main depuis qu'il était sorti du confessionnal.

En attendant, si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à venir me trouver à l'Eglise ou chez moi. Vous verrez ma maison se reconnaît très bien car elle est la seule à posséder une statue du Protecteur devant notre porte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:52

Hadrien..



Hadrien écoutait calmement le curé, il le dévisageait de la tête aux pieds, ou presque, mais une chose lui revenait en tête, cela serait pour plus tard, l'heure était pour le moment aux confidences. Hadrien sourit, blanc et noir n'était pas vraiment des couleurs, mais il n'avait pas envie d'épiloguer durant des années sur cela avec le vieux curé, d'ailleurs ce dernier semblait en avoir assez puisqu'il ne releva aucunement ses propos concernant les frères Grimm. * Tant pis * se dit Hadrien, il aurait le temps d'y revenir bien plus tard, après tout, lui voulait juste récupérer un nom et une certaine légitimité. La nature humaine était étrange, alors que le légitime se serait affranchi du nom de son père, le bâtard voulait à tout pris le récupérer. Une chose chagrinait Hadrien, pourquoi, si il était si gêné que de porter ce nom, le portait-il ?

Enfin, il aurait sans doute le temps de deviser de tout cela en temps voulu, après tout l'homme avait besoin de digérer tout cela et de lire fort tranquillement les parchemins qu'Hadrien lui avait donné, il espérait qu'il ne les ferait pas disparaître, voilà l'unique chose qui lui restait de son « père » mais surtout de sa vie en Espagne.


« Lisez... Cela sera instructif et vous permettra peut-être de comprendre.  En ce qui concerne une possible visite, pour l'heure, je ne sais guère ce que l'avenir me réserve. Une fois que vous aurez en main et que votre décision sera prise, faites le moi savoir, afin que je puisse m'entretenir de ce sujet avec mon très jeune ami Alexandre de la Serna, votre jeune cousin, qui malgré son âge à déjà la tête bien sur les épaules. Vous devriez lui demander son avis sur ma personne, peut-être que cela vous rassurerait. L'on dit que les enfants ont en eux la vérité et qu'elle sort de leurs bouches. Essayez donc et vous serez je l'espère convaincu de ma sincérité.»

Hadrien se releva et s'apprêta à saluer le prêtre. La journée avançait et il avait à faire ailleurs. Il s'inclina devant le curé son frère et avant de partir lui tint ces quelques mots.

« Autre chose ou puis-je disposer ? »

Il retint, la description avec la statue du protecteur et c'est à ce moment qu'Hadrien se demandait comment un homme d'Eglise pouvait éduquer ses enfants ? Peut-être qu'il en faisait des petits curés en puissance, il serait intéressant de discuter avec la progéniture et de voir ce que cela pourrait donner. Il avait jusqu'alors croisé qu'Alexandre et il était fort surprenant ce gamin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:54

Rick

Rick avait écouté les propos de celui qui se prétendait son demi-frère. Il semblait avoir un espace spatio-temporel qui s'était ouvert sous ses pieds ! Quoi qu'il n'aurait jamais pu, surtout lui le religieux, appeler ce laps de temps comme ceci ! Il avait tout juste sourcillé lorsque cet homme lui avait parlé d'Alexandre ! Etait-ce son côté paternel protecteur qui le faisait réagir ou le fait que quoi qu'il en soit, il avait peur du côté obscur des De la Serna ? Toujours est-il qu'il se promis d'aller parler avec son neveu à l'occasion et ce, le plus rapidement possible !

Il montra les parchemins à cet homme et hocha la tête


Je vais les lire, soyez en certains ! Je ne vais pas manquer de le faire ! Nous verrons bien s'ils sont véridiques !

Rick le regarda droit dans les yeux

Et partons du principe que je crois ce qui est marqué dans ces documents, vous attendez quoi de moi ? Que je vous donne un nom alors que vous même avez dit que je n'étais plus l'héritier et que je n'avais plus de terres en ma possession ? Que je vous livre un secret ou vous donne des écus ?

Et sinon, je n'ai rien de plus à ajouter ! Je vous laisse donc disposer comme vous dites même si je n'ai pas de droit à ce sujet et que vous êtes libre de circuler comme bon vous semble !

Le prêtre regarda l'homme droit dans les yeux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Mer 14 Jan - 7:54

Hadrien..



Le temps passait doucement, Hadrien se demandait bien dans quelle affaire il venait de mettre les pieds, mais il comprenait. Sans doute qu'il n'était pas facile pour son frère d'apprendre que son père courait la jupe, et pourtant, il semblait tout rejeter en bloc, peut-être le savait-il déjà et ne désirait plus entendre parler du passé de sa famille, et lui resurgissait ? Le temps lui dirait si raison il avait eu.

"Sans doute pas aussi véridiques que les Saintes Ecritures."

Hadrien sourit à son "frère" qui pour le moment n'acceptait pas encore ce terme, cela viendrait peut-être avec le temps. Cependant la deuxième intervention du curé le laissa sans voix un certain temps. Hadrien devait faire le compte et comprendre un peu, visivlement tout n'était pas clair comme de l'eau de source dans la tête du curé.

"Je n'ai guère le dessein que de vous dépouiller. Je veux simplement avoir le droit de vivre avec le nom de feu mon père, même si je ne suis que son fils naturel. J'ai déjà perdu beaucoup de choses, alors si je puis me raccrocher à un nom. C'est tout ce que je demande. Les terres, les titres ne m'intéressent pas, je tiens à ma liberté et ne désire pas être enfermé dans des cages, rentrer dans des cases et dans la case du "bon petit noble aristotélicien de famille" ce n'est guère ma vision des choses."

Hadrien posa le regard sur ce "frère" espérant ainsi lui avoir fait comprendre que tout ce qu'il désirait c'était pouvoir dire "je m'appelle Hadrien de la Serna", tout simplement, ni plus ni moins. Hadrien opina du chef à la fin et s'inclina très poliment face à son frère, les embrassades et autres effusions de joie n'était pas à l'ordre du jour.

"Merci de m'avoir accorder de votre précieux temps."

Aurait-il pu pousser jusqu'à dire de votre temps religieux, mais tel n'était pas le sujet de la question aujourd'hui. Hadrien prit congé du curé et reprit la direction de la maison d'Alexandre. Il fallait encore l'aménager, voilà une occupation pour son jeune cousin, Alexandre de la Serna. L'esprit vif et joyeux de l'enfant avait toujours été apprécié par Hadrien et il avait été content de voir que le destin avait mis sur sa route un petit garçon de la sorte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Famille "de La Serna"
avatar

Messages : 1112
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   Sam 25 Juil - 1:14

RP abandonné.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*   

Revenir en haut Aller en bas
 
2.7 [Mi-Septembre] Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 24 Septembre 2010
» BAN list Septembre 2010
» Orléans, foire au "geek" septembre 2010
» Soirée du Vendredi 10 Septembre 2010
» Boite Icecrown VO le 17 septembre !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Cournon d'Auvergne :: Baronnie de Cournon d'Auvergne :: Chateau de Cournon d'Auvergne :: Rez-de-chaussée :: Bibliothèque :: Année 1462-
Sauter vers: